vendredi 6 juin 2014

Prélude à la Sierra du Cadi

Mon grand projet dans un proche futur est de franchir la muraille de cette Sierra

Village de Querforadat

J'ai procédé ce week end, ayant retrouvé l'usage quasi normal de mon pied, à ma 3 eme investigation.
A partir du 3 eme et dernier village le plus proche des cimes. Querforadat.


Quelques explications : la partie que je convoite
 est "la muraille", 

cette hauteur plissée, dentée, que le soleil éclaire ci dessus.
Canal Barridana ci-dessus.

Cette muraille quasi verticale peut être franchie sans escalade (ce que je ne pratique pas) mais tout simplement à pied, par quelques couloirs nommés ici "canals". C'est un dénivelé de 300 à 500m de haut, en pente très raide, fait d'éboulis rocailleux où l'on marche très difficilement et où on recule d'un pas pour 2 en avant. Certains passages sont plus techniques car étroits, avec des franchissements de rochers.
C'est très physique, il faut avoir une bonne condition et ne pas avoir peur. la descente se fait par le même endroit, cela demande plus de prudence et de dextérité, d'autant que la fatigue de la montée se fait sentir.
Je me sens capable, à tous points de vue et je veux le faire seule, au moins pour le premier.

Il est plus facile de faire ce périple en hiver, en neige, car on monte bien mieux en crampons. Certains "canals" ne peuvent être franchis qu'en escalade, ils ne sont pas pour moi. Hélas.

L'approche jusqu'au pied de la muraille demande à mes jambes de sexa...génaire  (j'ai pas dit sexy ! ) deux heures ou un peu plus pour 850 m de dénivelé à partir des villages.

C'est à cette approche que je vous convie. A partir du village de Querforadat, ci dessus, 4 ou 5 habitants l'hiver.

Je m'élance donc en ce petit matin (7 h 20) sur ce chemin photographié la veille car le soleil n'est pas encore arrivé ici. Et c'est parti pour 2 h de "route" en solo, dans les bois, leur parfum, leur lumière, et les chants d'oiseaux, véritable symphonie matinale. J'aime moins les vaches même si leurs sonnailles chantent le belle saison revenue. Ne leur dites pas ! Elles me terrifient.

Face à moi, la montagne est souvent cachée par les arbres mais elle me régale de son reflet dans les flaques.


Derrière moi, Querforadat s'éloigne, dans son écrin printanier et sa roche plissée. Percée ? car Querforadat signifie  roche percée. Il y a une jolie histoire que je vous conterai dans mon prochain billet dédié aux villages de la Sierra.





La forêt va m'avaler pendant 2 heures et je vais y faire de belles et modestes rencontres. Pas un seul humain.


Juste un bouquetin, un isard, des oiseaux et...une vipère qui se chauffait tranquillement au soleil à mes pieds.
Pas le temps de poser pour le portrait, dommage.

Superbe tapis de myrtilles.


Prairie d'altitude : un bol d'air dans les sous bois.

Tout me conte fleurette
Altitude 1775 m : Collada de la Josana
 Entre les branches de cet arbrisseau qui vécut très vieux dans la roche se devine une stèle .





















Elle est dédiée à un jeune homme défunt et a l'allure fière et altière de ces montagnes où il a perdu la vie.
"Il venait d'avoir 18 ans" chantait Dalida...


Je suis entourée de montagnes, sur mon perchoir et c'est d'une beauté! Je ne me lasse jamais de ces écrins, il faut juste prendre le temps de se retourner, souvent. Ce que je fais car le sentier est assez peu balisé (quelques cairns en pierres) et je prends mes repères pour le retour. Toujours, au cas où... Même j'use de la boussole.
C'est ainsi que un peu plus bas, très vite j'ai vu que j'ai fait erreur et ai du revenir sur mes pas : une attention constante, que la solitude aiguise.







Une autre rencontre: une source captée et conduite par une branche évidée vers une série de trois abreuvoirs eux mêmes creusés dans des troncs.

Le tout est un peu malmené par l'hiver passé à près de 2000 m mais sera sans doute remis en service rapidement.
 Oeuvres modestes et remarquables à la fois.




 Et puis ces étonnantes fleurs à 7 pétales, énormes, que je n'ai jamais rencontrées auparavant au cours de mes centaines de km en montagne ; une espèce de renonculacées qui ne pousse que sous le couvert des sapins et à cette altitude (2000m environ)

Camille saura me renseigner. Plus tard.

Enfin, le petit coeur, celui de la forêt qui bat pour moi seule ce matin !





Je rencontre aussi un drôle de rocher plissé comme si c'était la montagne en miniature qui voulait me faire patienter, assis au milieu des fleurs, dans une clairière de velours vert.


Il lui ressemble, non ?
Sierra du cadi  : mimétisme

















Je n'aime pas particulièrement les forêts qui me cachent le paysage.
Et la montagne où je vais que j'attends avec impatience.
Je préfère les espaces nus où la vue porte loin.

