mercredi 19 juillet 2017

Le Pic de l' Homme 2464 m (Ariège)

Mon avant dernière randonnée eut lieu au Pic de la Femme (de la Dona, clic), je trouvai donc logique et un brin amusant d'aller saluer le Pic de l'Homme d'autant que ces deux-là n'étaient pas amenés à se rencontrer. Hormis par un vaste séisme...et encore ! Entre les deux j'étais allée au Roc Colom, le Roc de la Colombe, symbole de paix.

Pic de l'Homme vu depuis la cabane
 d' Agnelle Morto 1374 m



Le Pic de l' Homme est en Ariège. Dans mon département, nous avons bien un pic de l'Homme mais il est Mort. Je le connais aussi. Il surplombe l'Ariège. Ils peuvent presque se voir.
Pour aller à ce pic de l'Homme ariégeois, le voyage se mérite : plus de 130 km de routes de montagne, puis une piste forestière de 7.5 km nantie de 14 lacets.
Mais ce mérite est un cadeau : je passe la nuit à Orgeix, en bord d' Oriège, face à la Porteille d'Orlu. Ce fut souvent mon camp de base par le passé.

6 h du matin : Orgeix

Une aube grise encombrée de nuages comme le sont mes poumons par une bronchite épuisante me garantit le repos forcé et nécessaire mais le voile se déchire, le soleil jaillit et moi aussi de mon lit.
Ainsi à 8 h 15, je pose mon camion en bout de piste à 1404 m et je m'enfonce dans la forêt glacée. J'ai l'onglée, il ne doit pas faire plus de 7°.

Presque terminus de la route forestière


Ce n'est pas la première fois que je traverse cette forêt qui a sur moi un étrange pouvoir : celui de me terrifier. Pourquoi ? Je ne saurai jamais rien de la cause de ce malaise énorme qui m'oppressa toute la traversée (200 m de dénivelé) dès la première fois.. Aujourd'hui, la chaîne sera rompue et c'est la sérénité : enfin ! Allez savoir...Oh j'ai fait ma petite enquête mais il ne semble pas que cette forêt soit emplie de sortilèges et de maléfices...

En Ariège, dès qu'on quitte un parking, ça grimpe dur. Prise de dénivelé rapide, c'est bien. Par contre avec ma féroce bronchite installée à domicile, c'est un vrai soufflet de forge que je trimballe ! Et près de 1100 m de D+ sont devant moi.

La forêt est bordée d'un torrent qui cascade joliment, c'est frais et je rencontre même deux timides girolles sous un rocher. Je passe mon chemin.

Au débouché de la forêt, 1636 m, je revois avec plaisir un des jolis coins d' Ariège : un ruisseau, une passerelle de bois, une cabane, et des prairies.

Jasse de Cizarols








Mais aussi le sentier qui monte, monte, au milieu des fleurs et des ruisselets d'eau fraîche. Mon soufflet de forge portatif se transforme en sifflet de marmottes : mais non ne fuyez pas , ce sont mes poumons ! Pas une marmotte n'ose...



Je monte lentement mais sûrement, j'ai déjà compris que j'y arriverai car c'est un grand bonheur cette Ariège retrouvée. Et même si je sais le paysage, le décor, la pente, je sais que ce n'est pas lassant.
De plus allez savoir comment, j'ai la forme !

Dans mon dos le décor s'amenuise : la piste et au fond le St Barthélémy
J'avance au milieu des fleurs et de l'eau dans un désert animal et humain, la vie prend toutes les couleurs. Lentement car je poursuis un but essentiel : ne pas commencer à tousser !
Mes yeux se perdent sur les cimes , sur les éboulis, dans les ravins, je parle à mon père qui ne me répond plus depuis si longtemps. Je me pose pour lui parler car je respire si mal...

Plus très loin de l' Etang

 2076 m : il est là, dans son décor unique, l'étang d' Ayguelongue. Ah il a quelque chose de bien particulier mais il faut prendre de la hauteur pour voir cet unique spectacle.
Vu du bord de l'eau il est sombre.

Etang d' Ayguelongue





Il est cerné de pics quasi inaccessibles mais je cherche déjà et je ne ferai que ça, un moyen d'y accéder. C'est faisable, c'est musclé. Ce sera pour plus tard.Un projet de plus.

J'ai connu Ayguelongue sous d'autres aspects: dans son berceau fleuri un 24 juin 2012

24 juin 2012

Et dans la blancheur glacée du début de l'hiver , sans que le soleil ne l'atteigne jamais; j'avais même osé marcher sur la glace..

Etang d' Ayguelongue et col de la Parade : 11 décembre 2011


De beaux souvenirs attachés à ce site. Malgré ma terreur de cette forêt !


J'amorce la suite du parcours : vers le Pic de l' Homme.. De l'étang un sentier très raide permet de monter au col de la Parade, 2241 m, distance vite franchie car cela monte très dur. Toutefois c'est de là que l'étang prend toute sa dimension et son originalité !
C'est la France vue du ciel qui baigne dans l'eau...

Etang d' Ayguelongue



Jasse de la Parade, Pic de  Nabre , Esquine d' Ase, Madides


Le col de la Parade ouvre sur de vastes espaces où se perd le regard. Je reconnais de nombreux lieux où je suis allée : Madides avec Camille, l' Estagnet et la Porteille des Bésines.


Chemin en crêtes
A présent la partie la plus rude du parcours s'annonce pour moi: non qu'elle soit plus pentue ou plus difficile, mais ma bronchite altère mes forces. J'ai opté pour un rythme qui n'a qu'un seul but : m'éviter de tousser !Je reste concentrée sur cet objectif . Le tracé sur une crête douce est régulier, plutôt pentu mais régulier, je donne donc à mon avancée une régularité de métronome et ça passe.
Je marche sur un sentier bien tracé, bordé de cette pelouse si glissante nommée gispet, le verglas de l'été !




