lundi 16 septembre 2013

Ma route préférée: la route 66


Non, ce n'est pas la mythique  Route 66 aux Etats Unis, celle qui fait 4000 km de long
 traverse
 8 états et 3 fuseaux horaires...

















Ma route 66 à moi, c'est la Départementale 4 dans mon département, le 66.
Mais elle est aussi grandiose que la précédente. A mon point de vue.
Parce qu'elle est isolée, discrète et impressionnante: certains ne l'aiment pas, d'autres en ont peur, moi, je l'adore.
J'y vais et j'y retourne toujours....


Cette route, je n'ai pas réussi à savoir quand elle a été construite, je la suppose datant des années 30; elle est étroite, sinueuse, en corniche dans un versant vertigineux d'une région nommée Garrotxes, (prononcer Garrotches), soit terre dure, ingrate et rugueuse.




Versants vertigineux


Canigou en toile de fond



Les Garrotxes se situent entre la vallée de la Têt, à Olette( 627 m) et le Capcir, haut plateau bordé de montagnes et de stations de ski dont les Angles.


Situation des Garrotxes

Autrefois, au début du 19 ème siècle, en 1830, il y avait 1830 habitants; il en restait 90 il y a 20 ans !
Autrefois, il y avait 2000 hectares cultivées, il en restait 1/2 hectare en l'an 2000 !
C'est dire si la région de plus de 8000 hectares est devenu un désert! C'est l'avènement du chemin de fer en 1911 à Olette ainsi que la guerre de 1914 qui ont contribué à cette désertification.


Il reste aujourd'hui une montagne sèche et stérile.
Certes les terres étaient arides mais accueillaient des céréales pauvres ( seigle, orge, avoine) du fourrage pour le bétail, un peu de vigne jusqu'à 850 m et surtout de l'élevage transhumant.
Aujourd'hui plus rien ne subsiste: l'oeil avisé ou curieux décèlera d'anciennes terrasses, d'anciens chemins sur les rives escarpées du cours d'eau bondissant qu'est le Cabrils.




Vallée encaissée du Cabrils

Cascade du Cabrils


Ancien chemin muletier dans un paysage stérile

Petit pont franchissant la rivière entre Railleu et Sansa
Moi, j'aime cette route parce que la vue est splendide, le paysage austère mais aussi parce qu'elle est étroite, sinueuse, que la conduite requiert beaucoup d'attention et de dextérité et que j'aime, 
tout simplement, conduire



Il y a des a-pic vertigineux.

Croisements difficiles ( c'est mon véhicule)


Mais on y fait de belles rencontres, outre les chemins, sentiers, murettes et petit pont.
La jolie chapelle de Cabrils, sur l'autre rive, par une piste qui m'appelle, par exemple: je fais la halte dessin et peinture pendant que sur la route circulent motos (leur paradis) et vélos (leur enfer).
Chapelle de Cabrils (855 m)


Racine de chêne

Source ferrugineuse

Bruyère mauve

Papillon vorace
Et un étonnant terrier entre deux dalles de schiste.



Il y a seulement 5 villages dans les Garrotxes:
Sansa
Sansa 1414 m


Railleu: 1355 m




Railleu dans son site naturel

Ayguatebia (eau tiède) ainsi que Talau qui en fait partie, Oreilla et Caudiers (eau chaude)

Ayguatebia 1335 m


A Ayguatebia, le paysage change: on quitte le schiste omniprésent, ferrique et rougeâtre
 pour le granit.
D'ailleurs, des carrières de granit ont fourni autrefois les matériaux pour des ouvrages d'art (ponts, centrales, murs de soutènement etc...)


La route change aussi d'aspect, le paysage verdit, et l'on grimpe jusqu'au col de la Lloze: 1861 m

.



C'est le royaume du granit, des pâtures, de la fraîcheur et des conifères. La route est belle mais....la conduite trop facile (sauf en hiver).

Cette route, ma "route 66", conduit en Capcir. Le Capcir est un plateau à environ 1400 m d'altitude, cerné de montagnes et de domaines skiables: les Angles, Formiguères . De belles montagnes et de beaux lacs y convient à la randonnée.


Le Capcir en 66







 Le Capcir en "vue aérienne", depuis les forêts qui le surplombent.


