mardi 15 avril 2014

Trois ans déjà...

Dans un petit village tout au sud de la France, adossé à la barrière des Pyrénées, une jolie église du XII ème siècle classée monument historique veille sur le sommeil de celui qui est parti voilà trois ans.
 Pour un voyage sans retour.
Il dort juste au pied de cette église autrefois loin du village et aujourd'hui incluse en ses murs tout neufs.



 Cette église raconte une histoire, celle des artisans-artistes- forgerons du Moyen Age qui travaillaient le fer issu du massif du Canigou pour en faire de belles pentures de portes: notre département en compte bon nombre de splendides  et on en retrouve en Catalogne espagnole puisque  cette époque était antérieure au traité des Pyrénées qui donna le département à la France. Le marbre blanc, légèrement veiné de bleu provient de la montagne de Céret. Les carrières sont abandonnées mais servent parfois à la restauration de monuments anciens.










Nous sommes très fiers de ce patrimoine original, je suis fière aussi qu'il veille sur le sommeil de celui qui dort et entend s'égrener les heures au clocher.
Il est parti un matin d'avril, lui qui avait oublié de vieillir, d'être malade, qui était infatigable, occupé à mille tâches, sur son tracteur, à ses bricolages, ses jardins et vignes, au soleil, sous la pluie, dans le grand vent qui emportait sa casquette et décoiffait ses cheveux couleur de neige. Inventif, ingénieux, c'était un homme heureux.
Qui rendait les autres heureux. il avait ce don là.
Il n'avait pas peur de la mort ni de la vieillesse, déjà largement entamée.
Il redoutait la maladie, la dépendance; par chance, elles l'ont ignoré.

Il est parti comme il a vécu, sans remous, sans bruit, en toute simplicité et en toute discrétion. Et comme il le souhaitait. Il a eu cette chance inestimable.
Il binait ses pommes de terre et s'est effondré la binette à la main, c'est ainsi que Roger, son voisin, l'a retrouvé.
Trois ans déjà ce 16 avril...
Comme si c'était hier...
Alors, au pied de la petite église, dans le petit cimetière où des croix sont penchées, je lui rends visite et je lui ai créé un jardin qu'il aurait aimé.
Un peu sauvage, un peu fouillis, très coloré et gai, toute l'année, avec des plantes ramenées de mes balades et des cailloux venus de toutes mes randonnées; cailloux de France et d' Espagne, de mer et de montagne, chacun a une histoire qu'ils lui content quand je ne suis pas là.






La tombe d'à côté croule sous un vieux rosier sans âge dont les fleurs ont un parfum d'autrefois .













Cette belle azalée lui fut offerte le jour de ses obsèques, elle donne depuis, à chaque printemps, une floraison merveilleuse, d'un rouge vif et brillant.



Sur le côté de la tombe, au pied de l'escalier de l'église un petit carré de terre, minuscule , était habité par un vieil hortensia venu de la nuit des temps.
J'ai peuplé ce jardinet de plantes qui s'épanouissent et fleurissent toute l'année, bien protégées par ce jardin clos.

L'ensemble rayonne de vie, de couleurs et de lumière.


En haut l'an passé, en bas cette année

Lavande à gauche



Des plantes venues de "mes" montagnes ajoutent ma touche personnelle : collection de fougères, mousses et même fraisiers des bois.














Comme j'ai "la main verte", je récupère les végétaux jetés par les visiteurs pressés et je leur donne une seconde vie.
Il n'y a plus de place alors je vais en créer mais...c'est un secret....









J'ai même installé un arrosage discret (avec accord légal) pour maintenir en vie ce petit coin de paradis.



Alors, je suis sûre que de là où il est , il se réjouit de reposer en paix au milieu de ses fleurs.



Lui. Mon père.





