vendredi 27 juin 2014

Le chemin des ingénieurs

Il paraît que l'étang de Lanoux était le plus grand des Pyrénées.
Je  dis "il paraît" car il est, depuis 1960 un barrage. Et non plus un lac.
Le Lanoux est situé aux confins des Pyrénées Orientales, au pied du Pic Carlit, non loin de l' Ariège
 et de l' Andorre.

Pyrénées Orientales

Situation du Lanoux













J' y suis allée plusieurs fois  et si la balade est longue, plus de 12 km aller / retour, elle est facile car elle a un tout petit dénivelé, 400m, elle suit les courbes de niveau et surtout , à flanc de vallée, elle est très belle.
Et accessible au plus grand nombre.

Du Lanoux, s'ouvrent des sentiers de hauts sommets, à plus de 2800m (Coma d' Or, Pedros, Grave) et une rando mythique au sommet du Carlit, 2921 m le "toit" des Pyrénées Orientales




Ces photos extraites de mes archives montrent ce lac vu des sommets, il est lui même à 2213 m.

Ce dimanche de juin, Camille et moi allons à sa rencontre par "le chemin des ingénieurs", sous la pluie battante. Une bien belle balade m'attend.
Un peu d'histoire et d'histoires:
A l'origine, El  Lanos était un grand lac séparé en deux sous la surface de l'eau (à -24 m )par un éperon rocheux. Il a été étudié par deux éminents personnages, l' Abbé Ludovic Gaurier (1875-1931) chargé de mission au Ministère des Travaux Publics et son prédécesseur Emile Belloc spécialiste des lacs pyrénéens, en vue de la construction d'un barrage.
Emile Belloc officia dans les années 1895;  au Lanoux il étudia la flore lacustre , il découvrit une sorte d'éponge végétale, il étudia les minéraux, la faune et avec un appareil inventé par ses soins il ne put cartographier le lac trop agité. Il parcourut le lac en tous sens en bateau. ce savant était aussi un excellent violoniste mais souhaitait que son talent restât caché !

Ludovic Gaurier estima la capacité de barrage à 84 hectares, en fait il mesure 158 ha et 70 millions de m3 d'eau.
Il fit une étude qui amena le début des travaux en 1914, interrompus pour cause de guerre et repris entre 1957 et 1960. Les eaux ont aussi une histoire originale.
Le Lanoux donne naissance au Carol, affluent du Sègre, fleuve espagnol : donc ce barrage français allait alimenter l' Espagne ? Une galerie traverse la montagne, détourne les eaux vers la France, en Ariège, au détriment des eaux du Sègre. Un contrat fut alors conclu entre France et Espagne et chaque année, la France "doit" un certain volume de m3 à l' Espagne et fait donc un lâcher des eaux en conséquence via le Carol vers le Sègre : tout simple, non ?

Il y a aussi une autre histoire, très poétique et complexe, celle des "Encantades", des fées lacustres...accompagnez moi au lac, vous les verrez peut être...moi, non. Je n'y suis pas arrivée.



Camille sous pluie

Moi, hors pluie


Le sentier des ingénieurs fut celui que ces derniers et les ouvriers utilisèrent pour la construction du barrage; il est très bucolique sur ses 6 km de long, peu pentu, aménagé et suit la rive gauche du Carol.
Nous y trouverons beaucoup de fleurs et d'eau, c'est de saison.
cabane presque lacustre

veilleurs de jour


Rhododendrons dans tous leurs états


Chemin de roc
Chemin faisant, dans l'eau, le roc ou la terre, nous grimpons au milieu des fleurs.


Chemin...chemins


Chemin de pierre

Chemin d'eau



La rive droite n'a rien à nous envier : là bas, ça dégringole encore plus, juste barré par le trait fin du sentier du retour.

Et la montagne veille sur nous, grandiose, altière, aguichante. dentée, crochue, attirante.
Serait ce le royaume des fées, ces "encantades " que tout le monde espère...?



Enfin se profile un vestige du passé : la cabane des ingénieurs? Je ne sais ce qu'est cette ruine


Mais à peine plus loin, le bâtiment EDF, très beau, ouvre une partie de son domaine aux randonneurs. je suis toujours navrée par les obscénités étalées sur les murs.

Seule une inscription me paraît digne d'intérêt.

Je ne suis pas fâchée après cette longue route de voir se profiler le barrage et ses 42,5 m de hauteur



Le Pic Carlit, notre dôme, coiffé de brume culmine à 2921m.



Un puits de lumière bleue...s'y seraient réfugiées les "encantadas"?



A moins qu'elles ne dansent à ras du sol revêtues de bleu ?
Mais ce sont des gentianes, voyons!
Face à ces bouquets de gentiane acaule, à l'abri de la digue et des vents glacés, nous prenons notre repas

Puis je fausserai compagnie à Camille pour la descente car notre rythme , malheureusement, diffère trop...et m'épuise.


Alors je file comme le vent...

Rive gauche : le sentier des ingénieurs (gauche sur la photo)






Cette galerie qui ouvre un oeil tout noir vers le centre de la terre émet un puissant mugissement: elle est là pour rappeler que l'eau a une étrange vie souterraine , qu'elle file vers l'Ariège, venue du barrage, vers son devoir électrique .
Trou d'ombre mystérieux et inquiétant; fascinant...


