samedi 9 avril 2016

Là où le temps s'est arrêté

L'établissement thermal de Canaveilles

Il est un lieu situé dans les Pyrénées Orientales tellement caché que peu de gens le connaissent. Invisible depuis la "route des neiges", il est à l'abri de tout regard indiscret. Seul le Canari (le petit Train Jaune) a vue sur lui du haut de son viaduc. Mais qui serait attiré par un tas de ruines grisâtres qui évoqueraient davantage une Centrale Electrique qu'autre chose. Qui ? Moi, bien sûr, parmi une poignée d'autres curieux.



Car dans ce site, on n'y passe pas, c'est une impasse. On y va , c'est tout. Si on l'ose, car on est avertis dès l'entrée d'un immonde chemin ne ressemblant plus à rien .

De plus,  situé dans un défilé de la Têt (rivière) , Les Graüs,  sombre, étroit, encaissé et sinueux, il n'y a guère que les pêcheurs qui peuvent s'y aventurer.
Donc suivez moi...vous serez déçus...ou non...
Le Défilé des Graüs
J'y étais allée un jour d'automne, ayant même oublié mes souvenirs de jadis où un panneau "Le Relais de l'Infante" marquait l'entrée de la minuscule route . Je descendis là bas au fond du défilé des Graüs et je fus saisie d'étonnement. Cela eut pu être de l'angoisse même, mais juste de l'appréhension. Un vrai coupe gorge. Je m'aventurai toutefois avec une sorte de respect pour ce site.

Voilà que l'autre jour, le dos en ruine, attirée par les bains chauds sauvages (un de mes loisirs) je fis les 65 km qui me séparaient des bains sauvages. Je ne les aime que déserts. Au vu des trois voitures, je décidai d'aller en chercher dans ce tas de ruines qui fut établissement thermal. Quasi sûre de n'y trouver personne.  Y aller relève d' un parcours risqué ; il faut longer la grand route très fréquentée le week end et pas sécurisée pour les piétons, emprunter l'ancien tunnel et à nous la Liberté.


Une petite route très pentue, étroite (2m environ) envahie d'arbres et de rocs, sinueuse, plonge vers la rivière. Même les motos ne peuvent plus s'y rendre, un gros éboulis l'obstrue. Jadis un feu réglementait la circulation car on ne s'y croisait pas. L'arrivée est surprenante, un choc la première fois.

Trois aspects de la route 

Une arcade semi détruite, un parking suspendu dans le vide, et un haut et long bâtiment en ruine, nu en cette saison mais habillé de vigne vierge l'été, rougie l'automne ce qui lui donne un aspect moins fantomatique. Sur la visite des ruines, je vous conte l'histoire.



Ph de Gauche : Bruno Barboteu


En 1837, des vieux "grimoires" éminemment scientifiques se penchent sur les sources thermales le long de la faille de la Têt, leurs propriétés, débits, algues et autres composants et bienfaits. Canaveilles n'y est pas mentionnée, juste évoquée puisque pas encore exploitée. Mais Thués sa proche voisine oui.

Un peu plus tard, en 1858, un autre livre passionnant, guide touristique, décrit le lieu ainsi :
Thués était déjà exploité . Pas l'actuel, celui du village de Thuès entre valls.


1858 : descriptif
Canaveilles les Bains




Créé en 1844, l'établissement ci-dessus décrit  était très modeste; les scientifiques se penchent avec intérêt sur ces eaux jaillies de 10 sources sulfureuses allant de 25° à 64° et donnant 240 000 litres d'eau par jour.
En 1876 une inondation détruisit l'établissement qui fut reconstruit.

Que soignaient ces eaux ?  Les voies urinaires, les voies respiratoires, les laryngites entre autres bienfaits. Que les gens d'ici connaissaient bien puisque au 16 eme siècle les habitants des environs utilisaient des bains troglodytiques taillés à la manière de grottes.
Peut être un de ces bains-là ?
Photo Bruno Barboteu





Accès "rustique" aux environs de la grotte



















Pourtant en 1929, l'établissement ferma définitivement ses portes : très difficile d'accès , à la merci d'un fleuve rendu fou parfois par l'étranglement de son cours et puis...je ne sais...



Aujourd'hui les ruines ne sont pas tout à fait celles de cet établissement : car abandonné en 1929, il reprit vie dans un autre but en 1941 puis une troisième existence lui fut redonnée, entre 1978 et 1984 sous le nom de "Relais de l'Infante" que je vous conterai dans un 2 eme volet.
Ainsi les ruines que nous visiterons sont un mélange de ces destinées....que je ne vous dévoile pas ce jour. Et que je vous inviterai à visiter dans le second volet de cet étrange guide touristique.
(En y associant le blog de Dofrédo)

Le site actuel, ruines de l'incendie de 1984, est fantomatique, mystérieux, inquiétant et envoûtant.
Mais je suis encouragée :-))
Alors j'"abandonne ma peur"...si tant est que j'en aie.. et il est impossible que j'échoue : il me faut trouver la source !










Je traverse la rivière glacée pour aller au pied de la petite cascade : ouais...elle est tiède, refroidie par ses sauts périlleux de plusieurs dizaines de mètres.

