samedi 20 juillet 2013

11 ème balade en vignes

Balade en vrilles


L'été, un peu incertain, inhabituel toutefois, fait sommeiller 
les villages au grand midi.
C'est l'heure de la torpeur estivale.


Le matin, bien au contraire, la campagne bruit des activités viticoles; beaucoup de travail car certaines activités de mai et juin, fort en retard se superposent à juillet, et en juillet, il est des heures où il est impossible de travailler dans les vignes. 
Trop chaud pour l'homme, trop chaud pour les machines.

Nous sommes le 20 juillet et, cette année, la vigne continue gaillardement de pousser.
L'herbe aussi !
Alors on rogne, on tond, on travaille, je me crève, les autres aussi.

La vigne, c'est aussi une histoire plus poétique, celle des vrilles.



Sur un rameau de vigne, le sarment, se trouvent, au départ près du cep, des raisins, 2 ou 3, c'est selon.

Et puis viennent les vrilles, sortes de charpentes de raisins nues et sans grains, plus fines car elles ne portent rien, mais très flexibles et mobiles car leur rôle est de fixer le rameau à un support.
Qui n'est pas toujours là.





Quand il y a un support, la vigne s'accroche; avec plus ou moins 
de force et d'élégance:







ça c'est du solide !


















Vieilles vrilles des années passées







Quand il n'y a pas de support, toutes les fantaisies 
sont permises à la vigne :






































































Certaines de ces fantaisies s'apparentent à de l'art.



Ou à un drôle se sourire en coin ...




4 commentaires:

  1. Lison bonsoir!
    La beauté de la nature dans tes photos!
    Merci et bon week-end!
    Bisou

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Géli, j'ai passé un super W End, à marcher dans la montagne et même sous la pluie; faut être fou ou presque...tu verras sur mon prochain billet; bisous

      Supprimer

  2. Encore un reportage très original. Ces
    vrilles sont tellement graphiques !!
    Sur certaines de tes photos, on dirait
    qu'il y a deux mains qui s'accrochent.
    Grâce à toi, je découvre les secrets
    et toute la beauté de la vigne. Merci
    à toi et à ton talent. Fais bien attention
    à toi, la chaleur augmente. Bises.
    ELZA

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou, Elza, je veux faire partager les petits coins secrets de la vigne; et il y en aura d'autres, surprenants, même. La chaleur me fatigue bien que je l'aime et je rentre d'un frais W End en montagne, un régal. Bises

      Supprimer