dimanche 9 février 2014

Un plat d'hiver

Quand j'ai ouvert mon congélateur, j'ai eu une bien curieuse surprise; des murmures affolés m'ont suppliée : "Sors nous de là, on est gelées jusqu'aux os!"

C'était trois joues de porc, bien roides dans leur sachet plastifié.

Bien sûr j'ai obtempéré et je leur ai préparé un petit bain régénérant au vin rouge et aromates.
36 heures durant, elles ont baigné, dégelé, macéré, un bain aux petits oignons, ail, sel, poivre, thym et laurier.



Un bon vin rouge

Il ne leur en fallait pas davantage pour leur donner bonne mine.




Cependant nous n'en sommes pas restées là, elles et moi.


Pendant qu'elles s'égouttaient tranquillement, je préparais ce qui allait les accompagner dans leur périple culinaire.


100% jardin


Et puisque tel était leur désir on est passées aux choses sérieuses, selon leur désir : avoir chaud.

Dans la cocotte en fonte précisément.
Bien rissolées, agrémentées d'oignons du jardin (congelés eux aussi), passées à la farine,
 pour le velours de la sauce...

Elles rissolent dans un joli grésillement


puis recouvertes de la marinade...elles ont filé directement sur la braise du  feu de bois , dans la cheminée,


où elles ont mijoté pas très longtemps car cela cuit vite, des joues de porc. Avec quelques cèpes pour leur prêter main forte au niveau gustatif.

Ensuite...c'est une autre histoire...celle des papilles, des pommes de terre bouillies toutes simples qui les accompagnent, du bon vin rouge sans qui elles ne seraient pas ce mets succulent.

Un bon plat d'hiver, tout simplement...





Dans mon "pays" du sud, certains les cuisent au vin doux naturel, Banyuls, Rivesaltes ou Maury, en travaillant la sauce au vinaigre afin d'enlever un excès de douceur. Ainsi notre repas de vendanges.(clic)




Je ne sais pas faire, disons que je ne me suis pas  penchée sur la question car je n'aime pas le sucré salé.


(Les joues de porc se consomment aussi en simple grillade.)







J'ai omis de préciser que les catalans dont je suis ne disent pas"joues" mais "galtas" de porc.

21 commentaires:

  1. Un plat d'hiver tout simplement délicieux.
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le principe du civet, je le fais comme le sanglier mais cela mijote peu de temps. Grillées elles sont bonnes aussi. Bisous

      Supprimer
  2. Bonjour Lison ;)

    Oh là là, ça m'a l'air très savoureux, mais je dois avouer que je ne connais pas du tout les joues de porc ...
    Cela doit être vraiment génial de pouvoir faire mijoter ses plats au coin du feu !!!
    Merci pour ce beau post, un très bon dimanche à vous ;)
    Sylvie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un plat qui coûte trois fois rien, faut compter 2 joues par personne car il y a peu d viandmais elle est savoureuse. Beau dimanche Sylvie.

      Supprimer
  3. J'aime bien ta conception et ta présentation de la cuisine. :)
    La dernière fois que j'ai cuisiné des joues de porc, c'était avec une crème d'ail. Miam aussi !
    Tiens, je vais voir si j'en trouve aux produits frais ouverts le dimanche matin, tu me donnes envie avec ta recette.

    RépondreSupprimer
  4. Bon, je n'ai trouvé que des joues de boeuf, ça va le faire quand même. Là elles marinent gaiement dans le vin rouge. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien de donner ds envies aux autres ! Cette idée me plait beaucoup ! Moi, j'espère trouver cédrats et bergamote comme j'ai vu sur le blog de Mireille!

      Supprimer
  5. Bonsoir chère Lison!
    Tu es une gourmande comme moi!!!!!!!!
    C' est trop délicieux - miammmmmmm!
    J'aime des plats avec vin!
    Et j'adore ta présentation - c' est un peu rustic mais aussi élégant et comme à la campagne!
    J'espère tu va bien Lison!
    Passe une bonne soirée!
    Je t' embrasse!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je fais ça comme le civet de sanglier, de lapin, ou la daube; je ne suis pas douée en cuisine, juste basique. Et puis oui, c'est rustique : de la cuisine paysanne comme autrefois.Je t'embrasse; je vais bien et je suis allée à la mer, cette fois.