 Ma route s'arrêtera là, ou presque...
Juste un arrêt à Formiguères, le coeur du Capcir où je prendrai le temps de boire un verre en dessinant l'église:

Eglise de Formiguères






Architecture en vin
Mon périple se terminera à Mijanés en Ariège où j'essuierai une nuit de tempête avant de m'éveiller dans une aube laiteuse, ouateuse et feutrée...




Mais j'ai encore des surprises, à partir de "ma route 66": cela reste une affaire à suivre...
ou une affaire qui roule.


11 commentaires:


  1. Eh bien voilà... je vais commenter avant
    d'aller sous la couette. Je trouve cette
    ballade très impressionnante. Des endroits
    de France que l'on ne connaît pas du tout.
    En fait, grâce à tes ballades, tu vas là
    où il n'y a personne... ou presque. Et c'
    est ça ,qui est intéressant. Nous, on se
    disperse ici et là... au lieu de bien
    connaître à fond une région de notre choix.
    Personnellement, je l'ai fais avec la
    Bretagne. Sauf les îles, hélas ( à part
    Belle-île où j'ai de la famille). Merci
    à toi de nous offrir ces endroits étranges,
    mystérieux, peu connus. Bises et bonne
    semaine. ELZA

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien les coins perdus, oubliés, à l'écart des routes et vivant d'une vie intense et bruissante, cependant discrète. Bises Elza

      Supprimer
  2. Bonjour chère Lison!
    Merci pour cette longue et belle ballade!
    Tu aimes des aventures je pense ...
    Cette rue est très dure pour conduire je trouve mais pas de problème pour toi!
    La vue est magnifique et la chapelle dans la montagne magique ...
    Ce papillon est féerique et j'ai jamais vu ...
    J' aime la nature et le calme et je pense cet endroit est très agréable pour moi ...aller un peu et voir les petits trésors près de ta route 66!
    Merci chère Lison pour me faire un peu rêver de ton beau pays!
    Bonne journée!
    Je r' embrasse!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, j'aime cette nature préservée et sauvage qui me correspond et aussi à ma curiosité. Je t'embrasse

      Supprimer
  3. Je connais Sansa et Ayguatebia, j'y allais à la pêche avec mon père quand j'étais petite...
    Quant à Formiguères, c'est presque "chez moi", je faisais du vol à voile à la Quillane quand j'étais adolescente...
    Encore un parcours chargé d'émotions, merci, Lison !
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je suis heureuse de réveiller tes souvenirs; tu en trouveras d'autres au fil de mes pérégrinations... Bisous

      Supprimer
  4. Bonjour Lison.
    Tu as l'art de dénicher des endroits précieux qu'à loisir nous pouvons découvrir grâce à tes jolies photos. Quelle sensation de liberté !
    J'aimerais bien que tu nous montres tes dessins de randonnées...
    Bisous et bonne journée amie éprise de liberté

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'art de dénicher, oui, parce que je suis amoureuse des lieux sauvages. Quant à mes dessins...mmmm, je ne suis pas douée, juste c'est le plaisir de se poser et d'observer. Mais je vais prendre des cours pour travailler le dessin, la couleur et donner relief et profondeur à ce que je fais qui est trop plat. Bises

      Supprimer
  5. Bonjour Lison !
    J'ai pris une fois cette route !Papy avait le vertige et moi je n'avais plus de batterie pour faire des photos .Nous allions jusqu'a Caudies de conflent pour récupérer la Llagonne et rejoindre Quérigut .
    Je ne suis pas sur que Papy reprendra cette route .Je vais lui montrer tes photos .
    Bon ben pour Dimanche matin je vois que nous avions la même brume même a quelques km de distance .
    J'étais chez moi tu aurais du passer n'hésite pas une autre fois avec plaisir !
    Bisous Mamé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je n'ai pas osé passer mais j'ai pensé à toi en traversant Quérigut. Vrai, cette route est vertigineuse. Mais belle. Bises

      Supprimer
  6. Une affaire à suivre, Lison ? Mais nous te suivrons avec grand plaisir sur "ta route 66" ! Elle est vraiment vertigineuse et il faut vraiment aimer conduire, oui ! et surtout ne pas être distrait au volant... (sourire) De plus, elle permet de découvrir plein de trésors. Merci encore pour cette belle balade, Lison. Bises du soir.

    RépondreSupprimer