lundi 15 décembre 2014

Gondin le rat

Il existe, dans l'extrême sud de la France, une grande maison plantée au bord d'un canal, au milieu des champs. Le canal est étroit, c'est un canal d'arrosage mais il est très frais l'été, bordé de platanes, figuiers, cyprès et autres . Des lauriers roses lui donnent une mouvante touche
 de couleur : un lieu un peu hors du temps.





Un homme vit ici avec sa famille, un homme que j'affectionne particulièrement. Des chats, des chiens, des poules, des chevaux et une immense colonie d'hirondelles font partie de son univers: vous l'avez compris, il aime les animaux. Qui le lui rendent de façon particulière.
Un jour, il découvrit dans le canal un nouvel habitant : un ragondin. Il n'y en avait jamais eu ici.



Cet animal l'intrigua et cet homme se mit à l'observer. Il lui apportait des morceaux de pomme que l'animal mangeait discrètement.


 L'homme sifflait toujours avant d'arriver, comme on siffle un chien et le ragondin se précipitait au sifflet, en nageant, le museau au ras de l'eau, le regard incisif, s'approchait de plus en plus jusqu'au jour où il s'enhardit et vint manger dans sa main : le pacte d'amitié fut scellé à jamais.



Des mains très utiles




J'eus droit aux faveurs de l'animal qui venait même en l'absence de l'homme, il me connaissait, me reconnaissait, mangeait dans ma main, grimpait sur mes genoux et venait même avec délicatesse saisir le morceau de pomme ou de carotte que je logeais entre mes lèvres. Une infinie délicatesse.









Repas de cerises

Caresses



Gondin, ainsi l'avais je nommé, grossissait, grossissait et je reprochais à l'homme de le gaver comme une oie.
Car l'homme dès qu'il avait un moment de libre allait parler à son ragondin. c'était son moment de bien être.
C'était leur moment d'intimité.
Il lui offrait une pomme coupée en rondelles, des carottes, des pêches, l'animal est végétarien.
Lorsqu'un goût nouveau lui était présenté, Gondin se mettait en colère, plongeait, allait cueillir une poignée de mousses et venait nous montrer que ce qu'on lui donnait était franchement mauvais. Puis se prenait à l'aimer...
Un matin de juillet, Gondin arriva, tout mince et efflanqué : l'homme comprit . Gondin était Gondine et venait de mettre bas.
Une portée de 4 nourrissons montra bientôt le bout de son nez, etonamment vêtus d'un pelage rose. Qu'ils gardèrent.


L'homme et les ragondins

La mère et un petit

Aussi peu farouches que leur mère. Ils calquèrent leur attitude sur celle de la mère et c'était du sport que de nourrir cinq ragondins goulus.

3 des bébés roses

Gondine était jalouse de ses petits et n'hésitait ni à les repousser violemment, ni à siffler, cracher, grogner, voire à les mordre,ou à mordre l'humain qui ne lui donnait pas l'exclusivité : mes jambes nues en firent les frais. La morsure est brutale, très douloureuse mais superficielle, à cause de l'inclinaison des dents orange de l'animal.

Dents couleur carotte

Une morsure

Un peu de "sciences" : les ragondins vivent en couple et ont plusieurs portées par an. Ils ont 4 mois de gestation ainsi le petit naît le plus autonome possible. Les mamelles de la mère sont sur le côté de son ventre juste au-dessus de la ligne de flottaison ainsi les petits peuvent téter à l'air libre pendant que la mère nage.

Et alors, où était Gondin père ? Il était mort, on avait bien vu un ragondin mort écrasé avant que Gondine n'apparaisse. Elle était enceinte et veuve...

Les ragondins vivent sous terre et creusent des galeries longues de parfois 7 m, avec plusieurs branches et plusieurs entrées sous marines. Ainsi lorsqu'une est à l'air libre, il en reste toujours sous l'eau.Les ragondins sont considérés comme nuisibles car ils font beaucoup de dégâts dans les berges.
Ils sont exclusivement végétariens.

A la pêche aux algues
Je découvris un jour Gondine aux prises avec une couleuvre : elle avait barricadé avec des roseaux l'entrée de sa demeure et la couleuvre d'eau voulait forcer le passage. Je la chassai d'une motte de terre.
Gondine a affronté des prédateurs: ainsi elle fut amputée d'un ongle.
Un de ses petits perdit une patte.

Nous avons passé de superbes moments. Les badauds venaient observer, filmer, Gondine était une célébrité.
Elle s'entendait bien avec les chevaux et allait passer de grands moments avec eux. Les chiens et les chats qui sont pourtant ses ennemis la respectaient et l'observaient.


Séance de grattage 


Aujourd'hui...Gondine n'est plus de ce monde...qu'est elle devenue? Un prédateur sans doute...L'hiver, le canal étant vidé de ses eaux, elle émigrait vers le fleuve, à quelques kilomètres de là, avec ses enfants, là où la chasse aux ragondins est autorisée.
Elle revenait ensuite aux beaux jours, fidèle et affectueuse... à sa façon.

Aujourd'hui ses enfants ont pris le relais.D'autres enfants. Trois sont sédentaires, continuent à venir manger et à répondre au sifflet. Je n'ai pas établi de liens avec ceux ci...Je le regrette un peu...

L'homme continue à avoir des liens avec ses ragondins..




Cet homme, c'est mon frère.


