jeudi 17 décembre 2015

La chasse au Bidens

J'ai troqué en ce jour estival de décembre ma tenue de paysanne, ou bien celle de randonneuse pour la tenue de marin partant à la chasse. Oui, cela paraît incongru . Et ça l'est.



Aller à la chasse au Bidens c'est porter une tenue imperméable au possible, voire un capuchon, une tenue où rien n'accroche, ou alors la nudité presque totale puisque ça n'accroche pas à la peau. Mais enfin la nudité pour aller dans les terres....
Bon voilà , pour commencer par la fin, les effets du Bidens sur vêtements et chaussures.


Evidemment, sur les pelages des animaux ou dans les cheveux, c'est pareil.
A noter que ces graines crochues ne se détachent que si on les tire une à une avec les doigts. Souvent il ne reste plus qu'à jeter les vêtements. C'est bien moins épuisant. Oui mais alors il faut renouveler la garde robe et c'est onéreux; cruel dilemme à cause du Bidens.

La fleur et ses akènes à deux dents


On ne peut pourtant  pas travailler en ciré avec la chaleur !
Parce que le Bidens c'est ça, cette année : une plante invasive qui se faisait ignorer et oublier depuis son apparition modeste voilà 20 ans et qui cette année se fourre partout.

Dans les vignes au pied des ceps


Dans les champs ou terres incultes (ici à mon jardin)
Et aussi le long des routes, dans les fossés, bref partout où le vent se calme un peu pour déposer les graines. On pourrait, juste en regardant leur implantation, suivre le chemin et la force du vent.
Le Bidens, (deux dents)  décrit à la fin du 19 eme siècle provient d'Amérique du Sud : Argentine, Vénézuela, Colombie.
Cette plante se plait dans les régions tropicales ou tempérées chaudes (Afrique, Asie, Polynésie, Amérique) et le réchauffement pourrait être à l'origine de son développement dans le sud de la France. Soyez patients lectrices et lecteurs, bientôt vous en aurez aussi ..-)
Il en existe plus de 300 variétés, toutes hérissées de ces graines crochues (à 2 dents ou plus) nommées akènes; par chance nous n'en voyons ici qu'une seule variété. Pour le moment :-))
La plante se développe au début de l'été et arrive à maturité en fin d'automne.
C'est un végétal ligneux pouvant atteindre 2 m de hauteur; la majorité des plants a environ 80 cm de haut. Avec une forte densité au mètre carré.

Au pied des ceps de vigne, bien à l'abri

Mon jardin potager ayant été infesté à mon insu car il est à l'abri du vent, je suis partie à la chasse ainsi vêtue.
Avec pour toute arme un sécateur et un récipient que je remplis avant d'en brûler le contenu. Arracher le pied est inutile car on le secoue et les graines tombent. Je suis aussi armée d' une grande dose de patience.







J'ai ôté de mon jardin des quantités effarantes.
Voici en images quelques aspects de la plante que je me suis plu à observer.
La tige en cette saison (spécimen de grande taille)



Section de la tige et ramifications opposées




Une partie de la plante

Etapes de la maturation
la fleur est jaune



Rameau encore estival

Une fleur sèche

Je me suis prêtée à un petit jeu sur la capot blanc de ma voiture. J'ai pris un pied moyen, de 80 cm environ, la norme la plus banale.
Et j'ai compté 350 fleurs . Comme chaque fleur a environ 27 graines, cela donne la coquette somme de plus de 9000 graines par pied !!! Cette plante a de l'avenir et nous, du souci à nous faire ...
Quant à nos vêtements....aïe....

Alors, gentiment, patiemment j'ai égrené mon jardin, sachant que des centaines de milliers de graines sont sur le sol et j'ai préparé la terre pour 2016 . En laissant une jolie surface lisse ensemencée  de découragement.

Avant








Après































Pendant

NB : Si certaines variétés de Bidens ont des vertus médicinales reconnues, espérons seulement qu'à celui-ci les chercheurs trouveront des vertus aphrodisiaques...et notre avenir serait assuré...mieux qu'avec le vin.









14 commentaires:

  1. Aquilo que não queremos no jardim é o que cresce mais rápido! Que trabalho duro!
    Beijos
    Adri

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très bon Noël, Adri , avec ta famille et tes chats, je t'embrasse

      Supprimer
  2. Parfois les monstres n'ont l'air de rien du tout. Et pourtant. Merci pour cette info reportage et ces photos !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand on fait de la photo, on aperçoit de minuscules bestioles parfois qui, plus grandes, seraient monstrueuses, exemple les phasmes. bisous, heureuses fêtes

      Supprimer
  3. Mais quelle horreur ! On est de plus en plus envahis de plantes et d'insectes venus d'ailleurs.
    Je n'en ai jamais vu des comme ça. Pourtant je suis dans le sud.
    Au printemps le jardin est envahi par une plante dont je ne connais pas le nom. J'essaye de tout arracher avant les graines.
    Bon courage Lison.
    Douce soirée
    Bises
    Nat à Chat

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah c'est quelle de plante ? As tu une page FB ? Si oui tu m'enverras la photo au printemps . Bisous

      Supprimer
  4. Des bidens, on en trouve dans les jardins d'ornement par ici. Ça se vend dans les jardineries. J'en ai même déjà semés. Est-ce que ce sont les mêmes qui envahissent ainsi la nature. C'est bien possible. J'avais aussi remarqué leurs nombreuses graines toutes piquantes.
    Ils t'ont donné beaucoup de boulot !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce ne sont pas les mêmes il y a 300 variétés, on a la plus moche hihi

      Supprimer
  5. Ma chère Lison!
    Bravo ....quel travail avec cette plante!!!Bon courage!
    Je te souhaite de bonnes fetes et merci pour t'amitié!
    Je t' embrasse très fort!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A toi aussi Géli de bonnes fêtes; ce sera chaleureux chez toi je n'en doute pas. je t'embrasse

      Supprimer
  6. Réponses
    1. Bon Noël Claudie, je suis un peu en mode pause en ce moment ...

      Supprimer
  7. Quel horreur ces plantes , chez nous ce sont les prêles qui envahissent les jardins .
    Tu es vraiment courageuse , c'est un travail sans fin!
    Belle journée, bises Lison

    RépondreSupprimer
  8. Je ne connaissais pas cette plante, et à te lire, elle viendrait jusqu'à chez moi ? Non, non, je n'en veux pas ! ;-)
    Dis donc, quel boulot de l'arracher ! Je compatis.
    Tu vois, me voilà de retour, mais en mode ralenti pour l'instant.
    Gros bisous, Lison. Je continue ma lecture.

    RépondreSupprimer