jeudi 5 juillet 2018

Le Puigmal (2910 m) et ses voisins

Préambule : Ils sont au nombre de quatre, ces Puigmal (de Puig= sommet et Mal = mauvais ou = hauteur, borne, étymologies  pas bien définies selon Lluis Basseda), le Puigmal d' Err (2910 m), le Puigmal de Sègre (2843 m), le Petit Puigmal de Sègre (2810 m) et enfin le Puigmal de Llo (2697 m), un peu particulier parce qu'il est moins haut qu'un sommet pointu qui le précède (2801 m) et qu'on lui préfère.

Le Puigmal d' Err , le plus haut, qui est mon but, est frontalier. J'y suis allée 2 fois en mars, côté sud, Espagne. J'ai fait deux autres tentatives, échouées pour cause météo (côté Espagne), pour cause de fatigue, côté France; en hiver toujours.
Donc je m'y rends en été, une nouveauté car côté France.



Catalan au sommet

                                                            ..............................................

Tout commence le samedi, à la tombée du jour. Je suis à 14 km de tout lieu habité, sur le parking de la station de ski désaffectée et je suis seule ce qui ne me dérange pas.

Je fais une petite reconnaissance, histoire de dégourdir mes jambes et de profiter de la lumière. Cela ne fait que décupler mes envies de marche, je partirais bien de nuit. Une petite conversation avec les marmottes et je redescends de mes 200 m de dénivelé. Puis je passe la soirée et la nuit dans le  kangoo, loin de tout sauf des étoiles, de la forêt et de la longue cascade. Je suis bien...
Matin : 6 h 40, je démarre. Quelques nuées dans le ciel me dérangent, il faisait si beau hier.... Mais je suis toujours trop tôt ou trop tard quelque part....

Mes copines


Sur des images de la veille, le départ :




Passage à gué du ruisseau d' Err

Vallée de la rivière d' Err que je prévois pour le retour



Massif du Carlit en fond
Bientôt je comprends que je ne suis pas sur le bon chemin, toutes les marques jaunes ont disparu.
Je suis hors piste  !!
Qu'à cela ne tienne; je vais grimper en tout droit. Vaguement cairné, le sentier se perd dans la caillasse, je gagne en solitude, silence et belles rencontres...lunaire, animales et sans doute avec moi même mais il y a beau temps que je ne me découvre plus.

Atterrissage pointu !
Simplement j'écoute la montagne...des pierres qui tintent et c'est des isards.
On échange un dialogue, ils viennent à moi puis bifurquent : c'est ça, la couleur de mon tee shirt ne leur plait pas.

Le guetteur de la bande
Comme c'est bizarre, j'arrive là où je ne devais pas et je reprends le cours suspendu, version été, de mon périple incomplet version hiver.(clic)  La boucle est bouclée.

En haut de la colline "la porte du Paradis"
J'évite je ne suis pas un ange !

Mon point final hivernal
Et le Puigmal en hiver mars 2017

Un en cas bien mérité, j'ai grimpé plus de 600 m de D+ à jeun. En 1 h 45. 351 m/h en moyenne, 372 m/h dans les cailloux hors piste. Je suis satisfaite.
Piètre victoire.
J'attaque la montée en crête frontalières; des nuées ont envahi le ciel, j'ignore.

Puigmal en haut, isards sur la droite 


Je viens d'en bas, tout en bas...

Je rencontre enfin le sentier manqué : quelle rallonge je me suis imposée! Je ne regrette pas, rien n'est hasard.
La montée au Puigmal me plait : soutenue et belle, équilibrée et aride. Il en faut peu pour être heureux....
Côté sud et Espagne

Côté Ouest

Montée finale au sommet

Jardin du Puigmal
La croix sommitale se profile, il y a quelques catalans et la brume qui rampe vers nous. Je cherche les photos de Camille et Lison que j'ai cachées en mars 2016 et je ne retrouve rien. Déception...J'aurais du bien vérifier le lieu avant de partir.


Puigmal 3 eme 2910 m
2nd toit des Pyrénées Orientales


La brume rampe et je file bon train vers la sortie, la trouille au corps.

Côté ouest

Puis devant moi

Tant pis pour le chemin prévu et je me jette en courant dans cette brume grise; le sentier est boulevard pourtant. Arrivée à la côte 2038, la brume s'en va et laisse place à un soleil resplendissant : que faire ? Remonter ? Que d'énergie gaspillée..Alors je prends une décision lourde de sens si le brouillard m'enserre: hors piste, dans la caillasse et en courbe de niveau vers le Petit Puigmal de Sègre que je briguais depuis là haut. La marche est aisée, parce que j'aime ce type de tapis de sol. J'écoute quand même la montagne, ce qui me permet de les entendre puis de les voir...


Cap à l'est en courbe de niveau sur
une voie pavée

Mes copains

ça se termine et j'aime marcher là dessus
Petit Puigmal de Sègre au bout, 2810 m

Je viens du névé tout au fond
Je rejoins les crêtes qui donnent sur le versant sud: tout baigne et flotte dans les nuages, je ne fais qu'entrevoir des sommets qui se dérobent.

Le Puigmal de Segre 2843 m


Je marche vers le Petit Puigmal de Sègre : rien ne le matérialise, juste le cadran de l'altimètre : 2810 m. D'un côté se trouve l'altier Puigmal de Sègre auquel je renonce, le temps est trop instable. Retrouver le sentier dans la brume serait trop aléatoire. De l'autre, un pic bien pointu m'attire : le Puigmal de Llo ?

