mardi 14 mars 2017

Dormir à Dernacueillette

Mon week end s'est réduit comme une peau de chagrin, coincé entre une conférence où je suis "opérateur images" et une réunion aussi inutile que malvenue...ce qui est le propre de maintes réunions.
Donc dans ce laps de temps restant, je ne peux aller loin, mais l'envie de la route me tenaille.
J'embarque mes deux passagers autorisés, Nina et Mathurin, et nous voilà sur les routes. En direction du département voisin, l' Aude.

Limite Aude / Pyrénées Orientales en relief calcaire des Corbières

J'aime beaucoup ce département qui n'a ni grandes montagnes ni côtes remarquables. Mais il recèle plein de trésors cachés, des lieux originaux et des monuments d'envergure : qui n'a pas entendu parler de la Cité de Carcassonne, du Canal du Midi,  ou des châteaux Cathares ?
Ce n'est pas vers eux que je vais et Nina la Goulue a du souci à se faire.


Nina : Tu as entendu ce qu'Elle a dit ? Je ne regarde pas la carte,je laisse le camion aller où il veut. Et s'il va dans une rivière ou des rochers ?
Mathurin : mais non c'est une tournure de la langue française qu' Elle emploie.
Nina : Pour tourner, ça tourne , ces routes.
Mathu: bon...passons...

Justement on passe, d'un département à l'autre dans un chaos de rochers, ceux de Vingrau et de Tautavel. Oui j'ai pris des routes au feeling et je roule dans un pays que je connais mais où je ne suis pas venue depuis longtemps.

Ce qui me montre les traces du grand incendie de l'été : il a tellement ravagé les vignes que les vendanges 2016 n'ont pas eu lieu, car ce qui restait a été dévoré par des hordes de sangliers affamés.
Mont Tauch, versant sud

Tout près, ce sont les traces de l'immense inondation de 1999, relayée depuis par d'autres crues dont le paysage garde les cruelles cicatrices. Il y avait eu des centaines d'hectares de vignes ravagées, l' Aude paye depuis des décennies de lourds tributs, mais ce fier département redresse toujours l'échine, la vigne est sa colonne vertébrale.
Paziols



Après Paziols et Tuchan, villages viticoles où platanes et maisons vigneronnes  occupent l'espace, j'oblique vers Maisons. La route entre dans le maquis, épais, touffu, sinistre et désert. Des km durant. A la végétation , à sa couleur et sa densité on peut deviner ce qui fut cultivé et devint peu à peu friche. Le paysage parle aux paysans dont je suis.
Maquis de chênes , bruyères et buis

Maisons : un village où elles sont peu nombreuses; je choisis toujours ma route au jugé, le maquis nous avale à nouveau et soudain franchi un petit col, le paysage s'ouvre, le Mont Tauch, la montagne d'ici pointe son nez plat, relief tabulaire typique des Corbières.

Mont Tauch, 917 m, versant nord

Soudain j'arrive à Dernacueillette et je sais que je vais me poser là, tout juste à 100 km de la maison.



Cascade de Bairal : 70 m de haut






Parce que Dernacueillette a un nom charmant, qui chante, qui parle d'accueil ou de cueillettes , en tout cas il parle de calme, de nature et de sérénité.

Parce que je vois se profiler, au dessus du village, quelque chose qui est là pour me séduire, une belle cascade.
Et les cascades, j'adore.

Je m'y rends tout de suite et je sais que je n'irai pas plus loin dans mon voyage, sinon à pied.

Nina et Mathu sont fascinés et effrayés pourtant chacun veut sortir et se promener. Ils sont bizarres...




Ma première impulsion est de grimper le long de la cascade, ce qui n'est guère difficile jusqu'au moment où la pente devient très raide et où ma grimpe ne poserait aucun problème mais la descente oui. Je cherche un autre passage et je découvre avec stupéfaction un ancien lit de la cascade qui a beaucoup servi puis qu'il est profondément entaillé et flanqué d'une vaste marmite de géant : à quoi doit il son abandon ? Sans doute à un éboulement qui en a bouché l'accès.
En tout cas aucun accès pour moi.
Ancien lit et marmite de géant

Quelques traces de cordes et pitons me disent que ce lieu ne s'escalade pas facilement.













Je ne suis qu'à moitié parcours et déjà mon camion est tout petit en bas











Après le repas et l'averse brutale, je repars, casquée, un rouleau de corde autour de moi. Mais je renonce, le passage me paraît ardu quand même.



Comme je suis obstinée et captivée par cette cascade, je ne m'avoue pas vaincue et je pars à l'assaut des taillis que je remonte à la manière des sangliers.






Sous bois épais, muraille calcaire à longer puis à franchir et me voici en train de danser sur des crêtes calcaires, déchiquetées , presque au surplomb de la cascade que j'entends mais que je ne vois pas : déception.

Par contre le paysage, devant mon regard, est superbe, lavé par l'averse et traversé d'une étonnante lumière dorée: le Mont Tauch, Dernacueillette caché dans cet écrin


Et mon camion n'est plus qu'une miniature...







Soudain mon regard qui scrute les futaies aperçoit un sentier magnifique. Je désescalade la roche et trouve une autoroute des sous bois, balisée, joli sentier, désert heureusement car avec mon casque et mon rouleau de corde j'ai l'air fin !



Sentier de randonnée


Je quitte le sentier sur une trace confuse qui s'enfonce vers la rivière et me voici au sommet tant convoité, non d'une montagne cette fois, mais de la cascade.