Et je file toujours vers "en bas".



Rive droite, mon chemin de retour (mon préféré)
Orchidées



"Moi, je te retrouve au milieu de tes fleurs, pour toi la vie a toutes les couleurs" chantait Julio Iglesias, autrefois...
Je pourrais dire cela au ruisseau qui dévale de la montagne.



Et au lac de Fontvive aussi...

Et puis partout sur le sentier...

Plus tard...dans la soirée nous restons trois bivouaqueurs : Camille, moi et un pêcheur de rencontre: une courte soirée conviviale autour d'un repas, faute du feu de camp.


Trois ? pardon...Quatre...Et Lison !





Sur mon 2nd blog, quelques notes en fête (clic)




14 commentaires:

  1. Une super ballade !
    On en prend plein les mirettes !
    Moi aussi je déplore les graffitis, les obscénités inscrites sur les ruines et partout ailleurs .... Il n'y a pas de respect ni pour le passé, ni pour le présent et encore moins pour les "autres".
    Impardonnable d'oublier Petite Lison, non mais chat alors !!!!!
    Gros bisous
    Chantaloup

    RépondreSupprimer
  2. Une balade extraordinaire que tu commentes avec tellement de bonheur et de précision que j'ai l'impression d'être avec toi.
    Comme j'aimerais la faire!
    Merci pour ce beau partage .
    Douce soirée, bises Lison et caresse à Lison!

    RépondreSupprimer
  3. Le Lanoux, encore un souvenir d'enfance, avec mon père.
    Je retiens ce matin le bleu des gentianes, un bleu que je vais chercher à retrouver avec mes pigments.
    Belle semaine, Lison, je t'embrasse et bravo, encore une fois à "Lison la petite", quelle intrépide, Kali et Charlie sont tout admiratifs !

    RépondreSupprimer
  4. Une balade extraordinaire pour reprendre les termes de erato... c'est beau.. sauvage.. paisible.. et ces fleurs qui ponctuent cette balade qui un instant m'a fait croire que j'y étais.. merci à toi Lison pour cette belle évasion. Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour,
    Une randonnée extraordinaire... A chaque pas, vous nous faites découvrir des paysages merveilleux. J'aime toutes ces fleurs sauvages. J'aurais bien aimé pouvoir être parmi vous.
    Merci encore pour ce voyage...

    Gros bisous ☼

    RépondreSupprimer
  6. A toutes :merci de voyager avec moi, j'aime vous emmener sur des sentiers inédits et pourtant ordinaires; rien ne me plait davantage que de savoir que cela vous procure une émotion : envie, souvenir, rêve...Bisous à vous

    RépondreSupprimer
  7. Je découvre ce second blog. Et j'ai adoré cette balade. Tu sais rendre vivants tes récits. Sympa ce bivouac improvisé avec un pêcheur de rencontre. Un bel instant de vie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah tu ne connaissais pas mon blog principal ? Et bien à découvrir à petites doses car c'est du concentré de vie...Bisous

      Supprimer
  8. Bonjour Lison !
    Me voici de retour sur la toile pour découvrir votre superbe article, si bien documenté !
    Le paysage est vraiment magnifique, le Lac est superbe, un lieu empli de sérénité ... et que de belles couleurs ! Le bleu des Gentianes est vraiment fascinant !
    Merci pour cette belle découverte Lison, j'en ai oublié mon café qui a refroidit ;)
    Je vous envoie des Bises de Languedoc-Roussillon, où le temps est à l'orage ...

    RépondreSupprimer
  9. Lison bonjour!
    Merci pour ton féerique billet plein d'un paysage très sauvage!
    Mon coup de cœur est le lupin!!!
    Comme il est beau avec des différentes couleurs!
    Une très belle balade!!!!
    J'espère tu vas bien???!!!
    Malheureusement je suis toujours en retard avec ton beau blog ...excuse-moi ma Belle!
    Après mes vacances j'espère d'avoir plus de temps ...
    Passe un bon dimanche Lison!
    Je t'embrasse!

    RépondreSupprimer
  10. Pardon ....c' est le commentaire pour ton premier post ....hihi..

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour Lison,
    Ma femme et moi avons fait ce chemin des ingénieurs voici qq années alors que nous caravanions à Ur. C'est une longue randonnée facile d'accès quand même. Par contre le retour sur le versant opposé nous a posé problème car pas de sentier pour rejoindre notre véhicule. Là-haut, près du Lanoux, nous avions assisté à un ballet de nuages digne du fameux film d'Indiana Jones où des volutes mortelles circulent dans la grotte de l'Arche. Absolument merveilleux ! J'aurais aimé disposer d'une caméra pour "éterniser" cela. Quel spectacle ! Un p'tit Mozart là-dessus ou la IXè de Ludwig van et c'était le paradis !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup votre commentaire. Oui par le retour, il faut trouver un sentier qui va rejoindre l'étang du Passet ou le parking du Passet . je comprends que ça vous ait posé problème !!! Moi aus différents sommets ce serait le choeur des Trompettes d' Aida !!! merci de votre visite

      Supprimer
  12. J'ai cliqué ... bien n'en a pris ... encore un superbe reportage ... MERCI !!!

    RépondreSupprimer