29 commentaires:

  1. Oui c'est un petit coin de paradis, tellement les fleurs sont belles et bien soignées, c'est beau, un très bel hommage à ton père.
    Bisous Lison

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Laurence, je tenais à cet hommage aujourd'hui et à le faire partager, parce que j'ai toujours le même chagrin même si je ne le dis pas. Bisous

      Supprimer
  2. Bonjour chère Lison!
    Comme Laurence a dit: Un petit paradis pour un homme très gentil et avec un grand cœur et des yeux extraordinaires!
    Je pense à toi et ton père!
    Je t' embrasse!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma Géli, il était mon grand soutien de toute une vie. Quand on perd ses parents on n'est plus jamais comme avant. Ma mère est là; elle a cette chance que quand elle partira, quelqu'un l'attend quelque part....Je t'embrasse

      Supprimer
  3. Un beau sourire à la fin, qui peut dire "Adieu" ou "Je reste toujours avec vous!".
    Bonne journée, Lison

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois qu'il a dit les deux, parce qu'il m'a accompagnée pendant 2 ans 1/2 à sa façon, dans mes chemins difficiles, aux moments d'inquiétude. puis un beau jour il a cessé d'être là et il ne me répond plus quand je lui parle. Comme une seconde mort... Bonne journée à toi, j'irai voir tes derniers billets colorés

      Supprimer
  4. Bonjour Lison !
    Quelle magnifique hommage et je suis sûre que là où il est, votre Père est heureux de ce coin de Paradis, empli de Fleurs, de Plantes, de Vie et de l'Amour de sa Fille.
    L’Église aussi est très belle, j'aime les monuments historiques ... Les Ferronneries sont incroyables !

    Je me suis permise de lire les commentaires et votre réponse à Mairus m'a beaucoup émue ... Comme je vous le disais, mon Père, un "Daniel" aussi, est parti il y a bientôt 7 ans ... Sa fin a été très dure et je ne m'en remets toujours pas ... Mais dans mon parcours chaotique, il m'aide beaucoup, comme votre Père ... Il vient et repart, bienveillant et secourable dans mes moments difficiles, il est là ... Votre Papa est toujours là, j'en suis sûre, mais peut-être sent-il que sa Fille est plus forte et lui laisse-t-il parcourir son chemin elle-même ... Mais il est toujours avec vous, c'est sûr ;) Rien ne meurt vraiment jamais ...

    Je vous embrasse bien fort et vous remercie pour ce beau billet qui m'a fait penser à mon propre petit Papa ;)
    Sylvie.

    RépondreSupprimer
  5. "Votre Papa est toujours là, j'en suis sûre, mais peut-être sent-il que sa Fille est plus forte et lui laisse-t-il parcourir son chemin elle-même ", votre phrase, Sylvie, c'est ce que je me dis souvent...Car c'est vrai que je suis plus forte de jour en jour. Car j'ai perdu( de 3 façons différentes) les 3 hommes de ma vie, mon mari, mon père et mon fils. Lourde charge...D'où mes chats. Je vous embrasse et je partage votre ressenti personnel. A bientôt...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La Vie peut être vraiment dure, très dure pour certaines personnes ... Je suis triste et désolée de lire vos mots ... Des fois, on a la sensation que le sort s'acharne sur certaines personnes ... Et je comprends tout à fait votre Amour des Chats et de la Nature, car ils savent adoucir certaines blessures ... Et même si l'on sent la présence des personnes disparues, que l'on "sait" qu'elles sont là et nous accompagnent, nous restons humains et leur présence "physique" nous manque ...
      Je vous envoie tout plein de bonnes pensées positives ...
      Mais après tant d'épreuves, voir la Beauté et la mettre en scène telle que vous le faîtes au travers de votre Blog, je trouve ça Magnifique, une belle leçon de vie ;) Merci !
      Je vous embrasse bien fort !
      Sylvie.

      Supprimer
    2. Les épreuves nous rendent forts et plus aptes à savourer les petits riens de la vie qui en sont l'essence et le piment; certaines personnes ne rebondissent pas et s'enferment dans une déprime figée. C'est une question de tempérament, j'ai la chance d'être battante. La reconstruction de soi ne se fait pas en un jour, mais avoir un moyen d'expression, musique, dessin, écriture ou autres aide beaucoup. en vieillissant on devient sage. Mon père me disait "quand deviendras tu raisonnable,"; Au même âge que toi tu le deviendras lui répondais je . Alors je n'ai pas la réponse aujourd'hui ! Je vous embrasse et j'aime vous lire

