samedi 14 janvier 2017

La route de l'arsenic

Le mauvais temps, la neige et le froid en montagne, le vent violent, enfin l'hiver, me tiennent ce week end loin des cimes, mais la même chose ou presque est aux portes de ma maison. Le froid et le vent violent. Sans la neige.
Le mauvais temps a avalé la montagne. Comme dimanche dernier là haut.

Le décor "de chez moi"

Oui, les mêmes conditions que dimanche dernier quand je luttais contre la tourmente à plus de 2000 m. Ici, un peu moins de froid, à peine un peu moins de vent. Alors tout au chaud au coin du grand feu de bois de ma cheminée, je vais vous emmener sur une route qui pourrait faire froid dans le dos, "la route de l'arsenic". Une des routes car il en est plusieurs.





Et si le danger est annoncé à l'entrée de la route, l'arsenic n'y est pour rien...






Alors on y va ? Sans danger.
Juste les croisements assez difficiles non ?

Je ne rencontrerai personne.



Tout commence à Queralbs, petit village de Catalogne espagnole que j'affectionne car il est le point de départ de chemins, pistes et sentiers vers les cimes.

Queralbs

Le petit village que j'ai décrit ici (clic)  est un de ces petits villages de pierre et d'ardoise, où les maisons sont pelotonnées les unes contre les autres, tournées vers le soleil et séparées de passages fort étroits. Mais un village animé car il est un terminus et en même temps une porte ouverte vers les cimes. Il est le point de départ de chemins, pistes et sentiers à pied, en voiture et même en train, oui le petit train à Crémaillère de Nuria. Il est situé à 1200 m d'altitude, dans un joli cadre de montagnes. Il est vivant de cette douce vie de loisirs sportifs.


Je l'aime ce village !

























Ce qui ne fut pas toujours le cas. Par le passé il fut vivant et bruissant de vie minière, les mines de fer et d'arsenic.

Il faut rebrousser chemin dans le temps et se retrouver du 17 eme au 20 eme Siècles.
La montagne regorgeait de minerai de fer auquel s'ajouta, au 19 eme, l'exploitation de petits gisements d'arsenic. 
Avec l'arrivée du chemin de fer, en 1880, dans la vallée, l'essor minier s'amplifia, puis déclina et mourut, pour des raisons de non rentabilité.
Si la vallée comptait 65 mines, Quéralbs à lui seul en avait 13, portant de jolis noms de femme: Téodora, Juana Amelia, Carlota, ou d'hommes, Gaetan, Raoul ou San Juan.

L'arsenic était en quantité non négligeable, 35% par tonne, complété par du fer, du soufre et puis un tout petit peu d'or. Je ne sais quand furent abandonnées ces mines, courant 20 eme siècle assurément.

Ci dessous, la Mine Téodora, la plus près de Queralbs, en pleine activité puis de nos jours.
Photos Javier Rodriguez









Panneau du circuit des mines














Une seconde vie leur est donnée avec le tourisme et des "Rutas de las minas" ont été balisées, circuits conduisant aux mines et aux vestiges.
 En ce dimanche maussade où j'ai été fouettée par la tempête sur les cimes, je prends une petite route assez poétique malgré la grisaille et la nudité du paysage hivernal.




 La petite route est extrêmement étroite, avec des pentes à près de 15%, et sept épingles très serrées, plus impressionnantes à gravir qu'à descendre.



Drôle de façade en ruine















Cette route est la route des mines.Une des routes. Je rencontre rapidement la première,  ornée de belles stalactites de glace. C'est la Mine de la Réplica, deux galeries situées sur deux niveaux et réunies par un puits vertical. L'entrée en est interdite  mais rien ne m'invite à m'y aventurer...Pourtant j'ai pris ma grosse lampe.






Je poursuis ma route vers Vilamanya (trad: la grande ville !), un hameau au bout de la route.
Il y avait des années que j'avais envie d'y aller mais je trouvais l'accès à la route assez périlleux.

Serpent de ciment


Vilamanya
Les lieux sont déserts et je décide de continuer mais d'abord je dois "ouvrir la porte" soit m'ouvrir la route !


Drôle de route cimentée qui s'envole vers le ciel : mais où va t'elle ??


Vers ces montagnes bleues au climat hostile, d'où je viens  ?


Elle traverse une forêt de bouleaux  et puis....



Et puis elle finit au milieu de nulle part, à une croisée de chemins forestiers qui conduisent vers un lointain village, vers une lointaine mine, la plus célèbre, la Mina Zaragoza





 Une mine à laquelle je ne vais pas, même si je roule quelques km sur la piste de terre, une mine  perdue dans un cadre grandiose de montagnes mais si j'avais su à ce moment là j'aurais poussé jusqu'à ses vestiges; en effet c'est la seule qui avait nécessité un aménagement particulier,  transport de l'arsenic par wagonnets aériens puis sur rails.

Ce n'est que partie remise : un sentier de randonnée partant de Queralbs y conduit, se frayant un passage dans cette sombre et profonde vallée.
Il y a tant de choses à voir pour un(e) curieux (euse) ...

Pour l'heure, je fais demi tour, je reprends le chemin, me ré ouvre la porte et je file vers...ce qui devait bien conclure cette journée sportive :



Très belle la vie...


Annexes : quelques articles souvenirs sur le thème en un clic





14 commentaires:

  1. Je ne connaissais pas du tout ce coin et encore moins cette activité minière. Tu as attisé ma curiosité. Merci Amedine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé ...je rôde beaucoup ! Plus sérieusement j'ai essayé d &résoudre un mystère côté français, soit à l'opposé de ces mines par rapport à la chaîne des Pyrénées, dans la vallée de la Baillette (ou Valleta) entre Prats Balaguer et les Neufonts. Il y a un étrange et très ancien sentier super aménagé par l'homme alors que le vrai chemin de Nuria côté français n'est pas loin et sur ce sentier il semble y avoir eu une activité minière ou d'extraction de marbre. PERSONNE n'a pu me renseigner, je vais aller faire l'enquête côté espagnol (euh..Catalan...)Difficile parfois de progresser sur les sentiers..de la connaissance. Tiens je vais mettre ce sentier sur FB.

      Supprimer
  2. Merci pour la balade. Et aussi sa fin gourmande.
    Mais que faisait on avec tout cet arsenic ? Pour moi c'est juste un poison, et tu parles de tonnes. M'intrigue, je vais aller voir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens j'ai cherché...et on l'utilise au quotidien dans nos ordis...Bizarre non ? Inquiétant...

      Supprimer
  3. Amédine ça c est de La Balade :) Bien que heureusement Vous n avez croisé personne ;) Je comprends que Vous L Aimiez Ce Village de Queralbs Il est aussi de mon goût :) Merci encore pour Vos Belles Photos qui font Rêver :) Calinous aux Minous Bisous à Vous Pensées pour Lison :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Croiser, reculer, ne me gêne en rien c'est pour cela que je fais ces routes. J'ai fait pire. La pire ? faudrait que je lui consacre un blog, je ne sais si j'aurai le courage de l'entreprendre une 2nde fois . Oui j'aime Queralbs et ce là bas si riche. Bisous Claudie

      Supprimer
  4. C'est de l'extrême formidable belle ballade !
    Pour ce qui est de la crème catalane tu peux m'en faire parvenir une dizaine ? Miammmmmmmmmmmm !!!
    Bisous
    Chantaloup

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. NON si je t'en fais parvenir dix c'est que j'en aurai mangé jusqu'à indigestion !!!

      Supprimer
  5. CC ... Superbe et sympathique balade !!!
    Douce soirée, Bisous et Câlins à tous tes Félins

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sympathique et à ne pas consommer...l'arsenic je veux dire ! Bises

      Supprimer
  6. Toujours passionnantes te balades...et bien documentées. ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci LC 66 ...Mystérieux personnage

      Supprimer
  7. Je vois, oui, très belle la vie ! :-)
    Merci pour cette jolie balade sur la route de l'arsenic.
    Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui faut juste l'aimer la vie et parfois elle nous le rend bien. Bisous

      Supprimer