vendredi 17 octobre 2014

Moi, Arsène, félin filou...






Personne encore ne me connaît, je n'appartiens pas à la Tribu du Sujet.
Ni à personne.
Je suis chat sans famille.

Mais non sans histoire..

Un jour, il y a au moins deux ans je suis arrivé chez Elle.
Elle m'a accueilli, nourri dans son jardin car ma sauvagerie m'interdisait de mettre un pied dans sa maison. Pas dans son jardin.

Elle m'a bien accueilli, mais pas ses chats.

Elle m'a appelé Arsène, m'a nourri et m'a parlé.

On ne m'avait pas habitué à ça, moi chat SDF.

J'étais un grand blessé à l'époque parce que derrière mes deux oreilles deux gros abcès coulaient.
Ah oui ! Me soigner ? Elle aurait bien voulu mais fallait pas m'approcher.
Plus tard j'ai su que son "véto" avait dit "Il mourra d'une septicémie, c'est classique".
Ouais... je ne suis pas classique.

Elle ne supportait pas ça : ces deux plaies qui saignaient. Quelle sensiblerie ! Un chat guerrier en a vu d'autres.


Sur cette photo je suis guéri. J'ai saigné pendant plus de 2 ans. Quand je guérissais, je me grattais et ça recommençait.
Que voulez vous ? ça grattait!

Elle et moi on s'aimait bien mais je suis un nomade.
Alors je suis parti chez Lui, plus bas dans la même rue.
C'était pire. Il paraît que si j'avais su compter j'en aurais trouvé entre quinze et vingt.
De quoi ? mais de chats, voyons.
Il m'a nourri, comme Elle, m'a hébergé et m'a si bien nourri (steaks) que j'ai guéri. Comme vous avez pu voir.
Pourtant j'ai été très malade....
Alors l'autre jour j'ai eu envie d'aller chez Elle car on ne s'est jamais oubliés.
Quand Lui s'en va en week end, c'est Elle qui s'occupe de nous. Et le contraire marche aussi bien.
Alors en ce matin, puisque vous savez tout, je suis chez Elle.
Sauf que ses chats ne sont QUE 6 et pas habitués au passage. Ou aux visites.
Alors voilà :
Je suis sur Sa terrasse, j'implore du regard, je demande juste à entrer.



Elle dit oui.
Mais....


Regardez celui là.




Moi, je suis Mathurin.
Cékiça ?
Ouste, file, ...et je suis poli !!!Grrrr




Bon, d'accord, t'as rien compris ?
Stratégie militaire : ça s'appelle combattre à front renversé...T'as rien vu ? je suis derrière toi et je t'attends au virage.




Je louche , ok , mais ça converge : et vers qui ?




Attends mon Matu, j'arrive : cékiça ? Ilfaitkoilà ? non mais...!!!(((


Elle, elle surveille, preuves en main. je l'implore du regard.


Mais je n'entre pas, car dans la salle à manger devinez quoi ? Blanche est là; avec de ces yeux !!!







le gauche...
le droit...
c'est pareil...
        et
c'est pas mieux!
Tandis que moi, comment peut on résister à ce regard là ?
Elle n'y résiste pas.



Tiens voilà l'autre, Farine et son grand appétit.
Elle me mangerait peut être ?
Vaut mieux filer doux....



Elle a les yeux jaunes du crocodile de Katerine Pancol. J'aime pas ça.



Et puis...y a l'autre, là bas, celle à qui Elle dit quand Elle s'en va : " Syrah, tu gardes la maison !"
Et qui obéit. Et qui garde. Et qui râle mais qui garde quand même.
Et qui est fière quand Elle dit "C'est bien Syrah, tu as bien gardé!".
Et qui malgré ça fait la gueule...

Ben cette Syrah, elle me tourne le dos.
Parce que...


Parce que s'il exagère, Arsène, je te le course au passage qu'il s'assomme entre les barreaux du portail.
Je GARDE, MOI !





Ben....mais...en manque un ...l'est où ?










Je suis là ...j'ai peur moi....Suis caché dans le noir, moi...Moi ? Mais oui, Blizzard !



Oh que j'ai peur !!!