En fond le dôme arrondi du Puigmal d'Err 2910 m d'où je viens hors sentier
Crête frontière : à droite la France
On distingue à droite le névé d'où je suis partie
pour traverser en roche

Face catalane déchiquetée

Vers Nuria et son sanctuaire invisible d'ici

Petit Puigmal de Sègre et en fond, celui de Llo

 En fait ce 1er sommet pointu n'est pas le Puigmal de LLo, il le précède
Il précède aussi le Pic de Coma Dolça tout au fond
Je ne peux passer à côté de ce fier chapeau chinois et j'y cours, j'y vole, évitant en partie le névé qui me ferait peut être voler, autrement. Posée joliment sur un névé une jolie et jeune catalane, qui "voyage" seule comme moi me fait un brin de causette: on se retrouvera un peu plus tard au sommet du fameux Puigmal de Llo qui, géographiquement ne l'est pas mais a tellement de prestance qu'il usurpe son identité. Il est tellement beau que je le grimpe par son arête au lieu du sommet.



 Je me restaure au sommet, regardant la valse lente des nuages qui évoluent au gré des vents tournants.
2801 m


Col de Fenestrelles dans la brume : les crêtes frontière

A présent le sentier de descente est bien marqué, je ne peux plus me perdre. Je longe le grand névé sous lequel se perd le sentier et j'aborde la magnifique descente dans la vallée de la rivière d' Err. 

Mon chemin de descente : vallée de la rivière d' Err
Il n'y a personne et des pas bien réguliers dans la caillasse ne me montreront rien, tout en m'intriguant fort  ! ça a l'allure pesante et régulière d'un humain mais je ne le vois pas. Je ne vois pas davantage un ours solitaire, sur ce tapis de pierres de la même couleur que lui et ce n'est pas le son vif et multiple d'un groupe d'isards. Le mystère demeurera à perpétuité.
J'arrive aux Aguaneix, un paysage très étonnant dans ce désert marron glacé souligné du rose fuschia des rhododendrons. Ce sont les multiples sources du ruisseau qui, nourri par des griffons jaillis de partout en font un impétueux torrent capté presque au bout du sentier. Le torrent s'enfonce entre deux versants très pentus l'un brun et rose, l'autre jaune : quel contraste. Je dirais que c'est le plus beau paysage du jour. Dont je profite agréablement, j'ai tout mon temps.


Cette vallée à la pente soutenue est une série de paliers

Les aguaneix (eaux naissantes)

La rivière ainsi formée

Enfin, au terme de 7 h d'absence je rejoins le parking.

Les souliers autour du cou
Je n'ai pas rencontré un seul français en rando, alors que je n'ai marché qu'en versant français : mais où sont ils donc ??. Mais là bien sûr : bien campé sur sa moto, un français me rejoint...on fera un brin de causette avec ce montagnard qui, voilà plus de 50 ans fréquenta le même lycée que moi, au même moment...

                                                       --------------------------------------------

Un nouveau projet naît en moi, inspiré par mon décor : remonter en tout droit le ruisseau de Coma Dolça (Vallée Douce) qui a bercé si joliment mon sommeil, jusque sur les crêtes, en suivant sa rive orographique gauche, parvenir aux crêtes,après 595 m de dénivelé  et visiter ainsi le vrai Puigmal de Llo et le grand Puigmal de Sègre, le retour se faisant...au gré de mes envies mais plutôt par la vallée de la rivière d' Err. J'ai hâte ! Ce sera une belle rando car remonter le ruisseau sera pentu à 30 ° . Juste ce que j'aime.


Le ruisseau (partie) de Coma Dolça et ses 35 ° de pente
En chiffres 
Dénivelé positif cumulé : un peu plus de 1000 m 
Distance  : un peu plus de 10 km



14 commentaires:

  1. Bravo Amédine ! christelle L.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Christelle, ça t'a peut être inspirée pour une future rando

      Supprimer
  2. magnifique périple. Bravo Amedine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Magnifique mais peu coloré ces paysages rocheux j'adore

      Supprimer
  3. Quel beau reportage Amédine et raconté avec tant de talent; j’avais l’impression d’être dans vos pas, copiant maladroitement tous vos gestes et mouvements pour atteindre ces sommets tant convoités
    La photo devant la Croix, c’est un raccourci de vous
    Continuez à faire rêver ceux qui ne peuvent pas ou qui ne peuvent plus réaliser ce rêve: atteindre le sommet!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout ceci est très cérémonieusement et joliment dit; j'espère vous emmener encore dans mes pas et sinon au bout de vos rêves, peut être agréablement dans les miens. Merci de votre passage en mon blog

      Supprimer
  4. Belle balade sportive remplie d'imprevus ... nombreuses rencontres avec la faune et la flore ..et même quelques humains...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est la richesse des montagnes, on ne sait jamais ce qu'on va rencontrer même des langues de brume

      Supprimer
  5. Belle rando que nous faisons en empruntant le même itinéraire que toi, donc souvent hors sentier balisé. Une boucle très intéressante et plusieurs sommets à découvrir. Tu nous as régalé de magnifiques photos, l’ange se régale en altitude... Des marmottes et dès isards t’ont côtoyée tout au long de la journée, que du bonheur. Beau reportage, bises Amédine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Josy. A l'heure de ma réponse j'ai rempli mon "contrat" avec le 4 eme Puigmal; affaire à suivre donc en récit et images. Bises

      Supprimer
  6. Magnifique merci pour tout ce beau partage
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ma musique à moi; j'aimerais entendre les trompettes d' Aida sur tous les sommets

      Supprimer
  7. Tu peux être parfois hors piste mais jamais hors jeu ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. MDR...Hors jeu c'est de saison...sportive. Pas encore hors course...c'est de saison aussi, d'ailleurs, la course. Merci de ton passage, toi qui survoles les pics !

      Supprimer