vendredi 30 juin 2017

Sur les hauts plateaux (2400 m) depuis Mantet

Avant propos : ce récit sera le résumé de deux sorties; la première, au lendemain du Pic de la Dona (clic), m'a conduite en un lieu peu connu, peu emprunté et pourtant plein de charme, la vallée de la rivière Mantet, nommée Vallée du Ressec, jusqu'à près de 2200 m d'altitude. Une séance de décrassage, en somme, après la grande rando de la veille.
Cela me plut tellement que le dimanche suivant, j'y retournai afin d'aller arpenter les hauts plateaux, au fin fond de la vallée, ceux qui s'apparentent à l' Altiplano Bolivien..
La vallée du Ressec ou de Mantet
"Route" vers l'Altiplano
Jour 1 : dimanche 11 juin
Lorsque je m'éveille, fraîche et dispose, il fait trop beau pour rentrer à la maison. Ma décision est vite prise et à un peu plus de 6 h, je traverse le village endormi, noyé d'ombre bleue, pour le sentier d'eau, de fleurs et de rocs qui longe le torrent mugissant. Le parcours est magnifique, près de l'eau, surligné de mille fleurs qui se penchent sur mon passage entre eaux vives et prairies d'élevage.

Mantet

Le sentier balisé de jaune perd vite ses marques et donc moi les miennes ce qui me vaudra un demi tour et une re descente inutiles, j'étais bien sur le bon sentier . En effet il ne suit pas la rivière après passage de la passerelle et grimpe allègrement en forêt alors que je l'espérais en bord d'eau. Une montée très vive qui conduit à une clairière bordant un grand promontoire rocheux lequel permet un point de vue superbe. Il ne reste plus qu'à se laisser guider par un sentier en forêt, à flanc de pente, quasi rectiligne, montant sans efforts, régulier et plaisant.
Jasse de Cap de Roc 1974 m



Me voici à Cap de Roc 1974 m;  Lucien et Michel, me précèdent depuis mon demi tour et sont mes guides : ici une source, là des coscolls, et puis les épinards sauvages...j'apprends des choses. Je ne reste pas dans leurs pattes mais eux ne me perdent pas du regard jusqu'au moment où se séparent nos routes. Je prends le temps de visiter ! Eux connaissent. Ils vont récolter.

Ce jour là j'irai jusqu'à la côte 2150 environ ; la rivière est devenue ma compagne j'en ressens la fraîcheur sur mon pied maussade et très douloureux depuis le départ. Je rencontre d'intéressants vestiges sur une toute petite surface : des restes de mines de fer ? Une ancienne forge ? Le mystère demeure...


Trouvailles minérales
Je me décide au demi tour alors que j'atteins la limite de la forêt. C'est décidé je reviendrai et pour un grand périple encore ! Je laisse la dernière rampe grimper sans moi , j'ai vraiment trop mal au pied et je marche nu pieds grandement.
Toutefois je m'offre une ascension en belvédère, celui de Cap de Roc, à 2058 m qui domine la vallée de l'Alemany et quelques "comas". La chaleur est intense et la soif bien vive.

Le "Coscoll" ou angélique sauvage
prisé des catalans (tiges en salade)

Une soif de fou ! Cap de Roc 2058 m

N'empêche cela valait le détour....
( 11 km AR pour 700 m de dénivelé)

Une partie de mon trajet
Et les perspectives à venir

                                                      .......................................................

Jour 2 : dimanche 18 juin
Même lieu, presque même heure, même trajet mais cette fois avec une belle et vaste prolongation en perspective. Objectif, les Hauts Plateaux.


Comme tout a changé en une semaine ! La montagne c'est tellement changeant ! Le sentier a été nettoyé, plus la moindre fleur ne se penche sur mes pas. La rivière grossie par l'orage tonitrue à souhait . Je file bon train, je connais le chemin, j'ai la forme et du boulot en perspective. Bientôt au sortir de l'épaisse forêt, le paysage est bouleversé . La grêle du violent orage a créé des ruisseaux charriant des montagnes de débris: fleurs, feuilles, herbes de la pelouse, branches et pommes de pin décimées.
Vératre en lambeaux


 C'est le chaos: les rhododendrons n'ont plus une fleur, les vérâtres et gentianes pendent comme des rideaux à lanières, framboises et myrtilles seront absentes du paysage estival, c'est impressionnant ! L'air seul a de la gaieté, il n'est qu'un immense chant d'oiseau rivalisant avec le mugissement du torrent.
Le vératre (avant la grêle)










Joli passage sur le Fourquets 1940 m

J'arrive rapidement au terminus de mon parcours précédent et la nouveauté s'ouvre à moi en même temps que le paysage , avec la disparition du sentier et de la forêt. Mais je ne peux pas me perdre !

