lundi 21 septembre 2020

Les anciens cortals de Prats Balaguer (66)

Partons à la découverte des anciens cortals de Prats Balaguer, commune de Fontpédrouse.

Originale construction au centre d'un cortal

Prats Balaguer est un tout petit village perché à 1300 m au dessus de la rive droite de la Têt. face à lui se trouve Sauto, autre balcon à 1500 m. Ils ont une situation privilégiée, l'un regardant vers l'Ouest et l'autre vers l'Est. Au fond de la vallée Fontpédrouse a une situation bien moins privilégiée, étiré le long de la route; c'est froid, humide , d'ailleurs une avalanche détruisit une grande partie du village au 18 eme siècle.

1300 m : Prats Balaguer vue d'ensemble

Eglise de la Trinité et Sainte Marie : 11 eme S

A titre indicatif tout cet ensemble se situe entre Olette et Mont Louis, sur la route menant ...en Andorre!

Aujourd'hui on ne voit que pentes abruptes de 700m, couvertes de taillis et arbres , rochers et éboulis. En cherchant bien, on peut lire dans le paysage d'anciennes terrasses et des sentiers sous la végétation. 

Le site vu d'en face, on voit bien l'emprise de la forêt : novembre 2016

Mais voilà encore un demi siècle, des cultures s'étageaient, des prairies non loin de la rivière et une vie agricole subsistait. Quasi disparue aujourd'hui. Plus loin dans le temps, tout était cultivé, la moindre pente ensoleillée (et les deux rives sont ensoleillées) la moindre ébauche de vallée avait ses cultures vivrières en terrasses près des cours d'eau et un réseau de canaux étagés conduisait l'eau de la Têt à travers pentes vers cultures et villages plus éloignés. Des étages de canaux. Je me suis intéressée depuis un certain temps à cette moyenne montagne aride et par périodes, je la parcours en tous sens...je n'aurai pas assez du reste de ma vie....

Cette fois ce sont les  anciens cortals de Prats Balaguer qui auront droit à ma visite. Après ma rando sous pluie du matin (article précédent), c'est sous le soleil revenu que j'emprunte la piste forestière vers le site. C'est loin m'a t'on dit . Qu'importe. 


La piste : en fond le Gallinas

Je n'aime pas trop les pistes, je leur préfère les sentiers. Je vais marcher sur près de 4 km avant de rencontrer un cortal . Mais d'abord, la piste caressée par l'automne va traverser d'épaisses forêts de sapins, bouleaux et autre arbres, immenses, du reboisement je pense. Quelques zones dénudées parlent d'anciennes cultures et après le Torrent des Aigües, une esquisse de sentier marqué d'une flèche de peinture rose invite à un "droit dans la pente". Dans le doute je m'abstiens. Bien que la longue pente raide et dénudée invite à penser que c'est le site.

Torrent de las Aigües, né au col Mitja
C'est à ce torrent que se trouvent les sources chaudes
de Prats . D'anciennes cultures s'étagent et je crois même
qu'un canal y prenait son départ

La piste est un paysage de silence et d'ombre, bordée de mousses et de champignons. Silence dans les sous bois, silence dans les airs, je désespère d'arriver aux cortals. 

Soudain au détour d'un virage, se dresse l'étonnante silhouette d'un cortal de pierre et j'entre alors dans le domaine des estives. Altitude 1536 m.

Visite du cortal N°2 :

Il porte un petit panneau : N°2


Mais qu'est donc un cortal ? C'est une bergerie ou une étable, dont on peut reconnaitre à la taille de l'ouverture s'il abritait bovins ou ovins. Ici, il en est de caractéristiques car circulaires, hauts murs, très épais, incurvés vers le centre et le pilier central soutenait la toiture faite de poutres et branchages. Il n'en reste rien . Le but était de mettre les animaux à l'abri des prédateurs dont les loups. A côté de chaque cortal se trouvait la cabane du berger, petite, ouverture étroite, et petites niches à l'intérieur pour abriter ses affaires. Le toit était couvert de lauzes. Le corral, à l'inverse du cortal, était un enclos en pierres sèches sans toiture, servant au rassemblement des troupeaux. 



Le pilier central tout en pierres sèches
Les poutres s'appuyaient dessus (on voit la petite plate forme 
sur la tête du pilier)

Depuis la porte



La porte

Epaisseur des murs : plus de 1 m
Légèrement incurvés vers l'intérieur


Le berger a sa cabane attenante ou à peine éloignée. Les chiens de berger étaient munis d'un collier hérissé de pointes pour chasser les loups.


Attenant au cortal 3, le corral

Un enclos de pierres (donc un corral),  prolongeait parfois le cortal. je vais "visiter" la pente au gré de sentiers à peine visibles (le site n'est pas entretenu, dommage) que ma pratique de la montagne me permet de deviner. Ainsi sur le site assez plat où je me trouve, je rencontre deux cortals portant les N°s 2 et 3. Je ne trouverai pas le 1. 

