jeudi 15 juin 2017

Le pic de la Dona 2702 m par Mantet

Mantet
Mantet :  un village dont je ne gardais aucune mémoire tout en étant certaine d'y être allée voilà plus de 30 ans. Mantet, un bout du monde au bout duquel il n'y a plus de route ni de piste (ce qui est rare), à 12 km du plus proche village, Py et tout  au bout d'une route étroite et sinueuse. Mantet un village situé dans une réserve naturelle, où la poignée d'habitants vit sans doute de l'élevage, des chevaux et du tourisme. Mais un village joli, propre,où pas un fil électrique n'embroussaille le ciel. Un village où coulent une et même plusieurs rivières, d'où partent des vallées, des sentiers vers les cimes, les crêtes franco espagnoles à 7 km de là, enfin vers les grands espaces à 2500 m d'altitude.

Mantet à découvrir  et à y revenir, je piaffe déjà.

En guise de piaffements, ce sont plutôt des grattements qui ont perturbé ma nuit : sur la soixantaine de vaches qui ruminaient une seule a eu l'idée de se gratter sur mon camion. A 2 h du matin quand même ! Non mais....
C'est juste à 6 h 15 que je démarre du village. Tout est inversé à Mantet : le col est à 300 m au dessus, le parking du village est sur les toits et le départ des sentiers se fait après avoir franchi 100 m de dénivelé...négatif . A reprendre donc. Et surtout à regrimper quand j'aurai fini ma rando de 1400 m de dénivelé...du costaud.

Je démarre donc dans un village endormi, silencieux et je commence par me tromper. Endormie je loupe la passerelle, ce sera donc passage à gué pieds nus dans l'eau.
Pas grave je trace mon chemin dans la vallée de l' Alemany, le torrent local

Vallée de l' Alemany
Une jolie vallée occupée par des jasses ou prairies encore en service, dotées de ruines, de chemins creux, de murs et de terrasses. Je me laisse porter par l'ombre, le silence, la fraîcheur et la beauté. Les premiers genêts et rhododendrons sont sur la piste, l'hiver 2017 a tourné le dos . Les lointains dessinent des formes nues et des névés  paresseux. Bientôt j'y serai : 6.6 km et 3h.

Vallée de l' Alemany
vue de Mantet

Fleurs d'été
M'y voilà donc, dans les temps  donnés. Je n'ai rencontré personne sinon les fesses d'un isard pressé. Et les premières marmottes effarouchées. Le temps est magnifique, un pur bonheur.

Paysage de la vallée de l' Alemany (près du refuge)

Là où je vais : la Portella de Mantet 2412 m


Orri


Coma de la Dona et Pic de la Dona 2702 m

La neige est là, donnant naissance à des ruisseaux d'eau plus que fraîche.
Bien sûr la montée finale est rude mais je me sens bien et pour éviter la monotonie des km je choisis un thème de réflexion : cette fois ce sera l'amitié. Problème difficile s'il en est pour moi ! Alors entre mes 5 et mes 67 ans, le thème est vaste, je ne vois pas le temps passer. Mon enfance, mon adolescence défilent. Et puis mon présent s'attarde...les amis du moment, les amis perdus, les amies fâchées ou découragées par mon existence. C'est pas facile d'être différent...


J'arrive ainsi à la Portella de Mantet, 2412 m, 1000 m de dénivelé et les 3 h de marche au compteur. sans trop souffrir d'essoufflement . Les thèmes que je m'impose ont pour but  de chasser le stress. Oui je stresse d'avoir un malaise !!(A cause de ce coeur mal équarri...)
Pourtant j'ai une pêche d'enfer !!
A la Portella : côté français

La Porteille de Mantet est nue, pelée, loin de ces verdures et fleurs ariégeoises mais elle ouvre juste sur la station de ski de Vallter et ses sommets mythiques. C'est beau et ça se peuple. Les catalans randonnent, la Porteille est très près de Vallter et les français paressent.
A la Portella côté Catalan (Espagne)

Roches blanches (quartz laiteux)



De là le sentier qui monte au Pic de la Dona 2712 m est une formalité , pentue certes, rocheuse à souhait, pâle et crue, sur 290m de dénivelé que je boucle en moins d'une heure...pieds nus, c'est pour cela que je vais vite. Mon pied droit me fait tant souffrir (et ce depuis des années) qu'il brûle, durcit et se tétanise. Alors que nu il est heureux. Un pied naturiste ! Allons donc !!
Je me rechausse à l'arrivée il y a trop de monde.