Querforadat et les sommets d' Andorre, au nord

 Et enfin elle se dévoile dans  toute sa splendeur, dépouillée de son écrin de verdure, altière, immense, impressionnante. Belle à couper le souffle, ardue à décupler les envies. Majestueuse à faire une minute de silence...
Altitude 2200 m




C'est l'entrée du canal Barridana qui culmine à 2600m. 
Vu du village, la verticalité est respectée

La photo écrase la verticalité, dommage








Ces instants valent de l'or pour moi....
Qui me tiens prudemment à l'écart du couloir d'avalanche...sait on jamais...le temps d'écrire un peu dans mon cahier.



Un dernier cadeau : quelques unes de mes rencontres colorées tout là haut, plus près des étoiles.....



Et puis je redescends: Lison ne m'attend pas, elle a refusé de venir.
Mais il y a quelqu'un qui m'attend, qui a veillé sur mon sommeil cette nuit, près du camion: lui, un sauvageon !



Il m'attend en bas, là bas.....
En contemplant ces montagnes aussi hiératiques que lui.....



Sur cette image, un petite confidence : cet article est mon 200 ème et j'ai franchi le cap 
de 51 OOO visites.
Merci de votre fidélité et pour vos commentaires que j'apprécie avec bonheur.
Je n'ai pas toujours le temps d'aller chez vous mais je fais des séances de rattrapage. 
Car j'aime vous suivre....


Un article sur mon 2nd blog : clic ici

Bien différent (quoique...) car consacré à la musique. Mais la musique, je l'écoute dans ma tête quand je marche.....





10 commentaires:

  1. Bonjour Lison,
    magnifique balade et splendide projet... Mais sois prudente, surtout en solitaire, les montagnes cachent des dangers. Ici, vu la petitesse de Tahiti, 30 km de diamètre, les montagnes paraissent proches et faciles, mais les accidents et les expéditions de secours sont fréquents
    Enfin, quel plaisir pour moi qui n'ai plus la santé pour envisager des randonnées, de te lire... et surtout dans un pays que je ne verrais surement plus !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qu'en sais tu si tu ne le verras plus ? Tahiti est à un vol d'aile que sont les grands oiseaux du ciel...
      allez si tu me suis encore un peu, tu verras que j'en serai revenue de cette Sierra aride et rocheuses. une fournaise l'été ? Et pas une goutte d'eau...

      Supprimer
  2. Bonjour Lison !
    C'est avec un peu de retard mais toujours avec bonheur que je lis votre article ! Que c'est beau, un endroit magnifique, mais vous tenez vraiment une forme olympique pour faire de telles randos ! me voilà rassurée, votre pieds doit être remis ...
    C'est vraiment très beau, les couleurs, les textures, les reliefs ... et la fraîcheur qui se dégage des photos prises au petit matin ... Et ce beau cœur de pierre, qu'est-ce que j'aime cette photo !
    Lison n'a pas voulu venir, elle boude ?
    Et bien ce 200ème article est une réussite et j'espère que vos allez encore longtemps nous régaler de vos découvertes !
    Je vous souhaite un très beau week-end ... Pour ma part, je me prépare à partir demain dans les Hautes-Alpes chez ma Maman et mes Frères ;)
    Bises du Sud ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon séjour dans les Hautes Alpes que je ne connais pas : de jolis reportages en perspective? je compte bien vous régaler encore, je bouge beaucoup et ne suis pas à court d'idées. Bisous et régalez vous bien là bas; merci encore pour vos com chaleureux

      Supprimer
  3. Quel plaisir Lison de te suivre pas à pas dans ce superbe périple.. tes rencontres avec des bijoux de la nature sont ravissantes -je pense aux fleurs- et cette montagne qui t'attend. Suis ravie que ton pied soit guéri mais prudence. Je vois que le sauvageon veille sur toi en l'absence de Lison. C'est mimi
    Bisous et bon week-end

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a toujours un chat qui vient me saluer, où que j'aille. J'adore! tiens j'arrive d'une petite balade au milieu des fleurs malgré le temps tout maussade de là haut. Bisous; j'espère que tu vas bien je viendrai te rendre visite (sur le blog)

      Supprimer
  4. Bonjour ma Belle!
    J'ai envie de t' accompagner ....quel beau paysage!
    Mon coup de cœur est la champ avec des myrtilles!!!!!
    Trop féerique!
    Passe un bon weekend et fait attention à la montagne!
    Ta vie est dangerous!!!!!
    Je t' embrasse fort!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais je t'emmènerai bien, toi qui vis au milieu des fleurs...peut être tu marcherais un peu plus pour en voir, et bien plus haut que chez toi mais tu ne t'ennuierais pas. Faudra que j'organise des visites en fleurs. Bisous; mais non, pas dangereux, juste un peu

      Supprimer