samedi 16 janvier 2016

Cramponnée au blizzard

A la maison...lol...c'est plutôt le contraire , "le" Blizzard est cramponné à moi, c'est sa position favorite.


Mais là où j'étais, en solo et sans chat, perchée sur un parking de montagne à 2000 m d'altitude (station de ski de Vallter 2000, Pyrénées Catalanes) c'était un autre blizzard qui m'attendait. Et moins caressant !


 Vallter : Gra de Fajol petit au 2nd plan
et Serrat dels Lladres au 1er











Au chaud dans mon bivouac





J'ai dormi trois fois sur ce parking, trois fois dans la tempête, comme fait exprès. Ce qui ne me déplaît pas sauf que parfois j'ai l'impression que mon véhicule va s'envoler. Ce fut une nuit style "secouée comme un prunier"; nous étions deux véhicules sur ce parking désert mais le second capitula sous la tourmente et fila vers la vallée.
La neige arrachée aux montagnes cinglait la carrosserie comme des millions d'aiguilles.

Au petit matin, cela secouait toujours et un lever de soleil timide auréolait de rose les bourrasques descendues des cimes à une vitesse vertigineuse. Le vent dépassait largement les 100 km/h par rafales. J'avais donc décidé de paresser au lit avec un bon livre mais mes jambes piaffaient et , chaudement vêtue, je m'élançai à pied sur les pistes de la station fermée.

Depuis mon lit
Immédiatement la bourrasque me sauta à la gorge avec ces mots féroces "Je ne te lâcherai pas et t'en ferai voir de toutes les couleurs", sauf que la couleur était uniformément blanche et que il m'en fallait davantage pour m'arrêter.
Départ vers les pistes
Les hauts de Hurlevent...catalan


Très vite je chaussai les crampons : la piste, damée, était gelée et je n'avais pas d'autre choix que me cramponner au sol.

Bien sûr j'avais renoncé à aller jouer les filles de l'air sur les crêtes et les parapentistes sur les sommets. Sagement j'allai donc remonter la piste, un petit 520m de dénivelé jusqu'au chalet "les marmottes", au terminus des remonte pentes, tout au fond du cirque de Morens.



Le cirque fut vite là, un autre type de cirque , dans lequel j'étais clown, équilibriste, cavalière sur les chevaux effrénés du vent, dompteur et fort heureusement pas une fois je ne m'écrasai sur la piste.


Tout en montant, je me repais du paysage, de la lumière cendrée et du bruit, que dis je ? du vacarme ! ça mugit dans les sapins, ça siffle dans les remonte pente, ça s'éclate sur les rochers, ça dévale en hurlant des cimes et ça chante des airs furieux en s'engouffrant dans le fleuve des pistes. Où je suis seule, bien évidemment. Les nacelles au dessus de moi se balancent follement .





Je me régale, cela va sans dire. J'ai l'amour des tempêtes. Parfois, pendant quelques secondes, tout se tait et devient immobile. Et moi aussi pour savourer cet instant de grâce. Mais déjà les fauves hurlants m'assaillent, et je me cramponne au sol, aux bâtons, incapable d'avancer, encline à reculer sous la poussée féroce.



Je ne risque rien, il n'y a pas un skieur et la glissade ne me tuera pas si "autant en emporte le vent". Je ris sous ma cagoule, je marche les yeux fermés parfois, tâtant le sol de mes bâtons car ces tourbillons fous entraînent la neige des cimes, déshabillent les hauteurs, les pentes et cinglent tout sur leur passage d'un épais et opaque blizzard contre lequel on ne peut rien. Que fermer les yeux.
Avancez, il n'y a RIEN à voir !
Je n'ai pas froid malgré le Zéro degré ambiant et ces rafales a bien plus de 100 à l'heure qui donnent une sensation de froid intense, car l'effort consenti pour grimper et braver le vent est énorme. Les 500m en vaudront bien le double en énergie dépensée. Mais quel bonheur !

C'est la ouate
Je regarde avec envie les crêtes où je n'irai pas et sans envie les sommets auxquels je n'aspire même pas. Tout est blanc, ouaté mais de belles déchirures montrent des sommets très dénudés. la neige n'est pas au rendez vous dans ce drôle d'hiver et le vent l'emporte, qui plus est.
Dans les Pyrénées ce phénomène météo se nomme "el Torb" il peut être mortel et j'y avais consacré un billet (clic).
Enneigement inégal car envolé
Les derniers arbres, vers 2500m, ont une allure qui en dit long !

Sapin des cimes

Au bout de 1h25, j'arrive au chalet: ce petit chalet offre en temps de neige une restauration rapide et des boissons aux skieurs mais ce jour il est fermé, par contre sa terrasse largement ouverte vers l'est  est très conviviale : tables, bancs, table d'orientation, panneaux sur la faune et la flore.

En catalan " les marmotes" avec un seul T


Vers l'est et la mer


 Je me contenterai d'une encoignure à l'abri et au soleil, car à peine eus je posé mes crampons sur les dalles de bois, le vent disparut, le ciel se déchira et le soleil envahit un ciel devenu bleu instantanément.
Pour cimes et sommets c'était trop tard pour moi.

Mais je contemple...





Les Gra de Fajol

En quelques minutes le paysage change....c'est impressionnant.




Je paressai longuement dans mon coin au soleil, en grignotant, écrivant et savourant ...mais j'aurais bien aimé redescendre en tempête ...

Sous le grand ciel bleu intense

Le beau temps revenu me permet de voir enfin quelques skieurs montés à pied pour le plaisir d'une descente rapide et surtout, la curiosité du jour, les sources vitrifiées du Ter.