      Supprimer
  6. Quel billet beau et émouvant, Lison, et que de belles fleurs colorées. Tu rends un très bel hommage à ton papa. Un père est important. Ce n'est pas pour te consoler, mais dis toi que tu as eu la chance de le connaître si longtemps, j'aurais aimé qu'il en soit de même pour moi, le mien est parti il y a eu 45 ans en mars, alors que je n'avais que 13 ans. Tout comme le dit Sylvie, je suis sûre que ton papa n'est jamais bien loin, et qu'il veille sur toi, qu'il est ton ange gardien. C'est ce que je me dis lorsque je pense à mes parents et à mon frère.
    Je t'embrasse fort, Lison. Merci pour ce partage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai eu cette chance là et je la mesure avec ma mère qui a perdu son père à l'âge de 14 ans, un deuil impossible. elle m'a confié beaucoup de chose sur cette perte.je mesure ma chance surtout d'avoir un père comme cela car il y a père et pères, certains sont très frustrants. Et laissent de grosses blessures et de beaux dégâts. Je n'ai pas eu à souffrir de ça. Bisous, françoise

      Supprimer
  7. Bonjour chère Lison,
    Quel bel hommage que ce joli billet à votre papa... Je suis certaine qu'il doit être fier de vous. Vous lui offrez me plus beau des jardins, celui de l'amour d'une fille à son père. C'est très émouvant.
    Gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous étions fiers l'un de l'autre réciproquement. J'amène souvent ma mère sur sa tombe, certes mais ce n'est pas là que nous le retrouvons le mieux. Cependant j'aime y aller.Je lui parle beaucoup, en montagne seulement, et il m'a beaucoup répondu. je vous embrasse

      Supprimer
  8. Un bel hommage à ce papa si souriant !
    Tu fais du lieu de son dernier sommeil un jardin enchanté où, tout ton amour pour lui jaillit en magnifiques couleurs fleuries.
    Je suis sûre que ces fleurs et ces cailloux qui te ressemblent lui parlent surtout de toi et de tout ton amour pour lui.
    Nos papas ne nous quittent jamais, il dorment dans nos cœurs.
    Je t'embrasse très fort Lison.
    Et surtout belle soirée.
    Mimi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout le monde, chez les (mes) vivants, n'aime pas ce style de jardin fouillis où on ne voit pas le sol et ces cailloux qui font très incongru : à chacun ses ex voto! Les cailloux sont au sol ou en bordures. Mais je me suis imposée dans mes choix. Bisous Mireille

      Supprimer
  9. Quel beau visage d'un homme , si bien décrit par toi. Tu as su trouver les mots
    qui viennent de la mémoire et du coeur. Il a un très beau regard et son sourire
    est merveilleux. Tu lui as fait un jardin, dont tu peux être fière. Ces vieux
    cimetières racontent plein d'histoires. Ici à Paris, les notres ont des visiteurs
    félins que des Dames viennent régulièrement nourrir. En général, à des
    heures régulières . J'ai toujours trouvé que les cimetières font partie d'un
    univers à part . J'aime beaucoup venir te rendre visite Lison, et j'apprécie
    ta sensibilité d'artiste. Ta description de ton papa, fait que je l'imagine
    vraiment. Un homme simplen bon et courageux.
    Sois certaine qu'il veille sur toi. Je t'embrasse et te souhaite une bonne
    fin de semaine.
    ELZA

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les cimetières, que beaucoup détestent ont une âme que j'aime énormément.Ceux presque oubliés avec des croix de guingois, certaines entassées dans un coin, orphelines de leur défunt, celles gravées d'une main maladroite dans le fer par un forgeron quasi illettré dans des cimetières de montagne, le sujet serait inépuisable. Les jardins, comme le mien, n'existent pas par ici; c'est une pièce originale. je l'aime .Je t'embrasse Elza, porte toi bien

