dimanche 25 mars 2018

Et si on allait aux bains ? Chauds et sauvages, bien sûr...


Avant propos : 

La fontaine d'eaux (très) chaudes

La chaîne des Pyrénées est jalonnée de thermalisme, en eaux chaudes, froides, voire pétillantes, de phénomènes sismiques et même de volcanisme, heureusement éteint. Il n'est qu'à voir la succession de volcans dans la Garrotxa Catalana. J'ai toujours entendu dire qu'il y avait un volcan éteint à Amélie les Bains...Quoiqu'il en soit , aux 14 eme et 15 eme siècles, des tremblements de terre ont ravagé notre département. Ces phénomènes volcaniques font que dans les Pyrénées Orientales, (comme ailleurs) des sources chaudes jaillissent, sont captées pour donner des bains connus depuis la nuit des temps, Dorres en est un bel exemple, on ajoutera St Thomas les Bains et Llo, sites à caractère ludique. Quant à  Thuès les Bains, c'st un centre de réadaptation fonctionnelle en eaux chaudes et sulfureuses. Je n' énumérerai pas toutes les stations thermales des Pyrénées Orientales, là n'est pas mon propos, toutefois, il existe près de ces sites des bains sauvages, des eaux jaillies dans les montagnes ou auprès (sinon au coeur) des rivières et c'est là que je vais vous emmener, dans les environs de Thuès et Canaveilles.


Les bains sauvages ont deux visages : les bains sauvages bien aménagés et les bains vraiment sauvages.

On y va?
Le décor est celui ci, à 75 km de chez moi;  le fleuve la Têt, né à 2000 m d'altitude, a des eaux dont le débit et la température sont fonction de la fonte des neiges. L'eau, au printemps, est glacée et a un joli débit.
Tout au fond  coule une rivière, la Têt
Devant, court une route, la 116, et en arrière, la voie unique du Canari (petit train jaune)
A droite : Thuès les Bains

 Elle est bien plus paisible en automne, ce qui a son importance puisque les bains, assez prisés, (on y voit de nombreux véhicules en stationnement) exigent la traversée de la rivière, tout au bas d'un sentier que l'on parcourt en 10 minutes.

Canaveilles



Canaveilles : plusieurs bains en enfilade
au débouché
d'un ruisseau d'eau très chaude






Il faut alors se déchausser, franchir le flot sur des pierres glissantes et enfin on peut savourer le bain chaud, si l'on n'a pas déjà pris le bain -forcé - glacé. En ce site, si on observe le fond de la rivière, on voit des algues filamenteuses et des bulles d'eau chaude sortir d'entre les cailloux et crever à la surface.


A ces bains trop fréquentés je préfère un petit bassin qu'un "sauvage" épris de solitude comme moi a aménagé dans un lieu désert, voire angoissant, où il ne faut pas traverser la rivière, juste faire trois pas dans l'eau avant de savourer.

Le bain du "Sauvage"
Une très ancienne station thermale vivait autrefois dans ce site, dans une gorge étroite et profonde, mais les crues de la rivière ont eu raison d'elle. Il ne reste rien d'autre que des ruines. Thuès, à quelques centaines de mètres l'a remplacée.

Chemin d'accès

Ruines











Un chemin à demi démoli, un sentier exigu et me voilà arrivée. Il n'y a personne, c'est fort bien. Le sentier  devient mon vestiaire avant que de m'allonger dans la "piscine" moins grande qu'une baignoire de salle de bains!
Alors il ne me reste plus qu'à déguster.




 Un bain en eaux sauvages n'est pas idyllique, il faut composer avec des éléments peu ragoûtants :des algues plutôt répugnantes , de la vase qui tapisse le fond, agrémentée d'un stock de feuilles mortes que le moindre mouvement agite, et des mouvements il faut en faire !


Différents spécimens d'algues
avec lesquelles il faut cohabiter 







 La lecture paisible est impossible!
Ce jour là je lis un livre( le thème ) après attentats de l'Hyper casher
 et juste avant celui de Trèbes...
le livre a pris un bain aussi


L'eau chaude, très chaude ce jour, car sa température est très variable selon les jours comme dans toutes les sources chaudes, ne se répartit pas équitablement dans le bassin; l'eau bouillante reste en surface, au fond, c'est tiède.


La fontaine sulfureuse jaillie de la roche

Alors il faut brasser, mélanger, pour éviter de se brûler surtout. Donc on agite la vase. Qui vous enveloppe de liquide noirâtre mais inodore. Hormis l'odeur de soufre, cela ne sent pas et, paradoxalement on ne se sent pas sale. Un immense bien être envahit le corps, une zénitude, une relaxation. La peau est douce, les cheveux aussi et on n'a aucune envie de se doucher au retour, d'ailleurs ce n'est pas conseillé. Pour conserver les bienfaits.
Je reste longtemps dans un silence ...mais non, un vacarme de la rivière qui varie à l'envi selon qu'on met ses oreilles dans l'eau. Près de mon crâne, la source est à éviter comme la peste ! Brûlure garantie; je n'ai pas emmené le thermomètre il eut explosé !

