mercredi 4 décembre 2013

C'était en 1960...et elle avait dix ans...

Cette année là, elle entrait au collège.

Un petit collège de province, dans une petite ville près de la rivière.

Il y avait moins de 250 élèves et les classes gardaient sur leurs murs la trace de la crue de l'année 1959 :
 plus d'un mètre d'eau...
C'était une petite fille menue, aux bruns cheveux courts, qui découvrait la grande école, les nombreux professeurs et les différentes matières dont certaines inconnues.
Ainsi que la cour immense où tous étaient plus grands qu'elle; et ces élèves de troisième, les "vieux" inabordables et inquiétants.

C'était l'époque où tout était calme, les trajets dans le bus scolaire sur la route sinueuse où le chauffeur maniait un grand volant comme la barre d'un bateau, avec toute la force de ses deux bras.
Les professeurs qui paraissaient si vieux et surveillaient la cour comme leur classe, en blouse grise.

Elle a retrouvé dans le grenier une caisse avec des cahiers allant de la 6 ème à l'université.
Avec une émotion particulière pour les cahiers de 6 ème, premiers pas dans la Cour des Grands.
Elle était une petite fille studieuse et appliquée...


Ouvrons avec elle ces cahiers d'un autre temps...




Premier jour de classe en espagnol : tout était dans la langue , même la date, même les annotations du professeur; aucun mot n'était prononcé en français sitôt fermée la porte. Impressionnant quand on est un enfant.


Vocabulaire espagnol très visuel


La géographie qui resta toute sa vie sa matière préférée: à 10 ans, cartes, dessins, graphiques étaient un premier pas dans le goût pour le dessin.


Lectures expliquées, colonnes de mots latins, le tout écrit à la plume, l'encre mauve puisée dans l'encrier de porcelaine.




Parce qu'à cette époque là, on utilisait encore ces instruments, accompagnés du bon gros buvard épais!


Et du plumier qui recevait crayons, gommes, plumes et porte plumes...



Une anecdote avant de refermer la page ? De temps en temps les professeurs impatients utilisaient la règle en bois pour un tout autre usage que des traits à tracer; juste pour faire marcher droit l'enfant récalcitrant.

Elle se souvient, en mathématique, du professeur excédé qui la gifla parce qu'elle ne savait pas lire...
le pied à coulisse !!!

Vous allez rire : savez vous quand elle utilisa pour la première fois de sa vie cet outil de mesure
 pour le bricolage ? Cette année en 2013 soit ...53 ans après ...


19 commentaires:

  1. Il y a des images et des histoires que l'on oublie pas de nos années d'école.
    Je me souviens bien aussi de ce premier jour d'entrée au collège, l'établissement était immense, mais j'avais la chance de connaitre déjà la plupart des camarades de ma classe, car on était en classe spéciale horaires aménagés musique.
    Ils sont bien tenus tes cahiers, c'est beau toutes ces photos.
    Bisous
    Laurence

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La musique et toi c'est donc un amour d'enfance? J'avais cru comprendre quand j'ai découvert ton blog que tu étais musicienne. Mais au fait, as tu plusieurs blogs ? Je vais voir. Gros bisous

      Supprimer
  2. Merveilleux... tous ces objets scolaires anciens
    sont restés intacts. C'est l'avantage d'avoir un
    grenier. Ce lieu magique où l'on dépose tout ce
    qui a trait au passé. J'ai aimé ce petit reportage
    très émouvant . Merci Lison. Je t'embrasse
    avec amitié. ELZA

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou, Elza, je dois me pencher sur le mail "liste d'amis" reçu de toi. C'est mignon, n'est ce pas, ces objets qui émergent du passé ? je ne me tourne jamais vers mon enfance mais tout ça m'a donné envie d'une balade dans le temps passé. Bises

      Supprimer
  3. Bonjour chère Lison!
    J'adore toujours tes histoires très personelles!
    Quel régal de voir tes objets scolaires ...
    Mes sont disparu ...
    Je te souhaite une très belle journée Lison!
    Je t' embrasse!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dommage que les tiens aient disparu mais ainsi les souvenirs sont intacts et ne pourront jamais se confronter à la réalité. Bonne soirée; ici il a fait 24 ° aujourd'hui!