Une idée de la pente 
Et toujours ce sublime décor....




Gispet

Près du Pic de l'Homme, le passage change de direction, un petit passage en crête festonnée et me voici au sommet . J'ai avalé 1070 m de dénivelé sans trop de difficultés malgré mon mauvais état, je lance ma joie au ciel.

2464 m
Voici le pic de l'Homme vu d'en bas (zoom)







Eglantine naine des cimes
Le Pic de l'Homme est absolument désert, j'ai tout loisir d'en faire mon belvédère : vue sur les sommets dans la musique des brebis , bleu des étangs Tort (2216 m)  et Déroun (2133 m), les Pic , Coumes et étangs d'Agnel où s'égayent les brebis, comme le nom l'indique.
Une petite cabane au bord du lac, des flaques bleues, le vent léger et des fleurs jusqu'au sommet ou presque. Instant de grande béatitude.
Je me sens en pleine forme malgré cette invalidante soufflerie , quel dommage !
J'avalerais bien quelques autres sommets !




Etang Déroun (fond gauche) et Etang Tort (1er plan)
Ils sont au dessus du barrage de Naguille

Du sommet j'aperçois une grande partie de mon chemin : voici la piste forestière tout en bas, je distingue même le point minuscule qu'est mon camion.

La piste forestière, la parking, la forêt et la montée dans la prairie ou Jasse des Cizarols


D'en bas, un peu plus tard, ce sera moins saisissant...

La vue en sens inverse

Je quitte mon perchoir et reprends à l'envers exactement le même chemin.
Au col de la Parade, je me pose pour observer longuement les pics de la Girouneille 2374 m et d'Ayguelongue 2394 m  , à la recherche d'un chemin de gispet et d'éboulis qui, un jour, peut être, m'y conduira...Et bien sûr j'ai trouvé. tant qu'à faire on y associera le Pic de la Perdrix 2310 m, les 3 pics qui enserrent de leurs dents la goutte bleue de la France vue du ciel....


Je me lance dans la descente, chemin de fleurs et d'eau sur lequel s'essaient quelques randonneurs un peu tardifs, n'ayant qu'une vague idée du chemin à parcourir, les touristes des montagnes, insouciants et tranquilles.









Je plonge dans la forêt en une petite course que ma bronchite "apprécie fort", je caresse la douce linaigrette ondulant mollement au vent léger : je suis arrivée...

Surprise de ma forme. Dans la soirée et le lendemain ce sera une autre chanson...Mais cela valait bien la peine de jouer cette partition!


Linaigrette




En chiffres
Dénivelé : 1070 m
Temps de marche ...?? 
Distance : 11 km environ

14 commentaires:

  1. Amédine La Somptueuse Balade :) Papa est Là même s Il ne répond pas Il est Là :) Trop rigolo La France vue du Ciel :) Encore & Toujours Cette Remarquable Énergie qui Vous Amène loin du tumulte près de L Essentiel :) Vous êtes Une Héroïne Amédine :) Je Vous embrasse J espère que La bronchite s en est allé :) Calinous aux Minous Bisous à Vous Pensées pour Lison :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La bronchite est toujours là moins forte mais je suis allée crapahuter dans le canyon de Galamus avec de l'eau jusqu'au cou parfois, ça ne l'a pas noyée pour autant...ça ne lui a pas fait que du bien non plus! Bisous

      Supprimer
  2. Amédine ce soir à 20h55 sur La5 Nous avons un Reportage Sur Les Chatons Leur Première Année Au Monde cela peut être intéressant même si Nous Les connaissons un peu déjà Lol :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai manqué et j'ai juste un chaton en soins à la maison, via adoption peut être

      Supprimer
  3. Coucou ma Belle,
    Tu es vraiment une force vive de la nature ! Et nous, et bien nous profitons de tes très belles photos.
    Gros bisous - Chantaloup

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouiiii et je profite avant qu'il ne soit trop tard. Bisous

      Supprimer
  4. Merveilleux billet sur cette belle Ariège que j'aime tant moi aussi ! Merci beaucoup, je viens de rêver ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors il yen aura d'autres car j'ai l'intention de revenir à mes amours premiers pour la Montagne. A bientôt

      Supprimer
  5. CC... Quelle merveilleuse découverte !!!
    Des paysages à couper le souffle... oups, sans mauvais jeu de mots... j'espère que ta bronchite n'est plus qu'un mauvais souvenir !!!
    Belle journée, Beau w-e, Bisous, Câlins @ tes petits Félins

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La bronchite a perduré longtemps une semaine après encore je la traîne. Bisous je n'ai pas d'internet c'est pourquoi je ne t'ai pas répondu: Amédine

      Supprimer
  6. Comme c'est beau ! Tes photos sont magnifiques, c'est un endroit que je ne connais mais je m'y aventurerai un jour c'est sur. J'espère que ta bronchite s'est envolée, merci pour ce texte qui nous transmet ta passion de la montagne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais bien sûr que tu iras; l' Ariège regorge de paysages magnifiques car il y a toujours un lac quelque part. bisous, Amédine

      Supprimer
  7. bonjour
    merci pour ces belles balades,nous rentrons du verdon ce soir apres 4 jours a castellanne ,la traversee du var a ete plutôt mouvementee ces jours ci meme dans le centre le feu a sevi
    .a bientôt de te lire ou au tel amicalement andre et renee

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que la Provence est rudement affectée cet été. On a de la chance encore car avec toutes les friches et le vent violent, on est épargnés mais l'été n'est pas fini. A très bientôt, bisous

      Supprimer