jeudi 7 mars 2013

Lison la randonneuse

Quand elle a eu 5 mois, je lui ai appris à marcher en montagne. En quelques minutes elle a compris qu'elle devait marcher en laisse sur les sentiers, devant ou derrière moi. Munie d'un collier et d'une laisse, ensuite d'un harnais plus pratique. Elle avait aussi un grelot qui m'indiquait sa position parce que si le terrain était dégagé (sans rochers ou arbres), je ne tenais pas la laisse. Elle avait des cris particuliers qui me signalaient si sa laisse s' était accrochée  ou bien si elle avait soif ...ou envie d'un arrêt pipi!


Je m'étais fabriqué un sac ventral dans lequel elle montait pour se reposer; à 5 mois, elle marchait dans la montée et dormait toute la descente.
Mais elle est devenue vite infatigable, capable de marcher 7 heures, grimper à 2900m (avec 900m de dénivelé) et parcourir plus de 15km. Ensuite elle se reposait 48 heures.
Je lui donnais une alimentation de sportive et de ces randonnées trop précoces elle a gardé une silhouette fine et très haute sur pattes.


Ce qui frappait les gens c'était ce regard qui scrutait tout: entre elle et moi, c'était un dialogue; elle me montrait ce que je ne voyais pas: un écureuil, un chevreuil, un lézard et même un nid de vipères.
Chose extraordinaire, elle me remettait sur le sentier si je m'éloignais sans m'en apercevoir!
Dommage, aujourd'hui elle ne randonne plus, elle a peur des gens!


Elle a gardé la joie de la neige découverte dans sa petite enfance.

Elle a à son actif quelques lacs et sommets des Pyrénées et même un volcan d' Auvergne.

                                       
                                      Ici, à 2915m, au sommet du Carlit (Pyrénées Orientales)



                                                                
                                                                    En Ariège

Marcher dans l'eau ne posait aucun problème: ensuite, comme les cormorans, elle grimpait sur un roc et séchait ses pattes!



Et puis, à la pause, si le vent est trop gênant, on se fabrique toute seule une tente de camping avec son sac! 

Je ne vous étonnerai pas si je vous dis qu'on a une relation qui n'est pas tout à fait celle d'humain à félin, ou qu'elle est l'enfant gâtée de la famille...

Mais si elle ne randonne plus, elle vient toujours avec moi dans tous mes week ends et m'attend sagement au bivouac. 

Pour rien au monde elle ne me laisserait partir sans elle.

J'ai un petit fourgon aménagé et elle a ainsi toute tranquillité.
Voilà l'étonnante histoire de Lison qui a maintenant bientôt 4 ans.

6 commentaires:

  1. c'est vraiment génial çà ! MIAOU !!!

    RépondreSupprimer
  2. C'est une merveilleuse histoire ... j'aimerai en savoir encore plus ...

    RépondreSupprimer
  3. Passionné de chats (j'en ai 4) et de randonnées dans l'est des Pyrénées, je fais un ptit coucou à cette jolie minette randonneuse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Allez donc voir "Lison aux sports d'hiver", novembre 2014 dans ce blog ! Vous ne serez pas déçu!
      On a donc 2 points communs, entre chats et randos

      Supprimer
  4. <magnifique quelle expérience avec elle , je n'avais jamais vu un chat en ballade attaché , les miens je n'ai jamais réussi tout petit à la rigueur mais après c'est vrai qu'ils ont peur des gens , une belle histoire .

    RépondreSupprimer