lundi 30 mai 2016

Ils ont perdu leur âme...

Je les ai rencontrés, il y a trois ans.
Deux honorables vieillards immobiles et silencieux, décatis, ridés, blessés et meurtris par le poids des ans et des saisons.
Immobiles et silencieux : se parlaient-ils entre eux, loin du regard des gens, dans ce silence des vieillards fait de paroles muettes ? Adossés à leur ruisseau comme d'autres à un mur ?


J'ai voulu les revoir trois ans après : immobiles, à leur place, silencieux mais méconnaissables. Un peeling, un lifting et une chirurgie esthétique plus tard pour leur rendre la jeunesse perdue sans leur demander leur avis. Et ma déception fut grande , même s'ils ont repris -je ne sais- leur visage originel.
Les "chirurgiens" ont tout pouvoir, eux ils savent.
J'affichai ouvertement ma déception, les deux vieillards se turent. Immobiles.

Alors je partageai cette déception sur Facebook et les langues se délièrent, photos et souvenirs à l'appui.

Un lecteur belge raviva même les miens de souvenirs, je ne me rappelai plus avoir publié un billet dans ce blog voilà trois ans. Billet qui franchit les frontières. Preuve en est .
Retrouvez cette balade ici  (clic)

Ce parcours vous y est conté avec à l'appui, un merveilleux petit chemin creux...

Remontons sinon dans le temps, du moins dans les vallées. Dans mon département des Pyrénées Orientales, en montagne, se trouve une région nommée Capcir, très belle et très rude au niveau climat. Je l'aime et je m'y rends parfois.
Il existe (entre autres) deux vallées qui se rejoignent, confluent et vont déposer leurs eaux dans le barrage de Puyvalador qui offre ses eaux au fleuve Aude, donc hors de "nos frontières".
Ces vallées sont celles du Galbe et celle du Rec de Cirérol, arrosant respectivement Espousouille et Rieutort. Ces deux charmantes rivières proviennent des montagnes et ont un caractère très marqué par leur beauté et les sites qu'elles empruntent surtout.
Vallée du Rec de Cirérol

Vallée du Galbe
Cependant c'est vers leur confluence que chacune a son vieillard débonnaire.
Que je découvris ainsi en 2013
Et que je revis ainsi en 2016, hier. Avec tristesse.

Vallée du Galbe au bout de la piste forestière
La vallée du Galbe naît à 1793 m de l'union de plusieurs ruisseaux dont celui de La Pedra Escrita, que je ne connais pas, rocher gravé au néolithique et revu et corrigé, dit on, au fil des âges.


La vallée du Rec de Cirérol nait à 1517 m  et traverse l'unique village , Rieutort (la rivière tortueuse), à n'en pas douter lorsqu'on voit son tracé !
Rieutort, son église











Entre les deux, Fontrabiouse, la fontaine rageuse.





Tous ces coins bénéficient d'une histoire disparue, contée par Adolphe Joanne, en 1858, dans son "Itinéraire descriptif des Pyrénées", p 590 où il explique que à Fontrabiouse, "une fontaine, près de là, jaillit en si grande abondance qu'elle alimentait deux moulins" et  aussi  que "la Galbe  traverse des pâturages désolés et alimente quelques usines au niveau des hameaux de Galba et Espesoule".

Espousouille (ou Espesoule jadis)
Un passé révolu dont il ne reste que peu de traces sauf ce chemin que j'avais emprunté (cf le "Chemin de brume") et ces deux ponts. Les vénérables vieillards !


Alors ces ponts ?
On a coutume, en notre Catalogne de voir ces petits ponts médiévaux qui ont gardé seulement leur arche, un peu de leur muret et leur pavage originel. Voûtés, arqués, à une arche quand ils sont tout petits, ils ont un je ne sais quoi d'attirant. Je fus séduite par ces deux, en Capcir (66).


Pont des Moulines , vallée du Galbe 2013


Pont sur le Rec de Cirérol, 2013

Je les retrouvai ainsi, atterrée, même si le travail est splendidement bien fait.



Pont des Moulines
Rec de Cirérol

Le même


Pont des Moulines (Galbe) Avant


Après





Pont des Moulines (Galbe ) Avant




Après 



Avant , Pont des Moulines (Galbe)


Après 
Ph Patricia Vincent 2014
Pendant : Photo Patricia Vincent 2014
Tout près demeure un troisième vieillard, qui enjambe un ruisselet, discret et oublié : jusqu'à quand ? 
Une bergerie ? Un petit moulin ? Oh que je le trouve beau....


Quelques ponts catalans...

Photo Dorres la Commune  : sur le Belvis (catalogne)



Ph Dorres la commune: Bellver (catalunya)


 Sans doute d'anciens documents ou la connaissance de l'architecture de jadis
 permirent-ils cette reconstruction.

Mon regard ne reconnaît plus rien de ce qui faisait leur charme, leur âme.

Oui ils ont perdu leur âme...



23 commentaires:

  1. La belle magie des Ponts perdus et certains retrouvés,...par les amoureux de nôtre passé ,...si présent...!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les ponts me fascinent, à une époque j'avais besoin de les intégrer par le dessin, j'avais ainsi l'impression de les reconstruire

      Supprimer
  2. h.gironella@yahoo.fr30 mai 2016 à 13:49

    Beau reportage, comme toujours Amédine. Moi aussi j'adore ce petit pont sur le Galbe qu'on voit en passant devant le lac de Puyvalador. Du moins comme il était avant, il faudra que j'aille le voir avec sa nouvelle allure

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui, avant les bains j'ai eu envie de publier ça; tu vois où je suis allée en vous quittant. et je suis redescendue par...Escouloubre. par l'autre route .

      Supprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour votre texte, même si je ne suis pas du même avis, mais tous les goûts sont dans la nature et c'est ce qui fait (devrait faire) la beauté de notre monde.

    Le lecteur belge qui ravive la mémoire ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'ai apprécié votre ravivement de mémoire alors que j'étais en train de chercher dans mes dossiers photos pour retrouver mes images de jadis; et voilà que vous me les servez sur "un plateau d'argent". merci cher lecteur de "là bas tout en haut"

      Supprimer
  5. J'ai eu ce sentiment quand il a été créé un aménagement pour monter sur le puy du pariou chez nous, il me semblait un peu défiguré. Mais les promeneurs semblent apprécier désormais grimper par là pour monter jusqu'au cratère.
    Merci pour le beau reportage
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On a du mal à accepter un changement dans le paysage familier puis le regard s'habitue et il faut vite faire un effort de mémoire pour se rappeler "comment c'était avant". La nouveauté se fond dans le paysage. On vit cela au quotidien. On y est plus sensible en vieillissant on a l'impression de perdre ses restes d'enfance. Je chercherai sur google ce Puy du Pariou ! bisous Laurence ainsi qu'aux "filles"

      Supprimer
  6. Coucou ... ça leur donne une autre allure, une autre présence ... mais pas complétement intégré dans la Nature ... cela viendra peut-être, avec le temps !!!
    Douce semaine avec tes Félins, Bisous et Câlins

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr; disons que je suis passée sans transition à ce nouveau visage. gros bisous à toi . Mon nombre de félins augmente : aïe !!

      Supprimer
  7. Coucou Amédine C est vrai qu Ils étaient plus jolis Ces Petits Ponts avant qu on ne les ravigote ;) peut être pour parer à une fréquentation plus importante ! Alors on n est plus sauvé même au fin fond du Capcir :) N empêche Ils sont toujours là Ils n ont pas fini d en voir passer de L Eau :) Caresses aux Minous Bisous à Vous :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils sont trop neufs mais ça leur passera ! et comme je ne les vois pas tous les jours, loin de là, je les retrouverai avec plaisir. Bisous

      Supprimer
  8. Bien sur, ces vieux ponts, dont certains pratiquement en ruine, ont beaucoup de charme. Ils ont une Histoire et, comme je l'ai écrit ailleurs, on peut laisser aller son imagination. Mais ! Mais ils ont été construits par des humains, avec peu de moyen, pour servir eux-mêmes, leurs successeurs et les générations suivantes, dont nous. Je crois que c'est un devoir pour nous de les entretenir et, même s'ils perdent un peu de leur charme, ils sont toujours présents pour servir. J'aime bien quand même les monuments en ruine, c'est pour rêver...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci de ton point de vue d'homme sage et réaliste. Vois tu cette publication que j'ai faite sur FB et en blog m'a fait faire un bout de chemin car chacun y est allé de son avis et j'ai tempéré mon impulsivité. Comme quoi à tout âge on peut revenir sur ses a priori. Merci à toi de te pencher sur mes petits ponts.

