samedi 27 février 2016

Une certaine idée du sud...

Dans mon petit village d'extrême sud de la France, village viticole, nous sommes une bande de joyeux amis venus, pour certains, d'horizons divers, mais que l'amour du Terroir, de la Belle Ouvrage, de la Bonne Chère et du Bon Vin a réunis d'un solide ciment. Tous autour de la Vigne et du Vin qui sont devenus notre profession...et pas que de foi.




Donc nous travaillons  - parfois ensemble - mais nous faisons, toujours ensemble ,ce qu'en catalan on nomme
"una repaixada" soit un repas festif.
Tout nous est prétexte, un début ou une fin d'ouvrage, un anniversaire, ou rien du tout. Lorsque la fin du monde fut annoncée, nous fîmes le repas d'avant la mort...puis le repas de survivants. C'est tout dire...
Il y a dans notre équipe, un cuisinier -caviste, des vignerons, un pâtissier -photographe, inutile de dire que c'est au top. Rien ne manque. Et surtout pas les bons vins...

Voici donc l'avant dernier repas, en images, avant hier, car il y eut le suivant, hier.
Non on n'en fait pas tous les jours. Et ça bosse , n'allez pas croire !


On travaille dans un bureau au décor de papier peint artistiquement travaillé : la vigne.





   Ne peut se marier à un tel décor que le fruit de la vigne, le résultat du labeur d'une année .
Avant le repas, est arrivée la caisse de munitions : du rouge 1984.

La vue aérienne se transforma , au cours du repas, en flux descendant, caressant au passage les papilles de tanins veloutés et de saveurs exquises.

Pendant ce temps le feu des ceps de vignes ronflait allègrement, sans qui rien ne serait authentique.
Alors notre repas - Catalan - commença par des charcuteries venues de l'autre côté de la frontière, que seul le vin rouge peut accompagner dans leur longue et bienheureuse descente .


Ensuite, traditionnellement, vint  la cargolade. Je ne vous parlerai pas des saveurs, je me suis toujours refusée à y goûter. Quel traumatisme enveloppa mon enfance ? Le cri de l'escargot sur le gril ? Plus certainement , la bave dégoulinante de cette cruelle mise à mort.




Acte 1

Acte 2

Acte 3
Acte 4
Bien sûr les actes se suivirent et les 10 gourmets ne vinrent pas à bout des 500 victimes du jour. Le 11eme, moi, se contenta de la séance photo. L'aïoli accompagne ces bavantes bestioles.


.Tout autant que la grillade catalane .



Aïoli et "roustes" (lard)

Les gestes s'enchaînent...avec un art consommé, acquis au fil des ans et de l'expérience pour notre Picard.






Le temps passe gaiement et savoureusement.
Les jeunes sont invités à la table même si leur collaboration à la vigne est ....heu....


"Una xula taulada de gent" ...une belle tablée de personnes...



Chaud, coulant et odorant
sur une bonne tranche de pain








Le fromage a sa place ,  qui est indissociable de la gastronomie locale.

Même si c'est un camembert fondu à la braise.




Croyez vous que cela finisse ainsi ? Point du tout...

Tarte au citron meringuée faite par Jean le photographe
qui n'a rien oublié de sa formation d'antan..

Typiquement catalane, la fougasse aux "grassillos"
soit au lard de cochon
Je vous fais grâce des accompagnements liquides , rassurez vous, la caisse ne se vida pas...


Il ne resta pas une miette des desserts. 





Quant aux restes, le lendemain, dernier jour de taille ...
je vous laisse deviner ?

Allez donc, quelques images vous aideront... au cas où....
















Pas belle la vie, quelque part dans ce petit village du bout du sud...?







24 commentaires:

  1. Moi aussi je fais un refus total des escargots, mais saucisse et côtelettes me donnent envie et pas seulement cela; dans une prochaine vie je demanderai une mutation à Tresserre.
    bisous de l'occitane de Montesquieu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On y pensera ! les prochaines fois se suivent, s'enchaînent et se ressemblent même si le menu change . Parfois c'est bullinade d'anguilles. On ne s'ennuie pas à Tresserre : pourquoi crois tu que j'ai émigré ???

