dimanche 18 octobre 2015

Chats de rencontre


Au cours de mes vagabondages à la carte, j'en ai rencontré des chats : chats des rues, chats SDF, chats de maison riches d'affection, chats en pleine forme, chats éclopés. Qui viennent à moi spontanément.



J'ai toujours aimé les chats. Les chiens ont moins de feeling avec moi, enfin c'est plutôt le contraire, ils viennent aussi vers moi. Enfant, j'ai été mordue; si j'avais rendu la morsure, peut être la cicatrice psychologique serait elle guérie.


Les chats qui m'ont mordue, je le leur ai rendu à belles dents, c'est plus facile il est vrai.
Bref dans ma famille il y avait chats et chiens qui faisaient bon ménage.
MON premier chat était issu de siamois bien qu'il fut tigré. Il fallait que je l'aime pour que je lui fabrique un costume veste / pantalon, alors que je détestais la couture. Du sur mesure qu'il portait rarement, respect oblige! Un chat n'est pas fait pour cela.
Quand j'ai quitté le domicile familial j'ai quitté mon chat, il m'a beaucoup manqué. Par contre j'ai emmené le costume qui n'a plus resservi.

Depuis 12 ans, les chats partagent ma maison...ou je partage la leur ?
Même que quelques uns, dont j'ai causé dans ce blog, viennent prendre part à ce partage avec déférence, circonspection ou toupet.




Là n'est pas le propos. Je m'éloigne des chats de rencontre.

Tout le monde sait que je voyage beaucoup en villages, campagnes, ou montagnes. Même en vignes.
Et bien où que j'aille, je rencontre des chats : normal il y en a beaucoup. Même en vignes où parfois je vois glisser la silhouette furtive et pressée d'un matou affairé à chasser.





Dans les villages, il est rare qu'un chat ne vienne pas à ma rencontre et ne m'accompagne pas dans un moment de visite guidée, empressé, déférent, disert. Chats noirs, roux ou tigrés, ils me font les honneurs de leurs petits coins de prédilection. Une ruelle, une porte, même une boutique comme ce chat en faction devant la boulangerie pâtisserie du village, au cas où...Et comment voulez vous que je résiste ?

Formiguères -66- devant la pâtisserie


Mourèze -34- visite de l'église


Il y a ceux qui veulent que j'ouvre la porte derrière laquelle leurs maîtres absolument sourds ignorent leurs miaulements plaintifs ou impatients : que voulez  vous que je fasse ? Je leur oppose un refus gêné et je m'enfuis un peu trop vite.

Ceux qui derrière une fenêtre me demandent d'ouvrir afin de reprendre leur liberté : que voulez vous encore que je fasse ? Encore une fois je m'enfuis trop vite..



Et puis il y a ceux qui m'interrogent...sur quoi ? Auxquels je réponds à tort et à travers.























Ceux qui me regardent passer avec dédain, indifférence ou détournent la tête sans politesse aucune, sourds et muets à mon invite...faut bien que les rôles s'inversent parfois...




A moins qu'ils ne baillent d'ennui...? Quelle indélicatesse...!



Je parle toujours aux chats que je rencontre, je leur fais l'offrande d'un geste d'affection.


Nos conversations sont riches car je parle en leur langue ( catalan, espagnol ou français) même si ce n'est pas en leur langage.




Au cours de mes vagabondages, j'ai élu domicile devant des églises, sur des places de village ou au bord d'un canal, dans l'été, dans l'hiver et il y a souvent un lieu de rassemblement des chats des rues.
Ceux ci ont vite compris -allez savoir comment- qu'il y a dans mon hôtel roulant un petit stock de friandises dont ils seront régalés....





En parlant de restaurant, même là j'ai rencontré des chats s'invitant à ma table.  Dans ce restaurant de la Costa Brava, ils vagabondaient entre les tables et ne se sont pas trompés d'adresse : la table 25 fut la bonne. La mienne bien sûr !


Bien sûr je rencontre des humains au cours de mes vagabondages, des sympas, des désagréables, très rarement, des humains qui ont aussi leurs histoires à conter, riches, drôles, tristes et que j'aime à entendre. Un jeune baroudeur parcourant quelques pays en trottinette, des marcheurs au long cours dans les montagnes, dont j'ai croisé la route quelques instants...Richesse des voyages...

A travers l' Europe : un Tchèque

A travers montagnes : un Catalan

En villages : une française

Et parfois des humains qui racontent des histoires de chats : pas plus tard qu'hier soir dans un refuge de montagne où je prenais un repas à la table commune un montagnard me conta comment une chatte isabelle emboîta le pas au groupe et partit dans les montagnes pour 2 jours de hauts sommets, de cols et de sentiers, passant la nuit au refuge sur la couette et, de retour au village, elle regagna ses pénates...A mon avis elle n'était pas à sa première randonnée....

Oui en montagne j'en ai rencontrés aussi...
Monastère de Montserrat : Catalunya (Catalogne)

Plus rarement, et c'est le plus triste, un chat malade ou abîmé vient me voir, me montre ostensiblement ses plaies et me demande....je lui parle longuement, j'essaie de le soulager, je lui montre ma compassion mais aussi mon impuissance. Cela me laisse une amertume au coeur, un sentiment d'abandon...






Un énorme abcès à la joue


Et puis il y a cette chatte abandonnée pour laquelle j'ai fait 160 km afin de lui donner la chaleur d'un foyer aimant. Epopée que je contai dans mon blog...


Tout ne finit pas toujours aussi bien : il y a des chats qui viennent à ma rencontre en ma maison pour chercher les derniers soins, un dernier amour, une dernière attention, une délivrance...
Ainsi Minnah qui ne porta son prénom que pendant quelques heures...une triste et courte histoire...à lire bientôt
Minnah au regard triste et au mal incurable
Et oui, mes vagabondages me feront encore faire de belles et éphémères rencontres, humaines dont je ne parlerai sans doute pas, félines que je conterai peut être...




                                                                                                                      A mes six chats....




21 commentaires:

  1. Toutes des rencontres belles et touchantes.

    RépondreSupprimer
  2. J'aime beaucoup comment vous racontez tout cela, bien illustré par de jolies photos de chats.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci, c'est un moment de détente que l'on passe avec les chats.

      Supprimer
  3. Les animaux, quels qu'ils soient, sentent les personnes qui les aiment. C'est avec les chiens que j'ai la meilleure approche et relation. Je n'en ai pas peur, j'ai envie de les caresser, je leur parle, et ils sont de suite mes amis. Mon mari en a très peur, et lorsque nous en croisons, c'est toujours moi qui passe devant. J'adore les chiens, mais toujours pour la même raison, nous n'en avons pas. J'aime aussi beaucoup les chats mais je n'ai pas cette approche si aisée que celle que j'ai avec les chiens.
    Dis donc, Lison, dans une vie antérieure, n'aurais-tu pas été un... chat ? (sourire)
    Merci pour ces jolies photos et ce joli récit. Gros bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense avoir eu une vie féline avant cette vie humaine qui tend à revenir à ses sources au fur et à mesure que je vieillis. L'Histoire n'est elle pas un éternel recommencement ? Tiens au fait ton mari pourquoi en a t'il si peur ? Irraisonnée la peur ? il y a des gens terrorisés par les chats pourtant bien petits à côté d'eux . Bisous et merci de ta visite

      Supprimer
  4. LOS GATOS ESCRUPULOSOS
    ¡Qué dolor!, por un descuido
    Micifuf y Zapirón
    se comieron un capón,
    en un asador metido.
    Después de haberse lamido
    trataron en conferencia,
    si obrarían con prudencia
    en comerse el asador.
    ¿Le comieron? No señor.
    Era caso de conciencia.
    (Souvenirs de mes 1ères leçons d'espagnol au lycée de Montpellier)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que entendian los chicos en este poema que por primera lectura hace solamente sonreir ? très amusant et au 2nd degré très moralisateur. Gracias por este recuerdo...que memoria !!!

      Supprimer
    2. En fait, je ne me souvenais que des 4 premiers vers, Google m'a donné la suite. Moralisateur ? peut-être... ça me rappelle certains amis "politique". Ce n'était seulement pour rire mais apprendre les mots espagnols.

      Supprimer
    3. Je dis moralisateur Pierre, parce que lorsqu'on apprenait quelque texte à l'école (en cette époque...) il fallait OBLIGATOIREMENT qu'il fut moralisateur : moi, je le trouve simplement plein d'humour ! J'ai de très beaux souvenirs de mon apprentissage de l'espagnol mais pas de si jolis textes , il a fallu attendre le Lycée avec des monuments savoureux de cette langue
      .

      Supprimer
  5. Un récit magnifique où se lit le respect et l'amour sans condition que tu portes aux chats . Comme je te comprends ! J'aime autant chien que chat mais différemment , leur compagnie m ' apporte souvent une grande sagesse . Superbes photos , j'adore la première.
    Douce soirée, bises Lison

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci erato, tout ce que tu dis est vrai : les chats m'ont aussi apporté un grand apaisement et, tu vas rire, ce sont les seuls qui ne désapprouvent pas mes activités montagnardes; d'eux je n'ai pas des réflexions style "tu es folle, " et pire encore...lol. Bisous. Ah oui, j'oubliais leur regard et leur expression me fascinent...

      Supprimer
  6. Merci Lison Je reconnais Princesse que Je garde dans Mes Photos qui m accompagne Je Vous embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Claudie, laquelle est Princesse ? Dans ce billet, il y en a une qui se nommait Princesse, c'est la noire que j'ai sauvée. Son nom d'avant ? on ne connait pas. De laquelle me parlez vous, j'aimerais savoir. Moi aussi je vous embrasse, fidèle lectrice

      Supprimer
  7. Princesse de La Montagne qui m a beaucoup émue beaucoup touchée sans L avoir rencontrée J ai l impression de La connaître Son Chemin s est arrêté alors qu Elle trouvait enfin Un Foyer pour L Aimer ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah...d'accord !! Vous avez beaucoup de sensibilité Claudie. Je comprends mieux. Je vous embrasse, à bientôt pour l'histoire de Minnah

      Supprimer
  8. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  9. A Bientôt Lison pour L Histoire de Minnah J ai aussi rencontré Ma Mina :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui à bientot Claudie fidèle lectrice

      Supprimer
  10. Os animais podem ver além de nós, podem reconhecer um bom coração,
    por isso eles se aproximam só de algumas pessoas, não tem como enganá-los!
    Adorei as fotos.
    Beijos
    Adri

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Obrigadinha, sim, sabem quem é cheio de amor para eles...gatos e outros animais tambem

      Supprimer