Vraiment les pieds dans la Têt
Le bâtiment et moi aussi
 Alors, longeant la ruine (pas dans l'eau) je cherche et je trouve un sentier curieusement cimenté , d'une remarquable étroitesse : en fait c'est juste un tuyau recouvert de béton


 ça se précise : l'odeur me saute au nez et dans le lit de la rivière , je les vois ! les indices bien sûr...


Algues


Algues






 Et puis une des sources, revêtue d'algues aussi, féerie de couleurs...







Alors, vous l'avez compris...j'ai trouvé !
J'ai trouvé une vasque loin de tout, aménagée par aussi solitaire que moi car monoplace. Mais allongée dans une eau trop bouillante en sa source sous la roche, la Têt savamment dosée la tempère.


La dent de schiste




Enfouie jusqu'au nez, les oreilles dans l'eau , respirant à pleins poumons ces vapeurs de soufre, les yeux embués ouverts sur le ciel et cette dent crochue plus inoffensive que celle de mon Icare (j'espère), j'écoute. J'écoute dans mes oreilles englouties mugir la rivière et en même temps chantonner la source. Curieuse sensation . Zénitude s'il en est....







                                  A bientôt pour la seconde vie de  ce site....si vous le voulez bien !



22 commentaires:

  1. Bonjour Amédine!

    l'accès n'est pas dangereux: chutes de pierres? sinon cela semble fort sympathique à découvrir! Pourquoi ces bains ont-ils été abandonnés? merci pour ces photos et à suivre.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'accès peut devenir dangereux par temps de pluie cause chutes de pierre, ou après pluies quand la roche est fragilisée; c'est pourquoi l'existence de ce panneau qui renvoie les gens à leurs risques et périls. Je n'ai pas trouvé mais je vais chercher le pourquoi de l'abandon de ces bains; je me suis demandé s'ils n'avaient pas été tout simplement remplacés par l'établissement de Thuès les Bains à quelques 200m et bien plus accessibles. Car c'est la même eau.

      Supprimer
  2. Joli reportage

    Vivement la suite... !

    luc

    RépondreSupprimer
  3. C est coin que je ne connaissais pas L interdit m en a dissuadé Merci pour cette jolie promenade en attendant la suite ( on retrouve les sources d eau chaude en face l embranchement de Canaveille un petit sentier qui descend vers la rivière )J allais à la pêche il faut faire très attention de ne pas glisser

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ceux dont tu parles je les connais très bien et c'est là qu'il y avait du monde . Donc pas pour moi...C'est vrai qu'il faut traverser la rivière avec un courant qui n'est pas tout doux. Des sources chaudes, sur des km il y en a partout

      Supprimer
  4. Oui A Bientôt Amédine car Je me régale de Vous lire Merci encore :) Calinous aux Minous Bisous a Vous :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Evidemment j'aurais pu y emmener les Minous mais ils ne sont pas prêts pour la baignade fut elle chaude..-))

      Supprimer
  5. Réponses
    1. La semaine prochaine, on ira au Relais de l'Infante : promis !

      Supprimer
  6. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  7. Merci pour cette balade si aventureuse ...mais quel délice ces sources chaudes et quel bien être. . Comme ton récit a été très instructif ...j'attends avec impatience la suite de cette histoire thermale ..bisous et caresses à tous tes minets et minettes....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les sources chaudes me fascinent comme tout ce qui est volcanique, tellurique donc mystérieux. De plus quels bienfaits à s'y plonger, avec modération toutefois.

      Supprimer
  8. Voilà le genre de balade que j’aime, tout à fait à ma portée. Intéressé par les traces laissées par les humains dans un passé lointain ou proche ; cela permet d’inventer une histoire et, bien sur, de connaître ensuite la vraie histoire. Vivement le deuxième épisode de la saga de Canaveilles-les-bains…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme la route abandonnée du Pas de l' Escalette que j'avais contée.

      Supprimer
    2. Et ce Pas de l'Escalette m'a permis de faire connaissance avec le blog de Lison et sa scribe de talent... Je viens de relire cet article, passionnant... et bientôt, je vais voyager en Aveyron. Merci... Lison.

      Supprimer
  9. Coucou ... Merci pour cette belle balade ... superbes les photos !!!
    J'attends la suite avec impatience ;)
    Bonne semaine, Bisous, Caresses aux Félins :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. la suite est arrivée; a très bientôt. Bisous félins et humaine

      Supprimer
  10. Très intéressant ! Je m'en vais lire la suite de ce pas ! ainsi que les billets suivants, j'ai pris du retard... ;-)
    Bisous, Lison.

    RépondreSupprimer
  11. J'y retournerai cet été, il n'y aura pas de neige, mais la dernière fois, nue dans ces bassins d'eau chaude alors qu'il y avait plein de neige autour, c'était grandiose!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je comprends...les bains de St Thomas dans un environnement neigeux...super. mais ailleurs nue sans un environnement neigeux, good aussi

      Supprimer
  12. Super reportage très bien documenté, je me suis régalée de te lire ! En hiver ça manque un peu de couleurs nous y reviendrons en été ou en automne. Nous aussi, nous y sommes allés car il y avait trop de monde aux bains sauvages de Prats Balaguer ou l'on trouvent de belles vasques. Nous cherchons depuis longtemps d'autres bains avec une énorme vasque et une sorte de grotte, pour le moment nous n'avons pas trouvé. Nous sommes persévérants....
    Merci Amedine pour ce beau récit.

    RépondreSupprimer