      Supprimer
  4. Il m'en manque beaucoup, notamment le cahier de couture que j'ai rangé je ne sais où et qui devait être le thème de mon billet . Bisous du très beau temps

    RépondreSupprimer
  5. Un parfum d'enfance, Lison, ça fait du bien et en même temps, c'est un peu empreint de mélancolie...
    Bisous et très belle soirée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parfum d'enfance qui semble très olfactif, parce qu'il est si loin...pour moi. Pas pour toi, bien plus jeune mais chacun a ses parfums enfouis quelque part. Bises Norma

      Supprimer
  6. J'ai connu moi aussi cette époque !
    Il m'arrive d'en avoir la nostalgie .... C'est peut-être un tort ...
    Pourtant, même l'odeur de l'encre me revient.
    Merci pour ce bel article.
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même si toutes les odeurs et sensations sont inscrites en moi, je n'ai pas de nostalgie, contrairement à ce que mon billet peut suggérer. pour rien au monde je ne reviendrais en arrière...seulement à l'idée du chemin à re-parcourir...j'ai la nausée ! mais je sais apprécier la poésie d'instants. Seulement je l'apprécie parce que c'est derrière. Cependant j'ai eu grand plaisir à cette évocation de mes 10 ans. Bises à toi

      Supprimer
  7. Une belle histoire, accompagnée par des photos très suggestives...
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce que je voulais présenter, en fait, a disparu . C'était un morceau d'anthologie que j'espère retrouver et présenter. bonne soirée, Marius

      Supprimer
  8. Des pages souvenirs que tu fais revivre avec les bons et moins bons souvenirs! Un peu , le patrimoine de notre vie. Douce soirée, bises Lison

    RépondreSupprimer
  9. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j'avais mal géré mon clavier! Je recommence: je disais que notre enfance est vraiment le patrimoine de notre vie, surtout le patrimoine affectif. Belle journée et bisous

      Supprimer
  10. Une grande enjambée dans le temps.. celui de l'écriture à la plume.. de la discipline mais en même temps l'échappée humoristique était toujours possible même si source de punition.. mais je reconnais à mes maîtresses le goût de l'apprentissage et de la belle écriture sans faute d'orthographe.. et surtout le goût de la lecture par le biais des livres de bibliothèque...
    Pour la petite histoire, j'ai retrouvé récemment par le biais des copains d'avant deux amies de mon adolescence que je n'avais pas vu depuis plus de quarante ans.. quelque chose d'indescriptible.. mais une façon de renouer avec une grande amitié.
    Merci Lison pour tes partages si enrichissants.
    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  11. Bisous, Fanfan: moi aussi, j'ai toujours eu le goût de la lecture, depuis mon enfance. Et dans les années 80/90, j'apprenais à mes élèves ados en grande difficulté comportementale et scolaire à écrire à la plume et à l'encre: sur le plan moteur ça leur faisait un bien fou, et dans tout le corps car ils apprenaient ainsi à être mesurés dans leur gestuelle...pour ne pas renverser l'encrier ! Ils adoraient cette écriture. Plus tard je les ai initiés à la calligraphie: là aussi, ces ados adoraient

    RépondreSupprimer
  12. Bonsoir Lison,
    Chantaloup voudrait te joindre car ce billet l'intéresse beaucoup.Elle voudrait le mettre dans une certaine rubrique .Elle m'a donné son mail , mais je n'ose le mettre ici. Je te donne son blog , si tu veux bien la contacter , elle en sera très heureuse : http://lesangesetlesdiables.blogspot.fr/ .
    Tu peux aussi la contacter sur son profil blogger .
    Douce soirée, bises Lison

    RépondreSupprimer