vendredi 6 octobre 2017

Ma première randonnée

Sous ce titre se cache une boutade.
Enfin presque...car il y a deux mois que je ne marche pas et donc que je ne randonne plus.
Quand je dis ne pas marcher c'est juste faire une centaine de mètres quotidiens, mais depuis quelques jours je rallonge le quota. Envers et contre tout.
Difficilement il est vrai puisque la douleur est toujours là. Comme un rapace.

La patience par contre n'a jamais été mon atout majeur, je pourrais même affirmer le contraire.
Alors j'ai décidé d'en avoir assez et de forcer la chose: je suis partie en "randonnée".
Juste aux confins de mon département, Les Pyrénées Orientales, entre Banyuls sur Mer et Cerbère.


Une bien étrange randonnée commencée à la tombée du soir, un de ces soirs douceur, en bord de mer, un soir d'automne parachevant en beauté une journée d'été. Il y avait les effluves de la mer, une brise sans vraiment de parfum, juste celui que l'air tiédi arrachait aux végétaux sur son passage.
Il y avait aussi le parfum un peu âcre des feuilles de vigne sur leur déclin, le parfum des garrigues environnantes, herbes sèches et inules visqueuses, si peu aimées. Que j'adore, bien sûr.






Le décor était assez extraordinaire : collines sèches et fauves tombant dans la mer, ravines et torrents desséchés, friches occupant d'anciennes vignes dont on devinait encore les murettes de schiste brun, figuiers de barbarie, chênes et herbes folles, vignes montant à l'assaut des collines ou plongeant vers la mer, et surtout, cette mer étale comme un grand lac de montagne.

Le décor : collines, friches et vignes descendant vers la mer



 La friche
La friche, encore, qui gomme cette géométrie 

La vigne...justement, de manière impromptue, je décidai d'aller l'escalader.
Oui l'escalader car la vigne, ici, grimpe vers le ciel en des pentes vertigineuses.
Ce vignoble, en nette régression, est un modèle d'ingéniosité.

Dans le moindre repli du terrain





Créé il y a sept siècles par les Phéniciens, il vit son âge d'or sous les Templiers qui lui donnèrent la charpente qui est encore la sienne aujourd'hui : terrasses, murettes, captage et écoulement des eaux en d'invraisemblables lacis de rigoles de schiste qui, par leur savante ordonnance, protègent le sol des éboulis et des ravinements à condition d'y veiller avec une attention sans faille.


Chemins, terrasses, murettes et...forte pente


Rien n'est mécanisé dans ce vignoble : le moindre travail se fait à pied, à la main, en un miracle de patience et d'équilibre. Ces sols schisteux qui se délitent en minces lamelles glissent comme verglas, brillent comme neige au soleil et gardent la chaleur emmagasinée dans la pierre bien après le coucher du soleil.


Schiste bleu

Schiste fauve






Les cépages sont rustiques et peu gourmands en eau : le grenache s'y épanouit en de multiples formes et couleurs (blanc, noir ou gris), c'est LE cépage par excellence. Qui donne des vins secs ou doux de grande qualité.
Les terroirs ont pour nom Banyuls, Collioure, de somptueuses appellations.
Cépage

Grenache noir (grappillon)



















J'ai choisi une vigne qui détonne par rapport aux autres; elle semble être une vigne d'artiste. Pour tout dire elle est unique.Tout y est parfaitement agencé, équilibré et soigné, jusqu'à la moindre citerne qui se fond dans le paysage. Pas de fausse note .

Citerne

Arrivée de l'eau dans la citerne


Autre modèle : habillée de schiste


Un petit air de hutte africaine

Je commence ma promenade dans cette pierre bleue et fauve aux tonalités métalliques qui renvoie la chaleur du jour comme une forge. Des sentiers montent en zigzaguant  entre les terrasses, sentiers muletiers d'autrefois, sentiers d'homme aujourd'hui. Entrecoupés de "rigoles" faites avec un savant feuilletage de schiste soit naturel, soit agencé par la main de l'homme.


Ecoulement des eaux
Chemin de l'homme chemin de l'eau



Chemin de l'eau en schiste naturel

L'eau passe aussi sous terre

























La vigne est dans l'ombre, le soleil a pris à cette heure d'autres chemins.

Et je monte, le pied sûr et l'oeil ravi : la mer se dévoile, de plus en plus vaste. Je vais au gré de mes envies, empruntant un sentier, coupant par une terrasse, escaladant un muret, naviguant dans les rigoles. Je me retrouve vers le ciel, sur le toit des citernes, soulevant un couvercle, me penchant sur la réserve d'eau, découvrant un casot tout en haut, avec son toit de tuiles étayées de roches .


Toujours proche : la mer


Pour le repos, autrefois, car les vignes étaient loin
et on s'y rendait à cheval


La citerne et le toit du casot




Je gravis des parois rocheuses dans lesquelles se lovent un ou autre cep buvant la chaleur.








