mardi 28 mars 2017

Montgaillard avait bonne mine

Montgaillard est un petit village de l'Aude, département voisin du mien.
Montgaillard a quelques maisons, quelques habitants, quelques vignes ...et quelques anciennes mines désaffectées.
Montgaillard 



Je redécouvre Montgaillard sous le grand et chaud soleil de ce début de printemps, bien loin de la grisaille de l'autre jours (cf mon article ...clic ici).
Son clocher laïque ne respecte pas l'heure, ni l'ancienne d'hier, ni la nouvelle de ce matin mais l'Aude est rebelle par essence. Montgaillard somnole comme un serpent repu au soleil.



La place de Montgaillard, face au Mont Tauch






Comment ai je découvert ce site  que rien ne  signale ?
Ma légendaire curiosité m'a fait "éplucher" le site de Géoportail à mon retour, l'autre jour, car je n'avais pas de carte détaillée de la région. A noter que j'étais alors partie sans but précis. Et voilà que la carte indique "anciennes mines". Un petit tour sur Google pour en savoir plus et me voici en ce beau jour bleu en train de pique niquer avec mon petit Kangoo que je viens tout juste d'aménager. Aucun chat n'est du voyage mais un sac à dos, une grosse lampe et une corde, sait on jamais, sont dans le kangoo. Ainsi qu'un couteau...Je pars dans le désert.
Presque l'été !
Mini camping car en kangoo

Une jolie piste de terre longe trois vignes, croise une rivière cristalline et s'enfonce en grimpant dans le maquis désert et odorant où chantent les oiseaux.



Tout au fond le site minier









Vignes et Mont Tauch







Nulle présence humaine. J'ai pour me guider des morceaux de carte sur l'écran de mon APN: suis je sur la bonne voie ?
Soudain au sol je remarque un caillou étrange et je sais que j'y suis.






 La première mine est là, en bord de chemin, dans la falaise, petite et à ciel ouvert. Je m'en approche en écartant les buissons.
Des étais en bois pourri jonchent le sol. Rien à voir ou presque, sur ce site.

Petite mine à ciel ouvert


Je continue et au croisement des pistes, j'imagine que les mines sont sur celle abandonnée qui se mue en sentier de sioux. Bien vu.
Finalement pour les mines c'est les deux voies

Sentier vers les mines à ciel ouvert

J'escalade le cône de déjection


Puisque un pierrier me dit que c'est juste un cône de déjection de mine.
 J'escalade le calcaire sonnant en trébuchant et, au sommet, je LA vois, la mine désaffectée. Elle  est assez vaste, profonde, à ciel ouvert, envahie de buissons mais elle a bonne mine : de belles couleurs.
Alors , revenue chez moi , je me penche sur ces mines où j'ai levé les yeux.
















Barytine , malachite et azurite



La mine à ciel ouvert



Un peu de géologie :
L'Aude a une région calcaire nommée Corbières, très vieux site géologique du "trias" (moins 200 à 252 millions d'années). Bien sûr à cette époque il y avait de l'eau salée ici, c'était bien avant la naissance des Pyrénées qui eut lieu il "n'y a que" 40 millions d'années.
Je ne vous conterai pas l'histoire mais de ces rencontres géologiques naquit une roche blanche, ou brune  nommée barytine, riche en baryum et en autres minéraux . Le baryum signifie lourd ce qui n'est pas un vain mot puisque à taille égale un caillou pèse le double d'une roche ordinaire. Ici il est d'un blanc immaculé mais ce qui en fait le charme ce sont les inclusions de malachite et d'azurite qui lui donnent d'incroyables couleurs.

Dans ces lieux audois, l'extraction de ce minerai, connu et extrait dès l'époque romaine, ainsi qu'au Moyen Age, se situa surtout au 19 eme siècle et jusqu'en 1960; le minerai partait alors par Port La Nouvelle. Ce minerai avait de multiples utilisations industrielles : en extraction pétrolière, fabrication de plastiques, peintures, verres, béton, en médecine, en joaillerie et en élaboration de pigments.
Ce minerai peut avoir différentes teintes selon le sol mais ici il est blanc, mâtiné d'azurite (connue dès l'époque égyptienne, au 27 eme S av JC) et de malachite (mentionnée par Pline l' Ancien). Ces deux minéraux sont utilisés en joaillerie et en objets ornementaux, polis, ciselés, taillés. Magnifiques. C'est l' azurite qui donna son nom au "bleu de cyan".

La mine creusée en grottes
Et que mes yeux émerveillés découvrent dans une troisième mine exceptionnelle car creusée dans la falaise, avec des passages couverts, des voûtes, des galeries et des puits de lumière. Malgré ma lampe je ne m'aventure pas très loin...Il règne un silence et une fraîcheur de cathédrale , avec de belles lumières diffuses et des couleurs somptueuses.


















