samedi 2 avril 2016

2006 : séquence souvenirs

Mon premier -vrai-  contact avec la montagne

J'avais rencontré la montagne à 30 ans puis à 40, de brèves rencontres sans lendemain qui avaient laissé un goût de revenez-y solidement implanté, solidement refoulé. Lors de mon changement de vie, en 2006, une grande plage de nouveauté s'ouvrait à moi : familiale et professionnelle. Tout s'était évaporé. Que faire pour rebondir? Non que je fusse inactive mais j'ai cherché ce que j'aurais aimé faire dans ma première vie et...bon sang...mais c'est...bien sûr ! La Montagne!

Je ne parlerai pas de mon état d'esprit du moment, là n'est pas le sujet. Ma profession ne me manquait pas c'est tout ce que je dirai.
En ce mois d'août 2006, mon dos était massacré , je souffrais terriblement et je n'allais pas chercher la marche, juste un lieu désert pour poser mes souffrances multiples.
Je pointai un doigt sur la carte de mon département voisin l' Ariège, la vallée la plus reculée qui longe l' Andorre, quand je dis reculée je suis polie.


Situation du Soulcem en Ariège (confins de l' Andorre)

Et je partis pour 170 km dont quelques uns de tourmentés et peu commodes, sans chat, puisque je n'avais pas Lison.






C'était magnifique , cette arrivée au Soulcem, après une route des plus étroites aux croisements difficiles. Mais quel paysage ! Ce barrage (1983) à 1570m d'altitude , haut de 78m, retient 91 hectares de surface bleue. Dans un écrin de montagnes.

Barrage du Soulcem

 De là part la piste de terre et rocs tourmentée mais brève qui devait me garantir le désert !
Ah le bout du monde désert que j'espérais ! On eut dit le parking d'un supermarché:-))
J'y étais, j'y restai. C'était le 5 août 2006. A 1600m d'altitude



Ce fut un matin frais et lumineux qui me cueillit au saut du lit. Bancale comme je l'étais je m'essayai à la marche sur la piste "interdite", celle des bergers. Je fis quelques kilomètres sans peine jusque vers 2200m . Je découvrais tout : le silence de la montagne qui est la voix de la nature, le bruit du vent qui s'éffilochait sur les cimes, déchiquetées, le chant de l'eau partout, en cascades, en ruisseaux, sous les roches. Et les clarines des vaches...Et le parfum de la montagne. Tout me sautait au visage.

La piste de mes premiers pas. Elle a une histoire cette piste, jadis
 un sentier entre France et Andorre, lieux d'échanges...
Je marchais sur la piste ouvrant grand tous mes sens sur un monde qui allait s'ouvrir à moi. Je m'étonnais aussi : que faisaient tous ces gens munis de cannes comme s'ils fussent infirmes alors qu'avec mon mal au dos je n'en avais pas? J'étais en décalage complet, j'osai me renseigner...Et celui ci qui, son vélo sur le dos grimpait comme un forcené un sentier abrupt ? Etais-je dans un monde de fous ? Ma vallée perdue était une vallée de fêlés, J'y avais donc ma place !

Je fis une sieste réparatrice dans la fond de la vallée, nu pieds, adossée à un rocher devant une rivière qui serpentait mollement et que remontaient, pressées, des truites. Je fus réveillée par une vache, cornes en avant, qui grattait furieusement des sabots et soufflait des naseaux ! Je "pensai vache " en vitesse et me dis que si je me cachais derrière un rocher elle m'oublierait ...Bien pensé ! J'allai ailleurs, elles me rejoignirent. Rassurées.Hum...je restai chaussée...









 J'étais venue, j'avais vu, j'avais compris et dix jours plus tard, munie de bâtons et d'un sac , je regagnai mon "désert" mué en "dessert".
15 août 2006

Bien décidée à me lancer...
C'est ainsi que je commençai une série de randonnées découvertes sur ce site. Les vallées sont très étroites et pentues donc on prend de suite du dénivelé: c'est rude sans entraînement mais on aborde ensuite aux rivages de lacs superbes, de prairies herbues, de rochers colorés,. Pour mes premiers pas, je fis 500m, puis 600m et enfin j'atteignis mon altitude de croisière : les 900m.




Pentes très prononcées : bonne mise en jambes


Je me gorgeais de sensations heureuses, fastueuses devrais je dire, je noircissais mon cahier qui déjà avait sa place dans mon sac à dos.



A cette époque les sommets ne m'attiraient pas, il me fallait d'abord ces paysages d'eau, de couleurs et de lumières. Il y avait du monde presque partout, je me sentais en sécurité pour mes premiers pas. J'étais heureuse, coupée du monde "agressif" d'en bas; il n'y avait pas de réseau, j'étais seule au milieu de tous.




Je découvris aussi les rencontres de montagne : des groupes festifs qui m'invitaient à leur bivouac,
On partageait grillades et vin muscat, rires  et récits.







Jean Clottes archéologue

 Je rencontrai en chemin un "très vieux" guide de montagne de 85 ans qui m'inculqua quelques principes de sécurité, et Jean, un éminent archéologue mondialement connu, un des trois experts en art rupestre qui courait le monde pour son travail bien que l'âge de la retraite eut sonné depuis longtemps.








