mardi 26 avril 2016

L' Aigoual, en chiffres, lettres et souvenirs

Le Mont Aigoual est situé en limite des départements Gard et Lozère, aux portes du Massif Central, en France.

Une petite altitude, 1565 m. Mais que de surprises et d'excès !



J'avais jadis entendu parler de l'Aigoual au quotidien, par le biais de la météo. Et oui ! Le présentateur annonçait toujours des températures extrêmes, des éléments surprenants, on se demandait s'il parlait bien de "chez nous" car l' Aigoual est à moins de 200 km de chez moi à vol d'oiseau. Et ce qu'il annonçait était proprement stupéfiant.

Alors un jour d'été je décidai d'aller voir...Et je vis.


C'était en 2007 et avec mon petit camion j'escaladai les Cévennes majestueuses, sauvages, boisées  de chênes et châtaigniers. Puis de hêtres.


Paysage et vallée cévenols

Majestueuses Cévennes 

J'arrivai sur ce sommet qui n'en est pas un  et sur lequel veille un Observatoire construit durement entre 1887 et 1894 sur le style forteresse.
Arrivée à l' Aigoual


mais nanti en secret de chiffres effarants....

Et aussi 
Jours de pluie :170 par an
Hauteur annuelle de pluie : 2 mètres par an
Record de pluie: 607 mmm en 24 h, octobre 1963
et pire : 4 mètres dans l'année 1913

Et dire que à 100 km de là les Saintes Maries de la Mer sont le lieu le moins arrosé de France !!

Regardez l'arbre !

Jours de gel :144 par an
Jours de chaleur : zéro (au delà de 25°)
Chutes de neige : 66 jours 
Sol enneigé : 118 jours par an 
Un record : 10.4 m en hiver 1956

Voilà ce que par chance j'ignorai en ce soir du 7 août 2007...
quand je me posai là pour une nuit 
qui allait être glaciale.
Ma chambre cette nuit là

Ce mercredi 8 août 2007, au "sommet" tout plat de l'Aigoual, je notai dans mon cahier : " S'il est dans la vie des moments précieux comme des gouttes d'eau dans le désert, l' Aigoual en est un . Une arrivée tardive, après l'averse qui exacerbe le parfum des hêtraies dans le soir naissant, et la brume qui s'effiloche sur le promontoire où se dresse la sentinelle crénelée de l'Observatoire, a quelque chose de fantomatique. La tempête fait rage, le froid est vif : voilà un soir d'août qui a des relents de novembre. Mon camion, dos au vent n'a pas une étanchéité parfaite : il tangue comme un navire et le vent dans les arbres rabougris a des sonorités de vagues échevelées sur les récifs noirs des falaises de la Côte Cantabrique. Ce n'est pas la tempête à Ouessant dont nous rêvions jadis, c'est peut être la Patagonie où un homme m'avait transportée en rêve et où je n'irai jamais ni avec lui ni sans lui..."





 D'autres avant moi ont laissé des traces écrites autrement célèbres :
notes de voyage de deux étudiants bâlois14 :
Au 15eme siècle :
« Enfin, à midi nous arrivâmes au sommet, occupé par un immense pâturage (…) De ce point, peu éloigné de Mende, la vue s'étend au loin sur toutes les Sévennes, auxquelles nos monts du Valais sont seuls comparables, et jusqu'aux montagnes de l'Auvergne (…) Nous ne pouvions nous lasser d'admirer le panorama, favorisés par un temps magnifique qui permettait de découvrir au fond des vallées plusieurs hameaux ne paraissant pas plus gros, à cette distance, qu'une cabane de paysan. »
le 15 :
« Les vues les plus belles et les plus étendues que j'ai contemplées sur le Gesler, sur le Jura, même sur le Rigi, et dans diverses régions de la Suisse, restent loin derrière la richesse et la majesté de celle que nous avions ici (…) Les bornes de notre horizon s'étendaient à l'est et à l'ouest, au-delà des frontières de la France, au sud elles se perdaient dans la Méditerranée. »

 En ce qui me concernait en ce jour d'août 2007, j'ajoutai : " je suis allée me promener  ce matin dans la brume épaisse et le vent violent enfoncée jusqu'à la cime des cheveux dans mon grand coupe vent, mes mains logées dans ...des chaussettes. Faut dire que 90 km/h de vent et 5° ne font pas de ce matin un matin d'août classique . Pourtant l' Aigoual m'a fait un cadeau: un lever de soleil unique en son genre. Sublime et fugace. Derrière les tours crénelées de l' Observatoire . Un air de ces châteaux d' Ecosse sévères et durs dans une lumière qui chante comme un air d'opéra. Un matin à me faire oublier tout ce qui est factice et sonne creux, dans la vie d'en bas, tout là bas..."




La hêtraie fantomatique







 Je ne vous parlerai pas de ma randonnée ensuite dans les forêts, ni de ma visite au passionnant observatoire, j'y reviendrai dans un prochain billet, une prochaine balade en 2016.


Mais juste un peu plus bas, ce jour là, c'était l'été...qui laissait chanter ses couleurs....
                                                           ...................................................

 Je suis curieuse, vous le savez : alors j'allai voir à quoi ça ressemblait en novembre .




C'était le dimanche 8 novembre 2009
La route était déserte et luisait sous la neige.



La route d'accès, proche  de la station de ski : et oui !


J'allai voir...Et je vis  ! Les mêmes choses mais transportées en Sibérie. J'étais là à la journée, en voiture et en solo, avec Lison, toute jeune.




J'écrivis brièvement : " Tout était baigné dans une ouate parsemée de neige , cinglée de grésil. Les arbres, les ramures, les piquets, les clôtures et les herbes étaient frangés de glace. Un vent glacé balayait tout sur son passage et exaspérait Lison, folle de froid malgré ma veste. C'était superbe, j'eusse dormi là haut ..."




Sur le plateau noyé de blizzard


Fantôme ..ou le Diable ? pétrifié

Il n'y avait que moi 

A travers la clôture hérissée de glace
comme un cadre givré

Un peu plus bas, c'était l'automne qui laissait chanter  ses couleurs ....


Cévennes
 Alors je veux juste y retourner car ces souvenirs m'ont ouvert l'appétit, :revoir ces chemins de randonnée qui racontent en silence les Cévennes d' Antan et revoir ce merveilleux livre ouvert qu'est l'observatoire. Et peut être retrouver l'été, sans chaussettes aux mains et découvrir le panorama à 360° remarquable , si j'ai la chance d'être en dehors des 241 jours de brouillard! Et vous y convier...


Additif : pour les amoureux des Cévennes (clic)
un article que j'avais publié sur mon 2nd blog en 2013 mais écrit en 2011

21 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Très joli billet par l'écriture et glaçant par les photos ...merci notre France est vraiment belle ...a bientôt donc pour un récit plus ensoleillé d'été ...bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je suppose que cous connaissez avec Guitou. Il y a de beaux villages en bas et possibilité de poser la caravane. Bisous

      Supprimer
  3. J'ai lu... avec beaucoup d'émotions et la gorge serrée. Que de souvenirs...
    Connais-tu le col du Minier ? Il se trouve non pas sur la route qui passe à Valleraugue, mais celle qui redescend de l'Espérou vers Le Vigan. De ce col il y a un chemin qui rejoint le Larzac... Où j'ai failli me perdre avec ma famille lors d'un des séjours/vacances en France. Par contre à chacune de mes visites, j'ai eu du beau temps avec, bien sur, vent fort et froid. Vivement la suite... Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te réponds brièvement avant que tu n'ailles dormir et moi travailler. Oui je connais le Col du Minier et plein de petites routes et aussi les Verreries de Ferrières je crois, près de Ganges ou du Vigan où en fouillant la terre des champs j'ai trouvé des restes de ce vieux verre semi dépoli et irisé, magnnifique. Et puis...j'adore les Cevennes...

