mercredi 31 mai 2017

La Dent d' Orlu. 2222 m

Non Orlu n'est pas un ogre doté d'une énorrrme dent... C'est juste le surnom du Pic de Brasseil, 2222 m d'altitude, Ariège.
Mais un drôle de pic, point trop haut, fort pointu, pyramidal avec des faces disparates au possible, toutes envoûtantes et toutes peu praticables.
La plus pratiquée étant la voie d'escalade pouvant atteindre 1000 m de hauteur. De force jusqu'à 8a (pour les connaisseurs).

La dent d'Orlu depuis la route du Col de Pailhères

Je me contenterai ce jour du chemin de rando, déjà fort raide !

                                              .........................................................

9 heures 26 : j'arrive au sommet, 2222 m, altitude symbolique s'il en est.
J'ai mis 1 h 50 mn (hors arrêts) de marche pour "avaler" les 710 m de dénivelé, ce qui reste fort acceptable. Pourtant je ne marche pas vite ; cependant l' Ariège est championne pour la prise de dénivelé rapide, ce qui booste le moral.
Au sommet

Tout a commencé par une nuit sereine, porte ouverte sur les étoiles, en un hameau de la vallée. Nina n'est pas du voyage,j'apprécie. La demoiselle a refusé. J'ai toute liberté.

La route forestière de 7 km au petit matin  est un tunnel de verdure entaché de quelques arbres "grillés", les hêtres dévastés par la gelée noire. Soudain au milieu des frondaisons la Dent apparaît, le futur décor est annoncé.
La route forestière

Gelée noire



















La route forestière et la Dent qui "flotte"
dans les airs

J'arrive à la "poêle à frire" curieux nom pour un parking qui y ressemble.
Je suis la première à partir, les grimpeurs se préparent ou dorment encore. Je les retrouverai bien plus haut.


Dans la forêt

Une clairière et Elle est là 
Novembre 2016 : la Dent d'Orlu




 La forêt me happe instantanément, grandiose, silencieuse, somptueuse. Elle fait oublier la pente très raide que le sentier dévore, parce que les végétaux sont tellement immenses qu'on ne voit qu'eux... je marche, plutôt bien, en forme et très motivée. Depuis le temps que j'en ai envie...Cet hiver déjà....(clic)



la forêt version fleur bleue

J'ai le piolet dans mon sac au cas où un névé intempestif...mauvais souvenirs...pourtant la dent a l'air saine et pas cariée de blanc.
Sur une de ses faces des névés sont encore dans l'ombre d'été mais ce n'est pas sur mon trajet.
Je monte sans relâche dans la forêt, accompagnée par les chant des oiseaux, seul "bruit" ambiant. Pas un humain, pas un animal, le ruisseau est déjà loin. Silence...
Le trajet se découpe en quatre parties, les deux premières étant en forêt, séparées par une jasse ou prairie. Deux parties identiques: sentier escarpé, racines apparentes, terre brune et douce, gros blocs sur les côtés et hêtres . Sauf qu'au final, les petits bouleaux prennent le relais. Alors le paysage s'ouvre, le sentier est en crête au dessus de la Coma Grande d'où monte le chant de la rivière alors que la Dent s'impose en toute majesté. Les festivités sont à découvert : un sentier tout droit s'y dessine, sans virages ni fioritures, je le connais, j'en garde un souvenir de fatigue . Mais il faisait si chaud ce jour de juillet 2010.

Dans toute sa majesté : la Dent

Il ne fait pas froid aujourd'hui certes ! Les grimpeurs catalans et lozériens sont devant, ils m'ont doublée, 400 m de muraille les attendent avant l'ardeur du jour. Du 6 C m'annoncent ils . Du beau, donc...Je les envie.

Arrivée au Col de l'Egue, ce n'est pas du 6 qui m'attend mais une belle pente de 242 m de dénivelé pour 400m de trajet, un bon 30°, un presque couloir.

Le trajet suivant le sentier/ruisseau


Ce qui rend difficile la montée de ce tronçon c'est sa morphologie . C'est un sentier tout droit qui suit le cours d'un ruisseau. L'eau a emporté la terre et les blocs rocheux sont souvent très escarpés, hauts, obligeant mes petites pattes à des efforts démesurés. Je préfère la bonne pente régulière même plus  forte, voire en couloir, en herbe ou non, même glissante à ces efforts saccadés et éreintants. Le plaisir ? Se retourner, voir le paysage s'amenuiser, signe que les efforts ne sont pas vains. Je suis seule au monde ici, comme je le serai un grand moment au sommet,sitôt franchi un joli passage en roche fort à mon goût.
Parfois, le sentier en rocs complètement

Juste avant le sommet




J'émerge sur un toit étroit, coiffé d'un joli cairn mais surtout dominant de 1130 m la vallée d'Orlu tout en bas. Un vide brutal, vertigineux. Monte à moi le bruit d'une grande cascade échevelée, les cris des corbeaux qui s'élancent de la main, car Orlu a une main aussi, et rien d'autre de ce vaste panorama  que je (re) découvre, l' Ariège avec sa densité de sommets est un tableau permanent . A présent c'est le vert intense qui domine, là bas, tout est vert et constellé de fleurs, j'avais adoré au début de ma vie de randonneuse voir naître le printemps fleuri d' Ariège.

En premier plan, la Main d' Orlu, en fond la vallée de l'Oriège, vers l'amont,
direction En Beys

Les montagnes sont encore abondamment enneigées, les hautes randos attendront.







