lundi 12 octobre 2015

Le Péric et ses.......

Demoiselles d'Honneur !

Quand on est voisin de l'illustre Monarque Carlit, il est difficile de garder son standing.
Tous les moyens sont bons pour cela. Ecoutez : 

"On se nomme les Péric (le Grand 2810m, le Petit 2690 m) mais il nous manque 111 m pour égaler le Carlit...qu'importe.
Nous le Grand (et le Petit), nous nous mirons tout le temps dans le grand lac des Bouillouses. Et l'on nous admire, tout l'an...
ça ne suffit pas ? 
Certes, le Carlit, notre prestigieux voisin est plus couru mais on ne le voit que lorsqu'on "y a le nez dessus". Nous on est comme une belle femme, on peut nous admirer sans bouger.

Nuit sur le lac

Et puis....et puis, on a nos Demoiselles d'honneur !
On sait, le Carlit aussi..
Nous sommes l'un comme l'autre fait de pierre et de rocs. Faits de pentes et de majesté.
Mais notre pierre, notre roche, est mise en valeur par des gouttes d'eau bleue, saupoudrées autour de nous, les lacs voulons nous dire. Le Carlit a les siennes  nous les Péric les nôtres et c'est peut être ces perles turquoises, cobalt ou aigue marine qui font la différence...c'est du moins ce que dit Lison..., lisez la donc ..."

Voilà ce qu'on entend lorsqu'on rôde  du côté des Bouillouses et que l'on prête l'oreille au murmure des montagnes...
C'est ce qui est parvenu jusqu' à moi dans la nuit étoilée, seule, dans le silence de la nuit a peine épousseté par quelque souffle d'air dans les branches, sous le toit du Land Rover remplaçant mon camion
hospitalisé.
                                                                     .............................

C'est un matin limpide qui m'accueille, à peine un peu frais, zéro degré ambiant.
Je pars vers le bout du lac. 3km quand même!

Les Péric s'éveillent

Ombre double


Comme c'est bizarre ! Tout à coup mon ombre est double : je rêve ? Non! Il y a 2 soleils, celui du ciel, celui de l'eau. Deux soleils pour 2 Péric, un signe non ?
Pour l'heure, bizarrement, je rame ! Mais qu'ai je donc ? Il n'y a sur le lac aucun bateau ni la moindre rame donc il me faudra marcher et non ramer.
Au sortir du lac et de sa forêt encore odorante, le silence est rompu par de grands cris rauques jaillis du fond de la Coma de la Grave (berceau de la Têt), ce sont des cerfs qui brament. Je m'immobilise pour un instant de pure félicité.



La Coma de la Grave et un bras de la Têt
Et au fond bramaient les cerfs...

Puis je continue ma marche, en ramant.
Pour couronner le tout, je manque le sentier et je rallonge le chemin : ce sera une bonne chose que j'apprécierai au retour. Cela aurait grimpé fort un moment.

Les Péric se rapprochent
Je pars donc, de la Balmette,  sur un autre sentier pour rejoindre l'étang de la Llose.(La petite)

Etang de la Petite Llose et Péric en double

Ce qui sera chose faite dans un joli parcours. C'est un désert humain hormis quelques catalans. Deux d'entre eux que j'ai mis sur le bon chemin (un comble alors que je me perds) prennent le chemin des crêtes pour rallier le grand Péric : ah que ça me tente... Mais je rame trop, d'ailleurs mon but se réduit comme peau de chagrin : ce ne sera pas le Péric à coup sûr. Peut être le Petit ? J'avance sans conviction dans le cirque des Pérics. Un vaste désert blond de pierre et de pelouse gelée et roussie, un ruisseau qui bondit en chantonnant et puis rien. Rien qui puisse me motiver .

 Pour me décourager, je vois au bout du cirque deux points minuscules qui grimpent . Si loin, si au fond ? Je n'y arriverai jamais. Le demi tour s'impose et je le refuse.


Flêché en jaune, mon  parcours pour accéder aux crêtes




C'est là que le mental prend le relais du physique . Au dessus de moi les crêtes me tendent leurs bras rocheux et noirâtres. Alors je quitte les tergiversations du fond et je m'envole vers ces crêtes: il suffit de grimper cette pente rocheuse faite d'éboulis et de schistes bien implantés, parsemés de végétaux. Je grimpe avec satisfaction et aisance: enfin je prends du dénivelé.
Me retourner me remplit d'espoir, et je grimpe sans ramer !