Cependant le plafond, s'il n'est pas celui de "la Sixtine" est un émerveillement de couleurs et de lumières mouillées par les infiltrations.


en blanc : la barytine

en vert la malachite

en bleu, l'azurite




Le décor

quasi souterrain, le décor


Je me sens petite et écrasée, je ressens l'isolement et la solitude, j'éprouve un immense respect pour la Nature. J'ai du mal à m'arracher au site malgré mon manque de courage pour m'aventurer dans grottes et galeries.

Je regagne le grand soleil et la lumière crue, un autre monde.

Un peu plus loin, d'anciens bâtiments miniers se devinent sous le lierre.





en haut, cônes de déjection
des mines
Je reviens sur mes pas et dans ce chemin à l'envers je vois sur les hauteurs, ou ailleurs, des cônes d'éboulis qui indiquent d'autres mines. Où je n'irai pas.
Mais je devine dans les broussailles les anciens chemins; le paysage parle, il faut juste l'écouter.



Je vais changer de secteur, vers le village voisin : Maisons.
Une route sinueuse à travers bois me conduit entre 2 cols :  Ferreol et Couisse. A moi de me débrouiller avec mon bout de carte dans l' APN.
Je ne pouvais mieux faire. Ici c'est sinistre bien que près de la route.
La première galerie, fermée par une grille, s'enfonce sous terre, c'est un vrai ruisseau.
Je ne vois point de barytine . La roche a une couleur bleu gris que je ne sais identifier. Du fer ? Sottement je goûte et je crache : et si c'était de l'arsenic ??


Galerie de mine ou de drainage ?

La roche

Je poursuis un chemin détrempé en contrebas de la route, dans un lieu où la végétation grandit , recouvrant peut être des sites invisibles. Je ne vois rien sinon une sorte d'inquiétude lourde poindre en moi. Arrivée à un emplacement assez large, un vieux poste électrique se défait au fil du temps. Tout en pressentant que ce site a une importance, je rebrousse chemin, il n'y a rien d'engageant ici. Pourtant, plus tard, chez moi, je verrai sur Google combien le site était riche et stratégique! C'est le coeur de la vaste exploitation argentifère connue depuis l'Antiquité : un site majeur nommé la Canal, dont Google donne une fabuleuse description. Aucun regret, je ne m'y aventurerai jamais seule. Mais accompagnée...

Parlons un peu de cette mine de La Canal (plomb et argent ) que je ne verrai pas, fermée par une grille. Elle aurait été creusée par les Romains ou par les Maures.

La galerie et le canal sur la droite
image internet


La galerie noyée : image Net
On y  a retrouvé des amphores, des meules, des ouvrages hydrauliques et des fours. Un canal de 30 cm de large courait le long de la galerie très longue et drainait l'eau d'infiltration. Des recherches n'ont pas permis de trouver le coeur de la mine effondré depuis longtemps. Plus tard en ce site une installation a été créée pour traiter un gisement d'antimoine : il n'en reste qu'un vieux poste EDF des années 30. J'effleure un pan de l'histoire minière sans en avoir conscience. Aurai-je le courage d'y retourner ?
Tout en marchant je me dis combien il serait intéressant de faire revivre ce passé par un circuit, un parcours commenté, des panneaux.
Je remonte sur la route, reprends la voiture et  en suivant la voie, je remarque des petites carrières dans la falaise. Je m'arrête et entreprends d'explorer la plus grande : quelle surprise !

La falaise et la mine : extraction à ciel ouvert
Détail de l'excavation 



Un relief tourmenté, des excavations creusées dans le roc, des galeries qui s'enfoncent dans le ventre de la roche, naturelles ou non, des creux d'ombre que ma lampe ne balaie même pas. Inutile de dire que je n'entre pas !

J'escalade la falaise en haut de laquelle une plate forme maçonnée  semble être un lieu de départ du minerai : par câble aérien peut être car c'est juste à l'aplomb du poste électrique de tout à l'heure.
Beaucoup de questions et peu de réponses.

Du haut de la falaise (en contrebas du kangoo, le site de La Canal)

Excavations vues d'en haut
Ici sans doute était aussi extraite de la barytine car il y a du beau minerai bien lourd, blanc et brillant.
Un patrimoine :
Quoiqu'il en soit, je n'ai vu qu'une très faible partie des 300 mines qui furent répertoriées dans le secteur (Palairac, Padern, Montgaillard, Maisons). Mines de cuivre, argent, barytine, fer, or, plomb, antimoine, galène. Beaucoup furent exploitées dès l' Antiquité ou au Moyen Age( Au Moyen Age une querelle féroce opposa les Seigneurs de Termes et l' Abbaye de Lagrasse, concernant cette richesse notamment au niveau des métaux précieux) , on en recense aux 17 eme, 19 eme mais une chose est certaine, le 20 eme vit leur mort.
Une thèse leur fut consacrée en 1986 par Gauthier Langlois, dans le cadre de ses études universitaires.