Le Torgan est un paisible ruisseau, né il y peu de temps mais qui s'apprête à se jeter dans le vide.
Ce que j'ignore, ayant refusé les services de ma bonne vieille carte, c'est que cette eau va finir sa course dans mon département, dans les eaux bleues de la Méditerranée.
Cela n'eut rien changé à l'histoire toutefois ni au cours de la cascade :-))

Que c'est beau et angoissant, cette eau qui plonge de 70 m dans le vide entre des rocs, dans des trous, des vasques , à grand fracas, avant de caresser les oreilles de Nina et Mathurin. Tout en bas .


Le haut de la cascade



Le grand saut dans le vide
 Je redescends avec mon inutile cordage, par le chemin des sangliers, dans de grands craquements de branchages et je rejoins mes deux curieux pas très rassurés. Surtout Nina à qui je présente un compagnon à quatre pattes plutôt incongru : le nageur de la cascade!
Nina : " Achhh ! mais c'est quoi cette boule à quatre pattes ??
Moi : Un crapaud Nina
Nina : Vite ! Au camion ! Quelle horreur ! Mathu ! Si tu voyais...
Mathu, à moi : qu'il ne te prenne pas l'idée...
Moi : "Euh...non, ce n'était pas mon idée, rassure toi..."
 (lui, il est capable de me mordre si je persiste )







Sur ce, après séance lecture, écriture et farniente, nous gagnons Dernacueillette
 prête à nous accueillir pour la nuit.

Un grand vent se lève, balaie le petit village de 40 habitants chargé d' Histoire, avec son château monumental ; le Torgan calmé après sa chute  chantonne près de nous, les lumières dorées du village s'allument sur le silence, les rafales de vent et l'horloge qui égrène les heures au fronton de la vieille école devenue mairie.



Oui la nuit un peu fantomatique va recouvrir Dernacueillette.
Une grosse pleine lune se lève sur le Mont Tauch, tourmentée par une chevelure de nuages qui caresse son grand front de lune intelligente.


Nous allons bien dormir à Dernacueillette : demain je vous emmènerai dans ses rues et nous suivrons le Torgan qui n'en a pas fini avec ses facéties. Oui, demain...Mes chats se pelotonnent, ronronnent et s'endorment bercés par le vent fou qui finit par emporter les notes de l'horloge ....


                                                                                                                                  A suivre.....

14 commentaires:

  1. Magnifique cette cascade et tout. les photos et la peurs des minets mdr je les comprends le crapaud est à faire peur bises et merci pour la ballade

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'Aude est une terre de balades, que je redécouvre toujours avec un immense plaisir. Ma cascade a du te faire sourire, toi qui reviens de celles impressionnantes dont "les îles" ont le secret...Bises

      Supprimer
  2. Passionnant ! J'avoue que je me sens plus à l'aise dans ces collines de l'Aude, ces vieux villages et ces châteaux que sur les sommets "enneigés" des Pyrénées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'imagine. Il faut de tout pour faire un monde mais tout fait le mien, je me sens bien partout sauf : dans les villes, les magasins, les réunions, les réceptions et les lieux publics. Cela fait beaucoup de restrictions...A suivre dans les terres d' Olivier de Termes

      Supprimer
  3. Amédine La Cascade à Dernacueillette Vous attendait C est Elle qui Vous a guidée pour Vous faire oublier le tumulte " d en bas " :) Comme Vous J Aime Beaucoup L Aude restée plus Rurale plus Sauvage plus Tranquille :) J Adore La Première Photo de Nina & Mathurin Ils s en paye une tranche tous Les deux Lol :) Calinous aux Minous Bisous à Vous Pensées pour Lison :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'Aude est un département charmant où se trouvent plein de curiosités géologiques à l'écart des grands chemins. Faut aimer. je préfère cela à ses grandes plages de sable blond; mais il y a les étangs, des grottes, La Clape, les Corbières etc...etc...la liste est longue... Bises

      Supprimer
  4. CC... Quelle est belle cette cascade... encore un paysage à couper le souffle... Merci !!!
    Douce soirée, Bisous, Câlins à tes Félins (en particulier aux 2 voyageurs ;))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Miss Parker, comme une oeuvre au point de croix, je rebrode les sentiers inédits de la région...Bisous

      Supprimer
  5. Joli petit village que je ne connaissais pas, la cascade est magnifique et on se laisse emporter par ton récit très vivant. Les chats ont l'air de se régaler, ils sont curieux de tout découvrir comme toi. Les animaux ressemblent à leur maître !
    Bonne soirée Amedine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les chats sont des bêtes ordinaires et curieuses au sens de pure curiosité, la leur. Tout les intrigue mais ils sont fragiles, un rien les terrifie et peut leur donner des réactions insoupçonnées. Faut les surveiller de près. je dois leur ressembler hihi. Bises

      Supprimer
  6. Quel joli village. Quelle belle région !! et cette
    cascade dont on croit entendre le chant. Les deux
    compagnons de tes ballades ont l'air de bien apprécier .
    Caresses à tous les deux. Bises pour toi, l'aventureuse.
    ELZA

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des chats aventureux: craintifs et curieux à la fois. faut dire que je ne les épargne pas dans les périples. cela leur fera de beaux souvenirs si un jour je pars avant eux...ce que je ne souhaite pas pour eux. C'est souvent mon angoisse. Je t'embrasse

      Supprimer
  7. Coucou Amédine,
    Je suis toujours très intéressée par ce que tu publies. C'est magnifique.
    Et en plus tu as tes petits voyageurs avec toi c'est encore plus TOP.
    Je te fais de gros bisous
    Chantaloup

    RépondreSupprimer
  8. Tu aimes la difficulté, Amédine, et tu la trouves alors même qu'il y a un sentier bien plus praticable à côté ! Tu m'as bien amusée. Merci ! :-)

    RépondreSupprimer