mercredi 3 avril 2013

Altitude 2883

Dans cet hiver qui n'en finit pas, en ce qu'il faut appeler printemps mais qui est plus maussade que l'hiver, j'arrive à trouver quelques heures pour m'envoler -à pied- vers les cieux, à l'altitude 2883 m.

                  

Je dors là, au bas des pistes , dans mon bivouac à moteur, (avec ma petite Lison) :  une sale nuit malgré un ciel splendide.
La dameuse s'active toute la nuit sur les 13,2 km du domaine mais surtout le vent me secoue sans ménagement. C'est stressant. Vais-je m'envoler?
Au matin, il fait moins 7°, le ciel est serein, on a changé d'heure, c'est Pâques et je me hâte, des fourmis dans les jambes.


L'envie m'a prise d'un coup d'aller "là haut"; de toute façon, je ne peux pas faire mieux, c'est le plus haut, ici.



J'attaque la piste, bonne mise en jambes!


Tout en haut des pistes, il y a un grand champ de neige, et la silhouette décharnée du Xalet vell, le vieux chalet, à 2325m sur lequel veillent les deux Gra de Fajol.


Je ne fais que passer.


Mon but est le col que j'ai vu l'autre jour: et qu'est ce que ça grimpe! Les skieurs de rando ont un mal fou et moi aussi avec mes raquettes: c'est de la glace !


Le paysage s'ouvre, le pic se rapproche et les randonneurs sont nombreux: exceptionnellement je ne serai pas seule! Mais je suis quand même "un cas unique": il n'y a pas un seul français dans cette région!


ça grimpe tellement que je troque les raquettes contre les crampons.




Débarrassée du souci d'équilibre je peux me gorger des beautés de l'environnement: comme si la montagne ne suffisait pas, le ciel devient un paysage! Mais la montée, belle à couper le souffle est très dure, à cause de la pente et de la neige.





Alors, au sommet, j'ai le choix: un paysage à 360 °, 





le terrain de prochaines randonnées (estivales) à rechercher, la carte à étudier...et le casse croûte.



Cependant, le ciel devient menaçant et il ne faut pas s'attarder.
Je dois descendre vers ces minuscules fourmis, au bas de la pente vertigineuse que je viens de gravir.


C'est ma première sortie en crampons .
Les skieurs filent à toute allure, les "raquetteurs" jouent la prudence et moi, je dévale, sûre de moi sur mes dents d'acier.
Un peu plus tard, je rechausse les raquettes et je descends les pistes comme un marcheur débutant, tellement ça glisse!




Le temps d'un peu de repos, à l'arrivée, et le ciel se plombe; déjà la neige arrive à grands pas et enveloppe la dameuse qui repart pour une nouvelle nuit sans sommeil.


Et moi? Oh, moi, aucun souci, je dormirai bien, quelques kms plus bas, après cela !!!
.


Il n'y aura ni tempête de vent, ni dameuse, ni grand froid. 
Et dans mes yeux, malgré la pluie, plein d'étoiles...le bonheur d'être allée "là haut"..."un peu plus près des étoiles"...

4 commentaires:

  1. Quels paysages ! Et ce repas pantagruelique bien merité :)

    RépondreSupprimer
  2. Ces paysages valent bien de faire des efforts; mais c'est sûr qu'ensuite, j'ai FAIM !La montagne est une vraie addiction pour moi.

    RépondreSupprimer
  3. Merci de nous partager tes belles photos !
    Bises Mamé

    RépondreSupprimer
  4. Tu sais je ne peux pas faire partager mes émotions en montagne, car la montagne, quand je randonne c'est comme si j'étais moi même un morceau de montagne.Cela devient une addiction...je suis dans un autre état. Bises et bon WE

    RépondreSupprimer