(Une page de lecture sur mon 2nd blog ? Je vous présente "deux femmes" (clic) )

19 commentaires:

  1. Lison bonjour!
    Quel régal de te visiter ....
    Tes photos avec des ragondins sont magiques et extraordinaires!!!!!!
    Quelle chance de voir près de toi!
    Tu as eu la chance de manger une pomme avec des ragondins .....rire!!!!
    Et ton frère est comme toi et moi ....il aime aussi la nature sauvage!
    J'espère tu vas bien et je te souhaite une douce semaine!
    Je t' embrasse fort Lison!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui, chère Géli, toi, lui, moi, nous sommes des gens qui avons la merveilleuse chance d'être près de la nature! Cela énerve certains, mais nous sommes enviés aussi. je te souhaite aussi une belle période d'avant Noël, et je t'embrasse

      Supprimer
  2. Comme quoi on peut créer des liens avec des êtres très différents de soi :-)
    Ici les ragondins sont considérés comme nuisibles car ils font beaucoup de dégât sur les berges. Nous avons même interdiction de les nourrir sous peine de sanctions.
    J'en vois assez souvent lors de mes balades à côté de chez moi. J'essaierai d'en photographier avec mon nouvel appareil.
    Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chez mon frère il n'y a pas encore d'interdiction car c'est un nombre très limité qui vit en un lieu bien précis et ne dégrade les berges que de la propriété de mon frère. Moindre mal donc. Mais animaux attachants...comme peuvent l'être tous les animaux. Bisous

      Supprimer
  3. Quel magnifique billet qui rend hommage à Michel tout d'abord mais également à Gondine que nous avons tous observé, admiré, aimé , il ne passait pas une journée sans que nous allions la voir. Cette complicité avec Michel était tout simplement incroyable, comment une bête sauvage peut elle arriver à vivre si proche de l'humain, Michel me racontait que souvent elle venait jusqu'au garage pour venir le chercher... il n'aimait pas trop car il avait peur que Gondine ne s'attaque aux autres animaux de la maison .
    Ces photos sont magnifiques....
    Bise
    Pascale

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui ? Elle venait jusqu'au garage ? C'est vrai que c'était un personnage. Je l'ai regrettée. Bisous

      Supprimer
  4. Bonjour Lison,
    surprenant ! j'avais lu ces deniers temps quelques mots dans la presse qui parlaient des ragondins, mais j'avais complètement oublié cet animal (inconnu à Tahiti). Je suis un éternel étudiant, merci Prof....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bien voilà un billet qui tombe à pic, Pierre. Prof je le fus dans ma vie d'avant, dieu merci je profite de la retraite. Il doit me rester des relents dans la façon d'expliquer..Amitiés

      Supprimer
  5. Oooh... Quelle merveilleuse histoire, Lison, et comme j'ai aimé la lire et regarder les photos ! Merci, merci, de ce si joli partage, si touchant, si beau ! Gros bisous à toi, et amitiés à ton frère qui a l'air d'avoir une âme aussi belle que la tienne. :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon frère et moi nous sommes très proches, mais il est plus posé, pondéré "raisonnable" que moi tout en étant très fantaisiste, on dira moins impulsif au bon sens du terme.Il compte beaucoup pour moi. Un jour je raconterai l'histoire des hirondelles...Bisous

      Supprimer
  6. Como eles são fofos! Eu amei a maneira como ele segura a cenoura nas patas,parece uma criança segurando a mamadeira hehehe.
    Eles apreciam o carinho do teu irmão, isso é lindo.
    Obrigada por compartilhar.
    beijos
    Adri

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sao poucos animais que usam das patas como os humanos. E isto que me sorprendi mais.E uma linda historia do amor entre eles. Beijos

      Supprimer
  7. Passe une bonne journée chère Lison et merci pour tes gentils mots chez moi ...
    Tu me fais rire et c' est extra!
    Je r' embrasse fort!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien si mon commentaire t'a fait rire...mais c'était sérieux ! Attention au père Noël...on ne sait jamais....

      Supprimer
  8. Une très belle histoire, simple et émouvante comme toutes les histoires d'amour entre un animal et un humain.
    Ton frère est un personnage certainement très attachant, j'en ai connu comme ça dans le milieu cavalier(de randonnée je précise) et dans le pastoralisme.
    Cet homme est un véritable amoureux de la nature qui l'entoure.
    Je te fais de gros bisous Lison et à lui aussi.
    Belle journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Mireille pour ton commentaire, ce n'est pas parce que c'est mon frère (quoique...) mais je l'admire beaucoup....Je crois que lui aussi murmure à l'oreille des....animaux. Sa fille est comme ça : elle est entourée de poules, chevaux, lapins, chats, chien et elle a souvent guéri des oiseaux blessés. Elle avait un moineau qui revenait au sifflet. Des personnages ! Bisous

      Supprimer
  9. C'est une belle histoire que tu nous racontes dans ce billet ! C'est presque un conte pour enfants et j'aime beaucoup les photos ! En fait c'est très émouvant ... Merci Ameline (j'ai trouvé !!!! Hi !!! Hi ! heureuse que tu m'ait accepté sur Face Book ... Mon nom Annick et Duboisséjour parce que j'habite un village auvergnat nommé Boisséjour !!!) Bisous

    RépondreSupprimer
  10. Alors là... j'adore cette histoire !! Et bizarrement ces
    jours-ci j'ai vu à la télé un petit documentaire sur les
    ragondins. Drôes de bestioles !! avec une forte
    personnalité. Merci pour ce partage de photos
    très explicites. Bises à toi. ELZA

    RépondreSupprimer
  11. Très émouvant ce récit. Quand je pense que ce sympathique et gentil animal est considéré comme nuisible et qu'il y a même une multitude de conserveries qui en font du pâté, des civets, de l'huile et même du savon....En te lisant Amedine, je me dis que le seul nuisible c'est nous, les êtres humains....Merci à ton frère et bravo pour ce superbe reportage. Amicalement

    RépondreSupprimer