vendredi 4 décembre 2015

Le carnet oublié sur le bas côté ...

C'est une route de province, une sorte de voie rapide qui file directement vers la mer, la route des rêves d'été et des vacances, au débouché de l'autoroute , 
celle là même qui provient des confins de l' Europe.



La route du rêve presque aux portes de la réalité.


La route que j'emprunte régulièrement sans penser à tout cela. Le quotidien tue le rêve c'est bien connu...
Pourtant je me prends à rêver moi aussi.
Juste parce que j'entrevois un carnet abandonné sur le bas côté.
                                      ................................

Plusieurs jours durant je vois ce carnet un peu chiffonné, recroquevillé, très épais, couvert d'une grosse écriture noire. Je ne vois que lui et je l'oublie. A peine..
Puis je pense à lui et je le cherche du regard. Il m'obsède. Jusqu'au jour où je me dis : "Ouf ! Il est encore là". Alors une idée tenace jaillit : "Je dois le ramasser". Pourquoi ? je ne sais pas...je suis curieuse...
Je pense à ce carnet quand bien même j'en suis éloignée et enfin je me décide...J'emprunte en tracteur la voie adjacente car cette voie rapide est interdite aux cyclistes, piétons et autres tracteurs agricoles. Ce matin là je suis décidée, j'ai pris mes repères, je stoppe mon tracteur sur la voie adjacente, j'escalade le talus et..rien.
Me suis je trompée ? De toute façon il est de l'autre côté. Je traverse la route, me loge derrière la glissière de béton et je marche, je marche, toujours rien. Quelle malchance ! Un plus curieux que moi m'a devancée. Je pose ma déception sur mon tracteur et reprends la route.
Je ne saurai jamais....

Mais qu'était donc ce carnet couvert d'une grosse écriture noire ? Une liste de courses ? Un cahier de recettes ? Un journal intime peut être...Oui mais on n'entre pas dans l'intimité d'autrui... Alors qu'aurais je fait ?  Cherché une adresse sans doute pour le restituer à une jeune fille, une adolescente toute triste.




Et puis quelques jours après le carnet est toujours là : j'avais juste pris de mauvais repères...La vitesse n'est ce pas ?
Cette fois je ne me ferai pas avoir : c'est sur la bande d'arrêt d'urgence que je stoppe . Je scrute au cas où je verrais surgir les gendarmes. Ce jour là, la circulation est dense et j'ai bien du mal à traverser.
Je cours, je vole, je saisis le carnet comme une voleuse : il est bien bizarre, ce carnet, il n'est pas manuscrit, il est imprimé et j'éclate de rire en retraversant !!



Je l'embarque quand même mais je sais déjà que je ne le lirai jamais !
Et pour cause ! C'est la notice d'utilisation d'un grille pain électrique écrite...en RUSSE !




Curiosité et imagination quand vous nous tenez, vous enjolivez bien notre vie .


12 commentaires:

  1. Hehehe Foi divertido ficar imaginando o que poderia ser, que segredos poderiam estar guardados ali.
    Beijos
    Adri

    RépondreSupprimer
  2. Ahahahah ...l'imagination va bon train quand on a pas l'objet dans les mains ...ton récit m'a bien diverti et fait rire .. quelle histoire!!!!

    RépondreSupprimer
  3. Ahahahah ...l'imagination va bon train quand on a pas l'objet dans les mains ...ton récit m'a bien diverti et fait rire .. quelle histoire!!!!

    RépondreSupprimer
  4. je te reconnais bien là!!! :) anie

    RépondreSupprimer
  5. Excellent ! Ca me rappelle quand j'étais petite et que nourrie de romans du club des 5 et autres Fantômettes, je partais en exploration du grenier de mes grands parents à la recherche d'une aventure, d'un trésor. Et ne trouvais que des choses désespérément banales à mes yeux. En fait aujourd'hui seulement je réalise que c'était bien des trésors... :)

    RépondreSupprimer
  6. Chère Lison, alors là "chapeau" pour avoir écrit cette petite aventure. Cela m'est arrivé mais je n'aurais pas osé l'écrire.
    Pour l'exploration du grenier des grands parents comme le raconte Pastelle, je confirme. J'ai passé des journées entières au grenier à lire de vieux livres et vieilles revues ; des trésors, je pourrais en écrire des pages... Tout cela a fini sur un marché aux puces (dont quelques objets rares).

    RépondreSupprimer
  7. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  8. J ai toujours dit que tu étais unique. mais j ai un grand plaisir a te lire. merci Amedine

    RépondreSupprimer
  9. Eh bien, Lison, tu as pris des risques pour pas grand chose finalement (sourire). Mais cela t'a permis d'en rire et d'en faire un billet ! Merci pour ton humour. Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  10. C'est trop drôle !
    La curiosité c'est très féminin. J'en aurais fait autant !
    Gros bisous
    Chantaloup

    RépondreSupprimer
  11. Je comprends cette curiosité. C'est un peu enfantin en fait, comme une envie d'aventure, un peu comme dans le Club des cinq ;-) Un jour, j'ai vu une grosse enveloppe qui flottait sur un canal vers chez moi (je dis un canal, car nous avons la chance d'en avoir plusieurs par ici :-). Ce canal n'est plus ouvert à la navigation depuis longtemps. J'ai pris quelques risques pour récupérer cette enveloppe, la tirant vers la berge grâce à une branche pendant que mon Amoureux me tenait pour que je ne tombe pas dans l'eau. Il s'agissait d'une lettre d'amour. Un peu étrange. Pas de signature. Pas de nom sur l'enveloppe. J'ai fait un billet je ne sais plus quand sur mon blog pour conter cette aventure. Alors, oui, je comprends que tu sois retournée chercher le carnet mystérieux :-)

    RépondreSupprimer
  12. Oh quel désillusion ! Qui ne s'est fait un film dans sa tête à propos d'un objet non identifié mais source de mystère. Toi la curieuse et l'aventurière tu t'es laissée guider par la soif de savoir et de découvrir. Je trouve cela extraordinaire et conforme à ce que ta personne nous renvoie. Mais bon tu as pris de gros risques... hihihi... Merci pour ce billet qui m'a tenue en haleine et fait rêver également... Bisous

    RépondreSupprimer