dimanche 16 mars 2014

Navacelles, un site d'exception

Le Cirque de Navacelle (34) (Photo 10 avril 2011)







Dans le Parc Naturel des Grands Causses, entre Causse du Larzac et Causse de Blandas, le cirque de Navacelles est un lieu d'exception.
Cet ancien méandre abandonné de la rivière La Vis est situé à la limite des départements de l'Hérault et du Gard, la rivière faisant "frontière" ce qui fait qu'une partie du hameau appartient au Gard (Blandas) et l'autre partie à l'Hérault (St Maurice de Navacelles).

le Causse, un relief qui va puiser son histoire géologique dans un passé vieux de 300 millions d'années...




Le Causse est un plateau aride, calcaire, couvert de végétation maigre et buissonnante (du buis , surtout), où l'on trouve quelques maigres cultures céréalières et où l'on élève moutons et brebis : c'est le berceau du réputé fromage Roquefort.

Une image du Causse :

Ce plateau est entaillé de profondes vallées qui s'apparentent à des canyons : Vallées du Tarn, de la Dourbie, de la Jonte et de la Vis. On y trouve aussi des grottes, de gouffres, des rivières souterraines, des résurgences et autres curiosités géologiques remarquables.

Navacelle au fond de sa vallée

Le plateau du Causse entaillé de profondes vallées

Je connais bien cette région qui est un de mes grands coups de coeur et je l'ai parcourue en tous sens, à pied, à vélo ou en voiture. Ces images sont un condensé de quelques séjours. Je vais m'y ressourcer lorsque je suis fatiguée. Et je ne m'en lasse jamais.

Donc ce samedi 8 mars, journée de la Femme, j'arrive à la noire nuit au fond du Cirque où je resterai 2 jours.
Mon blanc bivouac, près de la rivière.

A cette période de l'année le printemps est très timide; le plateau est à 1000m d'altitude et la vallée a un dénivelé de 300m vertigineux.
Les teintes sont pastel encore, la végétation inexistante, il faudra un bon mois avant que ne resplendisse le printemps.
Au fond, coule une rivière : la Vis.

Photo 9 mars 2014
Eaux limpides de la Vis
Le pont sur la Vis


-Le pont date de 1595, ainsi que le chemin en lacets qui rejoint le Causse côté Nord : trois maçons ont eu moins de 3 mois pour le construire. Les matériaux leur sont fournis, une maison au village, le salaire payé en 2 fois et, en nature, moutons, froment, fromage et lard. 
Pari tenu.

Il a une arche très haute et n'a jamais été abîmé par les crues.





Le pont fut le premier lien qui facilita les échanges entre les deux causses; un chemin muletier le prolongea, aujourd'hui sentier de randonnée.



J'emmène Lison faire une petite balade sur ce chemin, la demoiselle est ravie, au bout de sa laisse.




le nez à ras du premier sourire du printemps.



C'est un petit week end paisible que je passe au bord de la rivière : écrire, peindre, dessiner, en compagnie de Lison...un goût de farniente ou de vie de retraitée.

Le hameau n'a rien de très particulier, en cette saison; il y a un hôtel restaurant gîte qui ouvre timidement son bar au vu de l'affluence mais pas question de se restaurer.

Quand arrivera avril, la terrasse va s'orner 
de sa somptueuse glycine.

Pour l'heure, seuls quelques fruitiers en fleur, qui occupent l'ancien lit de la rivière, bruissent d'insectes dans leur neige parfumée.
Le méandre est occupé par des jardins.


Le hameau au fond du cirque









































Penchons nous un peu sur ce méandre abandonné.



Cela devait ressembler au méandre d' Ambialet, dans le Tarn, quasi coupé, où les eaux du Tarn donnent l'impression de se croiser !




Et tout près de Navacelles, dans un certain nombre de millions d'années, ceci deviendra sans doute un méandre abandonné...





La fracture du méandre,
avant la cascade.



A Navacelles, la partie cassée, fracturée, qui a permis à La Vis d'aller tout droit aurait été selon certaines hypothèses aidée par la main des hommes préhistoriques; à cet endroit là coule une cascade (où j'ai pris les photos de mon précédent billet).







Parfois, la Vis se fâche lors des "épisodes cévenols", ces violentes tempêtes de sud où des paquets d'eau se fracassent sur le Causse et les Cévennes.
Ma curiosité m'y a conduite un jour de grande tempête et voici quelques images glanées dans la tourmente.

A ce moment là, le Causse se déverse sur les routes avec violence : ruisseaux, résurgences et les routes, étroites et pentues deviennent elles mêmes cours d'eau.

Route en corniche pour atteindre le site
Jour de tempête, les eaux se déversent sur les routes
 Le méandre se remplit d'eau comme au temps d'avant la fracture, ou presque...

6 novembre 2011


La rivière furieuse charrie ses eaux brunes et bruyantes


Le pont accuse les chocs mais tient bon
La cascade si fraîche et primesautière devient folle de colère...dans des sifflements de fureur.