 En haut c'est un enchantement ! Quel panorama! la vallée de la Llosa, 500m plus bas , parsemée de lacs et de ruisseaux , le Carlit qui domine des massifs rocheux.
La vallée de la Llosa, de lac en lac


La crête : au fond le lac des Bouillouses 2000 m
Montse







 Et puis les crêtes rocheuses tout ce que j'aime : alors j'avance . Une progression dans du schiste, facile : la roche est stable, faite de marches et de prises aisées.
Je rame moins et ma rencontre avec un couple de Catalans sera déterminante . On se prend en photo mais surtout Il m'encourage, conscient de ma fatigue et attentif à ma progression.


"Il " m'attend... (j'ignore son prénom)
Un grand merci à toi

En désescalade

Le trajet en crêtes

Dernier effort avant les 2810 m

Lorsque la roche nous cache, il attend un peu pour voir si j'avance et il me crie ": 10 minutes..." puis "5 minutes..." et j'arrive au sommet, sans jambes, sans souffle, je me sens grise et asphyxiée mais j'y suis..Nantie d'une indication précieuse pour un retour plaisant.




Où que porte le regard c'est une myriade de lacs , de perles bleues, il avait bien raison le Péric ce matin de me parler de ses Demoiselles d'Honneur. Elles sont plus nombreuses qu'au Carlit et surtout mieux réparties, elle entourent le Péric. Voici les Camporeills avec ses 22 perles bleues . Et la Vallée de la Llose qui en compte bien une dizaine. Tout autour les pics alignent leurs 2600, 2700 et plus. Superbe écrin aux teintes fauves ou noires, la roche est emplie de fer.
Et moi, emplie de joie : qu'il eut été dommage de ne pas arriver jusqu'ici...
Le Petit Péric et les Camporeills (2200m/2300m) 

Les étangs Blau,  Petit Blau , de la Llosa et le Carlit au fond

Je laisse le couple Catalan pour ne pas abuser de leur gentillesse et je me dis que les Catalans sont plus aidants et aimables que bien des Français en montagne.Je l'ai bien souvent vérifié.
Je vais au restaurant, j'ai le choix du décor.
.....je ne sais ce que je savoure le plus...

Au restaurant face aux étangs Blau





En guise de digestif, je dévale ce que j'aime dévaler: une "tartera" soit une pente d'éboulis.

 Elle est très prononcée, vêtue de schistes, un sentier précaire y est tracé et si ma fatigue a laissé quelques séquelles à mes jambes, je ne tombe pas.
Le trajet en crêtes, puis la pente d'éboulis et le retour par la vallée de la Llosa


La vallée de la LLosa : me voilà  sur le chemin du retour, louvoyant entre les roches de moraines, les marécages et les lacs. Hors sentier . Il y en a un mais je ne le suis pas: je vagabonde.

Lac de la grande Llosa et Serra de l'Orri 2652 m
 Je prends mon temps, je profite du soleil encore brûlant relayé par un petit vent mordant pour donner des couleurs et brûler la peau. Je profite du torrent bondissant étonamment jailli de la crête: mais d'où sort il ? Qui lui donne autant d'eau là haut ?
La Llosa jaillie des cimes  !
 Je pourrais, si je le voulais, profiter d'un bain de boue bleutée. Si j'avais posé les pieds à la place de mon bâton qui s'enfonce sans effort dans un magma glougloutant ! Camille m'expliquerait ces étranges flaques.



Je pourrais soulager mon pied encore bien douloureux  dans l'eau fraîche de la Llosa qui bondit comme un troupeau libre.
La Llosa le 1er des affluents de la Têt

Je pourrais prendre un grand bain de soleil et noircir les pages de mon cahier.
Et bien non, je profite du paysage qui me fait penser aux images de Mongolie, nu, vide, pelé, désertique et muet. Pas de chevaux, pas de cavaliers colorés, juste moi et la fatigue qui me colle aux basques.

Vallée de la Llosa et Grand Péric
Il ne me reste qu'à marcher, marcher encore, le chemin est long : pour une fois je le sous évaluerai, ce sera 19 km au lieu des 15 ressentis.
Toutefois je ne me lasse pas : ni du décor, ni de la lumière, ni de la solitude. A  elle seule, cette vallée mérite un "voyage".

vallée de la Llose


Comme sa voisine la Grave dans laquelle la Llose fantasque va se jeter du haut de plus de 200m pour grossir la Têt et alimenter le barrage. Conçu entre autres pour le Train Jaune, une autre histoire.


Les méandres de la Têt avant les Bouillouses
 Je marche le long du lac avec précaution sur deux pieds douloureux (ne faisons pas de jaloux) mais emplie d'une joie sans égale : celle d'un merveilleux parcours sous le dernier "jour d'été".
Sur le parking, à mon arrivée la foule est immense : le Carlit a été honoré , encore une fois.

Etang Esparver (2100m )et Bouillouses (2000 m)
Et qui dirait que peu de temps après cette photo (ci dessous) il va tomber une pluie fine et douce ?
Une première neige là haut bientôt ? Ou Déjà ?




En chiffres :
Dénivelé: environ 900m
Trajet : environ 19 km

18 commentaires:

  1. Bonsoir l'intrépide et aventurière Lison ! (sourire)
    Quelle magnifique randonnée ! Quelles belles photos ! Tu as une volonté de fer, ma belle ! et une immense détermination. Bravo, tu es montée jusque là-haut ! Et c'est vrai qu'il y a une vue à couper le souffle, une vue qui se mérite.
    Merci à toi. Je t'embrasse très fort, Lison.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La passion a ses raisons que la raison ignore ....je t'embrasse aussi, ma riche amie , pour tes idées sur ton blog...

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Rien de grave : les freins. Et en montagne ça sert beaucoup ces machins là !!!

      Supprimer
  3. Waouh, quelle belle balade tu nous as fait faire là :-) Les paysages sont époustouflants, on se croirait sur une autre planète. En tout cas, pour moi qui ne fréquente guère ce genre d'endroits (c'est plutôt plat par ici ;-) ) Dis-donc, il ne faut pas mettre le pied par inadvertance dans la "flaque de boue bleue" sinon on risque d'y passer la nuit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben cette flaque de boue bleue, si on avait été en été, je m'en serais fait un bon bain mais pas dans la flaque, à côté. je l'ai même goûtée pour voir si c'était une argile bleue, semble que oui...au goût ! Quant à une autre planète, presque ..les steppes de l' Asie Centrale.

      Supprimer
  4. Voilà un nouveau sommet à ta déjà grande collection, et raconté de fort belle manière. Il va falloir que j'y aille à mon tour.
    Mais il n'y a pas de concurrence entre les sommets, chacun apportant son panorama unique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela me fait plaisir que tu aies apprécié: tu auras peut être l'impression de faire une rando 3. eme âge ...lol...mais tu sauras la corser ! il y a de beaux couloirs face ouest et même côté Camporeills après le sommet. Et une belle ouverture vers le pic de l' Homme mort que j'irai saluer un jour

      Supprimer
  5. D'incroyables paysages, bravo, merci pour cette belle aventure
    Bisous
    Laurence

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui c'était de toute beauté c'est la récompense des fatigues...Bisous

      Supprimer
  6. Senti falta do verde, mas é compeçado pelos pequenos lagos.
    Como você aguenta caminhar com dores nos pés, sabendo que falta tanto chegar ao seu destino?
    Beijos
    Adri

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nos montes ja começo o inverno; os lagos sao oscuros cuando estas a su lado e azuis do alto. Tenho dores de pés somente a descente. Assim caminho longe et depois sofro voltando. Beijos

      Supprimer
  7. Des paysages époustouflants... et ton courage et ta fatigue en filigrane...
    Beau récit bien vivant et bien illustré. Merci à toi l'éternelle voyageuse randonneuse et reine de l'escalade.
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Fanfan, je garde un super souvenir et à l'heure où tu m'écrivais j'en terminais une autre de plus dure avec ma pêche retrouvée...Tu me liras bientôt, bisous

      Supprimer
  8. Bonjour Lison, comme d'habitude de magnifiques photos, certaines surprenantes, je n'imaginais pas ce genre de paysages dans les Pyrénées. Tu aurais pu titrer "Bienvenue sur la planète Mars"...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il y a des paysages fort désertiques dans les Pyrénées, déserts de pierres, déserts d'herbe rasr, montagnes rocheuses, c'est varié. D'ailleurs nos cours d'eau sont un musée géologique de roches arrachées aux Pyrénées. Oui tu as trouvé un joli titre, je vais m'en servir comme sous titre pour mon prochain billet car j'arrive à peine du désert d'altitude.

      Supprimer
  9. Magnifique! J'admire ton courage et ton enthousiasme à parcourir ces immensités superbes , escarpées et inaccessibles! Tu as le don pour nous retransmettre tes périples.Un grand merci.
    Belle soirée, bises Lison

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci, j'aime faire partager mon amour pour la montagne et donner peut être envie à quelqu'un de faire aussi ces périples , qui sait ? le monde qui nous entoure loin de certains humains est très beau. Bisous

      Supprimer