Cirque d'el Callau, en fond la Portella et le Roc Colom (à gauche)
Alt 2300 et plus

Insolite : il a poussé sur le roc

Naissance de la rivière de Mantet

Le cirque est un réservoir d'eau

Les guides siffleurs
du jour















 Au lieu de suivre la rivière, pour éviter la dernière rampe et ne pas faire de méandres, j'oblique en courbes de niveau au milieu des rocs, des ruisseaux, des arbres épars, des marmottes : solitude complète, immensité d'un cirque grandiose, derniers névés et, sur les crêtes, des chapelets de silhouettes qui arpentent les portes du ciel. D'un pas rapide. Ombres chinoises sur un bleu dur.
M'y voici aux portes du ciel : la Portella del Callau,  2387 m. 3 h 17 de marche et 1000 m de dénivelé. 10 km aussi.


Côté France : montée à la Portella en pente douce

Côté Espagne, descente de la Portella en pente brutale

Je prends le temps de savourer le paysage et mon en-cas, face à l'Espagne. La ligne de crête toute douce et pierreuse bordant l'altiplano, est bien fréquentée. Ils ne font que passer à quelques mètres de moi. Pressés. Qui vers le Roc Colom, qui vers l'ouest, autres Portellas, autres sommets. Jusqu'à Hendaye même pour une jeune aventureuse n'ayant pas seulement une carte !! Juste quelques feuillets épars d'un trajet internet...léger léger...



Sol de l'altiplano











Reliefs rocheux sur l'altiplano

Imaginez un immense plateau en pente douce, couvert de roches petites et blanches et d'une végétation rase. A perte de vue. Quelques anciens cirques glaciaires mordent ce plateau, celui que je viens de quitter en est un. Côté Espagne la fracture est brutale et des précipices s'ouvrent, encore encombrés de névés. Ce sont aussi des cirques glaciaires. Imaginez une immensité peuplée de rares silhouettes filant bon train , imaginez le silence...Imaginons les tempêtes d'hiver que rien n'arrête, le blizzard, les vents hurlants, ou l'orage et les trombes d'eau...Imaginons les nuits étoilées et glacées de l'automne où on entend seul le craquement du gel...Je reprends ma route à travers ce plateau où l'on pourrait errer sans fin.. Et se perdre sans fin dans le brouillard...Je crois aller au Pic de la Llosa mais ces cairns ne le sont pas. Altitude 2440, ce sont "Els Rocs Blancs".


Gra de Fajol 2714 m

 Tout le secteur, à perte de vue est couvert de quartz laiteux. Et pour la petite histoire bizarre, ce plateau s'élève de 6 mm par an !!


Là s'impose un choix difficile : revenir par la vallée de l'Alemany, qu'il faut aller chercher fort loin? Revenir par le même chemin de ce jour, ce qui ne m'intéresse pas? Ou alors...bien sûr par le Pla Ségala, trajet nouveau mais long. J'ai déjà parcouru 11 km, autant m'attendent. C'est vite décidé : la nouveauté m'attire et j'irai bien saluer, en prime, le Roc Colom à 2507 m, tout proche. Avec sa colombe blanche, il est noyé dans un univers d'un blanc pur qui ne le change pas de l'hiver.

Quartz laiteux


Le Roc Colom



J'oublie la colombe au profit du vélo qui m'a doublée me faisant croire à l'hallucination de l'ivresse des cimes ! Le jeune catalan avale les sommets en souplesse! Son beau vélo fait sensation et lui aussi.
Insolite au sommet : 2506 m

Je navigue un moment au jugé entre des blocs étincelants et je récupère mon altiplano en saluant au passage, en un infime détour, les sources du Tech et la Portella de la Mort de l'Escola (enfant de choeur).

Et le cycliste va là haut ....
Costabonne : 2465 m
Quelques nuées envahissent le ciel et comme je déteste ces intempestifs voyageurs dont je ne connais ni la destination ni l'objectif j'attaque bon train les 11 km du retour. L'altiplano est désert, le sentier cairné suit la clôture protégeant le bétail des précipices qui bordent le plateau. On ne peut se perdre ici mais que c'est désert, plat, monocorde et quasi monochrome! Il faut aimer les déserts comme je les aime pour se perdre en ces lieux.