Eaux chaudes et eaux froides de la rivière
Dans une trouée de ciel, entre les murailles de ce défilé, des nuages courent dans des fenêtres bleues, le temps est très maussade et l'air ambiant très froid. Pas un humain (tant mieux) juste quelques oiseaux qui s'essaient au chant du printemps, c'est dans 2 jours !! La rumeur des voitures sur la nationale me parvient assourdie, avalée par la rivière. Le petit train jaune est passé, a sifflé lugubrement et a disparu. je suis bien.

Sources dans les falaises

Mon paysage


Plus tard, j'irai visiter le minuscule village de Canaveilles haut perché, j'aurai juste l'envers du décor de ma salle de bains.
Envers du décor: Canaveilles depuis mon bain

Et endroit du décor : mon bain depuis ce chalet

Un peu plus loin se trouve un site assez remarquable aujourd'hui presque inaccessible. Il était fait de trois vasques aménagées et propres, très fréquentées, dont la municipalité ou les gestionnaires de la route ont rendu impossible l'accès; on ne peut plus se garer. On y accédait en s'aidant d'une corde fixe, l'accès en est toujours possible mais il faut aller le chercher très loin, trop loin...
Dans ce secteur se trouve une cascade d'eau chaude que l'on voit fumer depuis la route, en hiver et se pratique le canyoning en eaux chaudes.

Le site (difficilement accessible)de Thuès :
vasques propres et aménagées
J'ai fréquenté quelques bains chauds et sauvages, d'autres aménagés et payants, en Ariège aussi. Evidemment, ma préférence va aux plus sauvages, aux plus authentiques et rustiques.


Merens les Vals : Ariège

Ax les Thermes : Ariège

Il fut un temps où je m'étais lancée à leur recherche, comme, adolescente, je traquais les sources minérales pétillantes dans la montagne, aujourd'hui taries.

St Thomas les Bains
Alors je ne vous invite pas à aller dans "mon " site que je partage avec un "sauvage" inconnu, 
il est difficile d'accès, difficile à trouver, 
et puis....
 j'en fais mon aquatique jardin secret...
..




6 commentaires:

  1. très bon ces bains chauds et sulfureux que nous avons pris en Nouvelle-Zélande et aussi au Japon. un bien-être assuré et une bonne nuit . J'ai beaucoup aimé . Joli reportage . bises et caresses à tes félins

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Annie, c'est effectivement une vraie délectation. Un peu trop loin de chez moi

      Supprimer
  2. CC... je suis sûre que me plonger dans ces sources d'eaux chaudes me ferait le plus grand bien !
    Merci pour cette très belle découverte.
    Douce soirée, belle semaine, Bisous, Câlins à tes Félins (comment va celui qui était bien fatigué ?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Blizzard, malade du foie, se maintient avec un médicament dont il a horreur, mais sa maladie, une insuffisance hépathique est irréversible. Alors on prend patience, moi pour lui donner et lui pour l'avaler. Quant aux bains...ah quel délice...Dommage tant de trajet...150 km A/R

      Supprimer
  3. Merveilleux ces bains surtout les sauvages, j’adore. Il nous arrivait d’aller à Prats Balaguer aux bains sauvages qui ne sont le sont plus tellement il y a de monde... Ceux de Thués sont plus confidentiels donc moins fréquentés, tu décris très bien les lieux. Tu vas en décourager certains qui, craignant les algues ou les chemins escarpés s’abstiendront d’y aller. Quant aux bains payants, nous allons à Dorres car l’eau est moins traitée qu’ailleurs. J’y ai emmené mes petits enfants et leurs verrues ont disparues, l’eau a bien des vertues thérapeutiques. Bises Amédine, je ferais bien une séance bains sauvages au lieu de redescendre à Sorède...

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour, Comme tu le sais sans doute, j'adore tous les bains, chauds, tièdes ou froids, peu importe mais l'idéal est le bain tranquille, silencieux, loin de la foule avec seulement le gazouillis des oiseaux au dessus de la tête et ça j'avoue que c'est plus compliqué à trouver. Je le trouve à Urbanya dans la rivière éponyme....Par contre, j'ai des amis qui sont à la recherche de bains d'eaux très fraîches de préférence "ricardisées" ou "pernorisées" et s'il y a foule ce n'est que mieux. Tu en connais des comme cela ? Bravo pour ce reportage.....Tu es aussi photogénique allongée dans le Têt que lors d'une manif de retraités !!! Amitiés. Gilbert

    RépondreSupprimer

Votre commentaire: