jeudi 10 septembre 2015

Cantobre en Aveyron

J'ai fait cette petite balade pour mon ami Pierre , qui vit bien loin d'ici, à Tahiti. Je la lui offre mais je l'ai faite aussi pour moi qui étais toujours passée au pied de ce village sans jamais aller à sa rencontre. Donc je vous l'offre, aussi, à vous qui venez suivre mes vagabondages. Et cette fois ce n'est pas en altitude : juste à 558 m.  je ne vous épuiserai pas, sinon avec mon bavardage..

Non loin de Millau se trouve le Parc Régional des Grands Causses qui regroupe Causses du Larzac, Méjean, Noir, Sauveterre, et j'en passe de plus petits dont le Causse Bégon , de Blandas etc...

Causse du Larzac

 Ces Causses sont entaillés par les vallées de fleuves qui ont pour nom le Tarn, la Jonte, la Dourbie, affluents du Tarn et La Vis affluent de l' Hérault. Ces vallées sont profondes dans ce relief calcaire et sont surplombées d'imposants et spectaculaires reliefs ruiniformes dont on ne sait parfois si ce sont des châteaux ou des rochers. J'imagine que beaucoup de légendes doivent courir dans les bois et les vallées....Les vallées ? Des gorges le plus souvent. je vous avais présenté les gorges du Tarn.(clic)

La vallée de la Dourbie

La Dourbie ne fait pas exception et traverse de jolis villages : Nant, St Jean de Bruel et regarde d'en bas un joli village perché à 100m au dessus d'elle : Cantobre.

Ce village est accroché aux rochers et semble voguer avec eux en plein ciel.



On ne sait plus qui est maison et qui est roche puisqu'elles s'interpénètrent, se superposent et qu'on trouve même quelques anciennes demeures troglodytes.

Détail de Cantobre

 Il faut dire que la place est réduite , que la rue principale est un sentier et que tout ceci est bâti en équilibre sur des falaises de 100m de haut.



Dès l'époque Romaine Cantobre était un poste de garde, au confluent des 2 vallées du Trévezel et de la Dourbie.
Le 11eme Siècle voit se construire un château qui englobait les rochers et le village; solide muraille qui résista au temps mais pas aux hommes puisque au 17 eme Siècle, devenu refuge de faux monayeurs et d'un Seigneur volontiers meurtrier, le château fut rasé.
Ruines du château sous la maison ?
Cantobre tomba en désuétude mais une poignée de passionnés lui redonna vie, pour le plus bel effet.
Donc nous allons, en images, en silence et sous une chaleur estivale encore en ce 10 septembre, faire une promenade en vieilles pierres.


 Ouvrons donc les portes de Cantobre...


Entrée du village








Non pas celles des maisons: beaucoup sont fermées, d'autres reconverties en gîtes.








 Singulières les maisons avec cette architecture dictée par la géologie, certes mais aussi et surtout par la situation ...un peu ...suspendue,




Parfois cachée dans les rochers, ou haut perchées sur la falaise;
Fantastique Belvédère 

Et, singularité du manque de place, enjambant une ruelle : sur le toit de la voûte se trouve une partie de la maison sise de part et d'autre du porche.

Au dessus est bâtie une maison

Four à pain




Oui Cantobre a plein de trésors ; je ne vous montrerai pas tout. Juste un four à pain, l'école en voie de réhabilitation,

 




L'école




Que deviendra t'elle ?
Pour profiter de la moindre place et en gagner autant que possible, l'accès au logement , à l'étage , se faisait au moyen d'un escalier en pierre extérieur.
Et puis il y a les toits ! Prenons de la hauteur...
Tous les matériaux sont en vigueur; les modernes sont moins jolis, vous ne les verrez pas.

La toiture traditionnelle


Ecailles calcaires
La cheminée typique
 Toujours plus haut, au sommet du village se trouve Saint Etienne.
Il est beau, dans sa simplicité et sa représentation naïve.
Il est logé au dessus du porche de l'église qui est sa sainte demeure.


Il regarde depuis des siècles couler la Dourbie, ou bien, lassé, il détourne son regard.




Eglise Saint Etienne
 Quoiqu'il en soit il veille sur le village, sur la croix, enfin je le crois.



Mais il manque quelque chose à ma visite : le point d'orgue ou final. Le village se finit par un précipice de plus de 100m de haut, tout au bout des rochers , ceux que l'on aperçoit de la route et dont on ne sait de prime abord s'ils sont seulement rochers.

Tout au bout du village








Ces rocs aux formes étranges qui dominent
 la rivière tout en bas.
Et forment de singuliers auvents




Au bout du villageTerminus mais on ne descend pas !!!

 Oui, tout au fond coule une rivière, la Dourbie.



Quand on quitte Cantobre, qu'on va , en suivant la Dourbie, vers l'aval et qu'on se retourne, le village a disparu. Protégé des vents d'ouest par cet amas de roches derrière lesquelles il se cache.
Indéniablement, les anciens savaient  composer avec la nature et les éléments.

Cantobre, vu de dos, a disparu !



