mardi 14 janvier 2014

Vers les cimes: Puig de Pam, 2470 m

Allez, encore une fois - pas la dernière, j'ose l'espérer-, je "vous envole" vers là haut; 
 l'air vif des Pyrénées nous tend les bras.
C'est une première pour moi : le Capcir.

Pyrénées Orientales

Mon lieu de randonnée, en Capcir











C'est chez moi, dans mon département, et je ne suis jamais allée dans le ciel du Capcir.
Parce qu'on l'appelle la petite Sibérie et que j'ai eu peur de ce congélateur à ciel ouvert !
Et bien, en ce 12 janvier, à 2500 m il fera 15 °! C'est ça, la Sibérie ?

Si je suis arrivée hier au soir dans "la purée de pois", c'est une nuit lumineuse d'étoiles, lune et dameuses confondues, qui m'héberge, à près de 1800m, avec en prime, une température positive. Le paradis, en somme. Que j'aborde en pull mais je le quitte vite pour le tee shirt, jusqu'au retour.



Et je marche d'abord sur une piste de ski de fond, dans le silence immense d'avant les "touristes".
Sur l'autre rive, l'étang de Balcère, gelé
Version Capcinoise du chêne et du roseau : le sapin et le bouleau




Celui-ci a juste le boulot de se nourrir comme il peut : sacré boulot!




Sur le sentier, ensuite, je chausse "mon dentier", car la neige est gelée et je n'ai pas envie de "jouer les filles de l'air".
ya du mordant !


Dans un joli crissement de dents, je marche; même je marcherai sur l'eau (gelée) un peu plus tard. Sur l'étang de Balmette.


L'étang gelé de Balmette


















La rivière joue les miroirs d'eau. Et c'est beau.

Cependant j'avoue que j'aime quand disparaît la forêt et que s'ouvre le paysage; certes, j'aime les arbres, mais en montagne, ils ne me rassurent pas vraiment, je préfère les vastes horizons; et là, je suis gâtée.




Il y a une compétition de ski, une course catalane avec contrôle de passage ici, à plus de 2000 m; 
autre sport, autres sensations que je ne connais pas.Mais que j'observe un moment : séquence concentration 
chez les skieurs.
Je m'apprête à virer au nord, vers le Puig de Pam ( Puig = sommet).

Lac gelé des Bouillouses : 2000m

Les deux Péric Le grand, 2810 m et le petit, 2690 m

le Carlit : 2921 m, gravi un jour avec Lison




Les 2 Péric




Moi, qui n'ai pas froid, comme d'hab!
Il fait 15 °
A propos de Carlit, voici au télé une vue qui montre deux humains au sommet ; le sommet est à 9 km 
à vol d'oiseau (j'ai un super zoom); mes yeux n'y voient rien!

Deux humains au sommet : distance 9 km
Les sommets voisins, passés au crible du télé montrent aussi des "visiteurs".
 Mais aucun n'est aussi loin que le Carlit.

Et puis, de ce Pic, je vois à 360 ° : j'ai la chance de voir surgir un skieur pendant que je dessine; il me montre tous les sommets dans un flamboyant cours de géographie : la chance est au RDV.

Le Canigou, je l'ai identifié sans peine: 

Canigou : 2784 m


 Et puis, sur les conseils de ce visiteur éphémère, je me lance dans une vertigineuse descente en raquettes : je ne descends pas, je vole avec juste le bruit de boulettes de neige qui filent devant mes pointes de danseuse.

Cependant, quand j'aborde la forêt, c'est l'angoisse qui pointe son nez.
Je suis avec l'application d'un élève studieux les traces de skis : surtout ne pas se perdre; en fait je suis une grande anxieuse qui brave l'inconnu.





Avec une pointe d'humour en toile de fond...ou Jean de Lafontaine revisité, l'histoire du "chêne et du roseau" revisitée version Pin à crochets.

Petit, je plie et courbe l'échine :




Grand, je romps et je me casse.



C'est bien ce que font les humains, non ?


Trève de plaisanterie ! Il y a les autres, moins chanceux :

C'est la montagne en deuil


Allez, trève de plaisanterie, répétai - je!
Je m'extirpe de cette forêt qui me stresse, je retrouve le lac de Balcère gelé et pour finir, fatiguée, mon camion tout aussi gelé, une soupe chaude de légumes / maison et un bon verre de muscat non moins maison...enfin presque. Il n'y a que moi qui n'ai pas froid. Même Lison qui n'a pas voulu m'accompagner; et au lit, j'ai eu froid, sans ma bouillotte à 38 ° !


Pas un plan d'eau mais un plan de glace : Balcère 1770 m

Je viens d'en haut, par tous les chemins
En résumé, un petit dénivelé d'un peu moins de 800 m mais une balade de 16,5 km.


Avant la route pour la maison, le lac de Matemale, aux Angles, (gelé) , perle du Capcir


Ensuite ? Rien d'autre que près de 2 h de route : courte routine, cette fois...






16 commentaires:

  1. très beau parcours, j'aime beaucoup les miroirs de la rivière. merci Lison, bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en ai plusieurs de photos mais je n'ai mise que celle-ci; c'est toujours un paysage féérique que celui "à l'envers" car il y a les différences de teintes et une douceur en lus. Bisous bisous

      Supprimer
  2. Bonjour chère Lison!
    Comme c' est beau .....un grand merci pour le plaisir de voir ta balade et pour les photos avec de la neige!
    La photo avec toi et Lison est mon coup de cœur!
    Il est très beau dans la montagne et je t' adore!
    Tu es sportive ......
    Passe une belle journée Lison!
    Je t'embrasse fort!

    RépondreSupprimer
  3. La montagne est toujours belle, la neige est sa fourrure et la glace ses bijoux, surtout quand le soleil fait scintiller la neige et y allume plein de diamants. Allez, petite page poésie! Bisous, Géli
    Ah oui, cette photo avec Lison au Carlit est ma préférée. Je l'ai mise dans le cercueil de mon père, parce qu'elle symbolise l'appétit de vie qui était le sien et qu'il a su m'inculquer. Allez, petite page nostalgie...Re bisous

    RépondreSupprimer
  4. Je t'admire ! Merci pour cette randonnée superbe et le commentaire très vivant. Un paysage féérique , des photos sublimes. J'aime beaucoup ta photo avec Lison au Pic Carlit , une grande joie émane d'elle.
    J'ai passé un moment merveilleux.
    Douce soirée, bises Lison

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, je ne suis pas à admirer, je vis une passion...Vivat, le commentaire, certes, je suis d'accord!
      Ah, Lison au cCarlit, j'ai la nostalgie des randos avec mon chat...J'ai peur de reprendre car elle est à la fois très craintive et très puissante; la peur de la perdre...Bisous, Erato

      Supprimer
  5. Vraiment une belle balade par beau temps, dans les montagnes couverts de neige. Comme tu as vu, dans ma ville n'est pas de la neige, même si nous sommes exactement à la moitié de l'hiver.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'ai vu mais la neige on la trouve ici à 1800 m..et moi j'habite à 150 m...alors je vais la chercher à 2 h de route !

      Supprimer
  6. C'est une balade qui m'émeut beaucoup car je l'ai faite dans ma jeunesse, celle-là : le lac de Balcère, le Carlit...
    La Capçir est aussi synonyme de très bons souvenirs puisque je faisais du vol à voile au col de la Quillane, à l'adolescence...
    Ta photo au Carlit avec Lison est superbe, très touchante aussi...
    Merci pour ce billet magnifique, je t'embrasse, Lison.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, Norma ! je suis le blog de tes souvenirs, je sais ...Moi, j'ai fait du vol à voile au dessus des Causses, une fois, moment fabuleux...Le silence, le sifflement de l'air et les paysages...Tiens, tu me donnes une idée, j'irai m'offrir un vol sur le Capcir. Pilotais tu ? Moi, non...Oui, Lison au Carlit est un souvenir majeur car il y a deal grimpe à mains nues et elle, suspendue à mon sac ventral, a demi au dessus du vide, comprenait qu'il ne fallait pas bouger. A la descente, elle a préféré descendre à pattes. Ils nous étonneront toujours, ces félins...je pourrais écrire un livre..Bisous à toi

      Supprimer
  7. Oui, j'ai mon brevet de pilote de planeur mais il faudrait que je réactive ma licence avec quelques nouvelles heures de vol...
    Lison est une chatte remarquable, quelle aventurière !
    Et c'est vrai que ton blog est celui de mes souvenirs d'enfance, encore aujourd'hui, tu en as fait remonter un autre...
    Re-bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Norma, tu en as des cordes à ton arc! quelle vie pleine riche et colorée tu mènes; je suis ravie que le blog nous ai faites rencontrer par "plume" et images interposées; j'ai fait un vol en planeur sur les Causses et la vallée du Tarn; fabuleux! J'étais aux premières loges,le pilote derrière, dommage, il n'était pas sympa, très froid, mais bon, j'ai profité en silence de toutes ces émotions. Ce fut un temps fort; tiens, un jour je le présenterai, ce vol...Bises et bonne journée

      Supprimer
  8. Moi aussi, je suis admirative, Lison, même si tu dis que tu le fais avec passion, il faut le faire, partir ainsi, toute seule, à l'aventure. J'aimerais, quant à moi, être un peu plus aventurière, mais j'ai toujours été "trop" prudente... :-)
    Merci pour ce très beau récit, et ces si belles photos. Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est mon âme d'ado qui s'exprime: je vis la vie dont je rêvais à 16 ans, je l'ai entamée à 56 ans, tu vois je vais au bout de mes rêves...Bisous Et non, je n'ai pas peur de grand chose, mais j'étais vexée l'autre jour; je me suis faite traiter de peureuse! Parce que je me refuse absolument à dormir seule dans mon camion en pleine campagne loin de tout! Bien sûr c'est un égoïste qui m'a dit ça !!

      Supprimer
  9. De superbes paysages, un arbre magnifique, et toi t'as l'air d'une gamine ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai une âme de gamine , une vitalité de jeune fille, la sagesse de la maturité (quoique!...) et j'ai 63 ans bien sonnés depuis 4 mois. la vie devant moi, en somme...

      Supprimer