samedi 1 février 2014

Pas à pas dans la neige Capcinoise

Je découvre le Capcir version hiver.
Comme on l'appelle ici "la Petite Sibérie", je l'avais toujours fui : il connait les moins 30°,
 pas moi, merci.
Et j'ai peur pour mon camion, et mon chat, pas pour moi.
Le Capcir, au fond des Pyrénées Orientales, une petite région riche en stations de Ski : 
Les Angles, Formiguères..
Département 66

Le Capcir en Pyrénées Orientales













J' y consacre donc mon appétit de montagnes enneigées. 
Ne me suivez pas, refermez la page, si je vous lasse avec les montagnes. 
On dit, en France, que janvier est le mois du blanc (le linge), pour moi, c'est le mois du blanc, autrement. Et au delà de janvier...

Jour 1 : après midi. 12 km

Le Lac des Bouillouses( 2005 m)  est une vaste retenue d'eau dans un cadre de montagnes superbes, avec les Pics Péric, au fond.

Version été

Version hiver

Une route  serpente à travers la forêt, très pittoresque l'été, en suivant le fleuve "La Têt", mais en hiver, les 5 derniers km sont à parcourir à pied, ce qui donne quelques images cocasses.


Version été

Version hiver




















On ne peut le nier !













Le lac de barrage  est complètement gelé et se traverse de part en part à pied, sur les bords; pas de traces au milieu.
J'y vais avec précaution, la peur au ventre : imaginer ces mètres d'eau sous les griffes de mes crampons me terrorise.


Les Péric en hiver : 2690 m & 2810 m

Au printemps
Le paysage de glace est somptueux, cependant; ce n'est pas l'air des montagnes qui me grise mais la beauté du site.

Cristaux, couleurs et draperies

Solitude...Solitudes...

Juste une petite randonnée de 12 km pour se mettre en jambes pour demain.

Jour 2: on y va ! En piste pour 22 km de marche!


Les Angles et le lac de Matemale 1540m 


J'ai planté ma "chambre" aux Angles et c'est un matin très gibouleux qui m'attend; une fine pellicule de neige est tombée cette nuit et le soleil joue à cache cache avec les nuages, les flocons, le vent glacé, un vrai temps de marche à pied.

Lison m'attend dans le camion

Je démarre à 1800 m direction le lac d' Aude : le dénivelé est faible,  juste 300 m, mais la route est longue et surtout belle. Les raquettes seront de sortie  aux passages sous le vent, là où la neige s'est accumulée.
Ou bien pour couper à travers bois, au retour, quand la tentation est forte de fouler des espaces vierges.


Le ciel tourmenté
Je traverse en solitaire des forêts d'arbres de Noël, poudrées de blanc, à l'abri du vent. Comme d'habitude je n'ai pas froid et je savoure les premiers chants d'oiseaux de printemps.
Quelque chose a changé dans l'air, malgré les rafales, les couloirs d'air glacé et la quasi absence de soleil.
malgré la neige qui tourbillonne, arrachée aux cimes et précipitée vers moi; ce quelque chose a un air de printemps, de giboulées de mars. Ne nous leurrons pas, la montagne est versatile.


Quand la pierre essaie de jouer les cabanes

La piste dans la forêt

Une forêt de sapins de Noël

Souffrance

Un pathétique défunt





Randonneur solitaire
L'Aude entre des tranchées de neige





Et puis je rencontre l'Aude, LE fleuve de nos voisins, qui naît  en Capcir, au lac auquel j'ai hâte d'arriver.



Le bien justement nommé Lac d' Aude. A 2134 m d'altitude.
*Le décor du Lac d' Aude


Sur le lac, face au nord
En continuant le chemin, en franchissant ces collines, on arrive au lac des Bouillouses où j'étais la veille; cela paraît loin et c'est tout proche.
Je marche sur les eaux gelées du lac : c'est curieux, ici, je n'ai aucune peur, c'est vrai des skieurs sont passés avant moi, cela me rassure.
La peur rétroactive me viendra plus tard, chez moi, bien enfouie sous la couette : et si la glace avait cédé?

Je me morigène :"Mais elle n'a pas cédé ! Alors, tranquille !"



"Promenons nous sur le lac "

Mes pas

Sur le lac, face au sud

Il me faut m'arracher au charme des lieux : 11 km m'attendent, mais ce sera encore régal.
Surtout avec le massif du Cambre d'Aze et les Pyrénées en toile de fond.

Champs de neige , Cambre d'Aze et Pyrénées.

Cirque glaciaire du Cambre d' Aze et son sommet 2750 m
Version bleu glacé.
(Cambre d' Aze signifie en catalan "chambre de l'âne")
Version noir et blanc, des couloirs vertigineux
 Des paysages à couper le souffle qui portent mes pas vers la fin de ma balade,
 les yeux dans les nuages.



 
Il ne me restera plus que la route -belle également- pour rentrer chez moi au terme de 34 km de marche dans le week end.
Non je ne suis pas fatiguée, ni endolorie, je suis aguerrie. Et puis, je n'ai pas beaucoup grimpé.
Seulement 2 fois 300m de dénivelé.