                                                                 Pour toi, Pierre du bout du monde...

10 commentaires:

  1. Bonjour Lison,
    magnifique, splendide, que dis-je ? émouvant. J'ai visité Cantobre en 1958 ou 59, il n'y avait qu'un seul habitant ; nous avons bu un café chez lui, la première maison à l'entrée du village. Un village, un site ressuscité...
    Mais il n'est pas le seul : La Couvertoirade, sur le plateau du Larzac, était inhabité et le village, dans son enceinte fortifiée, servait de bergerie pour les moutons. Même, Saint Guilhem-le-Désert n'était que partiellement habité (un ami, potier, y habitait), ainsi que Les Matelles, prés de Montpellier (deux musiciens/chanteurs avaient ouvert un bar/boite de nuit).
    Toutes ces renaissances grâce au tourisme, je pense, mais avec quelques inconvénients. Lors de mes vacances dans le Lot en 1994, un cousin m'avait prêté sa maison inoccupée à Labastide-du-vert. Sur ce petit vallon, la dizaine de maisons étaient occupées, principalement des anglais. Puis, les volets des fenêtres se sont fermés et le 15 août quand j'ai rendu les clefs au seul habitant régulier de l'endroit, il a pleuré... Je ne comprenais pas et il m'a dit "vous êtes les derniers à partir, maintenant jusqu'à l'année prochaine, je vais resté seul"....
    Excuses-moi, Lison, d'avoir été aussi long.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je savais , Pierre que ta réponse ne serait pas brève ou anodine. Vois tu, hier je voulais demander un renseignement ; j'ai entrevu 2 ou 3 personnes et je n'ai rien osé demander me disant que ce n'était sans doute que des touristes et que passée la saison qui touche à sa fin Cantobre reviendrait à sa solitude. Qui se souvient encore du passé ici ? Qui est la mémoire vivante ? Si je reviens en hiver....Des villages comme ça, du Causse et d'ailleurs, j'en ai plein mes souvenirs et plein mes archives. Vessac par exemple dans le Noir ou le Méjean, je ne sais plus; D'autres que j'ai connus en ruines et que j'ai revus beaux et fiers. Certains lieux que j'avais parcourus en enjambant poutres et pans de mur sont cadenassés et tiennent le visiteur à distance derrière leurs grilles toutes neuves. C'est bien aussi de leur redonner vie. Oui il y a des gens qui vivent dans un isolement total des mois durant au milieu de villages. Je circule beaucoup tu le sais et c'est vers eux que va mon coup de coeur, ces lieux et gens isolés. C'est aussi leur rendre hommage, ces articles un peu naïfs de mon blog...A bientôt pour d'autres horizons moins nostalgiques

      Supprimer
  2. Voilà... je viens de vous lire tous les deux et je pense que ces
    lieux dont vous parlez ( toi Lison et toi Pierere Carabasse ) sont
    absolument magiques. Je ne pense pas que des villages
    semblables existent ailleurs qu'en France. Invraisemblable.
    Tes photos Lison ,sont magnifiques et la couleur des toits
    et des maisons se mélangent . Et puis ce nom... CANTOBRE .
    Tout me parle. Merci à toi pour ce reportage . Une fois encore,
    j'adore ta manière de nous faire vivre ailleurs. Je t'embrasse.
    ELZA

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Elza. cependant des villages comme ça, qui ont pareille âme on en trouve en Espagne, en Italie, au Portugal (dans mes souvenirs); peut être est ce l'âme Mediterranéenne qui s'exprime ainsi...J'aime les voir, j'aime les découvrir et les faire effleurer par mes lecteurs. je t'embrasse chère Artiste

      Supprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  4. Quel beau village, il faudra que j'y aille!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis sûre que vers chez toi il yen a plein comme celui ci même s'ils ne lui ressemblent pas : des villages qui parlent...

      Supprimer
  5. Quel joli village, qui sait si bien se confondre avec les rochers. Il me plaît beaucoup ce village.
    Merci Lison pour la découverte. Bisous.

    RépondreSupprimer
  6. Je connais la vallée de la Dourbie .vallée impressionnante par ses gigantesques falaises .nous étions sur un plateau au dessus de Meyrues et des villages que font revivre des personnes qui reviennent au pays ou qui tombent amoureux des lieux, il y en a beaucoup. Très joli et magnifique ton récit et ce village perché nous l'avons loupé Cantobres. Rien que le nom insolite nous appellent à la curiosité. Très heureuse de l'avoir connu par Pierre qui vient de le remettre au goût de sa mémoire. Merci et toi par ton histoire toujours très documentée et interessante . Il m'a fait penser à Cajelput de la Roca village catalan côté Espagne sur sa falaise rocheuse et qui se termine dans le vide ...bisous et merci pour tes voyages

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bien Annie, il ne te reste plus qu'à t'y arrêter et tu ne seras pas déçue toi qui aimes les vieilles pierres : ici, rochers et maisons se confondent. Belle balade en perspective. Au fait c'est Castelfollit de la Roca côté Espagne

      Supprimer