33 commentaires:

  1. Chapeau ! ces discussions entre chats, fallait les imaginer et les écrire...
    J'ai eu jusqu'à 7 chats et c'est vrai qu'il y avait débats entres eux ; j'ai pensé à ce qu'ils pouvaient se dire mais je n'ai rien écrit (le travail, les enfants). Maintenant, mon dernier chat est mort et j'en cherche un autre. J'ai quand même de longues discussions avec ma petite chienne Ina Ina.
    Merci pour ces textes...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adore ! Les chats, leur langage du regard et vos commentaires. Ah des histoires de chats et sur les chats j'en pourrais conter...pas si bien que Colette ou autres. mais avec un animal, on est jamais seul, même avec un oiseau.

      Supprimer
  2. la maison est bien gardée, c'est vrai que c'est difficile de résister à tes yeux Arsène.
    Je suis contente qu'il ait survécu à sa méchante plaie, et qu'il ait des maisons qui prennent soin de lui.
    Bravo pour ce beau billet...ils sont tous tellement beaux.
    bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Laurence. J'ai la plume alerte quand il s'agit des chats. A bientôt pour d'autres contes...Bisous

      Supprimer
  3. oooooohhhhhhh j'adoooooooore tous ces chats, tous dans la maison , un sur une chaise, l'autre sur le canapé, un autre encore sur un lit.....c'est ce que j'aimai trouver lorsque je rentrai de l'école étant enfant....Que de bons souvenirs ils étaient tous aussi beaux les uns comme les autres.
    Ta maison me rappelle sensiblement la maison de mon enfance Merci pour ces belles photos
    Bisous
    Pascale

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avant hier je suis allée au jardin de ma mère. Devine qui est venu me voir ? Bisous, câlins et je suis partie, en marche arrière. J'ai vu un oeil qui me regardait : alors je suis descendue en disant à ma mère : "je ne lui ai pas dit au revoir" ! elle a du trouver sa fille encore plus déjantée...Bisous Pascale

      Supprimer
  4. Ah... les yeux des chats !! Ils sont tellement expressifs. Tes photos sont
    très belles et j'adore ce que tu as écrit . On te sens tellement proches
    d'eux ( tous... sans en oublier un seul ). Chez toi, c'est la maison du
    bonheur. Chère Amédine, aujourd'hui mon PC a l'air de fonctionner. Un
    miracle. J'en profite pour rendre visite aux amis blogueurs. je t'embrasse
    avec toute mon amitié. ELZA

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elza ! je suis contente de te retrouver. Je suis très en retard en blogs, semaine d' enfer...Mais je fais du rattrapage ensuite car les aminautes me manquent. C'est la maison du bonheur chez moi parce que le bonheur il est en moi, grandement à cause de - ou grâce à - mes chats. je t'embrasse avec un grand plaisir de te lire

      Supprimer
  5. J'adore ta manière de les mettre en scène et de les faire parler. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que veux tu ? A force de vivre avec eux, je vis "chat", je pense chat, je dialogue chat, tu as compris...je vis chez mes chats! je crois même que je suis leur chat.

      Supprimer
  6. Très jolie histoire, Arsène est bien beau malgré ses blessures et les autres gardent bien la maison.
    Je découvre votre blog via celui de Sonye et Opale.
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de votre visite, Isaure. Il semble que vous n'ayez pas de blog. A bientôt peut être.

      Supprimer
  7. Super de voir tous tes chats. Je ne "connaissais" que Lison et Mathurin (aux si beaux yeux). Arsène est un petit malin qui s'est choisi deux maisons où il sait être bien accueilli. Et il sait faire le même regard que le Chat Potté dans Schreck ! Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui, il y en a toujours par ci par là...En ce moment un grand rouquin essaie de se frayer passage dans mon jardin. il n'a pas plus de chance que le petit rouquin du voisin. moi, je veux bien qu'ils viennent s'ils ne s'incrustent pas. Bisous

      Supprimer
  8. Impossible de résister au regard d'Arsène; Arsène est un chat chanceux!