Basses eaux

En crue



Et le spectacle est grandiose...j'ai quand même parcouru 250 km pour aller à sa rencontre, un beau voyage que je fis en ce début novembre 2011.



En ce week end du 8 mars 2014, tout respire le calme, la béatitude, le délicieux repos. Que je savoure.





Et à l'heure où descend le soleil, je fais une bien étrange découverte...On n'a jamais tout vu, nous dit la vie...
Tout au dessus de la Vis, en haut, sous le rebord du causse, dans les falaises ocrées qui se mirent dans l'eau mon regard fureteur fait une découverte :


Du plus loin au plus près...
Une des nombreuses grottes préhistoriques de la région : celle-ci a été aménagée par un ermite, c'est la grotte du roc du Midi, dont l'escalier d'accès, taillé dans le roc a été démoli et que je n'ai plus qu'une envie, aller voir de plus près.

Mais j'ai encore un tour dans mon sac, avant de quitter le Causse : un petit tour de Vis , ça vous dit ?





25 commentaires:

  1. j'aime voir Lison faire sa petite promenade aussi, et les photos à ras du premier sourire de printemps sont un bonheur.
    Les paysages sont magnifiques,
    bisous, bonne fin d'après midi
    Laurence

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Laurence, emmener un chat partout avec soi apporte un plus à la vie. J'en laisse 5 à la maison qui me manquent mais heureusement la présence de cette petite dernière adoucit la séparation. C'est une compagnie enrichissante. je t'embrasse

      Supprimer
  2. De mon Ile de France polluée, je suis venue respirer le bon air grâce à ton petit reportage.. quel plaisir ! Et quelle chance que ta Lison apprécie de se balader en laisse. Africa mon européenne noire n'a jamais apprécié et lors d'une première expérience, elle trouvait toujours le moyen de s'entraver dans les grandes herbes.. alors nous avons renoncé à l'emmener en balade..
    Tes photos comme d'habitude sont très éloquentes et tes explications fort instructives.. Alors un grand merci Lison pour ce joyeux partage.
    Bisous et bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lison a été élevée par moi et je lui ai tout appris pour faciliter nos vies. elle a été grande randonneuse et a moults sommets à son actif. Dommage elle est devenue craintive des humains. mais j'aimerais bien l'emmener avec moi, c'est une bonne partenaire en rando. je t'embrasse.

      Supprimer
  3. Bonjour chère Lison!
    Que c' est beau - un paysage magnifique et le petit pont est trop jolie!
    Et avec les petites fleurs de printemps et le soleil un grand bonheur!
    Merci pour cette belle balade et je te souhaite un bon dimanche!
    Je t' embrasse fort!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a plein de belles choses modestes partout, tout est dans le regard qu'on y pose..<<<<<<<<je crois que nous, les blogueuses, on sait faire ça, s'émerveiller de tout. Je t'embrasse

      Supprimer
  4. Un endroit inconnu pour moi, si ce n'est au travers des romans de Jean-Pierre Chabrol qui ont marqué mon adolescence...
    J'aime beaucoup cette aridité, cette nature aux effroyables colères, cette lumière bien particulière...
    Je t'embrasse, Lison, très belle soirée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi je les lisais; il y a aussi Jean Guy Soumy avec un beau roman en 2 tomes sur le canal du midi. J'aime ces paysages arides, secs, décharnés et pleins d'âme. j'ai toujours envie d'y revenir. Bisous, Norma

      Supprimer
  5. Je ne connais pas personnellement cette région qui m'attire pourtant .Tes photos magnifiques me confortent dans mes goûts.
    J'aime voir Lison promener avec toi, quelle belle équipe!
    Douce soirée, bises Lison

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'incite vraiment tous mes lecteurs qui ont envie de découvrir ce site à s'y rendre mais plutôt courant mai/juin car c'est le moment où c'est pleine floraison et c'est encore plus beau et surtout lumineux. sans les grosses chaleurs de l'été qui grillent le Causse. On se tient au courant si tu as besoin de plus de détails ? Bisous

      Supprimer
  6. Un très beau reportage Lison. Je ne connais pas
    cette région et je pense qu'il y a quantité d'endroits
    en France, que j'ignore ( et dire que je connais
    parfaitement toute l'islande !!). C'est vrai que la
    France est bien plus étendue . Bref, tes ballades
    mériteraient un livre. Qu'en penses-tu ? Tu sais
    tellement bien décrire les lieux, les paysages et
    même l'historique . Avec ces photos, on découvre
    des petits villages tellement cachés que l'on se
    demande qui peux bien vivre là-bas ? La chatte
    Lison semble bien accepter ces ballades. Elle
    est étonnante avec ses grands yeux lumineux.
    Bises et bonne semaine. On attend la suite de
    ton reportage ( le tour de Vis !!). ELZA

    RépondreSupprimer
  7. la France -et partout dans d'autres pays- est bourrée de petits lieux magiques dont on n'a pas assez d'une vie pour les découvrir; tu vois je rêvais d' Islande pour ma retraite, entre autres, mais ce sera dans une autre vie, je n'aime pas laisser mes chats.
    Oui, je sais , je pourrais faire un petit guide de découverte, mais j'ai une vie tellement remplie et une liste de choses à faire sans cesse qui me précède sans jamais me lâcher comme si je craignais qu'elle ne se vide. je n'ai pas peur du vide et je vis comme s'il me terrifiait (mais c'est pas le même). Ah Lison...elle est extraordinaire...Tous viendraient si je les avais habitués! Bisous Elza

    RépondreSupprimer
  8. Une belle région avec son relief, ses eaux et ses vieux ponts. Je pense qu'elle n'a pas changé entre 2011 et 2014.
    Bonne soirée, Lison

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, effectivement, un lieu immuable, le temps semble s'y être arrêté. A la belle saison il y a beaucoup de monde, des motards aussi car ces routes sont captivantes à moto.

      Supprimer
  9. J'aime beaucoup ce que tu nous montres Lison, faire découvrir une région comme tu le fais n'est pas commun. C'est vraiment un régal !
    Je ne pourrais plus te suivre mais j'ai longtemps pratiqué la randonnée équestre et ton chemin muletier me rappelle de très bon souvenirs même si parfois j'ai souffert car je descendait de mon cheval pour le soulager.
    Je ne connais pas du tout cette région mais j'aime aussi ces paysages arides où l'on ressent aussi la force de la nature. Les paysages de mon arrière-pays ressemblent beaucoup aux tiens.
    Mais toi tu sais très bien en parler.
    Et puis je craque en voyant ta Lison, ta compagne de balade.
    Gros bisous Lison.
    Belle soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel message sympa ! Rien que de lire ça, ça donne envie de poursuivre! Je ne sais si je sais en parler mais j'aime en parler; alors, la suite va venir. Ce coin est quand même à 250 km de chez moi. mais je l'aime. Comme j'ai aimé les Calanques de Cassis. Bisous de moi, de ma Lison et du reste de la tribu

      Supprimer
  10. Un merveilleux article. Texte et photos SUPERBES
    Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je suis contente que ça te plaise mais le contraire m'eut étonnée !

      Supprimer
  11. Bonjour Lison !
    Magnifique balade en votre compagnie dans ce beau paysage de Navacelles !
    Et quand vous parlez des épisodes Cévenoles, je connais ;( J'ai habité deux ans dans le Grad et j'ai été inondée plusieurs fois ! La violence de ces épisodes est incroyable !

    C'est dingue que Lison la Minette accepte de faire une promenade en laisse !

    Je vous souhaite de beaux instants de calme et de création dans ce magnifique paysage.
    Bisous du Sud.
    Sylvie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils sont terribles ces épisodes Cévenols; chez moi, c'est la tempête de sud est qui est terrible mais elle devient de plus en plus rare, heureusement. dans les Cévennes c'est les montagnes qui se heurtent à la pluie diluvienne et ça fait mal! A bientôt Sylvie

      Supprimer
  12. Bonsoir Lison,
    Eh bien ! encore un coin que je découvre grâce à toi, et que j'ai bien envie de découvrir encore plus, ça a l'air tellement beau ! Je m'y vois déjà, tiens ! :-)
    Oui, j'attends le petit tour de Vis avec impatience !
    Gros bisous, Lison, et merci pour tes billets si riches et intéressants.

    RépondreSupprimer
  13. Bonjour Lison, encore moi.
    Là, je suis ému... à chacun de mes voyages en France, l'une de mes premières balades, sorte de pèlerinage, c'est le cirque de Navacelles. Souvenirs de mes virées avec mes amis d'enfance, le long de la Vis pour pêcher des écrevisses (chut !) : Jean-Pierre qui, il y a quelques années, tenait l'hôtel de la Muse et du Rozier, JeanJo qui habitait à Soubes, etc... Aujourd'hui disparus, une larme...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pierre, ton message me touche beaucoup, celui sur le pas de l' Escalette aussi. Tu as bien compris que ce sont des sites d'exception qui me touchent beaucoup.
      A propos de navacelles, je ne sais si j'avais fait le lien mais le voici, sur mon 2nd blog, c'est un texte écrit à Navacelles, du haut de mon perchoir au centre du méandre.
      http://tout-au-bout-de-ma-plume.blogspot.fr/2014/03/je-pourrais.html
      Merci pour le lien que tu m'as envoyé, j'irai visiter et je serai ravie de te compter parmi mes lecteurs qui me suivent en balades.

      Supprimer
  14. Merci Lison pour cette promenade, et cette description sérieusement documentée du cirque de Navacelles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour votre appréciation; vous pouvez utiliser le lien si cela vous intéresse, sur votre site.
      il y a aussi ce texte que j'avais écrit sur mon 2nd blog : http://tout-au-bout-de-ma-plume.blogspot.fr/2014/03/je-pourrais.html

      Supprimer