dimanche 27 mars 2016

Les jardins , les légumes, et moi

Du plus loin qu'il m'en souvienne je n'ai jamais aimé les légumes. Même avant d'en avoir le souvenir d'ailleurs. Ne pas les aimer est beaucoup dire, je n'ai jamais voulu y goûter. J'ai du attendre 42 ans pour daigner trouver quelque goût acceptable à une portion congrue de  rares élus : petits pois, asperges et salade. Un peu plus tard s'ajoutèrent courgettes , aubergines, haricots verts ....mais en portion "tapas"!. Voilà peu je découvris le broccoli...Bon il y a de l'avenir avec tous les légumes qui existent... Par contre en soupe ou en purée je les accepte volontiers. Depuis toujours...faudra que je demande à ma psy...
Mon frère c'est exactement la même chose , mais on s'arrête à la ligne 2, il n'est jamais allé au delà. Pour lui "les carottes sont cuites" peut on dire...à moins d'un Miracle...

Pourtant...du plus loin qu'il m'en souvienne j'ai toujours aimé les faire pousser...cela me prit à l'adolescence . Plus tard après quelques expériences malheureuses comme broyer les semis de mon père que je n'avais pas vus pour mettre les miens ou planter des légumes entre ses pêchers ce qui nous valut une querelle monstre et la décapitation de mes légumes  à la serpe par moi, j'obtins enfin un lopin de terre. Depuis les lopins ont changé, moi non : ni dans ma passion ni dans mon aversion des légumes. J'ai juste fait une concession : par respect et amour goûter à tous ...nature ou en soupe.

Alors en images, au fil des ans...
une très belle histoire d'amour 
entre mes jardins, les légumes et moi...

Cadet Rouselle avait 3 maisons...j'ai trois jardins....
Devant ma maison se trouve un tout petit jardin d'agrément, de moins de 100 mètres carrés. un fouillis de verdure et de fleurs qu'arrose généreusement un puits. Et qu'ombrage une imposante treille...vierge.

















Chez ma mère, à 12 km,  j'ai mon second jardin, celui de mon père que j'ai continué: il est (était)  consacré aux pommes de terre et aux cucurbitacées : pastèques, potirons, potimarrons, quelques pieds de tomates, aubergines et poivrons, des chrysanthèmes, le tout généreusement arrosé par un puits.

C'est dans ce jardin que mon père perdit la vie alors j'y tiens !



Abricotier

Les "patates"




Cette année il va prendre le relais du jardin essentiel, mon jardin d' Amour.
Pour une histoire d'eau .
J'ai donc inversé les cultures et mon jardin d'Amour sera celui des pommes de terre et cucurbitacées .

Voici donc au fil de ces dernières années mon "Jardin d' Amour"...
à 15 autres km de chez moi...
Pourquoi faire simple ???

Dans un vaste terrain à l'arrosage,  qui fut vigne, j'ai réservé un lopin près du ruisseau pour faire le potager. Mais l'eau se fait de plus en plus rare dans notre extrême sud, alors je fais comme dans le désert, je me déplace au gré des points d'eau, d'où inversion des jardins...

Le vaste terrain

L'artillerie 

Tonte de la prairie au printemps

Préparation du potager

Le maître des eaux, mon défunt père








J'ai toujours aimé mêler les fleurs aux légumes comme le faisait mon grand père...












Ma petite "résidence secondaire" ...

Le "casot" 2011

Relooké

 Que j'ai vite enjolivée




Du muscat
Plantes aromatiques




Comme dans un jardin rien ne se perd tout se transforme, j'ai construit un vaste composteur :







 Et puis ma plus grande satisfaction...
l'objet de tous mes soins et de tout mon "amour platonique " (lol)
 puisque non consommé !













Couleurs du jardin artiste









Et aussi....



Pour toujours en arriver là...


Ou là...


                                                 ..................................................................

Mais comme tout à une fin...cela devient le désert...
Quand le vaillant petit moteur devient muet face à l'absence d'eau  et que la citerne prend le relais, c'est le début de la fin...


 Mais il m'en faut bien plus pour mettre fin à cet amour là...Je vais donc "planter mes choux "ailleurs.

Et il me reste...mes vignes non ?  Si je ne sais pas quoi faire !






