dimanche 16 juin 2019

Une fenêtre ouverte sur...Maury 66

En référence aux images que contenaient les tablettes de chocolat de ma très lointaine enfance et qui avaient pour thème : "Une fenêtre ouverte sur le monde"...Qui s'en souvient encore ?
Et en seconde partie(clic) de cette reconnaissance faite le 1er mai :
                                                       ----------------------------------
Donc me voici à Maury en un après midi plus que maussade de Juin en Novembre mais si j'attends qu'il fasse beau, je risque de trépasser avant. Hélas, le lendemain, ce jour, c'est grand beau..Je ne m'en plains pas. Ni d'hier ni d'aujourd'hui.

Jamais je ne me serais osée à aller là bas par vent si violent mais je me suis dit "essayons..".
Cela apporta un plus à ma balade car il soufflait puissamment le bougre !
Là bas, c'est "l'Alvèse de la Coumo del Rey" (d'alveus, latin, signifiant cavité, partie creuse dans un corps solide).



L'alvèse de la Coumo del Rey (Qui fut ce Roi qui laissa son nom ici ?)

Au zoom depuis "en bas"

Maury mûrit son terroir viticole dans une vallée schisteuse longée par deux barres rocheuses calcaires, une au sud, l'autre au nord. Au nord, veille Quéribus, forteresse sur un éperon rocheux. Au sud, trois "fenêtres" permettent un regard particulier sur ce territoire. A condition d'y monter ce qui n'est pas évident.
J'ai déjà accédé à deux, pas faciles. Il manquait à mon palmarès la dernière car je n'en ai trouvé que trois.

J'étais partie en reconnaissance un jour étouffant de mai.
Le climat est si fantasque ici.





Cette fois j'arrive directement à la citerne DFCI, côte 403 m, par une piste de 3 km.
Un petit sac léger contient une corde et, cette fois, un sécateur ! L'autre jour, marteau et burins, les randos sont variées !

Point de départ : Col de Laben 403 m

Ce jour de mai, pour un instant seulement l'arche m'était apparue comme un coeur de roche en plein ciel et je souris en me gavant, en me lestant, de petits coeurs saignants pendant ma route.






Je suis d'abord un sentier de chasseurs, en face sud, sous le vent. Un des postes de guet est solidement amarré par 4 câbles c'est dire la force du vent, le chasseur du poste 25 n'a pas envie de s'envoler !




Mes copains de rando : milans







Je commence ma montée en roche jusqu'au Poste joliment signalé sur la roche, mon terminus du 1er mai : l'aventure commence donc ici .







Une longue arête grise monte à l'assaut du ciel en faisant le dos rond, mais c'est trop simple de croire qu'on peut la suivre, elle est entrecoupée de failles donc de petits cols et de rebond en rebond, on louvoie plutôt dans les buissons où un sentier peu visible est tracé. Je dis on car nous sommes deux : j'ai invité pour ce périple une compagne discrète et invisible , elle se nomme Prudence.
Je vous emmène aussi, comme si vous y étiez !


Ma Terra Incognita du jour

Alors où me fait passer Prudence ? Car c'est elle qui guide. Non pas au plus près du vide, le vent y est très violent et le chemin peu praticable, il y a trop de buissons. La balade commence par une grimpe sévère en un petit couloir d'éboulis, ensuite ce sera presque toujours à la même altitude que je vais évoluer.

Le couloir vu d'en bas (gauche) et d'en haut (droite)

Au plus près de l'arête si je peux, sinon dans un sentier que je devine, c'est celui des chasseurs, la végétation depuis la fermeture a déjà repris ses droits. Et quelle végétation ? Des cystes, des chênes verts et kermès, des genévriers, des buplèvres, des pistachiers térébinthes, buis, lavandes, thym, romarin mais surtout des tas de "trucs piquants". Je voyage donc en mode sanglier me demandant si ce sentier est humain ou animal, jusqu'à la rencontre avec...une boite de conserves. J'ai la réponse!

A gauche; pistachier térébinthe
A droite, herbes de la St Jean et oeillets



Très courageux, ce buis ! 

J'aurai toujours Maury en ligne de mire


Une des caves de Maury


La végétation des lieux


Un des nombreux petits cols

Le parcours tantôt en versant nord avec des appels d'air et de belles vues noyées (dommage) dans la grisaille, tantôt à plat sur la crête, est beau. Prudence m'accorde une fantaisie, je grimpe un peu en roche pour m'amuser, le vent claque sur mon kway j'ai du mettre un élastique dans mes cheveux, mais la chute serait plus piquante que douloureuse, il y a des buissons partout. 


Pour s'amuser; il y avait des éboulis pour éviter
Des buissons même en arête


Sommet 552 m





Un parcours trop buissonneux à mon goût, rien à voir avec celui très aérien de la 2nde arche, où l'on peut s'éclater en roche. J'arrive au sommet, "peinturluré" de jaune criard. Un sommet plat, venté et un beau belvédère: la mer au loin, les Corbières et puis ceux qui sont absents dans les nuages, Canigou, Bugarach : le décor est amputé.






Par contre je devine, à ma mémoire des lieux vus d'en bas que mon arche n'est pas loin.
Je continue donc tantôt en roche avec quelques petites désescalades tantôt en sentier, des multitudes d'iris ont fait leur apparition, en fleurs ce doit être magnifique.


Quelque part , proche: l'arche . Je reconnais les dalles qui y mènent en tout droit depuis en bas

J'aimerais monter par là



Soudain, "ahhh" ! Je me trouve dans l'arche !



