lundi 8 août 2016

Le Diable qui se voulait écrivain

Cela se passait autrefois, il y a très longtemps, des milliers d'années, bien avant l' Histoire.

Un grand Diable vivait là haut dans les montagnes, si près du ciel qu'il pouvait le toucher rien qu'en étendant ses bras.


Un grand Diable noir et velu aux magnifiques yeux verts. Bien sur aucun humain ne s'en souvient mais il est des légendes qui durent car elles ont la dent dure.  Ce Diable solitaire était facétieux paraît-il puisqu'il il jouait avec la Lune. Seulement les nuits de pleine lune car ces nuits-là, toute la montagne était éclairée par une grande lumière argentée qui faisait briller les éclats de roche et l'eau comme des millions d'étoiles à l'envers.


Alors le Diable sortait de sa combe avec un grand stylet de pierre dure, blanc et effilé, tranchant comme le diamant et allait graver les Pierres.







De grandes dalles de pierre rousse sur lesquelles, nuit après nuit, il dessinait, dessinait...Que voulait -il conter ? Nul ne le sait. Puis la Lune s'en allait par derrière les cimes, éclairant encore l' atelier du Diable un grand moment.










Lorsque venait l'hiver le Diable disparaissait. Hibernait-il comme les marmottes ses voisines  ? Dieu seul le sait....
Années après années, étés après étés, le Diable gravait. C'était magique.



Et puis un jour, très longtemps après, le Diable vit surgir un petit homme vêtu d'une grande houppelande d'où ne sortaient que la tête , les mains et les pieds. Un petit homme à l'oeil vif, aux gestes lestes, accompagné d'un troupeau de moutons. Alors il comprit que du fond de la vallée, monteraient désormais des troupeaux et que sa quiétude serait finie.

C'est ainsi qu'un jour, il vécut une scène inimaginable : le petit homme sortit de sous sa houppelande un grand stylet en métal qui brillait au soleil et se mit à dessiner, dessiner, sur les Pierres patiemment Ecrites par le Diable.


Après lui, vinrent , en d'autres saisons, d'autres petits hommes semblables qui firent de même.




Le Diable désespéré n'en croyait pas ses yeux.
La merveilleuse histoire qu'il avait patiemment contée pour l' Histoire allait donc disparaître ?



Il se sentit dépossédé du bien le plus riche qui était le sien. Le bien de Mémoire jaillie du tréfonds du Temps.




Sans bruit, il gravit la montagne, s'alla poster sur un éperon rocheux plus près du ciel où son amie la Lune le rejoignait parfois et se jeta dans le vide, sans un cri.



Là où il tomba, les larmes de ses grands yeux verts se répandirent et formèrent un joli lac nommé encore, de nos jours, l'Etang du Diable.



Parfois, il paraît que le Diable ressort de son lac et s'en va dans les montagnes, il observe indifférent les Pierres Ecrites recouvertes de graffitis stupides et innombrables, il regarde avec mépris certains de ces humains s'acharner au burin pour emporter des morceaux de son oeuvre. Où se cache t'il ? Est ce lui la voix du vent et le souffle des montagnes ? Est ce lui certaines de ces ombres qu'on voit surgir pour un instant seulement ?



Est ce lui qui m'envoya un jour de printemps un crayon durci par le gel et le soleil au fond d'une vallée ? Est ce lui que je rencontrai hier dans ces silhouettes d'ombre ou ce tronc d'arbre tourmenté près de l'endroit où je trouvai le crayon ?


 Je me plais à le croire...
mais...
Dieu seul le sait !

Alors, avec ce crayon dans mon sac, je suis allée hier saluer le Diable tout là haut et j'ai conté l'histoire qu'il m'a soufflée au vent glacé des cimes...






15 commentaires:

  1. Réponses
    1. Ah ! Il n'y a pas toujours un grand Diable pour m'inspirer...Mais les chats font l'affaire. Ne dit on pas que les chats noirs sont diaboliques ?

      Supprimer
  2. très beau ce récit belle photos continue a nous faire rêver Amedine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si Dieu le veut...ou bien le Diable ? je vous ferai rêver encore...Bisous

      Supprimer
  3. Woaouw Amédine Quelle Belle Histoire comme on n en fait plus :) Ces Pierres Gravées âgées de plus de Quatre Cents Ans laissent rêveur :) " Que Le Temps passe vite " :) ( J Aime Bien La Chanson de Mouloudji :) ) Calinous aux Minous Bisous à Vous Pensée pour Lison :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. l'origine est néolithique( 6000 / 7000 av JC) , bien plus que 400 ans. Hélas elle disparaît sous les graffitis du 20 eme siècle...Bisous Claudie et un bisou tout neuf de Lisette qui a appris à les faire

      Supprimer
  4. Très belle histoire Amédine. Voilà comment naisse les légendes, du cerveau fécond d'une exploratrice ! Où as-tu eu l'info sur la datation des gravures ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les gravures sont de 4000 ans elles sont contenues dans un mémoire de master 2 et les recherches faites par le grand archéologue Jean Abélanet

      Supprimer
  5. Coucou ... Quelle belle histoire si joliment contée !!!
    Douce journée, Bisous et Câlins à tes Félins

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui une histoire née de mon imaginaire. Mais les lieux étaient si beaux que ça m'inspira... Bisous

      Supprimer
  6. De belles idées à développer lorsque tu aura le temps. Le passage où le Diable écrit et joue avec la Lune son amie, entre autre et les larmes du Diable bien sympathique pourraient briller au clair de la pleine lune. J'adore l'histoire et si tu aimes, j'en écris ici "https://mondesenchanteurs.blogspot.fr/". Merci pour ce joli conte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je viens de trouver ce commentaire, chère Floriane, comme j'ai trouvé ton blog sans ce lien juste en cliquant sur ton joli prénom. ton goût des mots m'a séduite

      Supprimer
  7. Non seulement tu nous enchantes déjà par tes récits et tes photos, mais voilà que tu nous enchantes aussi par tes contes ! Mais comment fais-tu, Amédine ? (sourire) J'ai adoré ce conte. Merci ! :-)

    RépondreSupprimer
  8. Merci de rendre hommage à Jean Abélanet qui s'est fait déposséder de son travail à Tautavel

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connais pas ce pan d'histoire là, je ne sais s'il faut prendre votre phrase au 1er degré ou au second. Désolée si j'ai commis un impair, j'étais juste en mode découverte.

      Supprimer