      Supprimer
  10. Pff !! Amédine comme je suis émue !! les larmes m'en tombent.....Et je suis au boulot , ça l'fait pas ..... après tout je m'en fiche les sentiments je ne peux pas les cacher... Ce 16 avril.... je m'en souviendrai toute ma vie, c'était le jour ou je fêtais l'anniversaire de mes enfants, papa est arrivé à la maison le souffle coupé, en nous disant sans cesse "appeler le samu, appeler le samu" et il courait dans tous les sens....sans d'autres explications. Quelle angoisse ne plus pouvoir rien faire , attendre les secours qui n'arrivent pas alors qu'il s'écoule seulement 4 petites minutes qui me paraissent une éternité.
    Daniel.... il fallait se mettre en tête que l'on ne reverrai plus sa silhouette dans la vigne, ni même sur son tracteur....
    Quel bel hommage que tu lui fait de là haut il doit être très fier de toi et grâce à toi son coin de paradis (jardin) ou il aimait tant aller continue à vivre et ça c'est la plus grande preuve d'amour que tu puisses lui donner Je t'embrasse bien fort et pense à toi. Pascale

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me fais pleurer ma belle ! Que dirait ma mère si elle lisait ce billet ! Que j'étale me vie et que mon père serait pas content !!! Ah ces divergences dans les familles...quand on veut épargner tout le monde et faire plaisir à tous tout en n'en faisant qu'à sa tête comme j'ai toujours fait. Alors je jongle comme avec plein de balles multicolores. Tiens Peluche m'a saluée, avant hier. Bisous et souris donc !

      Supprimer
  11. C'est moi que tu fais pleurer ce soir, Lison, après ce 16 avril 2014 où j'ai passé ce moment si chaleureux et si émouvant en ta compagnie...
    Étrange, cette rencontre-anniversaire...
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une belle rencontre, Norma, j'en suis sûre, c'est comme un relais qui serait passé. Mais pour une zénitude et une sérénité...Ah quelle belle soirée...je t'embrasse très fort.. Qu'ont dit Charlie et Dame Kali ? Les retrouvailles furent belles ? je n'en doute pas...

      Supprimer
  12. Que d'amour ressort de ce billet !!! Emouvant ce que tu fais pour lui ! Tout ça me donne la larme à l'oeil car il a réveillé combien j'aimais mon père aussi parti il y a presque 20 ans emportant avec lui le secret qui a causé sa mort mais il était amour et plein d'humour ! J'ai cherché longtemps à découvrir son secret mais sans succès ! Mais ce dont je suis sûre c'est que c'est l'amour qui a causé sa mort ! Pour moi difficile de parler d'un sujet qui aujourd'hui est encore tabou ! Je te fais un gros bisou Lison ... c'est beau son petit coin à ton papa !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Joli et émouvant témoignage Anne, une grande blessure que tu as là, difficile à guérir, voire impossible à cause du secret. Je t'embrasse

      Supprimer
  13. Bonsoir Lison.. Un très bel hommage que tu rends à ce père aimé... j'en suis toute émue .. Ta façon de l'honorer est chaleureuse et pleine de couleurs.. toutes ces fleurs doivent lui transmettre des messages parfumés et sereins.
    On ne guérit jamais de la perte de ses parents quel que soit le moment de leur départ.. le mien est parti alors que je n'avais que 13 ans après une maladie qui a duré 6 ans.. même si la vie a suivi son cours je n'ai jamais pu me résigner et pendant longtemps le syndrome d'abandon m'a poursuivi.. Je viens d'avoir 68 ans et c'est plus paisible.
    Je viens de te lire dans ma tanière.. comme à chacune de tes visites tes mots à la fois judicieux et doux m'enchantent.. suis ravie que mes petits délires inspirent mes visiteurs qui laissent des messages tout à fait sympathiques et encourageants (ma passion du dessin étant récente). Les tiens me comblent. Merci à toi.
    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un joli message Fanfan, qui me touche aussi; en fait la relation père fille est -normalement- une belle relation. J'ai eu beaucoup de chance c'est pourquoi malgré le chagrin de la perte, il y a la plénitude de quelque chose d'accompli, d'abouti. Je t'embrasse et continue de t'exprimer avec cette belle passion; je te suis !

      Supprimer
  14. Réponses
    1. Merci Marius, joyeuses Pâques à toi aussi!

      Supprimer
  15. Très belle série en images et en mots. Cette idée de petit jardin est vraiment géniale. J'aimerais que quelqu'un me fasse un jardin à moi aussi, même minuscule...

    RépondreSupprimer