mardi 31 octobre 2017

La foire aux courges !

Ce n'est ni un gag ni une boutade, c'est une vraie foire qui se tient en Catalogne et porte la charmante appellation de "Fira a la carbassa", la 8 eme du nom.


Rien de tel, lorsque on a une humeur un peu morose, plutôt chagrine et un moral en berne que de décider d'aller faire un tour dans le pays voisin, l' Espagne...Pardon, en Catalunya.
La Catalogne me manquait depuis un grand moment où je n'y étais pas allée et mes projets stoppèrent net en arrivant à San Joan de la Abadessas, une petite ville dans le piémont Pyrénéen, car j'y rencontrai...les courges. Je les avais déjà rencontrées voici quelques années par le plus pur des hasards, et j'avais été émerveillée par cette manifestation originale.


Eglise San Pol





San Joan de las Abadessas est une petite ville que l'on traverse assez rapidement, retenant au passage un vieux pont atypique et une grande église en ruines. Les deux ayant des points communs : un tremblement de terre et la Guerre Civile qui leur firent beaucoup de mal.

Trouver un stationnement est un parcours du combattant qui me donne l'idée d'aller dans le faubourg et de revenir à pied par le vieux pont.puisque je marche à présent : un test .


Situation de San Joan  Abadessas


 Après avoir franchi le vieux pont et être allée le regarder depuis son ancrage au sol, j'aurai droit aux courges.
Je comprends mieux son côté atypique après avoir lu son histoire. Une sacrée histoire !!

Le Pont Vell (vieux pont) .Initié en 1138, en remplacement d'un pont romain sur le Ter.
Abîmé par le tremblement de terre de 1428, reconstruit en style gothique
Lors de la guerre civile il fut dynamité
Reconstruit à l'identique en 1976
Petits jardins à la catalane et arches du pont neuf

Au pied de cette église San Pol se trouve une place, avec sa fontaine, qui prend aujourd'hui une couleur particulière, enfin des couleurs, puisque des centaines de courges multicolores s'y prélassent sur des étals. Au son des voix de la foule et au parfum des fumets de grillades.
La place et l'église démolie San Pol 12 eme
Abîmée par la Guerre, elle sert d'outil pédagogique
pour expliquer la technique de construction


Sur la place toute proche, je fais un bain de foule et, j'aime mieux, un bain de couleurs.
Aussitôt je me plonge dans les couleurs des courges et leurs formes étonnantes.
 C'est qu'elles sont belles ces courges ! Et bien accompagnées !










La sculptrice s'active pour le concours










Cependant ce que je cherche n'est pas là et je m'aventure dans LA rue des courges :













Ce n'est plus le choc de la 1ere fois, il fut ENORME ce jour là.
C'est ici que sont exposées sur un lit de paille les courges primées et sur un podium les médaillées !
Sans commentaires.

 Elles ne sont pas des courges locales, plusieurs régions y participent.


Venue de Navarre, cette courge de 805.5 kg : 1er prix


3 eme prix , 394.5 kg, Navarre également


2nd prix : 438 kg, provenance de Huesca
LUI, il ne dépare pas...côté couleur...la comparaison s'arrête là...-)))

Dans la foule des badauds je repère quelque chose qui passe inaperçu : un spectateur du cru se promène avec ses oeuvres. Sculptées à moments perdus dans des morceaux de buis assemblés il fabrique des cannes pour le moins originales !

 



Cette fois je décide de connaître davantage San Joan chargée d'Histoire. Ce fut une ancienne abbaye dont il reste de beaux édifices . La première abbesse fut Emma, la fille de Guilfred le Velu (Guifré el Pelos) 1 er Comte de Catalogne au 9 eme siècle, qui fonda ce monastère.Au 12 eme siècle les abbesses furent expulsées et remplacées par des abbés. le nom seul est resté à perpétuité. Saint Jean des Abbesses.

