vendredi 17 février 2017

Les aventures de Nina et Mathurin en Ariège : jour 2

Qu'est ce que ça a bougé cette nuit ! Le vent fou descendant de la montagne remontait la vallée comme pour jouer avec la rivière (qui enflait dans sa descente) et enfin s'affalait sur le pont, éclaboussait le toit de notre camion d'averses furieuses qu'il époussetait d'un revers , agitant le véhicule en ce geste , avant que de s'enfuir vers les blancs lointains que la nuit avait avalés.
Nous trois, sous la couette, on était malmenés par intervalles, j'étais heureuse de mon choix (fait par défaut) d'être abrités par ce pont. Tout ça parce que dans un village de 20 habitants le parking était plein. Mathu, lové à ma gauche, ne bougeait pas. La vive Nina allait inspecter le front soit le pare brise et revenait coller des coussinets glacés sur ma peau. Quelle peste !

Au matin, nous avons paressé au lit et quand enfin j'ai ouvert la porte, trois hommes bavardaient, sous un auvent, près du camion. Fort surpris par ma présence. Soudain...
Nina : Làààà !!



Moi : quoi , là ?
Nina, roulant des yeux jaunes effarés: ça !!!
Et je vois un épagneul qui courait en tous sens, la truffe à ras du sol...
Nina vexée : et ça te fait rire?
Mathurin, placide : il n'y a pas de quoi fouetter un chat...



Moi : Nina, il ne t'a pas vue, les chiens ça ne voit rien...

Les hommes sont aussi stupéfaits que Nina : eux c'est de voir deux chats dans ce camion voyageur.
Sérac d' Ustou est bien surprenant pour un petit village paisible.

Finalement le plus inquiet sera Maturin plus tard, derrière son pare brise.
Car on a repris la route, une toute petite route dans la vallée de l' Alet.


Route de St Lizier

Nina, ravie : La rivière  est aussi mouillée que la route, c'est rigolo !



Mathurin inquiet : elle le sait que je n'aime pas la neige, on dirait qu'Elle le fait exprès. D'abord elle nous a emmenés sur de toutes petites routes et le blanc commençait à tout envahir. Juste après les villages.


Moi je priais le Bon Dieu des Chats; il m'est apparu mais il nous tournait le dos alors il ne m'a pas aidé, il ne m'a même pas vu.


Elle elle continuait et tout à coup : STOP ! Un mur de neige devant le camion et rien pour tourner...Comme si elle faisait ça tous les jours elle est repartie en marche arrière, tranquille ! Oh qu'elle me stresse ! Et encore elle prenait  des photos !



 Enfin elle a fait demi tour, il y avait même pas la place pour le camion en entier ! Et le vide d'un côté de la route. Quelle peste cette bipède !
Et on est repartis : et bien devinez ! la route était plus large mais c'était pire!


Moi : mais je vous ai promis une surprise.
Nous : mais c'était pas cette petite route en cul de sac ??
Moi: Ah non, vous allez voir...

Nina : ah oui !! A moi ça me plait tout ça ...vite , vite ...
Moi: comment tu veux aller vite là dessus ? Et en plus je déteste conduire sur la neige!

Nous, en choeur : tu...quoi ???...et tu y vas quand même ?
Moi : faut être un peu courageux non ? Une surprise vaut bien ça.


Et voilà mes deux "sbires" fascinés par ce grand champ tout blanc en pente et plein de silhouettes colorées et bruyantes.

A l'écart de la foule j'emmène une Nina à l'aise sur...Ben...la piste de skis pour chats !
Elle s'éclate: la neige, elle adore. Comme Lison. Je suis sûre, c'est sa réincarnation.


Nina : je m'éclate! C'est top ! Encore !!

 Moi : va au camion, c'est le tour de Mathu
Nina moqueuse : on va rire...


Mathurin: Qu'est ce que tu fais ?? Tu sais que je déteste ? Je vais me plaindre à la SPA
Moi : Au contraire la SPA sera ravie qu'on fasse vivre un chat au grand air sain de montagnes


Nina : Qu'est ce qui t'arrive : tu as la jaunisse ?

 Mathu : ???
Nina : Ben oui, t'es jaune comme un coing...hihihi


Mathu : c'est bon je rentre.
Tellement rentré qu'il s'est caché sous le siège, puis sous la table.

Sous le siège

 Nina, curieuse : Làààà !!
Moi : Quoi ?
Nina : ce monstre !Avec des moustaches !
Moi, morte de rire : le chasse neige  !



C'est là que je chausse mes raquettes et que je vais faire une balade que j'ai contée.
Au retour ils m'expliquent une drôle d'histoire. Après une grande observation





Eux : on ne comprend pas tout ce vacarme que tu as fait avec tes drôles de sabots en marchant sur la route. On ne comprend pas tout le bruit que font les humains en vivant. On ne comprend pas tous ces cris que tout le monde pousse pour rien. En courant sur cette neige par exemple. Et cette musique que vous écoutez comme des malades. Et ce vacarme qui nous crève les oreilles. Mais ils sont fous ces humains !!