La montagne me fut fabuleuse. Elle le resta. Elle l'est toujours. 


Ma première randonnée 15 /8/2006




Je découvris les fleurs, les couleurs, les graphismes de la roche. J'ouvrais grand un regard tout neuf de nouvelle née : nouvelle née à la montagne, nouvelle née à ma nouvelle vie.


Un crâne

La roche






L'art des contrastes : 








Le vertige des cimes désertes ouvrant sur l' Andorre  et les lacs de Tristagnia



J'appris à quitter les sentiers battus pour les "tout droit" minéraux, cette roche que j'allais si vite aimer.

J'appris à savourer la plénitude des cimes que rien ne trouble.


Je découvrais mes premières stupéfactions qui me font sourire aujourd'hui :
"je viens de là bas en bas ? J'ai grimpé tout ça ?"



En me penchant un peu j'aurais pu entendre le son de la lyre de la rivière, si le vent des cimes ne l'eut point emportée...


Et j'ouvrais, sans le savoir encore,  un grand et long périple qui me mènerait au gré des sentiers, au gré des saisons, au gré des émotions sur les sentes de France, d' Espagne, d' Andorre et de Catalogne dont ces fleurs jumelles représentent le drapeau....






Ce furent mes premiers pas que je signai là, au Soulcem, ils resteront à jamais gravés en moi, même si , depuis, j'ai "fait" plus grand, plus dur, plus imposant, plus sauvage, plus solitaire, plus rude, plus envoûtant...








16 commentaires:

  1. Amédine quelle Belle Histoire Sempre endavant :) Bons Bisous :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et je ne compte pas m'arrêter de sitôt, d'ailleurs je veux retourner en pélerinage là bas : cela tombe bien ce sera les 10 ans ...cette année. Bisous
      je voulais y aller en juillet dernier mais je m'étais cassé l'orteil

      Supprimer
    2. Mes Souvenirs Amédine me portent Je vois que Les Vôtres Vous transportent :)

      Supprimer
    3. cela ne peut être mieux dit Claudie, c'est exactement ça.

      Supprimer
  2. Belles photos, bien sur... Un beau texte, mais qu'ai-je fait ?
    Après l'avoir lu rapidement, je l'ai copié/collé sur Word, j'ai supprimé les photos et je l'ai relu tranquillement. J'ai voyagé, marché, escaladé, admiré le paysage,... Je suis fan de l'impressionnisme sous toutes ses formes (peinture, musique, littérature,...). J'aime ton style, merci pour cette balade.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que dire ??? je dois tous les recopier sur Word, je voudrais laisser un recueil sur papier pour ma postérité que je ne connais pas. mais avec les photos. J'en ai fait quelques essais ça marche super bien. Mais tu me fais bien honneur Pierre...cela m'émeut...merci pour tout cela

      Supprimer
  3. Você tem muitas histórias para contar e muitos lugares bonitos para mostrar, você tem uma vida rica, isso é maravilhoso. As fotos são lindas!
    Beijos
    Adri

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Adri, é ixactamente o que dizes. quiza porque vivo sozinha, que nao tenho marido, mem filhos, somente gatos e uma immensa libertade. A minha mae esta envelhecente (86 anhos) e começa a ser invalida entao tudo pode terminar para mim. Entao aproveito de tudos momentos antes de ficar em casa ! Muitos beijinhos...

      Supprimer
  4. Coucou ... Bientôt 10 ans que tout a commencé, alors !!!
    Merci pour cette merveilleuse balade ... j'en redemande ;)
    Bonne semaine, Bisous

    RépondreSupprimer
  5. Oups ... j'ai oublié les caresses aux Félins ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les Félins ont été très sensibles à cette prévenance...lol...Tu en redemandes ? tu en re auras donc..Bisous belle Miss

      Supprimer
  6. Merci de nous avoir raconté tes premiers pas en montagne, Amédine. Tu as su très bien rebondir lors de ce changement de vie, cela t'a permis de pouvoir vivre cette passion, cet amour de la montagne. Oui, c'est une très belle histoire. Bonne fin de soirée, Amédine. Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Françoise, on est souvent porteur de son propre destin, faut juste donner un coup de pouce et OSER. Bisous

      Supprimer
  7. Amédine comme MissParker J en redemande aussi comme Pierre Carabasse qui évoque L impressionnisme J apprécie Votre ouvrage alors Nous attendons La suite Calinous aux Minous Bons Bisous à Vous :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La source de mes écrits n'est pas prête à se tarir : j'adore conter en images ou sans images mais les images sont aussi un langage.

      Supprimer
  8. Mais comment ai-je pu passer à côté de ce billet ? je pensais avoir tout lu, surtout que le Soulcem c'est aussi une de nos premières rando en Ariège , c'était en 2009 et je me rappelle encore de la montée pour arriver aux étangs de la Gardelle ! Oh les muscles le lendemain ! Comme nous ne sommes pas des sportifs nous prenions une journée de repos entre deux randonnées et c'est là que nous sommes tombés amoureux de l'Ariège ! Merci pour ce beau souvenir ! Amitiés

    RépondreSupprimer