Retour par l'altiplano : Plans de Canmagre
le Pic de la Dona (femme) et son drôle d'aspect côté est

L'altiplano et son chapeau



Descente vers le Pla Segala 2200 m (prairies au bout de la pente)

Pla Segala

Et les souliers autour du cou


Point de paysage grandiose, point de vie, point de relief...que suis je venue donc chercher ici où je me sens si bien? Je vais marcher quatre heures et demie sans jamais m'arrêter, tantôt nu pieds tantôt chaussée, ne me retournant jamais pour ignorer les nuées, ne m'alimentant pas, ne buvant pas par mesure d'économie, un peu en automate, d'une foulée cadencée et régulière. La descente en forêt est brutale, 300m de dénivelé,  je n'en vois jamais la fin; ne serait-ce la majesté des rhododendrons qui allument de belles couleurs ce serait insupportable !

Rhododendron, la fleur de l'été

Sentier en forêt
















Lorsque j'arrive enfin au Col de Mantet, j'ai hâte de le traverser; des foules bigarrées et bruyantes donnent à la forêt un air agressif et indécent. Rires gras, cris, je les laisse derrière moi et me lance dans le dernier km, le plus éprouvant qui m'amène au village, au terme d'un long périple que j'ai beaucoup aimé dans sa monotonie, son immensité et sa solitude. Oui encore une Randonnée Bonheur...

En chiffres
Dénivelé positif cumulé : env 1200 m
Distance : 21 km
Temps de marche : 7 h 20

NB en 3 sorties (cette semaine) j'ai parcouru plus de 50 km à pied dans ce secteur





16 commentaires:

  1. Merci de nous montrer le chemin que nous offre notre département qui est plein de ressources pour les randonneurs et montagnards!!

    RépondreSupprimer
  2. Un département à la richesse incomparable pour tout un chacun : c'est un luxe.

    RépondreSupprimer
  3. Très belle rando, il faudra que nous la fassions car nous ne connaissons que le côté Espagnol du pic des bastiments jusqu'au pic de l'enfer.
    Très belles photos d'un paysage grandiose ! Avec tes commentaires tes lecteurs vont devenir fan de Rando !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On peut même envisager de le faire ensemble; il est vrai que je connais "bien" (ne soyons pas prétentieuse) le circuit du Puigmal au Costabonne, exception faite du Pic Freser, en passant par l' Enfer. Un délice en crêtes et pics. Entre deux pays. Bises

      Supprimer
    2. Avec plaisir Amedine ! On est toujours partants pour la montagne qui nous gagne !

      Supprimer
  4. CC... Encore une merveilleuse découverte en ta compagnie... des paysages grandioses, de magnifiques sommets, des rencontres sympathiques ou insolites !!!
    Douce soirée, Beau w-e, Bisous, Câlins

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu résumes tout ce que j'aime et qui fait le sel de mes randos. très beau WE d'été à toi, bisous

      Supprimer
  5. Amédine Quelle Vitalité :) Heureusement qu en bas dans La Plaine Vos Minous Vous attendent J imagine que sans Eux Vous auriez du mal à Y redescendre :) La Montagne Est Si Belle :) Calinous à Vos Minous Bisous à Vous Pensées pour Lison :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Privée de montagne pour 2 ou 3 WE Claudie, on m'a opérée du carpien, alors bien que je ne marche pas sur les mains je ne peux utiliser que ma main gauche même pour conduire; j'y arrive mais pas pratique sur de longs trajets. Et puis si je tombe ? Alors je vis avec mes minous. J'ai récupéré une petite chatte portrait de Lison, en piteux état, que je récupère peu à peu et que j'adopte alors que je l'avais juste prise en accueil. Je vous la présenterai. Bises

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    3. Amédine Je Vous Souhaite un Prompt Rétablissement avec Vos Très Chers Minous Ils Aident :) J ai hâte de connaître Votre Petite Nouvelle qui pourrait S appeler Nova Lol :) Elle est Bien Tombée ( comme on dit ) qui sait C est peut être Notre Cher Icare qui Vous L envoie Notre Cher Ninou Nous a envoyé Un Petit Noir comme Lui comme Nous Les Aimons :) Bons Bisous à Vous Tous :)

      Supprimer
    4. La petite chatte se prénomme Bertille. Chaque fois qu'un chat a disparu, un autre m'a été redonné comme un cadeau pour se rappeler...Je présenterai Bertille bientôt, elle revient de loin. Pauvrette encore un traumatisme à subir : stérilisation cette semaine et elle attend des petits; mais la véto m'a dit qu'elle était trop faible pour les amener à terme. Il lui faudra beaucoup d' Amour encore. Bisous

      Supprimer
  6. Belle plume, belles photos. Où tu vas, on aimerait aller. Bravo Amedine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ces beaux compliments Guy. C'est un peu mes lecteurs que j'emmène en vrai puisque je pense en marchant au blog que je rédigerai. Bises

      Supprimer
  7. Saisissante escapade...orage à la clef ..cela fait du bien de se promener avec toi..!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci, il y aura d'autres balades où j'emmènerai encore mes lecteurs

      Supprimer