    Nicole

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il a eu beaucoup de chance car on ne donnait pas cher de sa peau. Plus de deux ans de saignements et de plaies incurables. Il me faisait souffrir. Je suis heureuse de le voir comme ça. Bisous Nicole

      Supprimer
  9. Quelle jolie histoire Lison et, la façon dont tu la racontes et drôle et émouvante à la fois !
    Certains chats (beaucoup) ont une résistance et une envie de vivre qui leur permet de surmonter le pire. Ils résistent aux douleurs et nous donnent parfois de belles leçons de vie.
    Gros bisous Lison.
    Câlins à la Tribu du Sujet et à tous les chats que tu aimes.
    Belle soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai pris grand plaisir à raconter, parce que j'adore ça et puis parce que en observant ces chats, les dialogues s'imposaient. je suis toujours frappée de leur immense résistance à la souffrance : leur seuil est différent du nôtre, semble t'il. A moins qu'ils ne fabriquent leurs propres anesthésiants internes ? je t'embrasse Mireille

      Supprimer
  10. Un billet magnifique que j'aime beaucoup.
    Arsène a eu de la chance que ses plaies cicatrisent bien! il a de beaux yeux !
    J'aime ces dialogues avec les animaux , ce sont des compagnons extraordinaires , on ne se sent pas seul avec eux.
    Douce soirée, bises Lison

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec un chat (ou un animal) on n'est jamais seul. certes ils nous emprisonnent parfois... je disais "quand je n'aurai plus de chats, je ferai...j'irai..."; à présent je dis "j'aurai toujours un chat, et nous ferons...nous irons...". Bisous

      Supprimer
  11. Eh oui ! le paradis des chats existe ! Et c'est chez toi, Lison ! :-)
    Ce doit être vraiment sympa tous ces minarons autour de soi, j'aime l'idée.
    Une caresse à chacun, Lison, et n'en oublie pas, hein ! :-)
    Et de gros bisous à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des paradis ils en ont autant que de maisons aimantes; chez moi, c'en est un chez Lui (du récit) aussi car il héberge beaucoup de chats "sauvages" mais sédentaires, dans son garage. Quand on aime on ne compte pas. Une caresse oui sauf à Arsène le sauvage . Bisous

      Supprimer
  12. Arsene teve sorte em encontrá-la, espero que ele crie coragem para entrar em casa e que não tenha problemas com os outros gatos da casa. Aquele olhar... é irresistível.
    Seus gatos são muito bonitos.
    beijos
    Adri

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tem somente problemas com o Mathurin que nao gosta que otro gato tinha amor para mim. Excepto os gatos da casa. E um celoso ! Beijos
      Sim os meus gatos sao bonitos, os teus tambêm pourque todos os gatos sao belos...penso.

      Supprimer
  13. Bonjour chère amie,

    Une très belle histoire de matous... Arsène est très beau et malgré une vie de bohème il retrouve une stabilité chez vous, chez la voisine... Il y a tant d'amour dans ce regard sauvageon... Merci pour le partage de ces magnifiques photos.

    Gros bisous ♡

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui il a un extraordinaire regard suppliant mais beaucoup de chats savent prendre ce regard là aussi . Cependant chez lui, c'est naturel. Il est reconnaissant à qui l'a soigné et nourri. Il s'est complètement sédentarisé et chez Lui, il entre dans sa maison et passe sa journée sur une chaise. Chez moi, Mathurin fait barrage. C'est de ma faute, je l'ai engagé à garder la chattière . Bisous

      Supprimer
  14. Très beau cet article félin ! J'aime aussi les chats mais n'en ai plus ! Bisous Lison

    RépondreSupprimer
  15. Merci Cindide pour votre visite. je vis avec 6 chats c'est tout du bonheur. Bisous

    RépondreSupprimer
  16. Je me suis prise à cette histoire si bien racontée ! J'espère que tu trouveras ta place dans la famille, Arsène ! Pas question que tu vieillisse dehors, loin des coussins !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non Arsène ne vieillira pas dehors, il a de toute façon chez Lui, son autre maison où il est plus à l'aise et surtout un garage devenu une pension pour chats. Hier il se chauffait dans le lierre de mon jardin et je ne le savais pas. J'ai arrosé le jardin, lavé les feuilles du lierre et Arsène a vu son sauna se transformer en douche froide : la pauvre ! J'aime beaucoup ce chat (comme tous d'ailleurs...) Bises

      Supprimer
  17. Super sympa !!!!! Bravo Lison !
    J'ai décompressé en lisant ce petit bonbon.
    Biz
    Chantaloup

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Crois tu ça ? Même moi je le relis souvent, tellement je le trouve sympa : deviendrais je narcissique ? J'adore les histoires de chats.
      Jje pourrais en écrire et faire des livres pour enfants, illustrés. Bisous

      Supprimer
  18. Comment peut-on résister à un regard comme celui d'Arsène. Moi non plus je n'aurais pas résister.
    Une belle histoire qui finit bien malgré les cicatrices.
    Bisous Lison!

    RépondreSupprimer