samedi 17 mars 2018

Un plein de surprises : le Gra de Fajol, 2706 m

Mon unique projet était d'aller enfin à ce Bastiments, 2883 m d'où on a un superbe panorama, où on profite d'une sévère montée, où, enfin et surtout, je voulais aller tester ma forme..
Tout commence la veille , 100 km de route et une météo heureuse pour le lendemain. Et puis il y a une autre heureuse, moi. J'aime beaucoup ces lieux, Vallter 2000, qui permettent de belles altitudes hivernales sans s'épuiser dans une longue approche. Le parking est à 2156 m, un honorable départ en hiver. Et j'ai très envie de me tester !!Les piolets et crampons me démangent.


2156 m parking de la station de ski de Vallter 2000
panorama depuis mon lit






 J'aime la route qui mène à Vallter. Elle a un charme fou avec ces paysages de montagne que l'altitude dévoile.Une météo très maussade ne me refroidit pas, je dors là haut, on verra bien. La tempête à Vallter est presque ma seconde peau, là bas.
Hélas (ou tant mieux) j'y suis abonnée .
Je ne m'arrête même pas à mon village de coeur, Setcases.
De Setcases à Vallter il y a 12 km de route très pentue : l'altitude passe de 1280 m à 2150 m.





J'y fais de belles rencontres. Des statuettes de glace sculptées par le vent, minuscules, et un isard curieux qui m'attend sur la bas côté.
La danseuse
Mimétisme

Curieusement, le parking de Vallter que j'ai toujours trouvé absolument désert est habité: fourgons et camping cars. Petit regret.  Finies mes soirées solitaires dans les nuits tempétueuses. Vallter ne sait déroger à la règle, ce sera rapidement un déluge de pluie.




Soirée calfeutrée et chaleureuse, la nature se déchaîne dehors. Au matin le parking est un miroir de glace luisante sous un ciel pur.Le Ciel étincelle et le Bastiments (2883 m), fier et élégant, me laisse dubitative : le vent y souffle avec violence. Des tourbillons de neige courent sur les cimes.


Le Bastiments, mon projet 

Comme avec le Diable aux trousses, je file sur les pistes, crampons aux pieds, tenue yéti et piolets dans le sac. Car j'ai un projet...Grimper un tout droit que j'ai déjà gravi, avec les piolets.

En tenue yéti


Soudain, alors que le soleil inonde de lumière blonde le monde glacé, un vent terrible me saute au visage; encore une fois ! Je remonte la piste de ski dans un épouvantable vacarme, cette fois le vent ne se taira jamais. Je ne comprends pas pourquoi la dernière fois la station était fermée et pas aujourd'hui. Parce qu'il fait soleil ?


Gra de Fajol

La violence du vent

Je peine très fort contre ce vent de face, même pas question de poser l' APN au sol, il serait immédiatement emporté. Je me régale mais je fatigue. Quelle montée énergivore !! Aveuglée et asphyxiée, vaillamment , (en 1 h 25 contre 1 h 26 lors de la dernière tempête), j'arrive au chalet, en ayant laissé en mon sac le projet de grimper tout droit vers les crêtes. Les crêtes ne sont que tourbillons de neige furieusement arrachée. C'est impressionnant et désert.
Je vois pourtant la mer, bien dorée là bas au loin, du côté de Rosas.


Auprès du chalet, arrivent les skieurs courageux, se prépare le poste de secours et la station météo s'active : vent à 80 km/h (ressenti du 130 en plaine) et moins 1.7 °.

Poste secours/ Station météo/ Arrivée tire fesses

Le risque d'avalanche est clairement affiché, claquant au vent devant le Gra de Fajol.


Je ne pense pas aller plus loin, je reprends des forces, répare mon pantalon Kway éventré par les crampons et le vent. La bonne idée d'avoir logé les inutiles guêtres dans mon sac au dernier moment...Et si je tentais le Col de la Marrane, ses 2529 m et les coups de boutoir du vent qui jettent au sol ?? J'ai connu...
Tenue yéti, pantalon éventré (et venté)
Le vent est si fort que j'ai la sensation que le rocher bouge 

C'est parti ! Le vent aussi vient de partir, d'un coup et un brouillard gris et neigeux envahit le cirque, estompant le col et les sommets dans une brume diffuse: du plus bel effet. Cela décuple mon énergie.
Qui en a pris un sacré coup dans la montée.

Gra de Fajol Gran (droite) et Petit (Gauche)

En quelques minutes, changement de temps

Pour ménager mes forces, j'évite de perdre du dénivelé et je file en courbe de niveau  vers le col. Je suis en pleine pente, un piolet en main en guise de frein car si je dévale, je serai vite un bobsleigh humain.


Mon chemin 

En pleine pente

Tout petits en bas
 Personne jamais ne passe par là, alors bien en dessous de moi, de fines silhouettes arpentent ce qui devrait être mon chemin. Dans un bruit de ferraille : les couteaux de leurs skis.

Au zoom



Dans la montée avec mes pantalons réparés







On se rejoint près du col et je grimpe en tout droit, pour m'amuser, quelques mètres.







Sortie au col
Le col est peuplé, certains se devinent dans la brume opaque qui ensevelit le Bastiments, beaucoup hésitent et font demi tour. Je n'irai pas aux Bastiments, j'ai trop donné en énergie, je suis "séchée" mais je vais tenter les 2706 m du Gra de Fajol. Tenter...

