samedi 19 avril 2014

Au menu : vagabondages à la carte

Avec de l'eau pour boisson.

Je n'ai pas de GPS mais je possède une cartothèque bien fournie. je suis amoureuse des cartes depuis mon adolescence. Une carte, c'est un livre de lectures,  de géographie et beaucoup de rêve.
Une carte, ça se décode avec des symboles, ensuite le paysage se devine, s'imagine, se crée, et la  carte devient une invitation. On choisit d'aller ici, ou là, parce qu'il y a tel symbole, tel autre, telle couleur, telle route en lacets, ou un % de pente. Toutes les portes s'ouvrent vers un imaginaire.
Un GPS, c'est impersonnel, cela enlève le charme, la poésie, cela enferme. Je n'en dirai pas plus, je n'en ai pas. Pratique, sans nul doute pour certains.

Donc je vagabonde à la carte.
Ce samedi là, - 12 avril -  le but était l' Andorre. La vie en décide parfois autrement, avec ses aléas et ses imprévus.
Mais cette petite incursion en Andorre m'a montré des torrents fougueux, des murs de neige et des montagnes fondantes. Il ne m'en fallait pas plus pour me lancer sur la piste de l'eau.
Port d' Envalira  ( Andorre)  2409 m


La piste de l'eau, c'était en Espagne que je voulais la parcourir. Dans ma très chère Sierra du Cadi. En souvenir d'une excursion aux "Empedrats"(clic) où le bullidor de la Llet était tari.

La Sierra du Cadi, orientée est/ouest,  mesure une trentaine de km de long et est un véritable musée botanique et géologique, voire climatique. Elle culmine à plus de 2600m.
Sa face nord (ci-dessous) évoque les Montagnes Rocheuses canadiennes, abrupte, plissée, tranchée d'étroits couloirs et de falaises vertigineuses  en un à pic de 600 m; sa face sud est toute en douceur, en déclivité ondulante, est juste "ornée" de la Pedraforca aux pics jumeaux.

Sierra du cadi, vue aérienne (image internet)
Un bullidor, je le sais à présent, c'est un lieu où l'eau jaillit en bouillonnant, une source, une exsurgence pourrait on dire.
Là où je n'avais vu que des rocs moussus coule une impétueuse cascade née de la roche à grand fracas.
Un bouillonnement que je vais voir de plus près après une petite escalade sur sentier escarpé. Je ne suis pas au bout de mes surprises. L'eau claire et verte, glacée, jaillit du sol et se jette dans le vide.
Couleurs et rais de lumière

Le bullidor où l'eau jaillit de la roche

La " source" avant son grand saut dans le vide





Vers l'intérieur du boyau




Intérieur du boyau
Je poursuis mes investigations en voyant de très anciennes traces de rivière là où il n'y a que de la roche et j'arrive à un étroit boyau où je me glisse, la curiosité étant plus forte que la peur. C'est une ancienne exsurgence qui s'enfonce dans les entrailles du roc, mais je ne m'avance que sur quelques  mètres que j'éclaire au flash; une caverne avec un trou au plafond, également, une drôle d'odeur et un petit totem de terre cuite complètent le mystère. Je frissonne de peur et je rejoins l'air libre.








Le petit totem semble être une chouette...







Le bullidor de la Llet ( du lait) se montre dans son aspect le plus laiteux. J'admire, subjuguée. Impressionnante fuite en aval de ce couloir blanc où l'eau s'élève parfois dans les airs.


                   13 avril 2014                                                                               25 novembre 2013


extraordinaire bouillonnement laiteux




Bouillonnement laiteux
la cascade de la rivière


En amont,  la rivière paraît tellement paisible.
Je suis tout près de "ma" Pedraforca et je me laisse aller à goûter à la bière fabriquée ici, à l'eau de source de la Pedraforca. Pas vraiment amatrice de bière, je tiens quand même à essayer : fameuse.


A l'eau de source de Saldes (Pedraforca)


La Pedraforca, que j'ai gravie en novembre, superbe souvenir.

La Pedraforca   ( pierre fourchue)

Jumelles ? leurs dessins
sont jumeaux.
..





Nous sommes trois à la dessiner, 2 jeunes filles et moi : c'est amusant, tellement notre technique diffère. Chez elles c'est minutieux et identique! Même technique, on commence doucement par le sommet et ses détails.
 Chez moi, c'est à grands traits dans son ensemble d'abord, les détails viennent ensuite.


Avec de l'eau comme boisson? hum...

Mon repas du midi, au bord d'un canal, ne comporte pas que de l'eau...vous imaginez..
Ce n'est pas qu'une histoire d'eau mon séjour, même si elle est omniprésente !



Le Sègre






Plus tard, après un long périple (petites routes grandioses et villages isolés), qui me fait contourner la sierra,
et franchir le Sègre impétueux nourri par la fonte des neiges,  j'arrive face Nord du massif, celui là même qui m'attire et me fascine.

Arséguel et la Sierra


Dans mes vagabondages, c'est très souvent le feeling qui prime, ainsi sans l'avoir décidé à l'avance, je grimpe vers Ansovell, village minuscule (8 habitants ) au coeur de la sierra, à 1350 m d'altitude, en dessous des 2569m  de la Torreta de Cadi, un des points culminants.
Je vous ferai découvrir ce village dans mon prochain billet, j'ai eu le loisir de le découvrir à souhait.

Ansovell
le soir descend sur la sierra

Mon but, ici, est une approche de la Sierra en vue de randonnées futures.Je veux "m'attaquer" au monstre.






Sur une indication je me lance en ce 2nd jour à travers la forêt vers le pied de la Sierra et le bullidor de l'Orri.



Un parcours difficile et beau. Difficile car le sentier est peu tracé, mal cairné (un cairn est un tas de pierres destiné à marquer le chemin en l'absence de marquage). Par 2 fois je rebrousserai chemin pour étudier le terrain, la carte et ne pas me perdre dans la forêt. Je marquerai même mon passage de petits signes afin de retrouver mes traces: Petit Poucet des temps modernes . Je n'ai pas de GPS!
Voici quelques images de mon parcours, excepté les 3 isards que je n'ai pu photographier.

Monastère La Mare de Deu del Boscal
La muraille de la Sierra
Géologie


Là où naissent les eaux


La montée est extrêmement raide et, je le sais, en Espagne, point de sentiers en lacets: c'est tout droit !
Un silence ponctué du chant du coucou, pas âme qui vive, le parfum capiteux des pins, mais je me sens tellement bien! Et tellement seule !

Torrent de l'Orri
issu de la muraille ...ou presque

Enfin je perçois le bruit du torrent de l' Orri, et je suis son cours vers l'amont, jusqu'aux neiges (altitude 1950m) et le fameux bullidor, sorte de marmite liquide jaillissant de terre : étonnant !




L'Orri

















La surprenante source ou exsurgence de l' Orri
dans un étincelant bouillonnement.

El bullidor, disent-ils ici.

Et puis, surtout, surtout, il y a cette muraille au pied de laquelle je suis, les pieds dans la neige et la tête dans les rêves ; je suis heureuse d'y être seule, il y a des moments intenses qui ne se partagent pas.

Elle est ardue, enneigée, mais je sais qu'un jour prochain, ici ou ailleurs, je la franchirai.

J'ai appris sur ce site du "bullidor" des choses étonnantes que je vous conterai dans le billet qui suivra.




Alors, on se retrouve à Ansovell, pour une visite hors du temps et du monde, avec Lison ?




9 commentaires:

  1. Tes images sont très belles et le pays de l'eau où tu nous entraine bien beau.
    J'aime cette eau qui jaillit de partout et que tu sais bien captée.
    Nous non plus n'avons pas de Gps toujours nos vieilles cartes dans la voiture mais, nous ne grimpons pas les sommets. Nous restons à leurs pieds.
    Je suis comme toi, pas trop amatrice de bière et je préfère ton petit vin blanc et sa très jolie étiquette.
    Mais j'ai un coup de cœur pour le regard doré de ta Lison.
    Belles fêtes de Pâques.
    Gros câlins à la Tribu du Sujet.
    Gros bisous à toi Lison

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Mireille au pays du soleil, l'eau se fait apprécier...de même qu'un petit vin blanc, pas vrai ? allez on peut tout concilier. elle est belle ma Lison, pas vrai ? Elle n'a pas besoin de GPS, elle semble en avoir dévoré un, tiens il faudra que je raconte sa façon de voyager qui n'est pas triste.Bisous

      Supprimer
  2. Bonjour Lison !
    Oh Merci pour ce beau voyage ! Vos photos sont magnifiques, ça donne envie d'y aller ! La couleur de l'Eau est superbe ! Il va falloir que j'y aille un jour dans cette région, c'est pas possible : l'Eau, la Montagne, la forêt, tout ce que j'aime ...
    J'aime beaucoup ce que vous dites sur les GPS, je n'en n'ai pas non plus ;)))
    J'attends la suite avec impatience
    Hihi, Lison a une bouille sur la photo, elle est trop drôle
    Je vous souhaite un très beau dimanche ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vous embrasse Sylvie, je viens de combler mon retard dans les blogs. Venez y dans ma région mais dans la vôtre aussi il y a de belles choses : ce qui compte c'est le regard que l'on pose

      Supprimer
  3. Bonjour Lison.
    Une fois de plus tu m'as fait voyager car tes photos sont superbes.. j'adore ces bouillonnements d'eau et la façon dont tu racontes ton périple donne vie à ces images de cet ailleurs magique.
    Je t'embrasse en te souhaitant un bon dimanche

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bisous, Fanfan, je retarde un peu depuis quelques temps, dans les blogs : pas bon signe! Me noierais je dans une goutte d'eau ?

      Supprimer
  4. Lison bonsoir
    je repasse demain je vais me reposer je t'embrasse et je te souhaite de belles fêtes
    bisoi

    RépondreSupprimer
  5. Lison est donc décidée à te suivre, cette fois ?
    Je ne suis pas très GPS, moi non plus, mais parfois c'est utile (par exemple, entre Rivesaltes et Estagel...) et comme toi, j'aime les cartes dont certaines sont si vieilles qu'elles sont cassées aux pliures.
    Ah, le port d'Envalira, encore des souvenirs !
    Je t'embrasse, Lison, très bonne soirée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, entre Rivesaltes et Estagel...rires...alors que je suis capable d'aller partout ! la honte !!! mais tous les chemins conduisent à Rome, pardon, à Norma...bisous bisous

      Supprimer