lundi 13 avril 2015

La magie des gorges du Tarn

Il est des lieux où l'on va et qui donnent un incessant goût de revenez y : les gorges du Tarn 
ont cette magie pour moi.

C'est un périple de plus de 600 klm aller retour mais les kilomètres n'ont pas d'importance, la beauté des lieux en abolit les distances. Et l'autoroute conduit aux portes de Millau.


Situées sur le Fleuve Tarn. Le Tarn est un affluent de la Garonne; il naît dans le mont Lozère (Massif Central) et rejoint la Garonne dans le Tarn et Garonne, après un parcours de 380 km.
Cependant, s'il naît dans un massif granitique, il rejoint vite les Grands Causses, plateau calcaire très ancien dans lequel il a creusé de profondes gorges comme bien d'autres rivières. C'est un parcours de 53 km, entre des murailles calcaires de 500m de haut qui caractérise ces gorges. Avec peu de villages mais des sites époustouflants Que je vous invite à survoler au gré de mon dernier périple et de quelques précédents.
Parlons survol : justement en été 2007 un baptême de planeur m'avait amenée à survoler les gorges du Tarn en leur cours supérieur:


Une intéressante approche. On voit bien dans la planéité du Causse l'entaille profonde laissée par le fleuve.
De mes successifs parcours dans cette vallée, je ne choisirai ni de parler histoire, géologie ou géographie, pas davantage de botanique ni de curiosités touristiques, quoique... Juste de livrer mes émotions et de faire partager des coins secrets ou des activités spécifiques.
Ces 53 km je les ai parcourus, ils sont surtout en Lozère (c'est là qu'est la route), un peu en Aveyron .



Les gorges du Tarn sont en Lozère essentiellement.
Et la couleur de la route est annoncée...

Cette route rencontre LES villages de la vallée :et quelques uns à côté.Ils ont pour nom Le Rozier, Les Vignes, La Malène, Ste Enimie et Florac...Elle croise Quézac, St Chély du Tarn, Pougnadoires...Ispagnac...

Elle effleure des sites remarquables : le Cirque des Baumes, de Pugnadoires...le Point Sublime...la résurgence de Castelbouc, le Pas du Souci, les Détroits....
Elle ouvre sur des petites routes qui montent en lacets impressionnants à l'assaut des Causses Méjean ou Sauveterre avec leurs mystères souterrains...Que je me plais à monter et descendre avec mon camion.
Cette vallée du Tarn n'est qu'un voyage extraordinaire...

Du Causse à La Malène : 10 lacets



J'y ai vu naître le printemps et mourir l'automne sous les ondées, j'ai roulé sous un gros orage d'été qui fait trembler les roches et leur donne un son caverneux. J'ai bronzé au fil de l'eau dans les chants d'oiseaux. J'ai mangé de l'aligot ou des tripoux sous les ombrages et glissé au fil de l'eau. J'ai grimpé des sentiers de chèvres le long des falaises en entrant dans des grottes ou en m'insinuant dans des ruines troglodytes. J'ai bu un café sur un coin de toile cirée d'une maison d'ici. Et j'ai rencontré des habitants diserts. J'ai dormi dans un village de 7 habitants dans un silence parfait.
J'ai bu des vins dorés de la vallée.
J'ai croisé la cohue des touristes sur des routes inadéquates et tremblé lors de croisements vertigineux.
Mais jamais, jamais, je ne suis arrivée à satiété.

St Chély du Tarn vu d'en haut
Vu d'en bas avec sa résurgence


Les Gorges vues du Point Sublime


Le Pas de Souci (vestiges d'un tremblement de terre...)


Vu d'en haut




Le Champignon 







 Le champignon était une arche naturelle que la route a tranchée sans état d'âme lors de sa construction en 1900.
 Les hautes falaises sont sculptées d'invraisemblables reliefs où chacun trouve sa représentation fantasmagorique...



Mais jamais on ne perd de vue les eaux vertes du fleuve, un incroyable vert transparent comme de longues prunelles de chat...




Où glissent les Bateliers de la Malène et, l'été , les colorés canoës kayaks.



Il y en a des choses à voir...Les jardins du bord de fleuve régulièrement noyés et aussi régulièrement ensemencés et reconstruits.


Les terrasses qui racontent la vie d'avant quand fleurissaient vignes et fruitiers, amandiers et récoltes diverses.
Quand la vallée vivait en autarcie...
Les gens d'ici savent si bien raconter la vie de là bas....d'autrefois....
Vignes et fruitiers disparus

Et puis ces hameaux extraordinaires, de l'autre côté du fleuve, sans route ni chemin : juste un passage en barque les relie au monde et un treuil transbordeur pour les marchandises. Quel hâvre !

On n'y va pas, on les contemple de l'autre rive. Des bouts du monde .







Celui ci fut acheté en entier, en ruines, par un industriel, il y a des décennies
Et restauré par ses soins


Juste de l'autre côté d'un fleuve qui sait s'habiller de redoutables crues : 12 mètres en 1982

Ce fleuve, je vous inviterai dans un prochain billet à le découvrir autrement ...au fil de l'eau
 et dans les airs. Au gré des activités.
Vous me suivrez ?
Vous nous suivrez ?



ça donne soif la rando !!!


8 commentaires:

  1. Merci Lison... Comme tu l'écris, on arrive jamais à satiété.
    J'attends la suite avec impatience...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très bientôt Pierre, tu aimeras je n'en doute pas...

      Supprimer
  2. Bonjour chère Lison!
    Tu me fais rêver avec cette balade dans un paysage si beau et magique ....
    Un grand merci!
    J' espere tu vas bien et tes chats aussi?
    Passe une bonne semaine!
    Je t' embrasse fort!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout va bien chère Géli, je reviens visiter les blogs amis j'avais fait un break pour plein de raisons (mon ordinateur mort et moi un peu ailleurs) Je t'embrasse.

      Supprimer
  3. Waouh ! Que j'ai aimé ce voyage dans un ailleurs envoûtant et unique. Tes photos sont superbes et ton propos comme toujours passionnant. Merci à toi. Bisous et bonne fin de semaine

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  5. Les gorges du tarn , offrent des paysage magnifique un bon moyen de les découvrir est en canoë car peu de visibilité de la route avec la végétation. Le parcours entre les vignes et le rozier est le plus sauvage.
    www.canoelerozier.fr

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec plaisir si j'ai un "chauffeur" ! Parce que seule je ne m'y aventurerai jamais

      Supprimer