"Vis ta vie comme si tu gravissais une montagne"
dit l'épitaphe  à Xevi, jeune mort

Au sommet au milieu des fleurs (avant sommet)

En l'air aussi il y a du monde qui me plait moins : des nuées orageuses courent vers la France . Et j'ai un projet! Pas fou mais hors sentier pendant un moment alors il me faut voir clair et loin !

Je prends un repas rapide et je file suivie par trois catalans  qui font route commune avec moi; ils se rendent au Pic de Serra Gallinera mais n'ont pas de carte. On marche ensemble, je les quitte avant le Pic et puis me ravise, prends une autre route et y arrive en même temps qu'eux. Rien de spécial sur ce Pic c'est juste pour en rajouter un à ma liste !



Enfin je trace seule mon chemin sur l'altiplano Bolivien. Le désert absolu...Avec vues sur les deux Catalognes et leurs sommets

Au centre le Bastiments ou Géant : 2881 m
où je suis souvent montée en hiver


Sur l'altiplano


Jardin du ciel
Oui cette région des Pyrénées Catalanes a une particularité : elle a des hauts plateaux  semblables à ceux de la Cordillère des Andes l'altitude en moins. Entre 2500 et 2600 m . C'est plat, nu, aride, pelé, battu des vents et émaillé de jolies gentianes acaules, juste des gouttes d'eau céleste.

Chemins sur l'altiplano (chemins de bétail)
Une série de "comas" soit des vallées se terminant par une cuvette arrondie et ardue ouvrent sur ce plateau, surlignées d'un névé. Je brûle d'envie d'en prendre une et de descendre tout droit mais j'ai peur de trouver un terrain trop dur : ma rando sera déjà longue, je l'évalue à 19 km, mon pied rage et proteste.
Une Coma
On s'en tiendra aux sentiers battus. Je bats seule la semelle sur une esquisse de chemin  avant que de filer en courbes de niveau vers le Col del Pal, lieu de passage de mon chemin de retour, le GR 10.





Pic de Serra Gallinera 2663 et plongée dans la Coma de Bassibès

Couloirs















Col del Pal : la verdure réapparaît


Passage délicat sur le GR 10: un vrai tobbogan
Col del Pal en fond
 Faut être stupide ! Quand on se croit bien à l'abri sur l'autoroute de la montagne (le GR 10) où même un âne ne se perdrait pas, j'en profite pour ...m'égarer !



Demi tour et me revoilà sur les rails, pestant pour cet intempestif dénivelé ! Je ne le lâche plus . La forêt est saupoudrée de névés au goût de sève de pins et soudain sans prévenir le sentier se jette dans la pente raide comme une cascade . Là c'est franchement dur ! En descente! Mais je n'aimerais pas le monter...quoique...Enfin j'atteins le sentier du matin, dans la vallée, je me déchausse, me délasse, me hisse sur un gros rocher en quelques "pas d'escalade" et rencontre les premiers français.





Avant la plongée dans la vallée (de l' Allemany)

Après la plongée : repos
sur mon rocher perchée


Ensuite je redescends tranquillement vers Mantet, au gré des prairies, du chemin clos, des chevaux et leur odeur, du chant de l'eau et des insectes.
Festin d'insecte
Mantet en fond

 Le village semble venir à moi, propre et gentil. Faux ami : il va me falloir grimper les 93 m jusqu'au parking, les pires du trajet, assurément. Je baigne mes douleurs et ma fatigue dans l'eau froide du Ressec avant que de traîner mes pieds jusqu'au parking écrasé de soleil.
Mes prévisions sont bonnes ; 19 km et un peu plus de 1400 m de dénivelé , une des grosses randos de ma vie, la seconde sur la liste.
Je ne suis pas mécontente de moi.
Je peux m'accorder du repos, de la détente et je décide même de ne pas repartir.