      Supprimer
  6. Mon com n'est pas passé alors je réitère.
    Je n'ai jamais goûté de joues de porc. Mais j'adore les plats mijotés en sauce, alors ça devrait le faire. Merci à toi pour ce partage qui donne l'eau à la bouche. Bisous du soir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu en trouveras : c'est gros mais il y a peu à manger car l'os est important. Bisous

      Supprimer
  7. Je n'ai jamais préparé des joues de porc , ta recette m'en donne envie .J'ai fait des joues de bœuf en pot au feu , un régal.
    Merci pour cette recette gourmande .
    Douce soirée, bises Lison

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça je connais pas : j'essaierai! merci !

      Supprimer
  8. J'espère que tu n'as pas tout mangé, j'arriiiiiiiiiive !
    C'est à peu près comme ça que je les fais mais, je n'ai plus de cheminée snif !
    Alors la cocotte part dans le four et puis je fais des gnocchi de pomme de terre pour accompagner.
    J'ai bien envie de tester avec le Banyuls et le vinaigre.
    Je salive à 8 heures du matin alors que je viens de terminer le p'tit déj.
    Merci pour cette belle recette généreuse comme toi et ta région.
    Gros bisous Lison.
    Ronrons à la tribu du Sujet de la part de mamie Prunette.
    Belle journée mouillée pour nous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, j'ai remis au congel une joue en sauce pour une prochaine soirée dans le froid des montagnes!
      Alors pour Banyuls et vinaigre, je peux demander comment à Petit Jean, le cuistot de notre repas de vendanges puisque c'est ça qu'on a mangé (cf mon blog en octobre 2013) Bisous et câlin à Mamie Prunette (quel âge ?)

      Supprimer
    2. J'ai été voir ton reportage sur ton repas des vendanges. Un vrai plaisir, ça me rappelle les repas que nous faisions à la caserne (mon papa était chef de corps) chacun à tour de rôle faisait sa spécialité.
      J'en ai fait des dizaines et des dizaines de kilos de gnocchi pendant que mon père faisait la daube.
      J'ai continué quant j'ai eu mon gite équestre, ces grandes tablées amicales.
      Prunette à 20 ans entre fin février et début mars, chatte des rues recueillie par ma mère alors qu'elle avait entre 3 et 4 mois. Je l'ai récupéré au décès de maman.
      Elle mon plus bel héritage et reste la dernière d'une très longue tribu de plus de 60 chats que ma maman a aimé.
      Un lien chez Kali où je présente les derniers amis de ma vie.
      http://kalisclub.blogspot.fr/2012/01/belles-histoires-felines_25.html
      Gros bisous à toi Lison et grosses caresses à ta tribu.

      Supprimer
  9. Humm , tu devrais ouvrir un restaurant , tes plats sont aussi beaux que succulents....ça donne envie tout ça !!
    Tiens tu m'en donne l'eau à la bouche, je vais aller de ce pas chez mon boucher et je pourrai ainsi suivre ta recette. Merci pour toutes ces bonnes leçons de cuisine, je suis preneuse .... Bise et à bientot de te croiser au mas Pascale

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le prochain? je vais me lancer dans l'excellent et facile "caldo verde" portugais; quant à ouvrir un restau, je ferais vite faillite : je N' AIME PAS cuisiner !!! Bisous à bientôt, je dois repasser sur la vigne en tracteur.

      Supprimer
  10. LISON bonjour MIAM et en plus tout devait être superbe et je vois ta marmite qui justement fait des miracles à nos plats
    sur un feu que du bonheur et à l'ancienne j'adore
    la maison devait être bien parfumé
    Je n'en ai jamais fait encore mais pourquoi pas!!!!
    Puis avec des cèpes et bien je ne peux que craquer
    BISOU LISON

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma marmite noircie par le feu sent très bon, c'est vrai. Ce genre de plat, j'aime le faire au feu de bois, comme les civets, daube ou pot au feu. Bisous

      Supprimer
  11. J'en ai mangé pour la première fois en Italie, à Pavie, et c'était fameux !
    Re-bises.

    RépondreSupprimer