Visite du cortal N° 3 : avec panorama sur la vallée de la Têt, vers l'amont, Mt Louis et la Cerdagne


Face à la vallée de la Têt



Curieuse construction  au centre ; je n'ai pas trouvé l'explication
Mais elle soutenait la toiture 




La porte



La construction centrale




Perfection de l'arrondi




Fenêtre en meurtrière

Depuis la construction centrale,
la porte d'entrée




De la porte, vue sur le Gallinas

Mais une esquisse de sentier escarpé me mène à un autre cortal, rectangulaire, sans pilier central, (un corral ?) adossé à la roche. Je suis à 1591 m, le sentier continue vers les cimes, je ne poursuis pas.

La construction est massive, de forme rectangulaire, sans pilier central, ni ordonnance parfaite des pierres,  adossée à un rocher; la cabane du berger est là aussi.

Je pense davantage à un corral qu'à un cortal


Le corral

Le mur est appuyé à un rocher

L'appareillage de schistes moins soigné

La cabane



Vue imprenable !


Je redescends et  droit dans la pente, 100 m au-dessous, j'aperçois un autre cortal  parfaitement circulaire où je n'ai de cesse de me rendre. La construction s'apparente à une forteresse, ces ruines expriment une grandeur passée dont il reste peu de traces et où l'imaginaire peut galoper...

Le sentier est à peine visible mais  en un rien de temps j'y suis. La remontée sera pénible !

Extraordinaire cortal ! Visite:

Etrange fortification, je pense qu'un petit habitat s'y logeait

On devine la ruine du pilier central

Epaisseur des murs ! 

  Ces  cortals terminèrent leur vie vers la fin du 19 eme        siècle. Peut être la guerre de 14/18 qui décima                 énormément de population a précipité leur fin ?

 

Sur les cartes d'état major du début du 19 eme, trois de ces cortals sont indiqués, les trois circulaires qui sont donc les plus anciens. Leur magnifique construction est contemporaine et faite par des artisans bâtisseurs.

Chaque coin du département, pour ne parler que du 66 puisque ce n'est pas une spécificité et qu'on en trouve partout, en France, en Italie, Sardaigne, Espagne etc...a son type de construction bien particulier. Quelques intéressantes études ont été faites là dessus.

Ainsi, dans la proche Carança, le type de construction est différent, de même que le grand cortal du Pla de l'Orry, à Sansa. 

 



Appuyé à un rocher

La cabane avec ouverture pour la cheminée

Intérieur de la cabane

Perfection du mur 

L'autre partie et le décor : Pic de Gallinas

D'ici, j'imagine, part l'improbable sentier vers la piste. La déclivité me fait renoncer à essayer de le trouver , j'ai les jambes usées et pas droit à l'erreur !! En 100 m de dénivelé j'ai une jolie moisson! 

Rien qu'à voir cette photo, on peut imaginer la descente. Pourtant, tous repères et calculs faits, une centaine de mètres de sentier m'auraient évité 1.7 km de piste...Une prochaine fois, car je reviendrai!

J'y ai encore des choses à voir...en cherchant bien...car de loin j'ai aperçu des murs.

Vue plongeante sur Fontpédrouse

Oui, sur le tracé du petit sentier oublié, à travers cette aride colline, le zoom m'a dit certaines choses et la montagne ne m'a pas tout raconté...

Il m'en reste des choses à voir...

Ainsi...ils m'attendront encore un peu !






                                                 

                                                                                                            A bientôt.....

En chiffres

Dénivelé positif cumulé 315 m

Distance : 8.5 km

Bilan total de la journée

Dénivelé : 874 m

distance : 19.5 km






6 commentaires:

  1. A faire, à voir, à ressentir, ces émotions du passé qu'on ne qu'imaginer. Hâte !
    Merci pour cet avant goût Bises

    RépondreSupprimer
  2. Le travail d'architecture tout en pierre sèche, est vraiment superbe, remarquable. Cela mériterait un sentier historique.
    Tu as parfaitement illustré ce lieu à l'abandon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui sincèrement le lieu mériterait une mise en valeur particulière, simplement un hommage mérité aux bergers d'antan.

      Supprimer
  3. une bergerie top pour le "plus beau métier du monde ",mais qui donc était ce berger de Prats qui avait compris que le cercle offre 25% de surface de plus que le carré pour un même périmètre , donc économie de matériau (surtout que les murs étaient épais ) Bon, il y a le pilier central en plus..inspiré par un pèlerin de St Jacques de Compostelle qui passait par Nuria et qui lui aurait enseigné ce type d'habitat que l'on trouve dans les monts cantabriques ?bon , il me faut lire ton
    beau témoignage pour reposer toutes ces questions sans réponse que l'on évoquait nous autres du Conflent quand on passait par là

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de partager avec moi ces questionnements, ou plutôt de m'en faire prendre conscience...le cercle...les 25%...les constructions cantabriques que j'ai oubliées ou pas vues, je me souviens des horreos sur pilotis de granit...Cantabria où j'espère retourner un jour pas trop lointain, ah une belle visite que celle que tu fais sur mon blog. Merci de cet éclairage

      Supprimer

Votre commentaire: