jeudi 1 janvier 2015

" Et le vent l'emportera..." (Noir Désir)

Oui, Noir Désir chantait cela et pour moi c'était plutôt dans le Paradis Blanc que cela se passait....
Ce jour, 1 er janvier 2015.

Mais commençons par la fin en ce  1er jour de l'année, pour être plus originale.

Me voilà à plus de 13 heures face à ce paysage des deux Gras de Fajol, deux sommets derrière lesquels, depuis ce matin, le soleil s'amuse.

Les Gra de Fajol

 Vers l'aval, on se noie dans les bleus d' Espagne

Bleus d'ici et de là bas

Quant à moi, de retour de "là haut", je dévore charcuteries locales, et coq au vin issu de mes "talents". Accompagné d'un beau riz rond d' Espagne. Le tout arrosé de rosé. Dans mon camion, au grand soleil.
Avec une orange délicieuse issue de l'oranger paternel qui survit à son maître en râlant sans cesse.


Le soleil a encore glissé ses rayons derrière les Gra de Fajol, il me persécute depuis ce matin pour me geler!

Allons, revenons en arrière...Tout a commencé hier au soir, j'ai fait la halte à Setcasas, dernier petit village avant la station de ski catalane de Vallter 2000. Où je dors d'habitude. Mais pas ce soir.
Le froid vif y était annoncé, je me suis cachée derrière les murs de Setcases et j'ai profité un peu de la nuit carte postale de la St Sylvestre. 
Plus tard, bien au chaud sous la couette, avec Lison, nous avons entendu les feux d'artifice saluant l'an neuf.

Carte postale de notre soirée du 31 décembre 2014
A Setcases


Le soleil n'est pas encore très bien réveillé quand je m'élance sur la piste de ski; la station est à 2000 m et la neige bien installée à environ ...2030 m ; quelle ironie... Cela n'empêchera pas le parking, à mon retour d'être bondé, on fait la queue pour une place. Cette fois je pars "en double"...oui, double habillement tant le froid est incisif : il y a du vent et plus que prévu. J'ai le ressenti du déguisement yéti, je pèse lourd. Trop lourd.

En bas Vallter 2000 un peu dégarni
Je ne suis pas seul yéti, tout le monde est engoncé dans couches et sous couches  (je suppose).
Un peu patauds les marcheurs à ski, raquettes ou crampons. Moi c'est crampons avec raquettes dans les bagages, mais je resterai cramponnée au sol. Malgré le vent.

Avant le Col de la Marrana (2529 m)
 Le Col de la Marrana c'est LE morceau test : grosse grimpe, sol gelé et appel d'air, personne ne sait fermer la porte.
C'est là que se croisent les marcheurs : ceux qui descendent parlent de "perill" soit danger.
Bien ancrée au sol






Je rencontre "Pere" (Pierre) un solide gaillard de mon âge qui me dit qu'en haut du col le vent est si violent qu'il l'a déséquilibré. Alors avec mon petit calibre....On discute longuement en catalan, puis j'arrive au col.


Sur les crêtes à 2500 m




Au grand soleil, mais...secouée par le vent si violent que je ne sais plus si c'est moi qui bouge, le sol ou le vent.
Mes jambes avaient trois projets, trois sommets au choix (non pas à la fois...)
Et bien j'erre un peu, secouée style salade à essorer et je me décide à plonger dans les tréfonds du col; si j'arrive à y arriver !Une lutte !
Ah la Tramontane! Pere m'a dit " Ces français ne ferment jamais la porte!"...
Il fait si froid que prendre l'appareil photo en enlevant un gant est mortel, ma main est pétrifiée j'ai un ressenti de moins 20! Nous sommes nombreux à capituler. Quelques intrépides poussent vers les sommets. Danger.
Alors je plonge dans la descente, ayant du mal à lutter contre le vent et très vite c'est le calme, la douceur, la tiédeur, un impressionnant contraste. Qui me donne presque envie de remonter . Mais ce n'est que de l'illusoire.

Pentes prononcées vers la vall de Freser










J'en profite donc pour flâner : cette fois la neige est peu épaisse, le fleuve Ter naissant ouvre un oeil non gelé, cela ne saurait durer.


Le vieux chalet au charme incontestable regarde de son oeil critique les deux Gra de Fajol

Il faudra que je consacre un billet à sa fabuleuse histoire car ce vieux mur est le dernier morceau d'un étonnant bâtiment :
1909


 Il a pour réponse l'oeil facétieux du soleil qui joue à l'éblouir de son éclat glacé.


De nombreuses silhouettes engoncées descendent d'un pas lourd alors qu'à cette heure ce n'est pas le chemin du retour.
A moins que...mais bien sûr....c'est aussi lendemain de Réveillon !


Et c'est ainsi qu'à l'heure où j'aurais collationné au grand soleil sur l'un des trois sommets, vous m'avez trouvée bien au chaud dans mon camion devant mon coq au vin !

Et à l'heure où j'écris ces lignes, un froid glacial est bien logé en moi.


En archives de mon blog, 2 récits de randonnées hivernales "là haut"
Pic des Bastiments: clic 
Gra de Fajol : clic



14 commentaires:

  1. Que frio! Você tem muita disposição, parabéns!
    É um lugar muito bonito, fiquei curiosa sobre aquela casa.
    Beijos
    Adri

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vou a contar a historia do primeiro xalet nos Pirineos espanholes. Têm bela e tragica historia.
      Beijos e feliç anho novo para ti e gatinhos

      Supprimer
  2. merci pour ces belles images, encore une belle aventure malgré le froid et le vent,
    c'est étonnant de voir à quoi ressemblait le bâtiment avant de devenir un souvenir de ce mur de pierres.
    Bonne année, bisous
    Laurence, Opale et Sonye

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très heureuse année à vous trois dans une ambiance bien musicale sans doute. De gros bisous

      Supprimer
  3. Toute cette luminosité, ça fait du bien.
    Une très bonne Année 2015 pour toi et ta petite famille à 4 pattounes.
    D'ailleurs, j'ai constaté une Lison au café ???
    Bisous
    Chantaloup

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, une Lison au café, elle a l'habitude de ces "lieux de perdition", as tu vu comme elle est à l'aise?
      Bisous et bonne année à toi et ceux qui t'entourent...

      Supprimer
  4. Bonsoir Lison.. pour toi j'ai frissonné de froid en te lisant malgré ces belles photos ensoleillées.. beauté des paysages et de l'aventure que tu vis au gré de tes balades montagneuses. J'espère que tu t'es réchauffée entre-temps et te souhaite une très bonne année 2015 et que tous tes rêves se réalisent. Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne année Fanfan : hier à l'altitude 150 de mon village, je taillais la vigne en tee shirt sous le regard des montagnes enneigées et par un confortable 19 ° qui se baladait. Gros bisous

      Supprimer
  5. Bonjour Lison,
    impressionnant ! je n'imagine même plus ce que l'on doit ressentir... En ce moment ici, il est 21 h et demi, je suis torse nu, en pareo et en sueur malgré le petit ventilateur... Mais j'avoue que je ne suis pas tenté par le froid, j'ai oublié...
    Bonne année 2015 et je te souhaites de bonnes balades... et de la lecture pour nous.

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Pierre, c'est le charme de ces messages du bout du monde complètement décalés en temps, climat, latitude et longitude, enfin tout, sauf 2015 qui réunit tout le monde. Bonne et heureuse année sous la chaleur. J'aime la chaleur mais la chaleur sèche pas les 25° moites qu'on peut avoir ici trop souvent en été. Un bon 38° bien sec me va. Donc ...je te souhaite bonne nuit...pendant ce temps je serai dehors, en tee shirt quand même en train de tailler la vigne en hiver. la lecture n'est pas prête à se tarir !

    RépondreSupprimer
  7. Quelle façon originale de franchir le cap de cette nouvelle année !!! Bravo et merci de nous faire partager cette expérience très courageuse mais très dure !!! Bravo à toi ! Je reste admirative .... Un gros bisou et meilleurs vœux à toi ! Bonheur et santé pour 2015

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime l'originalité, c'est incontestable, plus j'avance en âge et plus elle s'exprime. Pas d'admiration, Je suis en train de m'entraîner en secret à un projet un peu plus original où j'entraînerai mes lecteurs malgré eux. Bisous

      Supprimer
  8. La façon dont tu racontes me fait ressentir le vent et le froid.
    J'aime tes repas simples dans ton camion avec ta Lison.
    Sur ta carte postale je vois aussi Berenar, c'est je pense ce que l'on appelle chez moi La Merenda.
    Le casse croûte du matin ou du goûter.
    Gros bisous Lison. Belle soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exactement Mireille; berenar s'applique au goûter, esmorzar au déjeuner (dans la matinée) C'est du catalan. En espagnol "merendar" a aussi une signification, je ne me souviens plus laquelle. J'adore mes repas dans mon camion avec ma Lison; en montagne j'ai toujours des repas consistants, de préférence une sauce, ou bien un steak frites et une bonne soupe de légumes. faut des calories car je dors par "grand" froid et je marche par froid et vent. Bisous

      Supprimer