Une de mes prochaines excursions : j'ai eu le coup de coeur


La vallée de l'Oriège vers l'aval


Image Web
Je m'installe confortablement pour écrire: le sommet a un petit espace arrondi autour duquel quelques rochers plats forment autant de sièges inconfortables mais pratiques. Je peux visiter tous les azimuts en restant assise. Ma solitude sera de courte durée, les premiers marcheurs arrivent, jeunes jambes qui ont couru, jeunes gens fatigués de cette course. Ils viennent attendre leurs copains grimpeurs et s'égayent comme une volée de moineaux dans des lieux impossibles espérant découvrir le couple de gypaètes barbus qui vit là. On ne pourrait les manquer avec leurs 2.60 m d'envergure mais on les a manqués apparemment. Dommage.


Image web : le gypaète barbu

 Deux chiens font leur apparition, aussi, l'un d'entre eux a droit à mon admiration car son maître, grand coureur des cimes, le soumet à un rude entraînement. L'homme toutefois m'époustoufle autant que le chien. Dire que je me bats toujours avec mon souffle ...et mes crampes dues au manque d'oxygénation de mes muscles...L'homme s'en ira de son pas de danseur et très vite sera un point minuscule tout en bas...J '"épluche" les sommets pour les reconnaître, ma science grandit en ce domaine !Un jeune homme vivant dans la vallée me présente les sommets et lieux voisins, je prépare déjà une future rando, j'ai un coup de coeur pour une vallée perchée. Plus tard avec moins de neige. Il n'est guère amusant de marcher dans cette bouillie en cette saison ,
J'entreprends la descente et je suis surprise de mon agilité dans ce ruisseau et ces blocs. Face à moi la ferme  d'où j'ai photographié la Dent hier : envers et endroit du décor

D'en haut
Et l'inverse


























Au col de l' Egue je m'offre un petit cadeau : bifurquer pour aller voir les grimpeurs . Je n'ai jamais vu cette falaise étonnante, comme sortie d'un étroit précipice et s'ouvrant en un immense éventail ou une demi douzaine de grimpeurs s'activent. De ce théâtre s'élèvent des voix en français, anglais et catalan. Une grosse pierre se détache à grand fracas, roulant dans le vacarme et son écho, flanquée d'autres plus petites, toutes une arme potentielle. Les grimpeurs se figent, la chance sera avec eux. Perchée sur mon col j'admire. La pente plonge vertigineuse dans un vide invisible de 1000 m, quasi vertical. Dans la vallée d'Orlu.

La plongée vertigineuse dans la vallée et la falaise d'escalade (en partie)

La suite de la falaise qui grimpe jusqu'au sommet

Sur les voies de 400 m














Puis je prends le chemin du retour, il est plus de 11h, la chaleur est dense, les randonneurs grimpent avec lassitude, il est déjà trop tard.
Je dévale en trottinant le sentier virevoltant .

Ombre portée sur caillou

Vieux tronc transformé

Le bleu du ciel posé sur le sol en corolles

Un peu plus tard, bien au frais sous les ombrages, je m'accorde un long moment de "vacances": repas, sieste, lecture et vagabondage en pistes. Le retour à la maison sera long car je vais faire du tourisme sur roues en routes minuscules. L' Ariège c'est cela aussi. Et c'est indispensable à mon amour pour ce département.




A bientôt...en Ariège...sur mon 2nd blog

En chiffres
Distance Aller retour : 4.6 km environ
Dénivelé:  710 m


10 commentaires:

  1. Belle balade pleine de poésie et de belles rencontres...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci; le site est remarquable,comme tous les "perchoirs" d' Ariège

      Supprimer
  2. Amédine Vos Photos sont superbes Elles n ont d égal que Leur Légende qui me font très souvent sourire :) Les Beaux Jours arrivent à Vous Les Belles Balades ensoleillées :) Bonne fin de semaine Amédine :) Calinous aux Minous Bisous à Vous Pensées pour Lison :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lison était montée avec moi sur ce sommet et cela a ravivé mes souvenirs. Je n'ai jamais fait le deuil de mon extraordinaire compagne...Mais je suis fière de son parcours de vie comme de ses parcours en montagne. Bisous

      Supprimer
  3. Vous savez Amédine Lison est dans Ma Prière Tous Les Jours :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lison est un manque permanent. Nina est son double mais Lison a toujours sa place à la maison. J'adore Nina comme tous mes chats mais il ya aussi de la place encore pour Lison. Elle ne reviendra jamais...quel regret

      Supprimer
  4. CC... Merci pour ce beau reportage, ces merveilleuses photos !!!
    Beau w-e, Bisous, Câlins @ tes Félins

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bisous à toi aussi, à bientôt en blog

      Supprimer
  5. Beau reportage qui a ravivé des souvenirs vieux de 15 ans ! Beau belvédère ariégeois, je me suis régalée de revivre cette rando. Superbes tes photos. Es-tu allée à En Beys ? Nous n'avions pas pu y aller car nous avions un chien, ça doit être très beau.

    RépondreSupprimer
  6. Quelle est belle cette rando, c'est marrant cette dent d'Orlu n'a pas du tout le même visage suivant sa face, en fait pour le moment je ne la reconnais bien que d'un côté, comme quand nous étions au-dessus des étangs de Rabassoles et ça m'énerve ! lol Il nous faudrait un guide pour nous indiquer tous les sommets. Bisous

    RépondreSupprimer