lundi 28 décembre 2015

Le Grand Désert Blanc au Carlit

On l'appelle "le Désert du Carlit", il n'a jamais aussi bien porté son nom qu'en ce lendemain de Noël où, sous un temps estival (enfin presque), nous le parcourons sans rencontrer âme qui vive, fut elle animale. Rien que le grand silence des montagnes , ponctué par les étonnantes éructations des lacs gelés et le sifflement du vent venu des cimes écorcher davantage nos mains que nos oreilles.




                                                             .................................................

Revenons au début..Il est tout juste un peu plus de 8 heures quand , après 100 km de route, nous nous préparons à marcher sur les 5 km d'asphalte plus verglacée qu'enneigée qui conduisent aux Bouillouses. L'hiver, la route est fermée. Au lieu dit "Pla des Avellans".





 Au bout de quelques kilomètres la montagne dévoile son lever de soleil entre les sapins comme elle nous a dévoilé, peu avant, son coucher de pleine lune.

Nous marchons sur une couche mince de neige gelée et glissante : normalement une épaisse couche devrait tout recouvrir.




Après la grisaille persistante des entrées maritimes en plaine ces derniers temps, c'est régénérant pour le moral de voir un ciel uniformément bleu.







5 km plus tard, c'est le grand lac des Bouillouses qui cette année n'a pas gelé : très mauvais signe.
La montagne a des atours du mois de mai.

lac des Bouillouses et Péric dénudés
A partir du lac de barrage, nous quittons le monde humain pour la forêt, le sentier et le Désert.
Le "Désert du Carlit" se situe entre 2140 et 2350 m d'altitude; c'est une succession de 13 lacs d'origine glaciaire , séparés les uns des autres par des moraines . Pas très profonds . De 10 à 20 m.
On en a une vue grandiose depuis le sommet.

20 septembre 2015
Notre destination du jour est le dernier : le Sobirans, 2350 m.


D'avant en arrière : Sobirans, Trebens, Castella

Cette sorte d'altiplano où pousse de ci de là un rare conifère a des allures désertiques. Paradis des pêcheurs, seuls les premiers lacs sont celui des promeneurs et des familles car assez proches du barrage des Bouillouses auquel on accède par la route. Pour trouver le calme il faut monter vers les derniers lacs au terme de quelques "rampes" légèrement escarpées. Qui mettent en jambes pour l'asencion du pic.



Etang du Viver

Le tableau étant dressé, la randonnée du jour ne réservera d'autre surprise qu'un paysage insuffisamment enneigé mais suffisamment beau pour le savourer. Le manque d'enneigement nous a permis de rallier le dernier lac car on a marché sans difficultés sur ce sol ferme quoique glissant et inégal.

Nous allons longer 9 des 13 lacs : ils sont tous gelés, leur surface brille comme du verre; je me contente de marcher le long des rives sur la glace car elle n'est pas assez luisante pour la chute. Et puis je n'ai nulle envie du bain forcé ou de la plongée en apnée . De sous la glace montent d'inquiétantes éructations comme si le Monstre du Carlit nous accompagnait de lac en lac. Ce n'est pas la glace qui craque; c'est juste de grosses bulles d'air et d'eau qui naviguent .

Etang Sec

Le temps est magnifique, sous un ciel d'un bleu intense qui réveille le moral faute de réveiller les couleurs car la couleur est absente. Hormis le blanc pouvant devenir bleuté il y a la roche brune et les pelouses roussies. C'est assez monochrome. Monotone.

Les couleurs de la montagne
version hiver absent

J'aime la montagne au dégel ou dans son premier enneigement car on en voit tous les reliefs, les failles, les plissés, enfin sa charpente. C'est là qu'elle est la plus majestueuse.


Un ciel bleu marine, un soleil ardent, le tee shirt est de rigueur mais au repas de midi, au bord du Sobirans (2350 m) un vent glacé venu des sommets semble s'enrouler à nous comme une étole de givre et nous contraint à l'habillage et au déguerpissage rapide! Pourtant c'était un cadre magnifique avec ce Carlit en toile de fond sur lequel pas un humain ne se profilait. Je supposais que le lendemain serait plus animé car un 26 décembre il faut quand même avoir un bon reste de forces vives pour y grimper. En alpinisme . Je ne me trompai pas ..Le 27, Ludo aurait pu m'envoyer un petit coucou de là haut , accompagné de celui de Camille qu'il est allé réveiller!

Terminus : 2350 m étang Sobirans


Le Pic Carlit 

Nous amorçons le retour , en tenue hiver, avec bonnets et gants, mais l'été va encore nous rattraper.
Et je vais faire LA rencontre avec un petit coup de coeur auquel je donne rendez vous pour l'été 2016 : le Pic Castella (2421 m) sorte de cône rouge et noir, très rocheux qui domine l'étang éponyme du haut des ses 100m . Celui là m'a attirée comme un aimant allez donc savoir pourquoi? Enfin je sais : sa roche et sa couleur, sa prestance.

Etang et Pic Castella


Etang et Pic Castella



Il est très tôt dans l'après midi, notre restaurant a fermé ses portes au bout d'un quart d'heure nous obligeant à la fuite donc on se dirige vers la sortie à grand pas, en descendant quelques amusantes pentes gelées.