Comme pour la seconde, c'est l'effet surprise ! Et quelle belle surprise! Mais alors cette fenêtre ouverte, face au Grau de Maury, col dans la barre rocheuse du nord, près de Quéribus, quel appel d'air cela génère ! On dirait que je vais m'envoler. C'est un moment magique; la structure de l'arche elle même, comme une anse de panier, semble fabriquée de mains d'homme. Prudence m'invite à m'approcher pour la photo souvenir, sauf que de l'autre côté c'est le vide abrupt. Toutefois je m'aventurerai de l'autre côté, abandonnant Prudence, et je franchirai aussi l'arche par le nord. Au moins en profiter !


L'arche qui semble maçonnée
Le Grau de Maury en face

Enfin ! Je suis contente, je l'ai découverte en juin 2018

De l'autre côté une plongée
dans le vide !

Les falaises en face nord












En face nord, telle qu'on la voit depuis Maury
Le voisin d'en face 






Maury s'inscrit dans l'arche et à ce moment là une grande musique monte à moi, c'est fête au village.



Maury, surprenante vue aérienne

Je vais encore continuer après l'arche histoire de visiter au maximum et de voir si on peut monter sur les crêtes par la face nord. Cela paraît possible mais l'arche est inaccessible une muraille de pierre la défend naturellement. On ne peut pas y accéder par le bas. Sauf en escalade.


Faut voir sur place, cela se grimpe t'il en varape ou non ?
Je prolonge ma route, en direction des antennes sur une courte distance, par curiosité et c'est beau, relief accidenté, falaises imprenables, couloirs de roche. Le vent a redoublé de violence. Dans ce site superbe je vais faire une non moins belle trouvaille : une pièce de bois de genévrier qui inspire mon côté artiste. Pas trop grande heureusement car je vais la charrier jusqu'à la voiture!

Un passage original : le sentier entre une haie
de chênes rabougris



Iris




L'austère face nord

Amphithéâtre de genévriers


Un rayon de soleil dans la vallée, 400 m en contrebas (route d' Estagel)



S'il faisait beau, j'écrirais, j'ai mon cahier dans le sac, mais l'âpreté du temps nous invite, Prudence et moi, à revenir sur nos pas, par le même chemin plus difficile à retrouver, heureusement j'ai une bonne mémoire visuelle de quelques détails, car à un moment donné je me sens complètement "perdue".


Battue du vent sur le site des battues (chasse)

 400 m en contrebas, le petit train rouge
des Fenouillèdes

Le retour

Et hauteur grandeur nature
Et c'est en toute sérénité que je regagne ma voiture, le vent faiblissant doucement, la porte du Grau de Maury "s'étant refermée" .

Mon trophée de chasse, j'en ferai une lampe 



En complément , le récit de la rencontre avec les deux autres arches de Maury, en 2 clics


Les 2 autres arches de Maury


30 juin 2018 : aventure pour l'arche perchée
10 novembre 2018: un coeur en plein ciel


8 commentaires:

  1. Comme le temps passe vite j'ai l'impression d'avoir lu les deux premières aventures des cœurs d'Arches hier, tu as conquis le troisième et vu le temps non engageant d'hier, ton amie "obstinée", a outre passé les avis de ton amie "raison", heureusement que "prudence" a pris part au voyage. Tu es toujours débordantes d’originalités et d'idées de sorties, et si bien écrit, tu nous donnes cette envie de les parcourir. Encore Bravo Bises Amedine Chris

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme le temps passe vite ! même pas le temps de répondre avec le boulot + la préparation de notre inauguration. J'aimerais bien t'y amener à ces arches !! La route est étroite sur 3 km ; mais c'est court et tu te régalerais ; bisous. Faut m'en trouver d'autres !

      Supprimer
  2. Merci Amedine pour ce beau parcours, j’aimerais bien voir le trophée devenir lampe
    Bises
    Laurence

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu le verras, j'ai le matériel mais peu de temps en ce moment; bisous à toi et aux minettes

      Supprimer
  3. Encore une belle "histoire" et sans aucun doute une magnifique balade. Assis sur ma chaise devant ma fenêtre ouverte au meilleur comme au pire je découvre cet univers fait de minéral tourmenté comme l'est la végétation alentour épineuse, entêtée à survivre, parfumée aux mille odeurs -surtout par temps chaud-. le vent omniprésent et ces paysages, comme des "vues d'avion". Et ce trophée qui deviendra, par la main de l'artiste "sportive" un souvenir éclairé de l'une de tes multiples randonnées. Merci Amédine..encore une fois ! ASP

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je retrouve l'essence de l'écrivain et j'aime beaucoup la conclusion. Petonets de l'aventurière des arches retrouvées

      Supprimer
  4. Aventurière de l’arche perdue, merci pour ces belles photos elles me font randonner malgré le poignet cassé de Claude.... cette roche blanche m’attire. Heureusement tu as emmené dame prudence, mais te connaissant tu n’as pas du toujours l’écouter, ta curiosité devait prendre le dessus et je te comprends ! Bises Amédine, et merci de nous offrir ces beaux paysages. Aya est très câline, c’est un plaisir de l’avoir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour une fois, Prudence est restée au plus près de moi mais je l'ai invitée à se taire au maximum; j'en suis revenue sans dommage je sais ces terrains calcaires très glissants dans les éboulis. (Je dis ça pour personne). J'y retournerai par grand beau temps pour la photo dans l'arche mais je voudrais un autre chemin, en tout droit depuis la piste peut être. Bises à vous 3, Aya la Princesse Féline en fait partie dorénavant. Bises aux tortues est moins plaisant

      Supprimer

Votre commentaire: