lundi 7 avril 2014

Enfin, je la retrouve...ma montagne...

Oui, la montagne que j'ai délaissée quelques temps.
Pour cause de fatigue, envie de revoir le Causse et puis ma dernière expérience en montagne a été fort stressante. Alors j'ai attendu que ça passe.
Je reviens sur ces terres espagnoles, la montagne la plus proche de chez moi, 100 km, 2h de route. Vallter.
Lison est de la partie, heureuse comme un poisson dans l'eau. et puis, en montagne , quelle bouillotte !
Avant le départ, câlin de chat

Vibrisses














Et c'est parti pour Vallter 2000 avec Camille et nos deux bivouacs à moteur.
Le soir sur les deux Gra de Fajol
Etrange Gra de Fajol avec l'action du vent










C'est une nuit immensément étoilée qui préfigure le beau temps.

Et, effectivement, ce 6 avril est superbe. Même pas froid à 2000m d'altitude.






 C'est un matin étincelant et point trop froid dans lequel les montagnes affichent leurs plis sans complexe.
 On a emprunté la piste de ski la moins pentue, histoire d'une paisible mise en jambes; d'habitude je prends la plus raide. Camille est un homme sage.


Plus que ne le fut hier ce "raquettiste" qui osa un somptueux et courageux "tout droit".





Les Gra de Fajol sont toujours deux -rien de changé par rapport à l'an passé (heureusement !) - et affichent sérénité, jupe plissée et coiffe vaporeuse.


Entre ciel et terre -pardon, neige- flotte Camille, indomptable vétéran des montagnes . Imperturbable.








Dans la montée du Col de la Marrane, quel que soit le mode de locomotion, pieds, skis ou raquettes, c'est difficile et éprouvant.
Chacun se mesure à lui même : moment de grande solitude : ne pas glisser, ne pas tomber, ne pas faillir.









Moi, en haut, je surveille la lente progression de Camille.
 En haut, les horizons de randonnées s'ouvrent : Pastuira, la Vallée du Freser, le Pic de Bastiments, la Come des Pics de la vaca, l'embarras du choix est aussi important que les difficultés à venir.

Vallée du Freser


Gra de Fajol et Pastuira

Pour nous, ce sera cette belle vallée ensevelie dans la neige ( photo ci dessous)
Les choses ne sont pas simples, pour moi. Une neige molle ralentit ma progression, mes raquettes s'enfoncent profondément, chaque pas est difficile et éprouvant, on dirait une longue progression dans de la terre glaise. Camille glisse sur ses skis, moi, je pédale dans la "bouillasse". Je n'oublie pas la beauté des lieux, je m'émerveille à chaque pas. Mais....


Mais je m'épuise; la chaleur est intense, ma toux rebelle depuis un mois, activée par l'air sec, reprend de plus belle et ajoute à ma fatigue.
Alors, au fond de cette combe,  je déclare  forfait, laissant Camille filer avec la "fougue" de ses 75 ans  et me pose sur un roc en une attitude contemplative. Et que fais-je quand je contemple ? Je dessine. Mes chères montagnes dont je m'approprie l'architecture, les lignes, les éboulis, les mystères.



Je dessine les plissés  du Pic de Gorgs (2795 m) alors que je suis à 2600m,

Pic de gorgs


Je regarde les nuages envahir le ciel comme un autre paysage, à l'envers et surtout je sens la brûlure du soleil sur la peau et dans les yeux, malgré les lunettes.


"Que la montagne est belle" chantait autrefois Jean Ferrat. Non il ne parlait pas de celle là; mais oui, que la montagne est belle. parce que altière et inquiétante, souveraine et puissante. Nous, les humains, nous sommes tout petits, comme ces minuscules silhouettes que nous devenons à chaque montée.


Quelle que soit notre expérience, indépendamment de notre savoir faire.
Tout petits face à la montagne.



La montagne est vaste, le ciel aussi. Mais la fatigue peut le devenir aussi et le découragement qui l'accompagne. Je l'ai vécu, je suis forte à présent de cette expérience vieille de quelques semaines.
C'est pourquoi j'ai laissé filer Camille : il est endurant, il reviendra.
Avant de redescendre, la dernière montée vers le Col de la Marrane est rude, très rude.
La neige est poisseuse, le soleil ardent.


Je m'accroche , je compte patiemment les pas, je grignote la distance, je m'arrête, je scrute, j'ai mes palliatifs bien ordonnés. Et j'arrive au bout, en haut, le reste sera descente.
Dans la neige visqueuse mais avec des efforts moindres.


 Je me plais à regarder des détails, ces minuscules avalanches graphiques sur les pentes ardues du col de la Marrane que je descends en dansant sur mes raquettes : enfin de la descente!

Traçages

jeux de neige
Au bas du col, je fais un autoportrait de la marcheuse cuite de soleil et de lassitude.

 Plutôt décati (plus que moi quand même), le Xalet Vell (vieux chalet) en ruines dresse sa silhouette vrillée sur un ciel grandiose.
Un peu théâtral.

Les deux Gra de Fajol offrent leur cou arrondi à un nuage qui l'épouse parfaitement, étonné de cette facilité à se lover dans cette échancrure.
Les Gra de Fajol


Enfin, faute d'être allée comme Camille au col de la Vaca (de la vache), je retrouve, au bas des pistes en bouillie blanche, le "plancher des vaches" et une Lison toute endormie dans la quiétude du camion.
Un petit repas réconfortant, un rosé frais et enfin, un Camille fourbu mais content.
Au fond tout le monde est ravi de cette expédition.

17 commentaires:

  1. Grandiose, magnifique, merci pour ces belles photos de montagne, et j'espère que la toux va se calmer, moi c'est depuis une semaine, j'ai hâte de pouvoir respirer de nouveau.
    Qu'elle est touchante cette première image câlin de chat, trop beau.
    bisous
    Laurence

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Laurence ; il y a un bon mois que je traîne un refroidissement tenace que j'entretiens avec ces variations de climat du sud. Lison est toujours ravie de m'accompagner et souvent elle me câline ainsi quand je conduis. Une anecdote, quand on part ensemble, elle est si joyeuse que son poil change de texture ! Bisous

      Supprimer
  2. Bonjour chère Lison!
    Magnifique photos avec le ciel et les nuages!!!!
    C' est un peu magique je trouve!
    Merci pour cette belle balade dans la neige.
    J'espère tu vas bien????
    Passe une douce semaine chère Lison!
    Je t' embrasse fort!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Géli, oui je vais bien; et toi? A très bientôt..j'ai un peu de retard sur les blogs. Je t'embrasse fort

      Supprimer
  3. Bonjour Lison !
    Magnifiques Photos, la Montagne est vraiment belle avec son manteau blanc ! Mais comment faîtes-vous pour donner autant de relief aux nuages, sur certaines de vos photos, c'est saisissant !
    Hihi, Lison est vraiment adorable ;)

    Je suis désolée d'apprendre que vous êtes malade ... Je vous accompagne : depuis un mois et demi je suis HS : grippe, puis vilain virus, et maintenant bronchite asthmatiforme et ce vilain virus qui réapparait ;(
    Je vous souhaite un bon rétablissement en tout cas ;)
    Mille pensées du Sud Est !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je ne fais rien pour les nuages; c'est la qualité de l'air de montagne peut être ou bien celle des nuages; l'an passé à pareille époque j'étais allée là bas et le ciel était splendide; il y a eu un rendu de nuages extraordinaire. Allez voir sur avril 2013 le post "altitude 2883", dans mes archives. je vous souhaite aussi meilleure santé. cela va mieux; en montagne les poumons s'irritent davantage, avec l'effort en plus. Bises du sudsud

      Supprimer
  4. LISON bonjour et merci encore pour tes lignes et ces superbes photos
    c'est tellement beau et si grandiose
    je ne me suis jamais mise à observer la montagne comme toi mais tu sais un jour oui je serai ravie d'essayer et de me balader dans ce décor de rêve bien froid aussi
    je ne sais pas si j'y arriverai mais il faut bien essayer dans la vie
    la Montagne est toujours très belle hiver comme été c'est différent oui mais si beau aussi
    tu es adorable LISON et c'est très sympa de pouvoir t'observer un peu sur les rotules
    bisou et bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui, France, je ne suis pas superwoman; j'ai mes faiblesses, je les raconte et j'en ris. C'est la vie.
      en montagne on n'est jamais sûr de rien: même pas de revenir ! essayer? Je t'emmène; pas un truc de fou pour une première... Mais une belle virée où j'emmène les nouveaux. Bisous

      Supprimer
  5. Quelle randonnée superbe, les photos sont féériques , tu as vraiment beaucoup de courage.J'espère que ton état va s'améliorer bien vite . Je sais que quand on a une passion , on dépasse certaines limites , mais il faut prendre soin de toi.
    Douce soirée, bises Lison

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci pour ton indéfectible soutien; il est vrai qu'une passion fait se dépasser mais j'ai compris mes limites et pour une fois, j'ai été sage! Bisous

      Supprimer
  6. Quelle merveilleuse randonnée, Lison ! Et quelles belles photos, ces montagnes sont splendides. Je suis toujours autant admirative devant ton énergie et ta passion qui te poussent toujours plus loin et plus haut ! Et cette adorable photo de câlin de chat, trop mignon (sourire).
    Merci pour ce joli billet, Lison. Bonne fin de soirée, et gros bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, Françoise, ton billet est plein de gentillesse comme toujours; sais tu que lorsque je randonne je cherche des petits coeurs ? Difficile dans la neige mais ensuite oui, au dégel. D'ailleurs je vais t'en envoyer un que tu appréciera sur ta msg; bisous. La passion mais cette année je fatigue et ça me navre

      Supprimer
  7. Bonjour,

    Moi qui ne vais que très rarement à la montagne (pourtant j'avais un chalet à Chamonix) j'ai fait une très agréable randonnée grâce à vos merveilleuses photos. Un reportage fabuleux qui ne m'incitera cependant pas à essayer d'apprivoiser la montagne et la neige. Je n'ai pas le relief et je n'aime pas le contact avec la neige. Curieusement toutefois, je suis admirative devant un tel spectacle ! et celui que vous nous offrez est vraiment très beau.
    Gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je réponds toujours sur le blog, ainsi chacun a accès à un complément d'info quand j'en donne (souvent).
      J'essaie dans mes balades d'emmener les lecteurs avec moi : paysages mais aussi sensations, couleurs, bruits, passion et fatigue mêlées.
      J'essaie de faire vivre tout simplement comme je le revis en faisant le billet.La montagne, on aime ou pas, il ne faut rien faire contre ses envies (sauf dans le travail -rires-); je vous embrasse

      Supprimer
  8. Il est bien l'hiver dans les montagnes, là-bas. Je vois de beaux paysages ici, le ciel me plait beaucoup, mais je suis content que chez moi l'hiver s'est éloigné :)
    Bonne journée, Lison

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marius, cela se passe à 2500m d'altitude et plus, alors il y a la neige encore mais on commence à voir le sol par endroits (ces paysages sont plein sud); je vis à 150 m d'altitude et c'est le printemps, le lilas est en fleurs et a un parfum.....Bonne journée, Marius.J'irai voir ton printemps sur ton blog, un printemps roumain.

      Supprimer
  9. De belles images, et puis je trouve génial cette coquetterie qui te fait mettre du rouge à lèvres à la montagne. Une manière de la séduire et de lui rendre hommage sans doute. :)

    RépondreSupprimer