      Supprimer
  9. Un coucou de retour de vacances, j'ai du mal à reprendre le rythme!-:)))
    Comme je te l'ai dit sur FB, je les préfère avant, je pense comme toi que ce lifting leur fait perdre leurs âmes mais peut-être est-ce la seule façon d'éviter leur décrépitude complète !-:)
    Bises Amédine.
    Câlins à toute la Tribu.

    RépondreSupprimer
  10. Un superbe reportage ; j'adore les ponts et je déplore , tout comme toi , ce lifting qui leur enlève toute la féérie et la patine de leur histoire . Mais si on veut les conserver , comment faire?
    Belle soirée, bises Lison

    RépondreSupprimer
  11. Moi aussi, Amédine, je les préférais avant, mais Pierre n'a pas tort, il est bien aussi de les entretenir, pour finalement prolonger leur vie.
    Bonne journée, bisous.

    RépondreSupprimer
  12. Bonsoir, En tapant le nom "Rec del Cirerol" sur Google je suis tombé sur votre blog "les Balades de Lison". Là, je suis allé de découvertes en découvertes constatant que nous avions sans doute de nombreux points communs : le goût des balades, des petits bonheurs tout simples, des chats, de la photo sans doute, de la nature, du patrimoine, de gérer des blogs, de ne pas rester sans rien faire à la retraite, de l'histoire, de la géo et j'arrête là car la liste serait encore bien trop longue. Voilà, je vous envoie ce message pour savoir si vous m'autorisez à mettre un lien sur mon blog "Mes Belles Randonnées Expliquées" afin de faire découvrir le vôtre ? J'ai pris tant de plaisir à le regarder et pourtant je n'ai fait que le survoler pour l'instant. Merci de votre réponse. Cordialement. Gilbert JULLIEN.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher Gilbert, mais avec grand plaisir et j'irai voir votre blog. Vous avez bien saisi l'âme de mon blog et de mes découvertes, donc nous nous ressemnblons beaucoup. je vis dans le 66 et vous ?
      Je vous donne mon mail si vous avez besoin de renseignements divers, mon blog n'est pas secret, j'ai une page FB où je l'annonce toujours et...pas mal de lecteurs
      amedine.mas@orange.fr

      Supprimer
    2. Bonjour, J'ai bien reçu votre message Facebook. Je vis à Saint-Estève et la plupart de mes randos sont donc dans le 66 même si avec mon épouse on aime bien aller voir ailleurs le plus souvent possible. Puisque vous m'y autorisez, je vais créer le lien vers votre blog. Il est si beau et je comprends que vos visiteurs soient si nombreux. Je n'ai pas à me plaindre non plus avec 150 à 250 visiteurs journaliers sur le mien. Je vous donne aussi mon adresse mail gilbert.jullien@orange.fr et je vous envoie également une demande d'amitié sur Facebook ainsi qu'une demande d'inscription à la Newsletter de mon blog. Ainsi, on pourra rester en contact de diverses manières. Bonne journée. A bientôt et encore mille mercis de m'avoir répondu. Amts. Gilbert

      Supprimer
  13. Bonjour, Moi même, j'avais découvert ces jolis ponts en août 2013 lors d'une balade autour du lac de Puyvalador. Coïncidence, 15 jours plus tard, je les ai de nouveau enjambé lors d'un Tour du Capcir réalisé en 4 jours. Au regard des explications données au Pont des Molines, j'avais tenté quelques recherches sur le Net pour en savoir un peu plus quant à leur histoire. Sans succès ! Sans doute aurait-il fallu aller farfouiller dans de vieilles archives. C'est donc avec la même déception que vous que vous m'apprenez leur moderne réfection. Déçu mais indulgent car je suppose qu'ils sont de plus en plus empruntés et qu'ils devaient sans doute représenter un danger pour les randonneurs. Nous nous posons la question de savoir s'ils sont Romains ou moyenâgeux et je suppose que dans quelques siècles, les futurs visiteurs seront encore plus circonspects que nous pour donner un âge à ces deux vieillards. Il y a également des ponts de ce type à Sournia. Amts. Gilbert

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Gilbert, selon les historiens tous les ponts dits "romains" seraient en fait médiévaux. J'ai une prédilection pour les Ponts du Diable en particulier et tous les ponts en général. Mais les tout petits sont très inspirants pour moi. Il fut un temps, pas lointain, où je m'asseyais avec un carnet et je les dessinais en détail, j'avais l'impression de les construire ! Puis je les aquarellisais...Amitiés aussi

      Supprimer