Aujourd'hui, tout est masqué
31 mars 2013: pic de Bastiments et Col de la Marrana (1er plan)




Nous sommes trois à en prendre le chemin. Le vent est revenu, la poussière de neige et le brouillard donnent à nos silhouettes une allure un peu fantasmagorique. Je bénis mes crampons, c'est fort gelé. La glace craque sous les pas, la montée est sympathique. Je sais le paysage magnifique aux alentours, quelques trouées lumineuses dans la brume le rendent beau et mystérieux


Silhouettes à La Marrana:  beaucoup font demi tour.
 Je monte d'un pas régulier, c'est sûr, en temps serein, je n'aurais eu aucune peine à atteindre les Bastiments ! Me voilà rassurée.
En vue du sommet

Au sommet 

Petit clin d'oeil..avec mon piolet
On trouve souvent de faux piolets et des croix aux sommets
Je m'attarde au sommet qui se peuple ; un petit en cas de plus;  je n'ai pas envie de redescendre.
Il en va toujours ainsi. Je savoure, c'est comme une ivresse sans alcool !
Je redescends rapidement, les crampons rendent le pas sûr car c'est fort glacé.
Au col de la Marrane, je me jette dans la pente avec assurance en un rapide tout droit, j'ai repris en main le piolet. Oui...Ludo....je ne l'oublie plus mon frein !

Descente : "prudent en raquettes". Le Bastiments ou Géant en face

Le "prudent en raquettes" hésite un moment avant de suivre mes traces.

Pas très rassuré, je le comprends !
Une longue et agréable descente de près de 200 m qui m'a fait peur par le passé...mais j'ai progressé !
Sur cette pente, beaucoup de marcheurs à skis, crampons ou raquettes dans un joyeux désordre, chacun cherche le meilleur chemin. Des chutes aussi, c'est très pentu. Je reste sur mes jambes. Quand c'est glacé, c'est impressionnant; je l'ai monté sans crampons un jour de gel...quel souvenir ! Il faut choisir les bonnes empreintes et y loger un pied sûr!

Là c'est encore ferme, pas gelé mais ferme.

Beau décor devant mes yeux. Le Canigou je crois
Dans l'antre du Cirque, où naît le Ter et que je traverse hors des traces je fais une merveilleuse rencontre : un énorme igloo à 2 places dans lequel je me glisse. Une douce chaleur, une lumière verte. Un monde à part...



Igloo, juste au pied du Gra de Fajol, altitude 2366 m

A l'intérieur

A la porte

Je m'y complais un moment puis je regagne la piste, monotone chemin de retour de 2 km. Je prends une leçon de skis que je ne pratiquerai jamais. Trop tard. Rien n'est trop tard dans la vie, il faut juste ne pas se disperser et fixer ses préférences.

Je descends, je les regarde évoluer, le temps passe vite : un tronçon de rouge bien pentu et je suis chez moi !
Parking de la station : mon camion dans le cercle rouge 
La suite...je vous la dis ? Allez soyons franche...Elle se situe à Setcases, "Al Mouli"
Est il besoin de mots ???

La patronne me reconnaît, elle soigne la brûlure de ma peau avec une crème miracle.

Pain tomate / Potage / Morue en ratatouille au feu de bois / Crème catalane brûlée
Et...du rosé !

En chiffres

Dénivelé : 600m environ

6 commentaires:

  1. Tu as affronté la tempête avec brio, bravo ! De belles photos qui nous font revivre les moments forts de cette journée, une atmosphère bien rendue. J’aime beaucoup cet endroit qui permet d’atteindre des crêtes et des sommets fabuleux, Gras de Fajol, Géant, Enfer... Un bon repas et un bon vin ont clôturé cette journée que demander de mieux ? Tu t’es éclatée, c’est super, profite de ces bon moments.
    Nous sommes Aux Angles depuis aujourd’hui et pour quelques jours si tout va bien... bises Amédine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bien les Angles seront arrondis par la neige !! Le St Christophe, 1015 m, est blanc. régalez vous. A Vallter celui qui me manque est le Freser, il est prévu, un jour, en hivernale j'aimerais mieux. bises à vous deux

      Supprimer
  2. Bonjour Lison, Tu veux que je te dise mes vraies pensées à propos de cette balade au Gra de Fajol. D'abord bravo et quel courage ! Ensuite brrrrrrrrrrr ! et puis la photo que je préfère c'est la toute dernière ! Et enfin continue de me faire rêver à des balades que je ne ferais plus jamais......sauf dans mes rêves les plus fous ! Merci. Amicalement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non je ne suis pas à féliciter parce que c'est encore dans mes cordes. Bien sûr je dépense de l'énergie et je n'ai AUCUN scrupule de passer du sommet à la dernière photo !!Je refais du carburant. Allez je te ferai encore rêver tant que je me ferai rêver aussi. Bises

      Supprimer
  3. Coucou... BRAVO... quelle merveilleuse ascension !
    Continue de me faire rêver, encore et encore !
    Bonne semaine, Bisous, Câlins à tes Félins

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne semaine à toi aussi; le prochain est en eaux chaudes et troubles ...Bisous

      Supprimer