"Je viens du Sud et par tous les chemins j'y reviens..."
Vallée de l' Allemany


En chiffres : 
Dénivelé : plus de 1400 m
Distance : un peu plus de 19 km


15 commentaires:

  1. J'adore Mantet, c'est un peu le berceau de ma famille maternelle qui est de Py. Jamais je ne pourrai faire une telle rando. La vallée de l'Alemany, la cabane de l'Alemany ....j'en ai souvent entendu parler par ma grand-mère et ma mère, ça me parait être chez moi. Bien que n'y ayant jamais résidé. Mais tu vas au-delà, pour toi et pour nous, tu écartes ces limites. Merci Amedine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et c'est pas fini Guy ! J'en ai fait une autre très sympa que je vais compléter car inachevée ce week end. Allez bon vent sur les traces de ta famille, tu visiteras encore ces lieux magnifiques. Par mon oeil et par ma plume. Bises

      Supprimer
  2. CC... Encore un merveilleux périple et de magnifiques photos !!!!!!!!!!!!
    Beau w-e, Bisous, Câlins @ tes félins

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un week end là haut, j'y retourne. quelle chaleur ici !! Gros bisous et bon WE

      Supprimer
  3. Amédine C est Le Paradis Mantet :) Voilà pourquoi L Amitié est venu Vous parler :) Merci pour Vos Si Belles Balades Amédine :) Calinous aux Minous Bisous à Vous Pensées pour Lison :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et j'y retourne Claudie, là à l'instant même. très pressée de revoir les montagnes. sans chat car il fait trop chaud pour leur imposer une attente par 35 °.Bisous

      Supprimer
  4. vous n'avez pas vu d' edelweiss ? magnifique ballade!!! Jean Pallarès

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne pense pas mais à vrai dire je ne les connais pas . Y en a t'il dans les Pyrénées?

      Supprimer
    2. Oui il y en a dans les Pyrénées, mais pas par chez nous.
      Principalement dans les Pyrénées Centrales Espagnoles.

      Supprimer
    3. Pas si sûr !pour avoir côtoyer des pontes en botanique ,j'ai appris la prudence et la souplesse ,"crois ce que tu vois " alors je ne sais pas si j'ai vraiment rêvé en descendant les pentes du Géant fin des années 70 , mais il avait bien une petite station d'Edelweiss ,je pense au début du mois d'Aout , c'est vrai ce que dit LUdo , cette fleur n'apparait pas dans les bouquins ,la station répertoriée la plus proche étant sur le pic de Girantès en haute Ariège , mais c'est à moins de 100 kms à vol d'oiseau !! pas grand'chose pour balader des graines à vent favorable et germer sur pelouses sèches d'altitude calcaires , bon j'arrête de délirer !!! en tout cas ,cette fleur est très facile à identifier ;

      Supprimer
    4. Il y a tellement de paramétrés qui influent comme la nature du sol, la température, le taux d'hygrométrie, que peut-être que les edelweiss de jadis ne peuvent plus se développer sur notre terre catalane. Et c'est bien triste. Merci pour cette info.

      Supprimer
    5. c'est vrai! mais il ne faut pas se décourager , en tant qu'ancien forestier qui côtoyait des botanistes ceux ci nous disaient que certaines graines peuvent "dormir " des 10 aines d'annees et+ avant de trouver conditions favorables pour germer ,en fait a part observer
      on connait pas grand'chose sur comment la nature se gère ,,

      Supprimer
    6. Il en a toujours été ainsi dans le Sahara où des graines peuvent dormir des années et se réveiller lorsque les conditions sont requises. On le voit dans nos vignes, il y a l'année de tel végétal, l'année de tel autre , selon les conditions requises. On ne sait jamais d'avance que sera l'année et puis on voit apparaître des végétaux nouveaux. la nature est un livre de vie toujours renouvelé

      Supprimer
  5. Ah que c'est beau et bien compté. Pour un peu j'y retournerai :-)
    Mention spéciale au restaurant du col, à sa terrasse et ses invités à cornes qui ne refuse pas un coup de muscat....hihihi
    Tu peux être fière de toi Amédine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai gardé l'anonymat de certaines rencontres et de certains évènements hihi, mais avouons qu'on a bien ri !! Super soirée, meuh...que dis-je Sacrée Soirée. A renouveler avec ou sans vaches !

      Supprimer