dimanche 1 mai 2016

Enigmatique Carança

Dans les Pyrénées Orientales il est une rivière nommée Carança, affluent de la Têt, qui a juste un tout petit parcours de 15 km de long mais sur un dénivelé de 1700m , ce qui fait d'une partie de son parcours un torrent bondissant dans de très étroites gorges.
Le côté exceptionnel de ces gorges réside dans l'aménagement fait par l'homme pour les parcourir.
C'est dans un univers minéral et végétal assez étonnant que je vais vous conduire : vertige s'abstenir....

Nous n'irons pas jusqu'à la naissance de la Carança , tout là haut à 2500 m, dans ce magique paysage difficilement atteignable en une journée.
Les étangs de la Carança (mes archives)
Situation des gorges  de la Carança

Les Pyrénées Orientales

Depuis le petit village de Llar, en face, voici comment se présentent ces gorges : une belle saignée dans ce massif avec le  Canigou en fond.

La ligne du Train Jaune  et l'entrée des gorges à Thuès Entre Valls (été 2015)


Plan rapproché sur les falaises


Pour moi ce sera aujourd'hui  "Lison et les garçons ". Ils sont trois à m'accompagner (à moins que ce ne fut le contraire ). 50 ans me séparent du plus jeune et 30 du plus âgé ! Aïe ...Non je plaisante, j'ai déjà randonné avec eux, aucun ne m'a noyée. Mais là j'essaie mon dos ...

La Carança a "mille facettes" et il est autant de façons de l'aborder.. On peut la regarder en hydrologue, en géologue, en botaniste, en géographe. En sportif assurément. Je la regarderai pour vous en historien, un peu plus tard,  c'est plus difficile mais combien passionnant. On peut avoir le regard averti du pêcheur, ce sera celui d'Alain qui me contera comment vivent les truites, comment la variété Fario d'ici est devenu un label Fario Carança, comment elles se situent dans les eaux, dans les courants...Camille m'eut conté les plantes et les roches. Il y a sans doute d'autres regards à porter sur ce lieu magique. Mes rencontres sont toujours intéressantes.

Pour l'heure, nous voilà partis par la petite porte 

Recto : départ







Verso : retour. le pont du Train jaune














Un peu d'Histoire

1903 : le pont n'existe pas










1904 : échafaudage du pont
















1910 : le train est mis en service






 La construction du Petit Train Jaune a été innovante en ce tout début du XX ème siècle : la ligne était électrifiée et tout au long du circuit, soit de la Têt, de petites centrales électriques ont vu le jour, avec conduites forcées, captage des eaux et parcours souterrains ;  la Carança en fait partie. La plus vaste demeurant le site des Bouillouses.



Notre départ se fait dans une relative fraîcheur : un délestage d'eau dévale la falaise à la manière d'une douche géante.







Nous échappons à la douche fort sympa !

La Réunion ? non les Pyrénées Orientales







 Et attaquons très vite la montée qui va nous conduire à un beau sentier en zigzags, un ancien "cami ramader" dont je vous parlerai dans un second volet.
Le volet "Carança d'antan" : de quoi surprendre !

Nous perdons vite ce sentier empierré et confortable malgré la prise rapide de dénivelé pour dominer la rivière d'une centaine de mètres: nous voilà dans les gorges et dans le premier  étonnement du parcours pour les novices.

Sentier en corniche dans la verticale falaise

Une main courante (un cable) assure le confort; les croisements sont difficiles 
















 De là haut on entend mugir le torrent et on voit les pentes habillées d'un vert si tendre qu'il en paraît automnal.




Nous avons la chance d'être en un jour de semaine et hors été !
Quand il y a foule, le parcours peut être dangereux :
vertige s'abstenir !




Le sentier cottoie le passé et les questions sans réponse : est ce pour la ligne du petit Train Jaune qu'il fut ainsi creusé ? je le suppose.
Nous rencontrons quelques galeries soigneusement grillagées au bout desquelles mugit l'eau.          

Galerie pour accéder à la conduite forcée













Avant d'arriver au barrage / captage : ici une partie de l'eau file grand train au coeur de la roche.



Le barrage
Arrivée au barrage de captage
Apparemment celui-ci n'existe plus
Cette petite page de l'histoire la plus récente des gorges (un siècle) étant tournée, le parcours sportif peut commencer.




Le parcours dans les gorges reste au ras de la rivière gonflée par la fonte des neiges mais par temps de crue elle peut être bien plus fournie.

 Il emprunte un sentier en rocs tantôt rive droite, tantôt rive gauche , au milieu des fleurs et des plantes printanières, dans le chant des rossignols que couvre parfois le torrent. 

Une féerie de bruits et de couleurs , entre la roche, l'eau et le végétal .


 Cette photo de reflets dans l'eau résume tous ces éléments, avec quelques taches de ciel bleu...

Sur l'eau, la pierre, le ciel, le végétal, en un perpétuel mouvement





 Une partie du décor étant posée, place au sport et surtout au côté ludique de l'histoire !

Là où ne pouvait exister le sentier, il a été créé; plusieurs fois emporté, plusieurs fois reconstruit.


Accès par échelles


Bien sûr, ces "ponts de singe" tanguent à souhait mais ils sont sécurisés. J'adore les franchir...les... car il y en a plusieurs; un rigide et cinq souples.

  Ces ponts sont relayés par des passerelles en corniche , solidement fixées , certes mais parfois très en surplomb au dessus de l'eau. A flanc d'impressionnants murs minéraux.



 


Au sortir des gorges, lorsque le sentier redevient digne de ce nom, une surprise attend le randonneur. venu de nulle part, un magnifique chemin, véritable "autoroute" des temps anciens nous attend ! Il n'en faut pas davantage pour attiser ma curiosité et je n'aurai de cesse , de retour à la maison, de chercher à comprendre . Ce qui est chose faite !




Alors, avant de vous faire remonter le temps jusqu'au 
14 ème siècle et peut être même avant, je ne vous présente pas ce chemin , sur lequel se trouvent Alain, Dominique et Ian, je vous invite juste à notre table au bord de l'eau, au milieu des fleurs, de la bonne humeur et de la détente.


Fleurs en fête




Alain, Dominique et Ian  (de g à dr)



Comme un éléphant déroulant sa trompe...





A bientôt pour remonter le temps......










27 commentaires:

  1. Époustouflant ! ces gorges étroites me rappellent une balade vers l'une des 3 cascades de Faatautia à Tahiti. On entendait la chute d'eau sans la voir, il fallait nager entre 200/250 mètres dans un passage étroit entre 2 falaises pour arriver dans le bassin au pied de la chute. Par contre, côté vertige, j'aurais hésité à gravir vos chemins et passerelles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as des photos de ce lieu ? mets les sur FB si tu veux bien ! côté vertige, ça tangue quand même . il y a des filets de sécurité, autrefois juste un cable de part et d'autre.

      Supprimer
  2. Amédine Vous assurez :) Nous amener en Balade dans Ces Gorges de La Carança à mes yeux tient de L exploit Oui Vous dites " énigmatiques " Je rajouterai effrayantes Vous n avez pas peur Bon il faut dire Vous étiez Bien accompagnée :) Calinous aux Minous Bisous à Vous Bonjour à Alain Dominique & Ian :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. peur ? Non je les ai déjà parcourues seule , la première fois et ça ne m'a pas impressionnée; j'ai fait des randos en roche plus impressionnantes.C'est juste une question de vertige et je connais pas. Bisous à bientôt il y aura une suite mais j'y retourne jeudi

      Supprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  5. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  6. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  7. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  8. Vertige s'abstenir. ..tu l'as bien spécifié car je n'aurai pas pu franchir ces passerelles vertigineuses même le sentier étroit. ..il faut du cran et du courage ...mais que les photos sont magnifiques. Un joli parcours sur mon fauteuil très agréable merci beaucoup ...une fois j'ai passé une passerelle en Guadeloupe pour aller à la cascade du carnet. Dur dur Guy assurait devant moi ..quel souvenir !!! Et ta cascade en effet on dirait celles de Salazie. ..bises ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je viens de regarder les photos envoyées sur FBook par P Carabasse : magique. 20 ans de moins ...et je fonce là bas. Bisous Annie

      Supprimer
  9. je viens de les regarder époustouflantes ces cascades, c'est magique, mais en hélicoptère pour moi ... à bientôt

    RépondreSupprimer
  10. Une randonnée incroyablement... vertigineuse !... (sourire) et magnifiquement belle ! Je sais que j'aurais une trouille pas possible de passer sur ces ponts, ces sentiers dans le rocher, etc, mais bon sang que cela me ferait envie pourtant ! (sourire)
    Merci pour ce très beau billet, Lison. Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu viens je t'y fais passer facilement il y a une technique simple . bisous

      Supprimer
  11. Bonsoir ... Waouh !!! c'est impressionnant !!!
    Splendides paysages à couper le souffle ... merci pour ce partage.

    Belle semaine, Bisous, Caresses à tes Félins

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bisous à toi aussi; mes félins se portent bien et me soutiennent beaucoup sauf en randonnée...lol

      Supprimer
  12. Rando parfaitement bien introduite, et toujours aussi bien contée. On a hâte de connaitre la partie historique. Qui pourrai se douter qu'en amont de ces gorges se loge un refuge que pratiquent de nombreux individus mal intentionnés ! Parfois il vaut mieux rester dans les gorges.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, à son échelle pire que le Refuge du Goûter ! Quitte à être dans un coupe gorge autant rester dans les gorges cela paraît plus logique. Et pourtant ce refuge est dans un si beau cadre! Pour la partie historique tu auras de belles surprises comme je les ai eues en feuilletant les vieux grimoires numérisés!

      Supprimer
  13. Toujours aussi agréable de te suivre en restant devant l'écran, on semblerait y être.
    Je n'ai pas le vertige et je suis souvent passée sur des corniches étroites avec mon cheval mais, là c'est vraiment rétréci et bas de plafond à certains endroits et puis cette "autoroute" est vraiment extraordinaire.
    Tout y est, le bruit de l'eau, la végétation, la beauté du site et le repas partagé.
    Gros bisous Lison.
    Belle journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et attends la suite, j'y vais demain !Bisous

      Supprimer
  14. Une fois encore chère Amédine, ton reportage nous donne
    des émotions. Quelle trouille j'aurais, de marcher sur ces
    ponts qui doivent danser sous tes pieds !! Brrrrrr ..!!
    oui, une immense trouille et pourtant je n'ai pas le vertige.
    Mais sentir le sol tout mou... Bon, cet endroit a l'air
    extraordinaire . Quelle belle ballade. Je t'embrasse et
    te souhaite une fin de semaine paisible et avec un beau soleil.
    ELZA

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui ça danse c'est ce qui en fait le charme! non c'est pas tout mou, la passerelle est dure, elle balance d'avant en arrière et sur les côtés...c'est Renversant comme disait la pub... Bisous

      Supprimer
  15. Merci pour cette magnifique randonnée à faire sur deux jours!!! merci également pour la partie historique, le travail de nos anciens!! A bientôt sur une autre balade Lison!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bien la balade nouvelle est arrivée et devrait te plaire!

      Supprimer
  16. C'est vrai que ces gorges sont belles mais tu les rends plus belles encore par en racontant si bien cette rando. Merci pour l'historique du lieu.

    RépondreSupprimer