D'autres ceps se dressent fièrement ou se vautrent comme des serpents repus. Chacun fait ce qui lui plait, dans un joyeux désordre loin des alignements de plaine. Chacun prend du ciel, de la roche, de la terre ou de la mer ce qui lui convient. On pourrait écouter chacun d'eux raconter sa vie, son histoire, seulement en le regardant.

Allongé sur le sol

Comme un bouquet

Vétuste et fier




Je monte à leur rencontre dans un silence minéral, total. Seul le bruit des lamelles de schiste sous mes pieds accompagne ma progression; j'oublie la route qui serpente et s'amenuise en contrebas. Je suis juste dans un autre monde.

L'étagement de la vigne et serpent de route
Moi qui arpente les vignes à longueur d'année et de vie, me voici dans une vigne qui me transporte dans un autre monde! A deux pas de chez moi.

Parvenue au sommet, où se love le chemin d'exploitation, la vue porte fort loin en mer; je m'assieds dans la rocaille et j'attends.
Je pourrais attendre longtemps, jusqu'à la nuit peut être. Lire, écrire ou dessiner. Tout simplement rêver...
Le chemin d'exploitation, tout en haut

J'entreprends enfin la descente, un peu acrobatique juste pour le fun, pour vérifier que mes jambes sont encore vaillantes et pourront bientôt, j'espère, me ramener sur les cimes, crêtes et sommets. Me redonner ce moral qui vacille bien souvent. Me redonner Espoir.




Vu d'en haut

Vu d'en bas au soleil du matin

Franchement : pas banale ma rando !
Même les chiffres ne sont pas banaux ! Pour la grande marcheuse que je suis ....ils sont rigolos.

PS: toutes mes félicitations au vigneron et mes excuses aussi pour avoir arpenté sa vigne sans autorisation.

En chiffres 
Dénivelé : 65 m
Distance : environ 900 m
Point culminant : 118 m

12 commentaires:

  1. Bonjour Amédine. Surprenant ! Tu résumes très bien mon impression "Je suis dans un autre monde". Et moi je continue à découvrir la France... Bravo pour les "jambes", il y a de l'espoir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Pierre de m'avoir accompagnée dans cette étonnante promenade que je compte réitérer au fil de ma rééducation. Une bonne mise en jambes pour l'avenir...j'espère... je t'embrasse, porte toi bien

      Supprimer
  2. Un bon redémarrage ! C'est magnifique, quel décor pour ces vignes et quel bon vin elles produisent !
    Dans quelque temps on t'emmènera à la tour de Quéroig sur les Crêtes de Cerbère.
    Beau reportage dans un endroit que l'aime beaucoup. Dans quelques jours les vignes vont se parer des couleurs d'automne, ça sera encore différent. Bisous Amédine, tes reportages donnent le moral.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis partante d'autant que j'ai vu Querroig je pense de loin. Il doit y avoir des vues magnifiques.Je compte bien sillonner ce vignoble avec les couleurs d'automne à mon avis j'aurai le temps d'en profiter !

      Supprimer
  3. Merci Amédine! Que les siècles à venir montrent aux futures générations ce que les siècles passés nous ont transmis! Quelle beauté....Quel travail...Que du bonheur et bien sûr quel vin....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malheureusement la broussaille envahit tout, j'essaie sur le site d'imaginer comment c'était...si je savais peindre je le recréerai

      Supprimer
  4. Une ascension périlleuse quand on connaît ton mal mais que de détails dans ton conte qui m'a passionné moi petite-fille de vigneron . Un récit d'histoire. Je suis montée avec toi et admirée tes belles vues .cette vigne originale tordue courte qui combat pour sa vie dans ces pierres . J'ai appris un casot, chez nous dans l'Ain c'est une grange elle comportait une pièce et quelque fois une autre en étage. Merci pour cette balade Tu es en bonne voie avec les 65 m de dénivelé. J'ai beaucoup aimé. Tu me fais voyager même près de chez toi j'adore cette côte. Bisous portestoi bien et bon courage pour la suite .caresses à tes félins je ne les oublie pas

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Périlleuse non mais un peu osée oui. J'ai besoin de reprendre le moral . Là les casots sont petits : une place pour l'humain parfois pour le cheval. L'intérieur est mignon; s'ils sont ouverts ils sont dégradés. Je me verrais bien vivre dans un de ceux là...à la belle saison

      Supprimer
  5. Amédine comme Elles sont Belles Ces Vignes si proches de La Côte qui Elle a perdu Tout Le Charme du Passé Restez Prudente dans Vos Magnifiques Balades :) Calinous aux Minous Bisous à Vous Pensées pour Lison :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Claudie quand je vous les remontrerai avec l'habit de lumière et de couleurs je pense que ce sera merveilleux. Bisous. Lison, bientôt 2 ans...

      Supprimer
  6. C'est une ode au savoir faire ancestral. Le conseil général des PO te devrait des royalties pour si bien mettre en avant ce beau département et sa culture sous toutes ses formes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jeune je voulais être journaliste, plus tard, guide de tourisme. Il m'est resté quelque chose de mes rêves pour présenter la réalité. Enfin je le crois...

      Supprimer