17 commentaires:

  1. Je suis émerveillée par ton billet .Tes photos sont superbes, j'aime les comparaisons été /hiver , les photos N& B .Un paysage grandiose , magnifique et silencieux. Tes commentaires sont très vivants et rendent la randonnée animée.
    La nature est notre paradis où l'on se ressource profondément.
    Belle soirée, bon dimanche, bises Lison

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adhère entièrement à ta phrase sur la nature. Je vis au contact très proche de la nature depuis mon plus jeune âge, elle est ma seconde peau. Merci pour tes commentaires; je suis certaine de ne pas t'avoir lassée. Je pars demain...devine! En montagne, bien sûr! Bon dimanche à toi

      Supprimer
  2. Encore un de tes formidables reportages !! J'ai eu une grosse panne
    d'ordinateur ( tout le truc électrique a cramé !!) et je suis ravie de
    retrouver tes ballades lointaines. Tu fais toujours des photos qui
    nous permettent de bien comprendre ces régions. On te suis
    " pas à pas ".. ça me fait tellement plaisir de me balader à
    nouveau en ta compagnie ( comment vont tes colocataires à
    quatre pattes ?). Je te fais les bisous du dimanche ( presque
    2h du mat !!).. Bon dimanche et fais bien attention à toi.
    ELZA

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Elza, contente que tu reviennes parmi nous avec ton joli blog : vite, vite ! Mes chats sont tous sur le Kali'sClub de Norma (il y a eu 15 jours). Tout va bien chez toi? Ton matou aussi ? Bisous d'un Sud bien froid mais ensoleillé

      Supprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  4. Alors, tu as monté "l'accordéon" à pied, pour aller aux Bouillouses, et tu as osé les traverser sur la glace ?
    Incroyable ! Encore une balade que j'ai faite, mais l'été...
    Aux Angles, je logeais au Llaret, je ne sais pas s'il existe encore...
    Bravo à la petite Lison de t'avoir sagement attendue...
    Je pense être à Estagel le 16 avril, je te confirmerai par mail d'ici là.
    Je t'embrasse, Lison.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'ai monté l'accordéon à pied! Et j'ai marché sur la glace comme Tintin a marché sur la lune! Je ne connais pas le Llaret, à part le Mont Llaret (vu mais pas grimpé). J'arrive des Camporeils et cette fois Lison n'a pas voulu venir: et comme elle a bien fait; elle se serait congelée! L'accordéon, quand j'étais petite, on le montait avec une camionnette Citroën, la C4 1930, qu'il fallait équiper d'un gicleur spécial montagne !!! Que de souvenirs... Je t'embrasse et j'ai hâte de te connaître à Estagel

      Supprimer
  5. Bonsoir chère Lison!
    Il te faut faire un livre je trouve!
    Tu es superbe!
    Comme c' est beau et intéressant - ton billet et très beaucoup de travail!
    Le paysage est magnifique et calme - j'adore!
    J'espère tu vas bien!
    Passe une bonne soirée et à bientôt chez toi!
    Je t' embrasse!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Géli, j'y pense à faire un livre mais je t'assure, je n'ai pas le temps. Tu vois, là, c'est lundi soir et j'arrive -encore- de la montagne. Encore une balade grandiose, en raquettes. Je ne suis pas trop fatiguée, mais cette nuit, qu'il a fait froid dans mon camion! J'ai u soif et c'était des glaçons que je buvais. Mon chauffage aussi a gelé! Bon la marche m'a réchauffée mais c'est finalement un grand feu dans ma cheminée qui m'a réconfortée. Je t'embrasse, tu verras bientôt le récit.

      Supprimer
  6. Bonsoir Lison.
    Je suis éblouie par tes photos et ton récit. Quel courage ! Et quelle connaissance des lieux ! Je suis épatée voire émerveillée. Merci à toi de partager les moments essentiels de tes randonnées. Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  7. Je serai pas trop dépaysé dans ce sud là !
    Beau temps,belle neige,comme ici !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans doute, Claude : je vous suis pas à pas dans vos balades par le biais de vos splendides images, teintées d'originalité : j'adore votre blog.

      Supprimer
  8. Des paysages à vous couper le souffle, oui, tu l'as dit, Lison ! Que c'est beau ! Et je suis toujours admirative lorsque tu parles de tes randonnées en solitaire, vraiment admirative. Je ne pense pas que je pourrais le faire, pas le courage... :-)
    Bonne soirée, ma belle. Gros bisous.

    RépondreSupprimer
  9. Comment pourrais-tu nous lasser, Lison, avec les montagnes ? Il y a tellement de passion en toi lorsque tu nous en parles, que tu nous la communiques !... :-)

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour Lison,
    Je viens de lire ton récit et je suis assez surprise de voir que tu es allée marcher sur les glaces d'un lac de barrage... En connais-tu les dangers? Je connais très bien ce lac et il y a des flux dûs au pompage et cela crée des vides sous la glace, ce qui la fragilise grandement. Sois prudente... Manakel

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le lac des Bouillouses est fréquenté par les piétons l'hiver, sur les bords seulement mais dans toute sa longueur pour ceux qui vont vers les Péric. Moi, je n'ai fait que quelques dizaines de mètres, au bord, dans les traces des autres et un randonneur m'a effectivement parlé du pompage et du trou d'air sous la glace. Frayeur rétrospective. Merci pour ton judicieux conseil, je n'aime pas prendre des risques, j'aime trop vivre...

      Supprimer
  11. Très belles photos avec des ciels magnifiques. J'ai revécu ma balade d'aujourd'hui avec bonheur et émerveillement.

    RépondreSupprimer