Moi : ??? !!! Ils ont raison...en plus.




Plus tard...Aulus les Bains, petite ville d'eau  en bord du Garbet, torrent heureux.



Il pleut...pour changer, il pleut très fort.
Mathu : nous on est bien, au chaud, on mange , tiens j'aime bien tes croquettes : c'est des senior ?
Moi : grrrr...pourquoi ??
Mathu : elles sont toutes petites. Et tendres.
Moi: mais non c'est des lentilles, pas des croquettes  !
Mathu : ah...

Le lendemain matin après une nuit de pluie et de vacarme car j'ai eu la riche idée de loger sous les platanes, une brume sale court sur la neige sale , mêlée à la pluie. C'est sinistre.


Aulus les bains sous pluie et brume
 Bon les chats, on rentre à la maison!
Chacun reprend sa place...imaginez laquelle...quand ils me voient prendre une drôle de route.

Nina : C'est pas la route ça!
Moi: non c'est la voie ferrée, le chemin des trains
Eux : ???
Moi : Cette voie a été transformée pour les voitures, je l'adore : sens unique, voie étroite, des tunnels sans éclairage .
Eux : vise bien ! Il y a la rivière en colère à côté !
Moi : j'ai l'habitude c'est ma route préférée d'Ariège, près de St Girons. ça va vous plaire ...j'espère



Enfin, après la halte restau "Chez Victor", une institution en Ariège, on file tranquilles sous la pluie .
ça se calmera un jour ?
On roule pendant des kilomètres; ça dort dans l'habitacle. Calme plat.
Soudain à la sortie de Quillan : 

Nina :pourquoi tu baisses la tête ? N'oublie pas les oreilles hihi...

Défilé de la Pierrelys

Mathurin : tu as vu où on passe ?
Nina : dis moi où tu n'as pas peur !
Mathu : mais je n'ai pas peur, j'observe et puis mes oreilles c'est pas des éoliennes comme toi, elles sont discrètes ! 

Moi : Bon , on est de retour, ça se voit non ? Il fait soleil, il n'y a que chez nous qu'il y a ça 

Corbières Route St Paul / Maury

Eux : on aime bien partir mais on aime bien revenir aussi. Le soleil, les platanes, ça commençait à manquer.
Nina : dommage pour la neige
Mathu: Au moins je suis sûr qu'il n'y aura pas cette colle glacée et blanche
Nina : je suis dubitative...j'ai des souvenirs et des rêves plein les yeux




Nina : mais  c'est que tu es redevenu tout blanc. Ce froussard qui a peur de la neige...et vire au jaune...je le raconterai aux autres.
Mathu : CHHHH, ça suffit à la fin !


Mathurin : mais je reconnais ! C'est le hangar de Céline, on arrive !! Chat alors !



Moi : contents les chats ? On recommencera? J'adore vous emmener avec moi.
Eux : Surtout ne raconte pas nos histoires dans le blog : on les écrira nous mêmes !





mercredi 15 février 2017

LesAventures de Nina et Mathurin en Ariège : jour 1

Mathu :Chic alors !  Quand j'ai vu que les croquettes étaient dans les bagages, j'ai su qu'on en ferait partie.
Nina : partie des bagages ??
Mathu : mais non, du voyage
Nina : alors miaule français triple sot !

Le ton est donné ils vont se chamailler souvent dans ce petit périple de 615 km quand même. Mais se chamailler gentiment, comme des gosses et se flanquer quelques "baffes" et crachements au museau. Fous rires garantis !Bien sûr on se marre tous les trois. Moi surtout...

Pour Nina, Mathu et les autres, le problème c'est MOI !!  Et oui, chacun me veut au plus "collé serré" alors au départ, on joue au chat et à la souris, on joue les indifférents, on noie le poisson et on attend, par ruse, de s'installer. Où ? sur moi bien sûr.

Au bout d'un moment
Mathu :  tu me laisses passer ?
Nina :  Non !
Indifférence feinte


Moi : bon le temps est à la pluie dehors, je ne veux pas l'orage dedans en plus ! 
Allez Mathu à toi d'abord !




Mathu : mihihi Elle l'a dit : "à moi d'abord"




Nina n'a pas dit son dernier mot et à quelques 40 km de la maison, voilà le tableau sous la tempête, un vent de fou et une pluie furieuse.
J'ai les gendarmes devant ...y voient pas le tableau par chance !


10 kg de chats sur mes cuisses

Bien calés: j'ai un gros ventre en peluche
 Nina : Tant que je suis petite je peux me contenter des genoux. je glisse alors Elle conduit d'une main pour me soutenir. Et le docteur pour chats il a dit "Elle restera petite" !

Moi : Vous avez bien de la chance que ce camion soit patient et qu'il connaisse la route !
En tout cas vous avez compris qu'avec ce volant grand comme une bassine à confiture on garde bien la tête en dessous  !




Nébias (Aude) il pleut toujours....
Nébias Aude

On roule sous la pluie depuis 110 km et Il y a euh...au moins 50 km qu'on est entassés....Et que ça tressaute au rythme de l'embrayage, frein, accélérateur, le régime des routes de montagne .
Nous : on s'en fout !!
Moi : ça me tient chaud !