16 commentaires:

  1. Ils sont bien beaux ces jardins, cela me rappelle mon enfance, mon père avait aussi cette passion du jardin et on partait en famille tous les dimanches pour y passer la journée.
    Mais aussi quel boulot.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le travail du jardinier, chacun pourra te le confirmer c'est surtout combattre l'herbe ! On passe son temps outil en main pour l'éradiquer, on a parfois l'impression de cultiver l'herbe. Bisous. J'aime bien l'idée d'avoir éveillé ce souvenir d'enfance

      Supprimer
  2. Merci encore Amédine pour Cette Jolie Histoire d Amour pour Ces Belles photos où Nous retrouvons Votre Papa ainsi que Lison Cela me rappelle que si Tu veux être Heureux Toute La Vie fais Toi Jardinier :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah je ne connaissais pas ce dicton, bien que je le vérifie tous les jours au fil des ans...Merci Claudie

      Supprimer
  3. Você é uma grande jardineira, parabéns!
    Minha avó gostava de plantar aipins, milho e margaridas.
    Beijos
    Adri

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sim, gosto muito, tudos os vegetais. Até as vinhas ; tenho bastante , faz muito trabalho. beijos

      Supprimer
  4. Moi, j'adore les légumes et j'en cuisine à tous les repas. Mon rêve serait d'avoir un magnifique potager, mais ... j'ai horreur de jardiner. Je n'aime que cueillir les beaux légumes "travaillés" par d'autres plus courageux. Alors il ne me reste qu'à aller au marché tous les vendredis !!! Bisous et bonne fin de W.E. Pascal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si nous étions voisines nous pourrions unir nos capacités non ? J'avais une amie qui était comme toi, mais étant à 3h de route de moi, je ne pouvais l'aider. Bisous

      Supprimer
  5. Ce billet végétal m'enchante :-) J'adore les potagers et tes différents jardins sont magnifiques. Par contre, je me demande bien ce que tu fais de toutes tes récoltes ? Tout ne fini pas en soupe ou en purée quand même ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. hihi, non bien sûr!!! Il y a des congélations et surtout des dons à la famille...Je me fais des sauces tomate/poivrons/oignons en quantité dans des pots de yaourt en verre; portions individuelles congelées pour accompagner riz, pâtes et pommes de terre, au long de l'année. Le reste ma famille, mon ex famille, quelques amis...Bisous

      Supprimer
  6. J'admire... Pour moi, c'est l'inverse, je n'ai jamais réussi à faire pousser quelque chose (même les petites graines interdites). Par contre, pour manger et cuisiner "no problem", cru, cuit, en sauce, en potage, en salade, en pizza... Par contre, ma vahine, c'est toute sa vie ; mon terrain 2.000m², une vraie jungle. Et les légumes et fruits du jardin, c'est les meilleurs car on les a vus grandir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai des points communs avec ta Vahine hi hi, on s'entendrait bien, on cultiverait même les montagnes ! A ce propos j'ai planté un noyau d'abricot au sommet du Canigou...MDR

      Supprimer
  7. Très bel article ... qui me rappelle mon père ... ah ! mon père et son jardin ... je pourrais écrire un roman ... été comme hiver au milieu de son jardin ... toujours qq chose à y faire dans ce jardin ... en revanche, contrairement à toi, j'adore les légumes, je ne mange que ça d'ailleurs, LOL !!! bio, bien entendu ... mais je n'ai pas de jardin ... je devrais peut-être ... une idée à creuser ;)
    Bonne journée, BISOUS, sans oublier les caresses à tes Félins.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un jardin peut dévorer tout ton temps car il y a toujours à faire et puis enjoliver. Quant à l'herbe...on ne fait que ça : s'en occuper. Il est bio aussi le mien à de rares exceptions près, selon le bon vouloir de ces messieurs dames insectes dévoreurs.. Bisous à toi aussi

      Supprimer
  8. Amusant je trouve de faire tous ces efforts pour quelque chose qu'on n'aime pas consommer. Mais la fierté bien sûr et le plaisir de partager.
    Le potager bordé de tournesols et de ricins est magnifique, le jardin d'agrément aussi, et l'autre également avec son joli cabanon. Bref j'apprécie beaucoup toute la série. Pas mal de souvenirs d'enfance aussi. Le potager, c'était sacré. :)

    RépondreSupprimer
  9. Et tous ces beaux légumes ne te donnent pas envie de les manger, Lison ? Mais bon, si tu les distribues généreusement autour de toi, c'est bien aussi. (sourire)
    Bisous, Lison.

    RépondreSupprimer