Les vestiges du Monastère : 9 eme siècle & 12 eme siècle
L'intérieur recèle des trésors 


Place de l' Abbesse Emma
La Fontaine est un cadeau du Mexique à un "enfant" de San Joan
auteur de l'hymne national mexicain

Je ne ferai pas un cours d'histoire mais une balade en rues de la vieille ville, autrefois enclose entre des murailles. Un lacis de petites rues, une Plaça Major, petite et jolie, les ruines de l'Hôpital attenant au monastère, en voici quelques images...


Vestiges de la chapelle San Miquel de l' Hôpital attenant au Monastère



La plaça Major 

Les seuls vestiges des murailles sur  24 tours et 6 portes

Mes pas me mènent loin de la foule, du bruit et c'est naturellement que je pousse la porte d'une sombre et étroite taverne (Plaça Major) pour me restaurer. On n'y sert pas de repas mais des plats de charcuterie arrosée de vin et agrémentée de "pan tomac" . L'authentique car la région est une région de salaisons.





Mon repas avec un blanc Verdejo
je sais, le rouge s'y marie mieux...



Repue, réconfortée (depuis longtemps s'est enfuie ma morosité, elle n'eut besoin ni de jambon ni de vin pour cela !), je quitte la ville et pour parfaire ma journée je m'en vais à travers monts par une petite route comme Catalogne en a : un long serpent de ciment, fort étroit, bucolique à souhait , remplaçant une ancienne piste de terre et louvoyant entre collines, vieux mas , chapelles esseulées, solitude, silence et parfums de nature. Juste ce que j'aime....



Serpent de ciment : 13 km


San Marti Surroca : 12 eme

 



Eglise et cimetière  San Miquel de Cavallera


Au bout de la route se profilent déjà d'autres perspectives de découverte...
Là haut, tout en haut...mais par où y va t'on ?
Depuis je n'ai pas su trouver l'accès.


Au zoom, loin sur les montagnes, près de Camprodon






6 commentaires:

  1. Cette foire aux courges est très surprenante avec ses spécimen géants et colorés. C'est un régal pour les yeux. Les Cannes en buis sont de vrais bijoux et le village est comme je les aime. Tu nous a fais faire de bien belles découvertes avec en prime le bar bien typique et de la charcuterie très appétissante, on a envie de déguster. Bises Amédine tes balades sont toujours une agréable surprise.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les surprises du hasard. Mes routes en sont pleines mais aussi je "m'enfourate"partout ! Allez bisous nous en découvrirons ensemble

      Supprimer
  2. CC... Une foire aux courges... pourquoi pas ??????
    ça doit être amusant d'aller de découvertes en découvertes... sans compter qu'elles ne craignent pas de passer inaperçues, vu leurs tailles !!!!!!!!!!!
    Douce Soirée, Bisous, Cälins @ tes Félins

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai bien ri de ton commentaire qui résume bien ta surprise. Je t'embrasse et mes félins aussi

      Supprimer
  3. Bonjour Amédine, Toujours de belles photos sur un sujet intéressant.
    Bien sur, j'ai été attiré par la 1ère phrase (qui n'est surement pas dû au hasard). J'ai pensé longtemps que ma famille était d'origine catalane, mais voici ce qu'écrit le site "Roussillon" de Jean Totsi :
    Carabasse Nom porté dans l'Aveyron et l'Hérault. C'est en principe un équivalent occitan ("carabassa") du français "calebasse", surnom possible d'un producteur ou d'un marchand de courges, voire d'un tavernier (les calebasses faisant souvent office de bouteilles). À noter cependant qu'en toponymie Carabasse et sa variante Carbasse sont souvent utilisés pour désigner des vallons ou des cours d'eau, soit en lien avec la forme creuse de la calebasse, soit comme déformations de "crabassa" (occitan "crebassa" = crevasse).
    Après recherche, la majorité de mes ancêtres sont de l'Aveyron...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai tardé à te répondre et j'ai souri tout de suite...Oui Carabasse, Carbasse...même racine...Bonne leçon d'étymologie, j'ai apprécié. Par contre, cours d'eau je savais pas! Bises Pierre et merci pour ces intéressants renseignements

      Supprimer