Foix 200 km : une petite halte, toute petite au pied de la halle, pour regarder le beau château tout haut perché.
J'aime beaucoup la ville de Foix, j'y ai ma librairie attitrée et  autrefois, avec Lison nous faisions toujours halte dans ce bar chaleureux et feutré, par les soirées d'hiver.



Aujourd'hui, Foix, je ne fais qu'y passer, la route est encore longue.Et pas la plus facile sous ce temps de chien.

Aussitôt les deux comparses retrouvent leur fauteuil : mes cuisses !


Nina : de temps en temps, elle nous laisse pour aller regarder de plus près quelque chose qui lui plait. A moi ça me bouscule beaucoup ! Ces bipèdes ça bouge sans arrêt alors que les félins on peut faire 20 heures de surplace.

Mathu : Ne te plains pas avec Elle on voit au moins du paysage .

Nina : toi car tu es curieux, toujours le nez à la fenêtre. Moi je somnole, je suis un "bébé" encore.




Mathu : pfff tu t'intéresses à rien.
Ecoute au moins ce qu'Elle nous explique ...église romane...inspiration lombarde....ancien site Romain, on est à Vic d' Oust. Ta culture Nina  !!


Je subis ses explications et elle me dit "Tes yeux jaunes de crocodile"

Vic d' Oust


Moi : Et maintenant Seix ! Après Oust et avant Salau !  Ils ont de ces noms dans cette Ariège...et j'en passe...
Seix 

Nina : Elle nous laisse pour aller voir "sa ferme en Afrique", je croyais qu'on était en Ariège?

Mathu : ça veut dire que c'est une sorte de rêve. Tu nous vois vivre là ???

Nina : j'aime l'eau, j'aime la neige, j'aime la chasse, oui JE m'y vois Môa
Elle visite, on attend...et il fait froid


Mathurin : Pendant qu'Elle n'est pas là, je te le dis Nina, de l'eau...de l'eau...on n'en manque pas ! il pleut, il y a ces rivières et puis tout ce blanc tout mouillé quand tu regardes en haut, juste celui que je n'aime pas. Ouf il est loin, tant mieux !

Un peu plus tard ...Au terminus du jour, Sérac d' Ustou

Mathurin : mais qu'est ce qu'Elle nous fait ?  On va dormir à côté de l'eau et sous l'eau...Oh que j'aime pas ça...Elle nous met presque sous le pont, on entend la rivière comme si on y était dedans.

Nina : moi j'aime l'eau et je saurais même nager


Moi : puisque vous ne bougez pas, que je vous montre les photos ! On est à Sérac d' Ustou, en bout de vallée .

Il y a 20 habitants ici, 23 avec nous ! Vous vous rendez compte comme d'un coup on grossit la population !

On va dormir près de l'ancien moulin ; elles sont belles ces meules...Mais je vous préviens vous deux , la tempête est annoncée ce soir on devient bunker : aux abris toutes !


Et effectivement tous bien au chaud, sous l'averse brutale et le vent furieux qui secoue les cimes , bien à l'abri derrière un pont, on va passer une douce soirée entre chats.
C'est le moment douceur, famille, chaleur, cocon comme à la maison devant la cheminée et la télé. Ici c'est ronrons, écriture, ou lecture, et puis conversations...


Séance écriture pour Nina


Mathurin devant "le poele" à gaz
Nina dite Nina la Goulue a toujours faim: la table est en place mais vide
Moi : Tu vas où Nina ?
Nina : Je regarde l'heure, tu attends quoi pour nous préparer le repas ?? 

Bientôt 19 heures
Moi : Héhé ! Je vous prépare une surprise pour demain...
Mathurin : oh moi, quand Elle prend ce ton, je me méfie...surtout par ici . Il y a de l'eau, des ours et du blanc partout. J'aime pas ce blanc mais alors pas du tout !



Nina
Et toi tu es de quelle couleur ?? Tu as de la chance qu'elle aime le blanc !
Et moi j'attends avec impatience , j'en rêve déjà de sa surprise...






Bien sûr que je ne leur dis pas sinon une surprise n'est plus une surprise pas vrai ?

J'en connais une qui ne sera pas déçue...
J'en connais un qui ne sera pas content...


La nuit tombe sur la vallée, la pluie ne fait que redoubler et le vent s'affoler.
Bien au calme derrière le pont, la tribu prépare sa nuit.





Mathurin sombre dans le sommeil, Nina s'enroule sur mon bras et bientôt dans la noire nuit tempétueuse, enfouis de part et d'autre de moi sous la couette - car ces Monsieur / Dame ne se mélangent pas- personne ne peut imaginer que trois habitants supplémentaires ont enrichi les "stats" INSEE du village.


Car voyez vous dans ce village enfoui au fond de sa vallée, derrière ses portes et volets clos, et dans les rues froides et mouillées, il n'y a pas un chat !












                                                                                A demain !