Au loin, où que porte le regard, les montagnes sont juste saupoudrées de neige : Canigou, Cambre d' Ase, Puigmal.

Etang des Dougnes

Il est à  peine un peu plus de 14 h lorsque nous regagnons les Bouillouses sur lesquelles veillent les Péric en train de muer tout comme le Pic de la Cometa d' Espagne (mes récentes excursions)


Les Péric: 2810m & 2690 m

La Cometa d' Espagne: 2763 m
 Quant à moi j'ai rendez vous ! Au petit refuge de Christophe et Johanna , avec la succulente tarte à la framboise ...ou aux myrtilles...? L'embarras du choix ...Ah...les deux ? Non soyons stoïques ce sera framboise cette fois....Je lécherais le plat si j'osais....






Sous les moqueries de mon compagnon de rando qui, plus stoïque, a renoncé mais aimerait bien que je regrette un peu les grammes absorbés . Parce que lui a renoncé ! Que nenni ! 5 km de marche sur route et 100 km de voyage nous attendent !

Je prends donc des forces...
En chiffres

Dénivelé 635 m
Temps de marche 5h 45
Distance 21 km dont 10 sur route enneigée



23 commentaires:

  1. Magnifiques paysages et rando. Bonjour belge.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ça fait plaisir une petite visite Belge !

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Allez ça a du te raviver des souvenirs non ?

      Supprimer
  3. Coucou ... La Nature est splendide ... elle mérite notre respect.
    Merci pour cette magnifique balade !!!
    Belle semaine, Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Belle Miss c'est vrai tout cela. Belle semaine aussi et belle année 2016. Bisous

      Supprimer
  4. Il faudra y retourner en hiver, il parait que c'est beau avec de la neige ! hihihihi On a de la chance de pouvoir profiter du ciel bleu avec si peu de blanc autour. Et pour moi, le Tossal Colomer sera à jamais associé à Camille grâce à toi. Nous lui avons fait un coucou depuis 2921 mètres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alain me disait que tout enneigé c'est une splendeur, et je l'imaginais très bien.
      Merci pour la pensée à Camille; la veille nous l'avons eue "d'en bas" car Alain fut fasciné par Camille dès qu'on s'est rencontrés tous 3.

      Supprimer
  5. encore de belles photos et les commentaires toujours croustillants Merci pour la ballade mais les lacs en haut sont gelés .Tu n'as pas essayé de jeter un caillou c'est vrai avec la neige ou alors un bâton voir l'épaisseur ... bonne soirée bises ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très épaisse la glace; il y a de petites crevasses que j'ai pas pu sonder. C'est sûr la glace m'aurait portée jusqu'à l'autre rive mais fallait des crampons...ou des patins.Bisous

      Supprimer
  6. Merci Amedine pour cette merveilleuse rando dans cette région superbe

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tant mieux si je vous ai fait voyager mais il manque le 1er élément du décor : la neige !

      Supprimer
  7. Bonjour Lison et merci pour ce voyage « extraterrestre » ; Il y a si longtemps que je n’ai pas vu et touché la neige, peut-être sur le Larzac en 1961. De belles photos et, surtout, un texte intéressant et bien écrit ; cela me change de 90% des commentaires écrits sur facebook…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. FB c'est fait pour aller vite sans prose ni poésie. Par contre pour la neige c'est un échantillon Pierre. J'espère bientôt pouvoir t'offrir le manteau

      Supprimer
    2. Bonjour Amédine, je précise que tes commentaires sur FB font partie des 10% intéressants.Les 90% que je cite, c'est tous ces niaiseries, faussetés et mensonges que publient certains ou que nous imposent FB.
      Bonnes balades...

      Supprimer
    3. Ah bon...parfois aussi je dis peut être des âneries ou j'exprime mal mes dires. "On" m'a reproché de "raconter ma vie" parce que je montre mes activités. Un truc est sûr, éviter de photographier des vins : ma réputation d'alcoolo est faite . C'est FOU !!! Alors je fais light : chats, fleurs et montagnes...et boulot.

      Supprimer
  8. Ta première photo est magnifique ma chère Lison !!! Merci pour ce reportage ! Et bien voilà 2016 qui pointe son nez alors Meilleurs vœux à toi et les tiens .... Santé, bonheur et puis encore de belles randonnées Bisous

    RépondreSupprimer
  9. Une randonnée superbe , je préfère la montagne ainsi , il y a de la neige mais on voit les reliefs.
    Merci pour tes commentaires passionnants et vivants.
    Je te souhaite une belle fin d'année, à bientôt.
    Bises Lison

    RépondreSupprimer
  10. O azul do céu faz um bonito contraste com essa neve.
    Feliz 2016!
    beijos
    Adri

    RépondreSupprimer
  11. Ouh la oui, un bain dans un lac gelé, ça me fait froid rien que d'y penser. Je comprend ton attirance pour ce pic. Il a une jolie forme, une belle allure :-) Et à ta place, j'aurais sûrement goûté aux 2 desserts. Tu as été très raisonnable :-)
    Je te souhaite une bonne année pleine de jolies "balades" à nous faire partager.

    RépondreSupprimer
  12. Une très belle randonnée et de magnifiques photos, même s'il manque de la neige à ton goût. Merci pour ce joli billet, Lison. Bisous.

    RépondreSupprimer