jeudi 4 décembre 2014

Barcelone de Gaudi : la Casa Batllo

Ce dimanche, mon département est en alerte rouge, et le ciel  d'un jaune sulfureux  pleure des larmes ocres. De quoi voir la vie sous de drôles de couleurs.
Ou de m'en faire voir de toutes les couleurs !
 Car cela augure bien, je dois aller à Barcelone chercher un ami à l'aéroport.

Je pars finalement en début d'après midi, l'avion étant à 20 h, en espérant un temps plus clément par delà la frontière. Ce n'est pas exactement le cas mais j'ai cette fois la bonne grosse voiture de cet ami et le ciel déverse aussi en Espagne ses larmes sahariennes. Les essuie glaces balayent des rivières boueuses.
L'arrivée à Barcelone, 200 km plus loin se fait sous un ciel noir et des rideaux de pluie qui masquent jusqu'aux contours de l' autoroute. J'angoisse un peu : que vais je pouvoir faire dans ce déluge? Il est à peine près de 16 heures.
Soudain la pluie s'arrête et un pâle soleil irise la ville, rendant au monde ses couleurs, à moi l'optimisme . Et m'ouvrant les portes de "chez Gaudi".



Façade d'hôtel





Quelques instants plus tard et un métro plus loin, me voici devant la façade de la Casa Batllo, sur le Passeig de Gràcia, l'avenue chic de Barcelone ou les vitrines de parfumeurs et des couturiers rivalisent d'élégance. Sous la pluie définitivement installée. Alors que les lumières de la ville s'allument.
Dans une atmosphère féerique...








Un peu d' histoire:
Le Passeig de Gràcia : à la fin du 19 ème siècle, cette grande avenue était tout juste bordée de quelques villas avec jardins et autres hôtels particuliers. Des commerces s'y étaient installés .En 1902 , l'implantation d'une gare et l'arrivée du tramway transforment les lieux, la bourgeoisie s'y établit.
La flèche indique la future Casa Batllo
Début 20 ème
 Cependant en Espagne, un fait historique important survint, début 20ème, avec la perte des colonies et notamment Cuba. La Catalogne voit son économie se modifier. D'abord, il y a un appauvrissement puis avec le retour des capitaux investis à Cuba, un essor énorme au point de vue croissance transforme le pays. Cette industrie textile puissante qui s'était développée là bas se transforme en Catalogne en d'autres industries. Une révolution  industrielle voit le jour, une très haute Bourgeoisie plus riche que les nobles  s'installe et des projets urbanistiques démesurés s'ensuivent . Gaudi vient de remporter le concours des réalisations artistiques et se révèle comme "un fou ou un génie". Ainsi  Josep Batllo lui confie la réalisation de son immeuble. (1904-1906)


1910
La famille Batllo


1904

Pour en savoir davantage, une excellente présentation sur ce site  (clic)






Aujourd'hui et plus précisément en ce soir pluvieux je "bats la semelle" dans la file d'attente pour pénétrer dans l'antre que j'espère depuis de longues semaines...21 euros 50 plus tard, je franchis le seuil fort sobre.
Et je pars vers un voyage invraisemblable.

Dans un immeuble, ironie du sort, dédié à l'eau !

Entrée (noter la forme des plinthes)











Une partie de l'immeuble de 4300 m2 se
visite seulement. L'immeuble est privé .
Il comprend 5 étages de 450 m2 chacun, un grenier et une terrasse sur le toit, une autre à un étage inférieur.

L'escalier évoque la colonne vertébrale d'un monstre préhistoriques : ce n'est qu'un exemple  car on trouve dans cet immeuble la chauve souris, la galaxie, la goutte d'eau, la montagne de Montserrat etc... (cf Wikipédia en image).



Dès l'entrée le ton est donné : Gaudi ignore la ligne droite, la symétrie et pratique l'ingéniosité dans le moindre détail. Ainsi les rampes de bois sont à l'ergonomie exacte de la main, comme chacune des poignées de porte.
Gaudi, architecte génial que je vous ai présenté dans mon 2nd blog (clic)


Escalier et verrières 
Détail de porte, dont la poignée

La cheminée et ses deux bancs (un grand et un petit)

Porte de placard
Porte du grand salon
 Il est à noter qu'aucune porte ni embrasure ne sont rectilignes.
Les vitraux sont des bulles de verre soufflé.


Le plafond en spirale évoque une galaxie par son mouvement.
Plafond galaxie

Une pièce majeure : le grand salon
 C'est son immense ouverture en forme de chauve souris qui en fait l'originalité.
Ci dessous vue de l'extérieur.




Plafond du grand salon.
  Une astuce parmi tant d'autres : chaque porte et fenêtre de l'immeuble est dotée d'un système de ventilation
inclus dans l'ébénisterie , ouvrable et refermable à volonté selon le débit d'air désiré (ph ci dessous) .



Circulation d'air au bas des portes
L'air et la lumière: 
 Si l'air est appelé à se faufiler partout, la lumière est invitée en maîtresse de céans.
Ainsi l'immeuble est construit autour d'un immense puits de lumière, haut de 5 étages, coiffé d'une verrière style toit d'usine . Dans ce puits, en plein centre se trouve la cage d'ascenseur. Ce puits est à lui seul un paysage et une montagne d'ingéniosité dont je ne citerai que quelques éléments : fenêtres allant rétrécissant vers le haut dans un souci de perspective, carreaux de céramique allant s'éclaircissant en teintes bleues au fur et à mesure que la lumière pénètre vers le bas, et balcons en verre dépoli invitant à voyager au pays de l'eau. En outre, il distribue de la lumière dans les moindres recoins grâce à des verrières  sur les murs.
En voici quelques aspects étonnants:






 Au fil du voyage , on rencontre de grandes et petites pièces : chambres, salon de couture, et le grand salon du haut qui ouvre sur une étonnante terrasse au sol ondulant comme des vagues (permettant l'évacuation de la pluie) par une singulière porte fenêtre barrée par deux colonnes dont personne ne sait vraiment pourquoi! Gaudi savait garder ses mystères.
Quand il réalisa cet immeuble, ce fut sans plans ni dessins. Juste une maquette et les ordres qu'il donnait sans cesse aux ouvriers. Exceptionnel trait de génie!
Autre trait de génie : il concevait aussi les meubles ...exempts de lignes droites.



La pièce garnie des meubles
conçus par  Gaudi

L'autre façade extérieure de l'immeuble

La terrasse du grand salon





































La visite ne serait pas complète sans le point d'orgue de l'immeuble : le toit, sa terrasse et ses cheminées.
Ah! Les cheminées de Gaudi : elles ressemblent bien en ce soir de pluie aux silhouettes des passants qui se contorsionnent pour échapper aux assauts du vent et cherchent à retenir les parapluies obstinément retournés.
Spectacle dont je serai à la fois acteur et spectateur pitoyable dans un instant !


Les reflets montrent la fluidité



Bouquets de cheminées,réunies en îlots
Technique du "trencadis"
permettant de s'adapter aux courbes




















Avant de quitter ce monde mystérieux, un p'tit tour au grenier ? Lui aussi plein d'astuces...dans sa structure.

Les greniers s'ordonnent autour du puits de lumière et en épousent une certaine forme ovoïde.

Entrée de la citerne , sur le toit

Un des greniers

Le haut du puits de lumière avec sa verrière
en toit d'usine 

Quant aux murs des appartements, ils furent tous peints au pinceau sur des fonds de teintes unies en dégradés du brun clair au beige : cela implique de difficiles rénovations...

Peinture murale

Le fer forgé fait aussi partie du décor, très travaillé dans un style  personnel à Gaudi .Ainsi les rampes d'escalier en bois sont terminées par un ouvrage décoratif en fer forgé.

Puits de lumière, porte du plus pur style Gaudi et rampe d'escalier
Ce très long reportage ne vous donne qu'un infime aperçu de cet étonnant immeuble que je vous invite à découvrir, vous ferez un extraordinaire voyage ....



Dernière astuce de Gaudi : le haut de la façade de 32 m est asymétrique pour épouser la taille des immeubles avoisinants : il fallait le faire...

Quant à moi, j'émerge dans une ville noyée sous l'orage, avec des trombes d'eau pour changer un peu d'élément. Et j'ai le temps d'en profiter ! L'avion aura 5 heures et demie de retard !!!!






Mais...par chance, je sais ne jamais m'ennuyer...



Je vous invite sur mon 2nd blog à "tuer le temps" en ma compagnie pour un petit supplément d'âme Barcelonais.(clic)



8 commentaires:

  1. époustouflant! j'ai adoré la visite.
    merci pour ce voyage extraordinaire, bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Laurence, moi aussi j'ai adoré la visite et ton com, ça prouve que j'ai bien partagé. Bisous

      Supprimer
  2. Epoustouflant, oui, c'est le mot ! Quelle imagination il avait ce Gaudi ! Tout est pensé et tout est harmonieux. Une belle visite, oui, certainement. Peut-être j'irai un jour. Merci en tous cas pour ce très beau billet, Lison. Bonne soirée à toi, et de gros bisous.
    Je vais aller sur ton autre blog. ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Françoise pour tes appréciations qui prouvent que le message est bien passé ou du moins mon enthousiasme. Bisous

      Supprimer
  3. Eu ampliei as fotos para ver todos os detalhes, é muito bonito, parece que entramos em um conto de fadas. Obrigada por compartilhar, eu adorei o passeio!
    beijos
    Adri

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exacto : um conto de fadas; nao tinha pensado esta coisa mais nas passagems estreitos da casa podes pensar encontrar uma fada. Pensarei en isto na prossima vez, em otra casa de Gaudi ! A cas Mila. Beijos

      Supprimer
  4. Une visite superbe.Je ne connais que l'extérieur de cet immeuble .Quelle belle conception , un vrai génie.
    Je suis émerveillée.
    Douce soirée, bises Lison

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une prochaine fois entre et prends en plein les yeux ; toi qui fais de si belles photos tu parviendras à en dégager l'atmosphère irréelle. Bisous

      Supprimer