Oeil de verre du Ter
Le Ter est un fleuve de 208 km qui se jette dans la Méditerranée. Il naît là, dans ce Cirque de Morens, entre Gra de Fajol (2706 m) et Bastiments (2883 m); il naît en plusieurs sources toujours couvertes l'hiver d'un épais manteau neigeux. Cette fois cependant je peux voir les sources pétrifiées, vitrifiées, luisantes comme du verre, sur lesquelles je marche avec précaution. Une patinoire. Mais c'est beau !
Le paysage, là haut est somptueux. Il y a toujours beaucoup de monde, sauf aujourd'hui. Quelques skieurs filent comme le vent disparu dans le silence revenu. (Dans cette station, les marcheurs sont tolérés sur le bord des pistes).

Autre oeil de verre du Ter

Il ne me reste plus, arrivée sur le parking qu'à prendre une bonne collation avant les 100km de route.


Là haut d'où je viens  et repos au grand soleil



Autre visage des Gra de Fajol
Et retrouver le Blizzard qui se cramponnera à moi ! Encore et toujours...







26 commentaires:

  1. Lui ton chat se cramponne à toi comme s'il y avait le blizzard nous avons suivi avec Guy ton épopée fantastique avec des frayeurs ...et des rires car ton texte toujours autant savoureux ...quel plaisir pour toi et pour nous un moment partagé de pur bonheur...nous t'embrassons bien fort ...et te dit bon vent ...comme dans Thalassa. ..caresses à ta tribu de minets .

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Annie et Guy, merci pour votre sympathique visite. Oui bon vent ? c'est chez moi en ce moment et je fais "mamie coin du feu" ! J'ai supprimé tes com en double ; bisous

      Supprimer
  5. Réponses
    1. Merci, bisous, c'est pas du courage c'est de la joie

      Supprimer
  6. Quine fred i quin vent ! Bravo pour cette épopée "nordique" ..mais moi comme ton chat Blizzard ..je préfère mes aventures "a la bora del foc" ! Merci pour ce beau récit..j'en ai les "arpions" gelés ! ASP

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non cher ASP, j'étais bien réchauffée avec tant d'efforts pour lutter contre le vent. Quand on est nés avec la tramontane on a ça dans le sang

      Supprimer
  7. Quelle épopée !!!
    C'est magique et féérique ...
    Merci pour cette balade dans le blizzard ;)
    Bisous, douce soirée, bon w-e au coin du feu, câlins à ton Blizzard :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ta visite dans ce paysage secoué ! Bisous , je partage mon WE entre chats

      Supprimer
  8. A companhia de Blizzard é reconfortante depois de uma aventura congelante.
    Lamento que você não pôde desfrutar do tempo bom, foi muito azar o tempo melhorar
    só no final da tua visita.
    Beijos
    Adri

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bom Dia Adri gosto muito tambem da borrasca , vento, chuva o neve. Beijos

      Supprimer
  9. Quel superbe billet , que tu es courageuse et endurante !
    Douce soirée au chaud , bon dimanche , bises Lison

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien les éléments déchaînés sauf quand j'ai un projet bien précis de sommet, je mets les chances de mon côté. Sinon je me laisse porter, voire emporter. Bisous

      Supprimer
  10. J'ai eu peur pour toi durant ce périple.. tu prends beaucoup de risque et je me disais qu'une avalanche aurait pu survenir.. enfin je dis ça mais je n'y connais rien. Par contre je reconnais ton immense courage et ta ténacité. Bravo et merci pour ce partage passionnant. Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non Fanfan, aucun risque. je suis très prudente rassure toi. Bisous

      Supprimer
  11. C'est merveilleux ces paysages enneigés.
    Merveilleux aussi Blizzard.
    Gros bisous
    Chantaloup

    RépondreSupprimer
  12. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  13. Surprenant ! un temps à ne pas mettre un nez dehors… Je n’ai connu cela que le 12 avril 1983, lors du cyclone Veena ; la mer a déferlé toute la nuit sous la maison (heureusement sur pilotis 80 cm) ; ensuite le vent avec des pointes à 180 km/h, il soulève les feuilles de cocotiers du toit mais celui-ci ne s’envolera pas contrairement à mes voisins… Mais le froid et la neige en moins, CHAPEAU AMÉDINE !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh là là , je n'aurais pas mis le nez dehors, CHAPEAU PIERRE d'avoir résisté et surtout chapeau à ton toit....

      Supprimer
  14. Un temps à ne pas mettre un nez dehors, mais il faut compter sans Lison ! (sourire) Tes récits et tes escapades te ressemblent, tellement pleins de vie et de fougue ! Bravo pour cette belle énergie et ces si belles photos !
    Bonne soirée, Lison. Gros bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui, Françoise, on m'a toujours taxée d'ingouvernable et je n'ai pas changé comme le disait si bien un certain Julio... Bisous

      Supprimer
  15. Pour qui! à connu une telle situation vent tempête de neige en pleine montagne chapeau Amédine et en seule la on voit ta volonté et ton obstination à faire toujour plus gare gare Magnifiques photos ( ça donne froid dans le dos ) bises a plus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Barthélémy, ici je ne risquais rien, j'étais sur une piste de ski sans skieurs donc pas de risque de collision juste je risquais le m'envoler; mais j'avais mis le dentier aux pieds ! Et je mordais bien la glace! Bisous

      Supprimer
  16. Bravo ! J'ai dormi sur ce parking mais en été avec très beau temps. Rando jusqu'au pic de l'enfer.
    La tempête multiplie les efforts considérablement. Récit captivant.

    RépondreSupprimer