      Supprimer
  4. Oh, super, tu étais chez moi, du côté de l'Aigoual !! On adore y monter, et l'hiver nous allons skier dans la magnifique station de Prat-Peyrot (où l'on se caille souvent). Et hier j'ai pensé à toi, car nous sommes allés manger à LLers, chez la Francisqueta ! Super ! Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je me souviens bien de cette station que j'ai découverte en ce novembre là. encore fermée c'est certain. Tout surprend sur l' Aigoual, c'est un autre monde. Ah la Francisqueta, tu avais retenu ! Bisous, à bientôt

      Supprimer
  5. Bonsoir ... Un plaisir de "t'écouter" raconter ces paysages, ses lumières, ces couleurs ... 2 magnifiques billets (je suis allée lire celui de 2011) !!!
    Douce soirée, Bisous, sans oublier les caresses aux Félins

    RépondreSupprimer
  6. c'est marrant ton expression...oui , quand je parle on me dit que je conte. Et il y a parmi mes proches une personne qui ne SUPPORTE PAS que je parle ...Bizarre la vie...Bisous

    RépondreSupprimer
  7. Merci Amédine pour Le Magnifique Mont-Aigoual quant aux Cévennes si Je n était pas tenue par Le Canigou c est dans Leur Cœur que J irais me retirer tranquille loin du tumulte Pensées pour Lison Calinous aux Minous Bisous pour Vous Amédine :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et oui je les aime aussi ces Cévennes. je devais faire un Noël avec Lison dans un lieu perdu et isolé, un hameau je dirais mais je le ferai avec Mathurin. Pourquoi un Noël là bas ? je ne sais pas...à l'instinct. Bisous, je reprends la montagne demain, enfin

      Supprimer
  8. Coucou Amédine en attendant Noël Je Vous souhaite Bonne Montagne Soyez Prudente Bons Bisous :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, au prochain article ce sra soit Icare, soit la Carança. Enfin il y aura les 2 de toute façon. Bisous

      Supprimer
  9. A Bientôt Amédine aux Bonnes Nouvelles de Icare à La Carança pas loin de Joseph :)

    RépondreSupprimer
  10. merci pour ce voyage, je suis au bureau, j'avais besoin de m'évader,

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Evasion non manquée j'espère mais évasion glacée !

      Supprimer
  11. Formidable ce texte et ces photos-reportage !!
    Merci Amédine . Je viens de passer un moment
    passionnant grâce à toi. Une de tes photos m'a
    beaucoup touché : la forêt de hêtres . Elle m'a
    remis en mémoire une toile magnifique d'un peintre
    dont le nom vient de m'échapper. Je reviens demain
    t'en parler, car il est tard et mes neurones sont
    un peu en baisse ( je rejoins ma couette et mon chat
    Virgile !!). A demain donc chère Amédine. Je t'embrasse.
    ELZA

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elza il y a longtemps que je n'ai pas visité mes blogs amis mais la séance rattrapage va venir car je les aime. Virgile et toi allez bien ? C'est vrai que cette photo avait quelque chose d'un tableau : je ne sais pas peindre mais je ressens souvent en moi le tableau que je ne sais réaliser. je t'embrasse très fort

      Supprimer
  12. Chère Amédine, j'ai faillie oublier de te donner le nom
    du peintre qui a peint une forêt de hêtres, merveilleusement
    poétique. Il s'agit de KLIMT, bien entendu !! on connaît mal
    ses paysages, pourtant remarquables. Et celui que je préfère
    ( un peu comme ta série de photos ) c'est justement cette forêt
    de hêtres. Paysage de rêve .....
    J'espère que tu vas bien, malgré ces changements climatiques.
    Pas trop de dégâts pour les vignes ? dans certaines régions,
    cela a été le cas. Je t'embrasse et te souhaite un bon dimanche
    et début de semaine. ELZA

    RépondreSupprimer
  13. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  14. Oui, les Cévennes sont majestueuses, et tes photos sont très belles. Ces températures extrêmes, c'est assez impressionnant, également. C'est vrai que tu as le don de raconter, de captiver. Mais tu es une passionnée, et cela se sent dans tes récits. :-)
    Bisous Lison.

    RépondreSupprimer