Le chemin de fer arrivé en 1901 dans ces contrées leur redonna de la vigueur et les mines du Monthaut, que je n'ai pas vues vont  avoir l'honneur de ma visite car des restes de transport aérien par wagonnets sont encore visibles et attisent donc ma curiosité insatiable.

Ainsi se termine mon petit voyage hors des sentiers battus, dont on aimerait bien, pour une fois, que de vrais sentiers de découverte voient le jour. Mais sur ces 300 mines, peut être un site que je n'ai pas rencontré est il ouvert au public ?

A bientôt donc pour de nouvelles aventures en....


Car sur le chemin du retour, j'ai trouvé une autre curiosité à aller explorer et pas minière cette fois.
Sur mon second blog je me pencherai sur "L'insolite et moi". Bientôt.


C'est fait : sur mon 2nd blog : "l'insolite et moi" (clic) vous attend


11 commentaires:

  1. Encore de belles découvertes assez étonnantes. .le sol et les grottes réservent des surprises un récit toujours précis tu fais revivre le passé merci pour nous les raconter et des images toutes en couleurs . Je me suis évasée avec toi .bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tant mieux Annie si tu as aimé cette promenade particulière. C'est un site peu connu sauf par les gens du coin et malheureusement enfoui dans la végétation. J'aimerais le voir entamer une seconde vie. J'essaierai de voir s'il y a des visites accompagnées, j'ai vu qu'existait une association. Bises

      Supprimer
  2. Amédine Vous Vivez des Découvertes comme en Rêvent Tous Les Enfants peut être au fond Vous êtes Restée L Enfant d il Y a quelques Années :) Ces Pierres Sont des Bijoux :) Calinous aux Minous Bisous à Vous Pensées pour Lison :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr que j'ai gardé une âme d'enfant et que je suis complètement décalée dans ce monde moderne. Qui me sert toutefois avec modération mais efficacité par exemple internet, les véhicules, le téléphone portable. Voilà alors je m'émerveille de tout un peu comme mes chats; bises

      Supprimer
  3. Voilà des sites, refermés par des gens qui ne voudraient sans doute plus en entendre parler. Ils ont laissé la nature faire son oeuvre, preuve de leur volonté d'oubli. Et toi Amedine tu nous les fait revivre et aimer. C'est pour cela que je te suis régulièrement et que j'apprécie tes récits.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a une association à Palairac que je vais essayer de contacter par la mairie, si elle existe toujours pour essayer de me faire accompagner. Tout m'intéresse là dedans,en particulier la géologie bien sûr mais aussi cette vie d'autrefois à préserver un peu. Pour la mémoire des anciens qui y ont trimé. Alors quand je ne vais pas en montagne, je voyage autrement. Merci fidèle lecteur

      Supprimer
  4. Un sujet qui m'intéresse car je ramène des pierres des 4 coins du monde ! Je ne connaissais pas l'existence de ces mines que tu fais revivre magnifiquement, elles méritent un détour et même comme tu le dis une visite guidée. J'adore les couleurs des pierres mais l'atmosphère qui règne dans les grottes m'angoisse un peu, je n'aurais pas pu y aller seule, bravo de l'avoir fait et de nous l'avoir conté. Toujours un plaisir de te lire. Câlins à tes minous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. euh...j'avais l'estomac noué mais la curiosité l'a emporté! Autant je peux grimper des 3000 m autant à 2 m sous terre c'est nul pour moi. J'avais envie de m'offrir une séance spéléo découverte à Cabrespine 11 pour juguler ma peur. je crois que je le ferai. Non franchement c'est beau ces mines de barytine avec ces couleurs remarquables. Plus beau que les carrières de marbre rouge de Caunes (11) qui fournirent le Petit Trianon quand même!A bientôt

      Supprimer
  5. CC... Ben dis donc, je ne savais pas que le département de l'Aude recelait toutes ces mines !!!
    Une surprenante découverte... je comprends que tu n'aies pas osé t'aventurer plus loin... mais tout ce que tu nous montres est déjà superbe.
    En effet, des visites guidées devraient être fort intéressantes.
    Douce soirée, Bisous, Câlins @ tes Félins

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. l' Aude, département sans caractère sur la carte est un trésor de découvertes ! Je l'adore ce département, pour cela. T fais 3 pas il y a un truc à découvrir qui saute pas aux yeux au premier regard. Mais tu en as pour un moment à fureter !! Bisous à toi

      Supprimer
  6. Moi je pense, curieuse comme tu es, que tu y retourneras, mais accompagnée, Amédine, accompagnée, hein ! :-)

    RépondreSupprimer