      Supprimer
  2. Quels bons repas dignes de vignerons !!! mais je suis comme toi, les escargots je les ai eu aimés mais je n'en mange plus ...la bave aussi ...j'ai vu faire un jour ...et dégoûtée à vie ... De bons moments partagés entre amis ... sympathique comme d'habitude ... et le vin qu'il est bon ... nous le dégustons à la maison, rouge vin blanc et vin de Noël , je confirme ils sont fameux ... bises à bientôt sur ton blog ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui, Annie, ici c'est vivant et souvent on dit et se répète(en catalan) ce dicton catalan qui dit " si ceci est la guerre, que jamais ne vienne la paix"
      Bisous à vous deux

      Supprimer
  3. Convivialité, chaleur, amitié ... le vrai bonheur, en somme !!!!!!!!!!
    Bisous, douce soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans toute sa simplicité, ce bonheur, fait de partage. On s'entend bien, on bosse bien . Bon dimanche à toi, bisous

      Supprimer
  4. Un récit chaleureux qui donne une idée des liens que l'ouvrage crée avec bien sûr la convivialité du repas partagé. Comme toi je n'aurais pas pu manger des escargots.. Bonne fin de soirée Lison. Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La vigne crée des liens peut être aussi parce que c'est un être vivant pérenne, que l'on construit et conduit comme un enfant au fil des ans et ensuite, le travail de la taille est lent, la relation de proximité a le temps de se peaufiner. Enfin , la qualité des individus fait le reste. Bisous

      Supprimer
  5. Ah ! pour la cargolade, je suis preneur. Nous avons une sorte d'escargot, introduit à Tahiti en 1967 ; il est consommable, mais il faut les faire jeûner avant. Un gars faisait cela mais il a abandonné, les escargots se font rares. Il me reste un petit pot (en olivier) avec les petites fourches pour les consommer. Un souvenir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ici aussi il faut les faire jeûner avec thym et autres aromates.Je ne sais plus lesquels. ensuite il y a un rituel pour la cuisson dont m'éloigne mon dégoût...Et les petites piques pour extraire la victime de sa coquille. une autre version typiquement catalane est l'escargot à la tomate.

      Supprimer
  6. Je suis comme toi, je ne peux pas manger les escargots.
    Mon papa faisait la suçarelle, je trempais le pain dans la sauce mais je ne mangeais pas les victimes car soit disant je les entendais crier !!!!
    Mais pour le reste je suis d'accord et j'aime bien le concept pour le vin : Je vois que c'est treize à la douzaine !-:))))
    Gros bisous Amédine
    Belle fin de journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais ça crie , vrai de vrai ! Remarque je mange du cochon et il y avait la matança à la maison ; c'était bien plus impressionnant que les escargots. En fait c'est la bave.Le dégoût. Le vin...sans lui c'est plus la fête. les bouteilles d'eau existent mais on les pose au sol...

      Supprimer
  7. Lison Bravo à Jean pour Sa Tarte au Citron Si Belle qu on n a pas envie de La découper :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas que de la découper ! La dévorer !!!

      Supprimer
  8. Hum ! Miam miam ! Tu sais que tu me donnes envie !!! Magnifique billet plein de bonheur de vivre .... Bravo ma catalane et bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui et j'ai eu du bonheur à le rédiger aussi. Et dire que je ne voulais pas y participer car j'ai chopé "la crève"...j'aurais eu tort! Bisous catalans

      Supprimer
  9. sebbanguy dit popopopo de Oran28 février 2016 à 17:09

    guy esteban dit sebban, baroudeur retraité, et vive la cargolade à la catalane, un peu piquanté, t'ai découvert chez Anne ma soeur, du plateau des mille vaches, je crois, et qui nous a recommandé çte blog du Sud, il manque l'apero au vin rosé avec l'anchoiiade , de Collioure
    olé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon dia ! L'apéro au vin rosé on le prend souvent. L'anchoïade c'est délicieux mais long à préparer. je veux en faire une pour la mettre sur le blog mais aussi pour la manger ...Visca Catalunya

      Supprimer
  10. ah pour moi pas possible la cargolade, mais le fromage fondu miam.
    bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil pour moi ...mais eux ! des goinfres !

      Supprimer
  11. j' en déduis que dans le sud, on aime autant le réconfort après l' effort que dans mon nord !
    Merci pour ces agapes
    Amitié

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On y ajoute un élément non modérateur : le réconfort AUSSI avant l'effort . Amitiés et merci pour votre sympathique commentaire ...sachez que pour nous le nord commence aux frontières de l'Aude, donc j'en conclus que vous êtes dans le Grand Nord

      Supprimer
  12. Mais c'est que tu nous donnes drôlement envie de manger et boire tout ça, Lison ! Il y a tout plein de bonnes choses avec lesquelles je me serais régalée ! Les escargots, j'y ai mis le temps, mais maintenant je les mange.
    Super belle ambiance, il n'y a rien qu'à regarder les visages. :-)
    Gros bisous, Lison.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Du début à la fin du repas les visages sont heureux soit avant la boisson comme après donc le vin n'y est pour rien. j'ai essayé les escargots une fois mais je n'ai pas remis ça; le psychique a largement débordé sur le gustatif. Bisous

      Supprimer