dimanche 13 novembre 2016

Armistice

Ne fussent les couleurs , on aurait pu se croire en mai.






L'air avait cette lumière, cette transparence, cette brillance, cet éclat qu'on ne lui trouve qu'en mai.
Avec un friselis d'air glacé, toutefois, dès qu'il cessait d'être immobile.


Alors les feuillages frémissaient, les couleurs dansaient au soleil puis tout redevenait immobile.
En attendant.



La terre brune et souple avait encore ce parfum de fertilité, pour un temps seulement, car le temps lui était compté avant le long engourdissement de l'hiver.


Ce parfum...Il fallait descendre du tracteur et aller à sa rencontre car il n'avait pas la force de s'élever comme il le faisait dans l'air du soir surchauffé par un soleil encore chaud .

Mais au loin le Canigou parlait déjà d'hiver, un brin rageur, un brin voilé. 


Au nord, un arc en ciel  s'élevait au dessus des vignes, il disait clairement que le temps du labour aussi était compté. 






Avant la pluie.
C'était jour d'Armistice...enfin, de commémoration.








C'était un peu mon hommage à ce grand père que je n'ai pas connu, c'était sa vigne.
Que faisait ce jeune grand père de 26 ans le 11 novembre 1918 ? Il devait sauter de joie, loin de sa vigne, loin même de l'idée de sa jeune vigne.
Car cette vigne plus que centenaire n'avait que quelques années en ce temps là.
Rien ne laissait augurer ces vieux ceps tourmentés.












 Ni présager que subsisteraient ces cépages oubliés





Mon grand père ne la vit grandir que peu d' années, il mourut des suites de la Grande Guerre 18 ans après. Jamais, dans ses plus improbables rêves il n'a pu imaginer que sa petite fille pas encore née aimerait tant ses vignes, celle ci en particulier et la travaillerait, un 11 novembre, en pensant à lui...



L'Histoire est tellement bizarre...




17 commentaires:

  1. Magnifique. .très émouvant ..j'ai pensé à mon grand-père blessé avec un oeil perdu et des maux de tête atroces la cause des éclats d'obus restés dans son crâne. ..lui a eu la chance de les voir grandir ses vignes et de me les faire aimer ...mais ils voient les grands-pères combien leurs descendants prennent soin de leurs vignes... Merci..tu m'as fait plaisir. .j'ai ressenti ce que tu ressentais ...beaux souvenirs de nos grands-pères. .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et moi qui ai des petits enfants, je n'ai pas la chance de les voir grandir ni même de les connaître.Je suis privée de quelque chose...mais EUX AUSSI. Merci Annie pour ton beau témoignage; ils se perdent ces témoignages car la vie s'enfuit, mais un jour ils sont exhumés, c'est ce qui compte.

      Supprimer
    2. C'est triste en effet tes petits-enfants loupent des instants précieux avec leurs grands-parents. .je suis comme toi j'écris mes souvenirs car je n'ai pas le temps de tout leur raconter ...mais je souhaite qu'un jour quand ils seront majeurs tes petits-enfants se réveillent et auront l'envie de te connaître et leur grand-père aussi ...ratrapperontils le temps perdu ...peut-être pas mais ils sauront c'est sûr. ..un grand et beau souhait ...bisous et caresses à tes boules de poils ..

      Supprimer
  2. Magique tu m'as fait pensé à mon grand-père qui lui a eu la chance de voir grandir ses vignes ...blessé à la guerre 14 18 ...émouvant ..

    RépondreSupprimer
  3. Les vignes sont tellement belles en ce moment, mais c'est la lumière qui manque par ici. Deux fois que je vais dans le Beaujolais exprès, mais sans résultat aussi joli que toi. Tu as eu de la chance, tes photos sont superbes. Et l'hommage à ton grand père émouvant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ici la lumière ne manque pas mais l'automne est moins joli qu'ailleurs parce que les végétaux sont saccagés par le vent. Merci pour ton compliment car venant de toi photographe de talent ça me touche. Je t'embrasse avec beaucoup de tendresse

      Supprimer
  4. Bonsoir ... Quelle beauté les vignes en automne !!!
    Ton grand-père doit être fier de toi.
    Un bel article, émouvant.
    Douce soirée, belle semaine, Bisous et Câlins aux Félins

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que voit de moi ce grand père si tôt disparu? J'aimerais bien qu'il voit de là haut ce que sont devenus son village qu'il n'a quitté que pour le front, ses vignes, sa fille (ma mère). Un jour j'aurai une réponse mais alors plus de blog à tenir :-)) Bisous félins et Humain(e)

      Supprimer
  5. Bonjour ma chère Lison!
    Quel beau billet plein d'amour pour ton grand-père et l'histoire de ta famille!
    Je suis heureuse pour toi que le travail dans les vignes est fini et il me faut dire:
    Cette vigne de ton grand-père est magique!!!!!!
    Le temps est très beau chez toi et peut-être tu as eu la chance de voir la lune hier nuit?!
    Ma Belle profite bien du soleil et du paysage et fait attention à cet arbre très important!
    Je t' embrasse très fort!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui Géli, tu vois qu'on aime ceux qu'on n'a pas connus aussi. le temps est très beau, très lumineux et je viens de saluer la lune qui se couche, elle est très belle. je t'embrasse très fort

      Supprimer
  6. C'est magnifique ces vignes et très émouvant leurs histoires, leurs naissances par la main de ton grand-père.
    Gros bisous
    Chantaloup

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je consacrerai ultérieurement un billet à "la vigne de mon grand père", j'y pense depuis plus d'un an, pas cette vigne mais une autre tout aussi chargée d'histoire car née avec le siècle (l'autre) quand mon grand père était petit garçon. Bisous bisous

      Supprimer
  7. C'est une très jolie histoire, et un très bel hommage que tu rends à ton grand-père par le biais de ce billet, Amédine.
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi je t'embrasse; je regrette de ne pas l'avoir connu; vieillir me rend nostalgique

      Supprimer